La dette est trop élevée à l'échelle mondiale, selon la banque des banques centrales

Dans son état des lieux des marchés financiers, la Banque des règlements internationaux (BRI) s'inquiète des valorisations excessives des marchés et des conditions de crédit trop souples. L'ensemble de la dette, privée et publique, est maintenant "considérablement plus élevée qu'avant la crise" et les prêts à risque sont en plein essor.
Delphine Cuny

5 mn

Le marché des prêts à effet de levier (bancaires ou obligations high yield) a doublé depuis la crise de 2007-2008, tiré par la demande des investisseurs en quête de rendement.
Le marché des prêts à effet de levier (bancaires ou obligations high yield) a doublé depuis la crise de 2007-2008, tiré par la demande des investisseurs en quête de rendement. (Crédits : BRI)

La Banque des règlements internationaux (BRI) tire à sa manière la sonnette d'alarme. Cette institution internationale, qui se décrit comme « la banque des banques centrales », dresse un état des lieux passablement préoccupant des marchés financiers et bancaires. Dans son rapport trimestriel publié ce dimanche 23 septembre, la BRI s'inquiète de plusieurs phénomènes, en particulier des évolutions très divergentes des marchés, entre les émergents qui ont fortement pâti de la vigueur du dollar et les marchés américains qui volent de record en record.

Aux yeux de Claudio Borio, le chef du département monétaire et économique de la BRI, de nouvelles turbulences risquent de se produire « probablement à un moment donné car les marchés des économies avancées affichent des valorisations excessives, les conditions financières sont trop souples et la dette, à l'échelle mondiale, est trop élevée » indique l'institution de Bâle.

« Les taux d'intérêt demeurant inhabituellement faibles et les bilans des banques, enflés comme jamais, il reste peu de traitements à disposition pour aider le patient à se rétablir, ou le soigner s'il rechute », met en garde Claudio Borio.

Lire aussi : La BCE sonne la fin de la "morphine monétaire"

Le spectre de la crise des subprimes

En présentant son rapport, l'économiste a souligné qu'aux Etats-Unis, « le marché des prêts à effet de levier a été brûlant. Les volumes ont été élevés, les banques s'étant déchargées de leurs prêts auprès d'une base d'investisseurs très demandeurs. Certains [...] via des Collateralised Loan Obligations [CLO, produits dérivés de crédits issus de la titrisation d'un portefeuille de prêts commerciaux de même niveau de risque, ndlr], proches cousins des tristement célèbres titres de créance adossés à des prêts hypothécaires (CDO) de la crise financière mondiale », provoquée par l'effondrement du marché des subprimes (prêts immobiliers à risque) en 2007-2008.

Dix ans après la chute de Lehman Brothers, ce « bond du financement bancaire à destination des emprunteurs très endettés » (ou en catégorie hautement spéculative) « peut créer des fragilités. »

Dans une étude détaillée sur le marché des financements à effet de levier, un autre économiste de la BRI, Tirupam Goel, souligne que l'ensemble de la dette à effet de levier (y compris les obligations "high yield", à haut rendement) à haut rendement) a « doublé en taille depuis la crise financière mondiale ». Il excède désormais 2.600 milliards de dollars, dont l'essentiel aux Etats-Unis. Pour la première fois depuis une décennie, les prêts à effet de levier ont dépassé celui des obligations "high yield" et le cap des 1.000 milliards de dollars depuis fin avril.

Dette levier monde BRI

[Cliquez sur l'image pour l'agrandir1.Graphique de gauche : en jaune, les prêts à effet de levier aux États-Unis, en rose les obligations high yield aux États-Unis, en violet les prêts à effet de levier en Europe, en bleu clair les obligations high yield en Europe. 2.Graphique du milieu : la part des prêts aux clauses allégées (cov lite) augmente, montrant le rapport de force en faveur des emprunteurs. 3.Graphique de droite : les Collateralised Loan Obligations en plein essor surtout aux États-Unis. Crédits : BRI]

Attention à la rechute

Malgré ces « développements inquiétants », ce sont les marchés émergents qui ont connu de fortes turbulences, touchés par le raffermissement du dollar, l'escalade des tensions commerciales et les signes de ralentissement de la croissance chinoise. Les effets de contagion sont restés limités. La zone euro a subi quelques secousses, en partie du fait de la chute de la livre turque, à la périphérie, et des incertitudes en Italie.

Le chef du département monétaire et économique de la BRI estime que les vulnérabilités qui apparaissent aujourd'hui sont « des symptômes d'un malaise plus général » et reflètent « le rétablissement hautement déséquilibré » intervenu après la crise, à coups de politique monétaire ultra-accommodante.

« Le puissant médicament des taux inhabituellement bas de façon persistante a servi à dynamiser l'activité économique mais des effets secondaires sont inévitables » a pointé Claudio Borio, faisant le parallèle entre les sursauts des marchés et les réactions d'un patient au sevrage.

Quelle sera la gravité de ces effets collatéraux ? « Le patient continuera-t-il de guérir ou y aura-t-il une rechute ? » s'interroge l'économiste, convaincu que le rétablissement complet ne sera pas calme et tranquille.

« Sur le plan financier, les choses semblent plutôt fragiles. Les marchés des économies avancées sont encore survalorisés et les conditions financières encore trop faciles. Surtout, il y a trop de dettes : par rapport au PIB, dans le monde, l'ensemble de la dette (privée et publique) est maintenant considérablement plus élevée qu'avant la crise » martèle-t-il.

Heureusement, les banques ont réduit le levier dans leur bilan, se rassure l'économiste de la BRI...

Delphine Cuny

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 22
à écrit le 26/09/2018 à 12:29
Signaler
Il y a une erreur dans votre annonce de bas de page " 10000 startups". Ce n'est pas 2018, mais 2019.

à écrit le 25/09/2018 à 18:44
Signaler
et si on s’échangeait nos dettes pour diminuer nos dettes extérieurs ?

à écrit le 25/09/2018 à 11:58
Signaler
On ne remerciera jamais assez Bill CLINTON et sa gestion non populiste de la réglementation financière.

le 26/09/2018 à 8:50
Signaler
Et on remerciera jamais assez GWB d'avoir achevé le processus et à l'actuel locataire de Maison Blanche d'avoir intégralement démoli en deux ans les quelques gardes fous péniblement mit sous Obama.

à écrit le 25/09/2018 à 8:43
Signaler
achetez du sucre , des pates ,des conserves et planquez vos lingots en suisse ....!!

à écrit le 25/09/2018 à 0:49
Signaler
La BRI " tire la sonnette d'alarme " ! à part ça, à quoi sert elle? En tant que banque des banques, elle n'a pas averti ses collègues, les banques centrales, d'arrêter de balancer du crédit à tout va, lequel ne sert qu'à l'achat d'actions ( pour que ...

à écrit le 24/09/2018 à 16:49
Signaler
Bah alors ? kenenanafoot ? J'ai emprunté auprès des chinois du fbi, j'les rembourse pas c'est tout !

à écrit le 24/09/2018 à 16:30
Signaler
C'est pas bien grave suffira d'aller prendre l'argent qui manquera dans les paradis fiscaux et autres comptes offshore, avec des dizaine de milliers de milliards de dollars on pourra même éradiquer la faim dans le monde si on veut en passant comme ça...

le 25/09/2018 à 15:12
Signaler
dans les paradis fiscaux ,les capitaux sont aussi reinvesti tcomme ailleur ,ce qui gonfle encore plus le dette ....donc le choc seras encore plus dur qu on imagine ...!!

le 27/09/2018 à 11:17
Signaler
@ multipseudos: Calmez vous et expliquez vous. En attendant je vous ai signalé bien évidemment.

à écrit le 24/09/2018 à 13:51
Signaler
Tres demandeur de CLO...tu m’étonnes...générateur de com bien juteuses et risque pour le client final....essayez d’en faire autant dans la vraie vie

à écrit le 24/09/2018 à 13:17
Signaler
Entre risque de spéculation financière et risque de spéculation populiste. Les taux excessivement bas ne sont ils pas la conséquence de la crise précédente, celle des subprimes = produits dérivés. De toute façon on ne pouvait faire autrement et heu...

le 24/09/2018 à 16:02
Signaler
Si seulement l'analyse était fondée! Mais on ne peut pas oublier l'évasion fiscale: le déficit public est du à l'évasion fiscale. On demande du civisme et des sacrifices soit à ceux qui paient leurs impôts, soit à ceux qui reçoivent des prestations ...

à écrit le 24/09/2018 à 12:21
Signaler
Voila DES années que O Delamarche alerte tout le monde , sur ces evidents problemes . La station media de BFM BUSINESS en a profite pour l'eliminer de ses entennes , car il ne faisait pas des analyses en accord avec la pensée unique lénifiante des ps...

le 24/09/2018 à 13:46
Signaler
C’est clair que delamarche apportait le seul son de cloche different et toujours parfaitement clair,chiffres a l’appui....j’ai arrete tres vite de regarder l’emission malgres les efforts des presentateurs,surtout un a qui delamarche a l’air de manque...

à écrit le 24/09/2018 à 10:24
Signaler
A ce tableau inquiétant- auquel on pourrait ajouter entre autres les massifs rachats d'action pour profiter des taux voisins de zéro, voire négatifs- il ne faut pas oublier que ces dettes privées et publiques sont de plus en plus sous forme de produ...

le 24/09/2018 à 11:07
Signaler
@Michel Castel 24/09/2018 10:24 Merci pour votre contribution: la situation est, en effet, très préoccupante, surtout quand on constate le taux du 10 ans des EU. Toutefois, je ne comprends pas cette phrase: "Les techniques de couverture devienne...

à écrit le 24/09/2018 à 9:47
Signaler
Petite parenthèse, la dette est aussi un bizness qui génère du profit et de l activité. Maintenant la hausse des marchés et l explosion des ratios de valorisation est aussi du a l injection massive de liquidité des bques de centrales, il faut bien qu...

à écrit le 24/09/2018 à 9:22
Signaler
Dans la nature, le surplus de création de richesse est épargné puis prêté. Les abeilles stockent le miel et ce le partagent l'hiver, les écueils épargnent leurs noix, les fourmis épargnent leur stock de nourriture... Ce système n’entraîne pas de surc...

à écrit le 24/09/2018 à 8:36
Signaler
Les banquiers continuent de s'enrichir de manière éhontée. Quand ça craquera une nouvelle fois, il sera alors temps de faire payer les pots cassés de la dette au citoyen lambda pour relancer le manège une nouvelle fois. La stratégie est simplissi...

à écrit le 24/09/2018 à 8:33
Signaler
Une crise financière est attendue entre fin 2018 et 2010. Plus probablement 1e semestre 2019. C'est en effet possible. Donc attention pour les détenteurs d'actions et d'obligations, il va falloir commencer à acheter des fonds "bear" (reverse) qui mon...

le 24/09/2018 à 17:28
Signaler
@Luc 24/09/2018 8:33 Je crois que vous avez raison. Certains marchés financiers sont a des niveaux stratosphériques. Le problème est le taux du 10 ans des EU qui ne cesse de grimper lentement mais surement. Ceci étant écrit, le système financier est...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.