L'emploi des cadres s'envole et dépasse les niveaux d'avant-crise

La dynamique du marché de l'emploi observée au printemps et cet été se confirme, selon l'Association pour l'emploi des cadres, l'Apec, qui a publié son baromètre pour l'emploi. Pour la première fois depuis le début de la crise sanitaire, le volume trimestriel d'offres d'emploi cadre dépasse de 8% celui de 2019, année record pour les recrutements. Les cadres expriment de fortes envies de bouger.

4 mn

Les embauches de cadres sont très dynamiques.
Les embauches de cadres sont très dynamiques. (Crédits : Headway / Unsplash)

Avis de grand beau en matière de recrutement des cadres. Avec la reprise, les entreprises recrutent, massivement. Plus que les experts ne l'imaginaient. Ce troisième trimestre, l'APEC comptabilise 127 660 offres d'emplois cadres, soit 18% de plus qu'à la même période en 2020, et 8% de plus qu'au 3eme trimestre 2019.

Certes, tous les secteurs n'en profitent pas de la même façon, mais la dynamique semble solide.

Ainsi, les filières qui recueillent le plus d'offres sont la santé (+45%), l'industrie pharmaceutique (+39%), la distribution (+30%) ou encore l'immobilier (+27%)... En revanche, l'aéronautique, l'automobile, ou même l'industrie, encore fragilisées par la crise, voient leur volume de propositions d'emplois diminuer (-10%). En baisse également, les recrutements dans les médias ou la communication, les événements et salons n'ayant pas retrouvé les niveaux d'avant-crise.

Les métiers les plus demandés sont ceux d'ingénieurs - dans le bâtiment, les télécommunications, l'informatique, la maintenance, le technico-commercial... Mais aussi les juristes, les comptables, les conducteurs de travaux...

Les cadres ont confiance en l'avenir et, c'est nouveau, envie de bouger

Face à ces perspectives d'embauche en croissance, les cadres ont confiance en l'avenir. Ils sont 82% à être optimistes pour la situation économique de leur entreprise, et 69% pour leur évolution personnelle.

Signe aussi de cette vision positive de l'avenir, la majorité d'entre eux sont prêts à bouger - d'entreprise, de poste, ou même de territoire. Alors que l'on reproche souvent aux cadres français de ne pas être mobiles, la majorité est disposée à changer de région. Aujourd'hui, par exemple, plus d'un cadre sur deux se dit prêt à changer de région s'il perd son emploi. C'est 8 points de plus qu'en septembre 2020.

« La crise et les confinements sont passés par là, et ont fait réfléchir les cadres sur leurs envies de vivre, de travailler, note Gilles Gateau, le directeur général de l'Apec. Aussi, le premier motif de mobilité est de bénéficier d'un meilleur cadre de vie, devant le seul fait d'accéder à des opportunités professionnelles plus intéressantes, ou de se rapprocher de proches. »

Cette ambition d'un environnement plus agréable est particulièrement marquée chez les cadres franciliens, qui, à plus de 70%, envisagent une mobilité géographique.

C'est toutefois chez les jeunes de moins de 35 ans que l'envie de bouger est la plus forte. Alors qu'en septembre 2020, 43% l'exprimaient, aujourd'hui ils sont plus de 62% à la mentionner. Chez les seniors, 22% des plus de 55 ans se disent prêts à changer d'entreprise dans les mois à venir contre 17% en 2020.

De vives tensions de recrutement

Les employeurs, eux, font surtout état de leurs difficultés de recrutement. 78% d'entre eux anticipent des tensions au moment d'embaucher, soit 20 points de plus qu'il y a un an.

« Pour attirer les candidats, les entreprises sont prêtes à faire des efforts, notamment sur les salaires, note Gilles Gateau, mais l'ajustement salarial doit aussi avoir lieu chez les candidats, notamment ceux qui quittent les grandes métropoles. La rémunération ne peut pas être la même à Cahors qu'à Toulouse. »

L'Apec rappelle d'ailleurs que 38% des cadres avaient été augmentés en 2020, et que si la période des négociations salariales s'ouvre dans les entreprises, pour les cadres, il s'agit surtout de revalorisations individuelles.

Signe toutefois d'un changement d'état d'esprit des employeurs: sur les offres d'emploi, ils inscrivent plus souvent qu'auparavant d'emblée les niveaux de rémunérations proposées. Alors que, ces dernières années, ils se laissaient une marge de négociation.

Cependant, note l'Apec, souvent, le seul salaire ne suffit pas à faire aboutir une embauche. Après cette crise, les cadres sont plus regardants en matière de télétravail, d'autonomie, de management.

Les seniors toujours à la peine

Reste que cette dynamique très positive de l'emploi ne profite pas à tout le monde de la même façon. Les jeunes diplômés connaissent encore des difficultés d'insertion, « il y a un embouteillage du fait du trou d'air du Covid qui n'est pas encore résorbé, regrette Gilles Gateau. On a sur le marché plus de jeunes diplômés que les années précédentes.»

Autre nuage, l'emploi des seniors. Quand ils sont en poste, 58% des plus de 55 ans expriment des inquiétudes concernant l'évolution de leur rémunération, 45% sur leurs perspectives dans leur entreprise. 41% d'entre eux seraient prêts à renoncer au statut de cadre en cas de coup dur professionnel.

Pis encore: 79% des plus de 55 ans pensent qu'il serait difficile de retrouver un emploi en cas de licenciement. Hélas, les chiffres leur donnent raison : 42% des cadres inscrits à Pole emploi depuis plus d'un an, ont plus de 50 ans.

Lire: Chômage de longue durée: l'impasse dramatique des seniors

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 28/10/2021 à 15:54
Signaler
Le statut cadre doit être supprimer surtout ,trop de cadre dans ce pays près de 4 millions dit "actif" et à peu près le même nombre de retraité cadre ,trop c'est trop.

à écrit le 28/10/2021 à 8:19
Signaler
Tentant ? Par certain, le francais n'aime pas lacher la proie pour l'ombre. le courage legendaire ..........

à écrit le 27/10/2021 à 19:02
Signaler
C'est très tentant de changer de boîte. Quand on vous propose 5 à 10ke de plus en changer d'entreprise, alors qu'en interne c'est la croix et la bannière pour gratter 2ke, l'équation est vite posée.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.