Le gouvernement prêt à accélérer la production de masques français

 |   |  315  mots
(Crédits : Reuters)
La secrétaire d'Etat à l'Economie a annoncé que l'Etat s'apprêtait à signer un contrat avec quatre entreprises pour augmenter la production de masques à usage unique en France. D'une capacité de 3,5 millions de masques par semaine avant la crise du Coronavirus, l'Hexagone pourra en produire 20 millions fin mai et jusqu'à 50 millions en octobre.

L'Etat va signer "dans les prochains jours" un contrat avec quatre entreprises françaises se lançant dans la production de masques à usage unique afin de réduire la dépendance envers la Chine, a annoncé dimanche la secrétaire d'Etat à l'Economie Agnès Pannier-Runacher.

"Nous allons signer quatre (...) contrats dans les prochains jours pour relancer une production de masques chirurgicaux et FFP2 en France avec quatre nouveaux entrants sur le marché", a-t-elle déclaré sur France 3.

Il s'agit d'"entreprises françaises produisant en France avec des emplois français", a-t-elle souligné, citant le nom de "Brocéliande".

Le groupement Les Mousquetaires avait annoncé fin avril la relance de la fabrication de masques sur son site Les Celluloses de Brocéliande, dans le Morbihan. Il prévoit trois lignes consacrées aux masques FFP2 et deux aux masques chirurgicaux, avec une production "de l'ordre de 130 millions d'unités" entre août et décembre 2020.

"Il y a deux mois", la France avait la capacité de fabriquer 3,5 millions de masques chirurgicaux et FFP2 par semaine, "fin mai, nous fabriquerons 20 millions de masques chirurgicaux et FFP2. En octobre, notre objectif c'est d'être à 50 millions", a indiqué Mme Pannier-Runacher.

Réduire la dépendance à la Chine

"Nous reprenons la main sur notre destin", a-t-elle insisté.

Les masques, dont la France ne produit qu'une fraction de ses besoins d'aujourd'hui, sont devenus le symbole de la dépendance française envers l'étranger, et particulièrement envers la Chine, mastodonte du secteur.

Jusque-là, quatre usines françaises fabriquaient des masques à usage unique. A l'issue de sa visite dans l'une d'elles, fin mars, près d'Angers, le président de la République Emmanuel Macron avait dit viser "l'indépendance pleine et entière" en masques d'ici à la fin de l'année. Les besoins pour le personnel soignant et les Ehpad sont évalués à 40 millions par semaine, selon l'Elysée.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/05/2020 à 12:54 :
J'ai constaté ce matin encore que les masques FFP2 ne sont pas toujours disponibles, même pour les professionnels. Alors, que dire pour les personnes considérées à risques!
Si on se souvient que les masques courants, même chirurgicaux protègent les autres et pas le porteur, l'indisponibilité des FFP2 condamne ces personnes à risques à l'enfermement pour un bon moment encore.
Celà fait des mois que nous parlons de ce problème de masques et nous n'en sommes qu'à la veille de signer des contrats! Avons nous perdu toute capacité à produire, à investir autrement que dans des produits financiers immédiatement rentables? Où sont nos ingénieurs et nos investisseurs, les vrais, ceux qui osent miser sur le long terme, pas ceux qui font du fric avec du fric, car le problème des masques peut se décliner dans beaucoup de domaines que nous avons abandonnés.
Nota : il me semble qu'il y a encore en France du côté de St Etienne un fabricant de machines capables de produire de façon industrielle des masques ; combien de commandes a-t-il reçu?
a écrit le 11/05/2020 à 16:17 :
C'est pas comme si on avait eu des chômeurs partiels qui auraient été heureux de recevoir une somme d'argent supplémentaire pour les produire depuis deux mois...
a écrit le 11/05/2020 à 12:17 :
Pour un investissement industriel, mieux vaut faire appel à un industriel qu'à un ministre: est-ce le moment d'investir alors que la concurrence est déjà là et le marché n'est-il pas déjà sur le déclin. A moins que le masque devenus obligatoire ne soit la future vache-à-lait destinée à compléter les ressources évaporées des carburants et du tabac.
Réponse de le 11/05/2020 à 16:21 :
Ils auraient sûrement aimer que les masques soient la nouvelle vache à lait, mais leur incompétence est passée par là et ils n'arrivent déjà pas à fournir les vendeurs alors pour nous réprimander sachant que le peu de personne qui en ont besoin ne peuvent pas en acheter devient difficile à imposer à tous... Regardez on est lundi et les mairies n'ont toujours pas pu en fournir, les pharmacies vaut mieux les appeler avant souvent ils en ont pas...
a écrit le 11/05/2020 à 11:01 :
Ouais!
Mais attention de ne pas prévoir des surcapacités énormes par rapport aux besoins de long terme ( pouvant inclure une fraction exportable), car après cette crise la dde va chuter et la rentabilité s'effondrerait alors avec risque de disparition et de délocalisation, nous ramenant à la case départ...
Réponse de le 11/05/2020 à 16:21 :
Vous en faites pas vu le prix des masques ils vont pas y perdre...
a écrit le 11/05/2020 à 9:43 :
Le gouvernement est prêt !!! Il était temps : il a fallu 3 mois pour être prêt à envisager la possibilté de fabriquer des masques... On dirait un gag de Coluche ou du Gorafi !
Réponse de le 11/05/2020 à 12:10 :
Le gouvernement est prêt à signer !... signature dans 15 jours, approbation par Bercy 4 semaines ensuite, livraison dans 5 mois et ..... paiement au vendeur dans 9 mois.

Au passage c'est une stratégie curieuse de négociation commerciale qui consiste à indiquer qu'on va acheter avant que la signature soit imminente.
a écrit le 11/05/2020 à 7:23 :
Administration zéro pointé ! On est au mois de mai et toujours incapable d être autosuffisant en masque, juste incapable... C est ça la macronie.
a écrit le 11/05/2020 à 1:18 :
Bonjour,
Quelqu’un sait qui sont ces 4 entreprises françaises? Certainement Lainières Santé du groupe Chargeurs le leader français mais qui sont les 3 autres entreprises ?
a écrit le 11/05/2020 à 0:20 :
Cela me rappelle les nationalisations de Mitterrand. En bon gauchiste, il ignorait tout des réalités de la gouvernance et avait acheté 100 % des sociétés pour pouvoir les contrôler. Maintenant, pareil on passe du cru au brulé. Pour pouvoir faire face à une prochaine pandémie potentielle, on va lancer des usines pour produire 100 % des besoins, à un instant T ? Pour avoir trop de capacité en période normale ? Produire 20 à 25 % suffit amplement. On produit normalement en période d'accalmie (ce qui est la majorité du temps), on stocke et on produit jours et nuits avec des embauches supplémentaires en cas de pandémie. On peut toujours aussi acheter à l'étranger une partie de ses besoins pour compléter.
Réponse de le 11/05/2020 à 7:32 :
C'est ce que l'on faisait...
Sauf que des entreprises ont été vendues et les nouveaux propriétaires ont délocalisé car les acheteurs des ministères ont fait pression sur les prix.
C'est la dure loi de l'économie du marché ouvert, vous ne pouvez imposer français dans les appels d'offre.
Sur les produit alimentaire, les grands groupes français s'approvisionnent en légumes espagnols pour la même raison, mais ici ce sont des intérêts privés pour quelques centimes... Et des agriculteurs français au bord de la faillite.
a écrit le 10/05/2020 à 19:40 :
En parlant de masques :

C'est une affaire embarrassante pour Olivier Véran et le ministère de la Santé que Mediapart révèle. Selon le site d'information, Tewfik Derbal, un ancien collaborateur du ministre de la Santé, a tenté, en vain, de toucher une commission en plaçant auprès du ministère une offre de masques FFP2, à la mi-mars, en pleine pénurie de masques de protection contre l'épidémie de coronavirus.
a écrit le 10/05/2020 à 18:47 :
Tant qu'il y aura la CGT la seule solution efficace restera la Chine.
Réponse de le 11/05/2020 à 14:55 :
Oui c'est vrai si Thier et Bazaine on fait en sorte que l'on perde en 1870 c'est la faute de la CGT.
Si la commune de Paris a été militairement attaquée c'est la faute de la CGT.
Si on a choisit de perdre en 40 c'est la faute de la CGT ppourque comme disait le délicieux minsuers Hitler ces gens pour qui uin seul mot, le öot Profit s'écrive en majuscule on puisse préserver l'ordre social. Non vraiment je ne vois que la main de la CGT dans l'histoire de France.
Si Vichy a confisqué les retraites par capitalisation des ouvriers francais c'est la faute de la CGT, oui si elle n'avait pas consituté le capital on aurait pas pu le confisquer.
Alors que par contre, les biens du grand patronnat ont été soigneusement épargnés.

Rappellez vous:
La vérité c'est le mensonge: C'est la faute de la CGT.
La guerre c'est la paix: Vive l'occupation allemande.
L'ignorance c'est la force: C'est la faute de la CGT.
a écrit le 10/05/2020 à 18:41 :
"Nous reprenons la main sur notre destin".En rire ou en pleurer?
En pleurer de rire. Si nous ne sommes pas tous morts du Covid19 entre temps (Hou! le vilain méchant virus) nous ferons le point dans 2 ans. La main aura effleurée le destin, caressé dans le sens du poil pour à la fin céder au chants des sirènes néolibérales.
a écrit le 10/05/2020 à 17:36 :
Une fois la crise passée, l'Etat ira se fournir en Chine qui vendra des masques beaucoup moins chers...
a écrit le 10/05/2020 à 16:03 :
toutes ces usines vont vite etre trustees par la cgt qui ne manquera pas de trouver des arguments pour prendre les gens en otages
voila ou en est ce pays
personne ne doute qu'un seul instant que s'il y a besoin de masques, il y aura menace de greves pour faire passer des augmentations de salaires, de diminution de temps de travail,etc
donc si l'etat s'en met, il faut faire ca sous le coup de la loi martiale, et fusiller les deserteurs, autrement c'est voue a l'echec
a écrit le 10/05/2020 à 14:32 :
Faut juste le temps de se mettre d'accord sur la commission d'apport d'affaire

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :