Vers un duel Zuckerberg-Trump en 2020 ?

 |   |  895  mots
Les spéculations sur les prochaines candidatures de Mark Zuckerberg et Donald Trump pour la présidentielle 2020 ne cessent de grandir outre-Atlantique.
Les spéculations sur les prochaines candidatures de Mark Zuckerberg et Donald Trump pour la présidentielle 2020 ne cessent de grandir outre-Atlantique. (Crédits : DR)
Dans les coulisses de la Maison-Blanche, les proches de Donald Trump travaillent déjà activement sur la campagne présidentielle de 2020, même si ce dernier est empêtré dans de multiples affaires. Pour se préparer au mieux, l'équipe du chef d'Etat s'intéresse particulièrement aux ambitions politiques du patron de Facebook Mark Zuckerberg.

La campagne pour la présidentielle américaine de 2020 a déjà commencé. Alors que la cote de popularité de Donald Trump ne cesse de s'effondrer, selon les derniers chiffres de l'agrégateur de sondages RealClearPolitics, plusieurs membres de son équipe préparent déjà le terrain pour la candidature du républicain en 2020. D'après des informations de Politico, son équipe a déjà dressé une liste d'une douzaine de candidats démocrates qui pourraient se présenter à la prochaine élection présidentielle américaine. Parmi les noms inscrits figurent celui de la sénatrice du Massachussets Elizabeth Warren et celui du patron de Facebook Mark Zuckerberg.

| PORTRAIT Elizabeth Warren, la sénatrice "shérif" de la finance américaine

Une préparation de longue haleine

Le républicain de 71 ans n'a jamais caché ses ambitions pour se représenter en 2020. Dès le mois de janvier dernier, le milliardaire a rempli des documents officiels se déclarant lui même candidat pour 2020. "Nous avons déjà engagé des électeurs et des volontaires dans des Etats clés pour défendre notre majorité en 2018 [pour les élections de mi-mandat] et nous voulons nous assurer que nous resterons à la Maison-Blanche en 2020", a déclaré la présidente du Comité national républicain Ronna Romney McDaniel.

Par ailleurs, le chef d'Etat a déjà participé à des soirées de levées de fonds pour financer sa campagne et le parti républicain. Au mois de juin, un dîner a eu lieu au Trump International Hotel où les invités devaient payer 35.000 dollars pour participer à l'événement (avec une possibilité de financement à 100.000 dollars pour un statut de donateur privilégié). D'après Politico, le Comité national républicain a déjà récolté 86,5 millions de dollars depuis le début de l'année.

| Lire Trump lève déjà des fonds pour sa prochaine candidature en 2020

La Maison-Blanche a également reçu les conseils du spécialiste des sondages John McLaughlin sur les futures orientations politiques à privilégier par l'exécutif. Ce dernier est un habitué des campagnes politiques depuis trois décennies. Il a accompagné plusieurs gouverneurs emblématiques d'Etats américains comme Jeb Bush ou Arnold Schwarzenegger.

Des adversaires surveillés de près

Outre Zuckerberg et Warren, l'équipe du chef d'Etat américain scrute avec beaucoup d'attention d'autres adversaires potentiels de l'ancien présentateur de téléréalité à la fonction suprême. Dans le camp démocrate, les sénateurs Sherrod Brown de l'Ohio et Seth Moulton du Massachussets font l'objet d'une surveillance particulière. L'ancien patron de Starbucks Howard Schultz est également pris en considération.

Du côté des républicains, les conseillers de Trump gardent un œil sur le gouverneur de l'Ohio John Kasich. Celui qui s'était présenté aux primaires républicaines en 2016 a sorti un ouvrage en avril 2017 intitulé "Two Paths" où il développe, entre autres, les grandes différences qu'il présente avec l'actuel chef d'Etat.

Les ambitions politiques de Zuckerberg

Bien que le patron de Facebook publie régulièrement des communiqués pour démentir sa volonté de s'engager en politique, plusieurs indices ne cessent d'alimenter les rumeurs sur une possible candidature pour la présidentielle de 2020.

Au mois de janvier dernier, Zuckerberg a embauché deux anciens directeurs de campagne présidentielle pour la fondation qu'il a montée avec sa femme Priscilla Chan et intitulée Chan Zuckerberg Initiative.

david plouffe

David Plouffe, Mark Zuckerberg et Priscilla Chan. Crédits : Facebook.

Il s'agit de David Plouffe, directeur de la campagne de Barack Obama en 2008 considéré comme l'un des artisans de sa victoire, et de Kenneth Mehlman, qui a travaillé pour la campagne électorale du candidat républicain William Weld en 1990 au poste de gouverneur du Massachussets. Après avoir participé à de multiples campagnes au niveau local et gravit les échelons de la politique, ce dernier a fini par obtenir le poste de directeur de campagne de George W. Bush en 2004, avant de travailler par la suite en tant que directeur du Comité national républicain.

Plus récemment, le co-fondateur du réseau social a embauché Joel Benenson, en tant que consultant pour sa fondation philanthropique. Ce dernier a été le sondeur en chef de Barack Obama, avant de prendre la tête de la stratégie de campagne d'Hillary Clinton pour l'élection présidentielle américaine en 2016.

Zuckerberg ne s'est pas limité à embaucher des spécialistes des campagnes politiques dans ses équipes. En janvier dernier, l'entrepreneur de 33 ans s'est lancé dans une tournée des Etats-Unis à la rencontre des Américains. Au cours de ses déplacements, il s'est affiché volontiers en faisant du jardinage au Texas ou ouvrant des poissons en Alaska... Mais Mark Zuckerberg a aussi effectué des visites plus symboliques, en se rendant par exemple dans une usine d'assemblage Ford près de Détroit, une ville clé dans l'État du Michigan, gagné par Donald Trump lors de l'élection présidentielle. Si rien n'est encore sûr pour Mark Zuckerberg, l'ancien étudiant de Harvard ne cesse d'intéresser les médias américains à tel point que CNN l'a déjà inscrit sur la liste des 22 candidats démocrates qui pensent à se présenter à la prochaine présidentielle.

>> Aller plus loin Quel projet politique pour Mark Zuckerberg, possible prétendant à la Maison-Blanche ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/08/2017 à 22:06 :
Zuckerberg a su créer un empire tourner vers l'avenir avec énormément de succès, alors que Trump a seulement hériter de la fortune familiale avec quelques succès dans l'immobilier et beaucoup d'échecs, ce qui ne l'a pas empêché de se retrouver en faillite.
Entre un visionnaire et quelqu'un qui croit encore dans l'avenir du charbon, il n'y a pas photo.
Réponse de le 13/07/2018 à 11:07 :
Zuckerberg est le gamin d'une famille bourgeoise américaine, il est diplômé d'Harvard et a volé le projet ou l'idée d'un réseau social à ces petits copains d'université....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :