Jean-Yves Le Drian lève une ambiguïté sur son avenir au ministère de la Défense

 |   |  343  mots
Le président de la République m'a demandé de rester ministre de la Défense jusqu'à la fin de la campagne, jusqu'à la fin de l'année, a déclaré Jean-Yves Le Drian samedi.
"Le président de la République m'a demandé de rester ministre de la Défense jusqu'à la fin de la campagne, jusqu'à la fin de l'année", a déclaré Jean-Yves Le Drian samedi. (Crédits : © Charles Platiau / Reuters)
Dans une interview à France 3 Bretagne, Jean-Yves le Drian a affirmé que la règle de non-cumul des mandats "s'appliquera" pour lui, en cas d'élection à la tête de la région Bretagne.

Jean-Yves le Drian a affirmé dans une interview diffusée samedi que la règle de non-cumul des mandats "s'appliquera" pour lui, en cas d'élection à la tête de la région Bretagne, levant ainsi une ambiguïté sur son avenir au ministère de la Défense. Le ministre avait annoncé vendredi son intention de briguer la présidence de sa région natale, tout en laissant entendre que la décision de le maintenir ou non au gouvernement reviendrait à François Hollande. "Quand je dis "je serai président de la région Bretagne sur la durée", ça veut dire concrètement que la règle du cumul s'appliquera pour moi", a-t-il déclaré lors d'un entretien accordé à France 3 Bretagne.

"Tout le monde connaît les règles de ce gouvernement", a-t-il insisté. Lors de la campagne présidentielle, François Hollande avait assuré que ses futurs ministres ne pourraient pas cumuler leur fonction avec un mandat local. "Le président de la République m'a demandé de rester ministre de la Défense jusqu'à la fin de la campagne, jusqu'à la fin de l'année pour des raisons qui s'imposent, que je comprends : il y a une crise majeure au Moyen-Orient, il y a des conflits en Afrique", a également dit Jean-Yves Le Drian. "Je ferai mon devoir et je serai pleinement ministre de la Défense pendant cette période. Ça ne m'arrange pas trop, je dois vous dire, pour la campagne", a ajouté l'ancien maire de Lorient, qui a déjà occupé le poste de président de la région de 2004 à 2012.

La formule ambiguë qu'il avait employée vendredi -- "il reviendra au président de la République de prendre le moment venu les décisions qui conviennent" -- avait donné l'impression qu'il espérait pouvoir conserver sa place au gouvernement. Mais son entourage affirmait dès vendredi que son départ du ministère était acquis s'il devait remporter la région. Les élections régionales auront lieu les 6 et 13 décembre prochains.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/10/2015 à 20:00 :
La Bretagne, pays de tradition, a basculé dans la socialisme avec les résultats que l'on connait : pauvreté, chomage, assistanat. Le Drian n'est pas le bienvenu ici, qu'il reste ministre.
a écrit le 18/10/2015 à 18:08 :
La Bretagne manque tant que ca de politique talentueux ? Place aux jeunes.

A 68 ans qu'il prenne sa retraite, on assez vu le PS et consorts rouspéter parce qu'il était nécessaire de la porter à 62 ans.
a écrit le 18/10/2015 à 10:41 :
Il a dû avoir un rafale qui est venu le remettre dans la ligne pour rester dans ses frontières !!
a écrit le 18/10/2015 à 5:36 :
Il ferait mieux de démissionner maintenant. Ceci éviterait de se poser la question qui finance le déplacement. Nous les contribuables? Ou le parti? Et comment les citoyens peuvent'ils vérifier ceci?
a écrit le 17/10/2015 à 19:46 :
Le Drian comme les autres sent le vent venir et la déculottée des socialos. Son jeu est maintenant de se trouver un poste, faute de se retrouver au chômage dans quelques mois. Le cumul des mandats est une excuse, car c'est un sujet dont on parle depuis des décennies, mais que même les socialos n'ont jamais réellement mis en place et qui fait rire les Anglais (voir la vidéo de Boris Johnson, maire de Londres, qui parle de la visite de Juppé à City Hall).
Réponse de le 18/10/2015 à 9:07 :
a 68 ans il ferai mieux de prendre sa retraite
Réponse de le 18/10/2015 à 9:39 :
Dommage, c'était un excellent ministre qui aurait pu prolonger en 2017 après la victoire sans problème de François Hollande a cette date.
a écrit le 17/10/2015 à 19:37 :
il calcule bien ! comme ministre , en 2017 , fin du coup , en 2015 comme président de région , il aura encore de belles années devant lui
Réponse de le 18/10/2015 à 14:31 :
Trop de politiques sont en effet de trop fins calculateurs. Une retraite après un petit temps passé dans dans un ministère, des campagnes électorales prises sur le temps de travail et un salaire qui continue à tomber pour toute une équipe.
Il faudrait aussi arrêter cette valse des ministres pour maintenir une continuité cohérente des actions . Qu'il reste donc en place et trouve une autre tête de liste pour la bonne parole socialiste.
La défense est un sujet sérieux pas un jeu entre amis.
Réponse de le 18/10/2015 à 16:13 :
!Niala: et en plus, ils ont le temps d'écrire des bouquins, de passer dans des shows télévisés, etc. On se rend bien compte qu'ils ont un boulot stressant et sous-payé :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :