La dette américaine franchit un nouveau sommet

La dette fédérale américaine atteint désormais 22.000 milliards de dollars, un record. Les allègements fiscaux du gouvernement Trump, notamment pour les entreprises, et le gonflement des dépenses, surtout dans l'armement, ont alourdi ce fardeau.

4 mn

(Crédits : Kevin Lamarque)

C'est un record historique. La dette nationale américaine a atteint 22.000 milliards de dollars. Elle est plus massive que l'économie des Etats-Unis elle-même. Sous Donald Trump, cette tendance à la hausse n'émeut plus guère les républicains.

Somme des déficits chroniques et des intérêts de la dette, ce montant abyssal s'élevait déjà à l'arrivée de M. Trump à la Maison Blanche à 19.950 milliards de dollars, soit l'équivalent du PIB américain pour la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale.

Par comparaison, la dette de la France, qui elle aussi est en passe d'égaler le montant de son PIB, s'élevait à un peu plus de 2.300 milliards d'euros fin septembre (2.600 milliards de dollars environ).

Les allègements fiscaux du gouvernement Trump, notamment pour les entreprises, et le gonflement des dépenses, surtout dans l'armement, ont alourdi ce fardeau.

"Je devais d'abord remettre l'armée en ordre avant de me préoccuper des 22.000 milliards de dette", a récemment lancé le président.

Son administration continue d'assurer que ses réductions d'impôts, qui doivent creuser le déficit de 1.500 milliards de dollars sur dix ans, vont se financer d'elles-mêmes en dopant la croissance, donc les recettes.

Le déficit budgétaire en hausse de 17%

Or le déficit budgétaire a grimpé de 17% à 779 milliards de dollars l'année dernière, signant son plus mauvais solde depuis 2012. Et selon le Bureau du budget du Congrès (CBO), il devrait encore se creuser cette année, à 900 milliards de dollars.

Après quatre ans d'excédent budgétaire sous Bill Clinton, la guerre en Irak sous George W. Bush a refait plonger les finances fédérales dans le rouge.

Sous Barack Obama, la crise financière de 2008 a exigé un fort soutien de l'Etat. Les comptes se sont durement détériorés, provoquant la naissance du Tea Party, un courant politique qui a aidé à porter Donald Trump au pouvoir.

Avec la reprise économique et le bras de fer au Congrès sur la réduction des dépenses publiques, les dernières années du président Obama ont vu une baisse du déficit.

Puis quand celui-ci est reparti à la hausse avec Donald Trump, personne n'a bronché, pas même les républicains, naguère si à cheval sur l'usage des deniers publics.

Une trajectoire intenable

Mais ce sont avant tout le vieillissement de la population et le gonflement des dépenses de santé et de retraite qui, structurellement, plongent le budget fédéral dans un déficit chronique.

Sans vouloir s'immiscer dans la politique budgétaire, le président de la banque centrale aémricaine (Fed), Jerome Powell, signale de temps en temps qu'il "est bien connu que le budget du gouvernement américain est sur une trajectoire intenable et qu'il faudra s'atteler à y remédier".

Donner des leçons est délicat, quand le service de la dette lui-même a fortement gonflé à cause des hausses de taux d'intérêt de la Fed. Donald Trump n'a pas manqué de le lui faire savoir, traitant la Fed de "folle" et de "problème pour l'économie" quand elle augmentait les taux.

A titre d'exemple, la hausse du seul service de la dette a coûté 13 milliards de dollars de plus au gouvernement américain pour le mois de décembre.

A côté de la dette souveraine qui reste, grâce au dollar, un investissement sûr aux yeux du monde comme des ménages américains, certains pans de la dette des entreprises et des consommateurs sont davantage une source d'inquiétude.

Un risque macro-économique

Les emprunts des entreprises américaines ont presque doublé en un peu plus de dix ans, nourris par la politique d'argent bon marché menée par la Fed après la crise de 2008. Leur dette atteint 9.000 milliards de dollars et constitue, selon le patron de la banque centrale lui-même, "un risque macro-économique".

Du côté des ménages, qui sont endettés à hauteur de 13.500 milliards de dollars, dont les trois quarts avec des prêts immobiliers, ce sont des secteurs plus circonscrits mais plus fragiles qui suscitent l'inquiétude.

Les prêts étudiants, qui pénalisent la consommation des jeunes, ont ainsi atteint un record historique à près de 1.500 milliards de dollars. Les prêts automobiles, qui approchent le même montant (1.300 milliards), commencent à connaître des taux de retards de paiements et de défaillances qui ont récemment alerté la Fed.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 12
à écrit le 20/02/2019 à 18:10
Signaler
Est-ce que je rêve ou les gens prêtent de l'argent des USA au gouvernement des USA ? Trump va se retourner et imprimer des billets . Le $ étasunien est-il une arnaque pyramidale ? ( ou un attrape-nigaud c'est selon ).

à écrit le 19/02/2019 à 19:22
Signaler
Les modes de calcul respectifs USA et France ne sont pas comparables. La méthode IFRS utilisée aux USA est plus représentative de la réalité. Aux USA, le chiffre prend en compte les dépenses certaines à payer dans le futur. Le chiffre corrige fra...

le 21/02/2019 à 2:16
Signaler
La FR n'honore que les intérets de la dette, 2ème budget de l'Etat. 2018 et 2019, 320 Milliards d'eur empruntés pour !!!!!!! rembourser le Capital Echu 3.2% de déficit : le pire d'europe : 75 milliards d'eur " financé " par supp d'endette...

à écrit le 19/02/2019 à 19:20
Signaler
Les modes de calcul respectifs USA et France ne sont pas comparables. La méthode IFRS utilisée aux USA est plus représentative de la réalité. Aux USA, le chiffre prend en compte les dépenses certaines à payer dans le futur. Le chiffre corrige fra...

à écrit le 18/02/2019 à 13:36
Signaler
Excellent commentaire à retenir.

à écrit le 18/02/2019 à 12:20
Signaler
Quand vous devez un peu d'argent à une banque et vous n'arrivez pas à rembourser,vous n'arrivez plus à dormir. Quand vous devez énormément d'argent à une banque et que vous n'arrivez pas à rembourser, c'est le banquier qui ne dort plus.

à écrit le 18/02/2019 à 11:09
Signaler
Ça fait 50 ans qu'on nous soule avec cela alors qu'il n'y a aucun risque vu que si les banques se mettent à attaquer les états unis c'est le modèle capitaliste libérale financier mondial qui s'écroule et eux avec. Leurs intérêts sont liés, ces chiffr...

à écrit le 17/02/2019 à 16:10
Signaler
Après certains experts diront que Trump mène une bonne politique économique . Oui l'économie US va bien, mais elle est sous perfusion. Les républicains se taisent après tout, il ne faut pas se tirer dans le pied.

à écrit le 17/02/2019 à 16:01
Signaler
On en revient au problème de la monnaie unique au niveau continental, avec des taux directeurs qui s'appliquent sur 6 fuseaux horaires et une seule bourse sur la côte Est, bonheur des banquiers et malheurs de l'économie! La solution serait de faire ...

à écrit le 17/02/2019 à 15:00
Signaler
Avec de tels niveau d'endettement, force est de constater que les dettes ne seront jamais remboursées. Personnellement, je considère de fait ques les dettes n'existent pas, tout au plus s'agit t-il d'écritures dans des livres de compte pour de l'arg...

à écrit le 17/02/2019 à 13:54
Signaler
Intéressant le parallèle avec la France. Notre dette frôle les 100 pour cent du PIB et nous aussi nous avons déployé les aides aux entreprises, les plus riches ont été défiscalisés hors immobilier là aussi pour le ruissellement que l’on attend avec i...

à écrit le 17/02/2019 à 11:56
Signaler
la dette brute des différents niveaux d'Administration (fédéral, Etats fédérés, collectivités locales) est à près de 125% du PIB. la dette a augmenté de plus de 2 000 milliards depuis que Trump est Président : National debt tops $22 trillions for fi...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.