Comment l'Elysée prépare l'hommage aux 42 victimes françaises du 7 octobre

EXCLUSIF - Quatre mois après l’attaque du Hamas en Israël, une cérémonie se tiendra mercredi aux Invalides en mémoire des 42 Français tués.
Caroline Vigoureux
Le 24 octobre, à Tel-Aviv (Israël), Emmanuel Macron rencontrait des familles d’otages du Hamas. Le 12 novembre, il ne s’était pas rendu à la marche parisienne contre l’antisémitisme (ci-dessous).
Le 24 octobre, à Tel-Aviv (Israël), Emmanuel Macron rencontrait des familles d’otages du Hamas. Le 12 novembre, il ne s’était pas rendu à la marche parisienne contre l’antisémitisme (ci-dessous). (Crédits : © Nicolas Messyasz / Pool / Bestimage)

7 octobre 2023- 7 février 2024. Ce mercredi, cela fera quatre mois jour pour jour que les attaques du Hamas en Israël ont eu lieu. C'est cette date que l'Élysée a choisie pour rendre un hommage national aux 42 victimes françaises du massacre perpétré par l'organisation islamiste. Selon nos informations, la cérémonie se tiendra de 12 heures à 13 heures à l'hôtel national des Invalides, où 1 000 personnes sont attendues, parmi lesquelles 150 représentants des familles des victimes mais aussi le président, le gouvernement, les anciens présidents de la République, anciens Premiers ministres, présidents de l'Assemblée et du Sénat, chefs de partis politiques, présidents des groupes parlementaires... comme le veut le protocole en cas d'hommage républicain. « La philosophie de tout cela, c'est que la France rend hommage à ses enfants », résume-t-on à l'Élysée. Ni le Premier ministre Benyamin Netanyahou ni le président israélien, Isaac Herzog, ne seront en revanche présents, retenus officiellement par l'actualité israélienne.

Emmanuel Macron se rendra d'abord dans le jardin de l'Intendant, où il déposera une gerbe devant la statue fontaine dédiée aux victimes du terrorisme. La cérémonie se tiendra ensuite dans la grande cour d'honneur. Elle débutera par l'entrée des portraits photographiés des 42 victimes, la plupart ayant été enterrées en Israël. Le président prononcera un discours de dix à quinze minutes, puis le cortège des portraits des victimes quittera la cour et devrait être suivi par Emmanuel et Brigitte Macron.

Lire aussiIsraël ne veut plus de l'agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens (Unrwra) à Gaza

« Le 7 octobre, c'est aussi un choc français »

Le couple présidentiel recevra ensuite les familles des victimes à l'hôtel national des Invalides, dans un endroit aménagé pour l'occasion. Le président avait déjà échangé plusieurs fois avec certaines d'entre elles lorsqu'il s'était rendu en Israël fin octobre, puis par visioconférence. La mère de Mia Schem, otage franco-israélienne de 21 ans libérée de 30 novembre, avait été reçue par Brigitte Macron au lendemain de la libération de sa fille. À l'Élysée, ce sont le conseiller intérieur et sécurité d'Emmanuel Macron, Frédéric Rose, et son conseiller diplomatique, Emmanuel Bonne, qui pilotent principalement les opérations.

Un avion sera spécialement affrété mardi par l'Élysée depuis Israël pour les familles des victimes. En France, elles seront prises en charge par la délégation interministérielle de l'aide aux victimes et hébergées dans des hôtels parisiens avant de reprendre l'avion pour Israël jeudi. À leur arrivée mardi, quatre familles de victimes donneront une conférence de presse.

La France est le seul pays européen à organiser un hommage national. Il faut dire qu'aucun autre pays ne dénombre autant de morts. C'est l'attentat le plus meurtrier depuis celui du 14 juillet 2016 à Nice, où l'attaque d'un terroriste islamiste au camion-bélier avait fait 86 morts sur la promenade des Anglais. « Le 7 octobre, c'est aussi un choc français. Il faut faire entrer dans la mémoire nationale le destin de ces 42 personnes assassinées pour ouvrir une porte de conscience, plaide le président du Crif, Yonathan Arfi. J'espère que ce moment-là va rattraper le temps perdu. »

Le temps perdu, ce sont ces quatre mois passés entre les faits et l'hommage. Une attente qui a provoqué une certaine interrogation dans la communauté juive, d'autant plus qu'Emmanuel Macron avait fait le choix de ne pas participer à la grande marche contre l'antisémitisme qui avait rassemblé le 12 novembre plus de 180 000 personnes en France. Cinq jours plus tard, lors des deuxièmes rencontres de Saint-Denis, où le président réunissait tous les partis politiques, il assurait alors qu'un hommage se tiendrait une fois que tous les otages seraient libérés. Mais ce jour-là n'est pas - encore - arrivé. Quatre otages français ont été libérés et trois sont encore détenus par l'organisation islamiste. Leurs familles seront également présentes mercredi aux Invalides. « Il y a eu un entrechoquement entre l'espérance de certains et le deuil des nôtres, entre le temps de l'espoir et celui du désespoir », résume Haïm Korsia, le grand rabbin de France.

Il y a un entrechoquement entre l'espérance de certains et le deuil des nôtres

Haïm Korsia, grand rabbin de France

La présence des Insoumis contestée

Les personnes conviées à cette cérémonie ont reçu vendredi leur carton d'invitation. Mardi, plusieurs familles de victimes ont adressé un courrier à Emmanuel Macron, demandant que la présence de La France insoumise (LFI) soit « interdite ». « Les collègues doivent avoir la décence de ne pas aller à un endroit où leur présence ajouterait de la douleur aux familles des victimes. Il ne faut pas ajouter du malheur au malheur », considère la députée Renaissance Constance Le Grip, présidente du groupe d'études sur l'antisémitisme à l'Assemblée nationale. Mais l'Élysée a envoyé ses invitations sans distinction de l'appartenance politique. « Les familles ont été meurtries par des propos qui ne sont ni excusables ni acceptables. On comprend leur colère. Mais c'est une cérémonie républicaine, donc on invite tout le monde, se justifie-t-on dans l'entourage d'Emmanuel Macron. À chacun de se poser les bonnes questions. »

La lettre des familles de victimes a été disséquée à LFI, où l'on se questionnait en fin de semaine sur la réponse à y apporter. « Ils nous prêtent des intentions qui ne sont pas les nôtres », assure-t-on au groupe parlementaire. Officiellement, plusieurs personnalités Insoumises sont invitées, comme le veut le protocole : la présidente du groupe parlementaire, Mathilde Panot, le coordinateur national du parti, Manuel Bompard, la vice-présidente de l'Assemblée nationale Caroline Fiat, ainsi que les six députés LFI de Paris, dont Danièle Obono, qui avait qualifié le Hamas de « mouvement de résistance ».

Caroline Vigoureux

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 11
à écrit le 05/02/2024 à 17:20
Signaler
Au nom de l'ancienne amitié franco-israélienne, c'est bien le moins qu'on puisse faire

à écrit le 05/02/2024 à 8:41
Signaler
Va t-il recevoir les familles des civils palestiniens tués sous les bombes à Gaza ? A ce rythme, il faudra penser à réserver le stade de France pour les accueillir.

à écrit le 05/02/2024 à 1:51
Signaler
Ce type est sioniste et aux ordres de Tel Aviv.

le 05/02/2024 à 11:37
Signaler
C'est Israël qui a été attaqué non ?

à écrit le 04/02/2024 à 21:43
Signaler
Quelle est la règle en matière de service national et participation de bi-nationaux à des conflits ou la France n’est pas impliquée? C’est le cas des franco-israeliens.

à écrit le 04/02/2024 à 14:48
Signaler
il prépare aussi sa défense pour complicité de génocide?

à écrit le 04/02/2024 à 14:32
Signaler
Pas 42 français mais des franco israéliens qui ont choisi de vivre en Israël et dont la majorité ne parle même pas notre langue...

à écrit le 04/02/2024 à 11:11
Signaler
Je refuse que les impôts aillent alimenter les causes du hâtas à travers des pseudos organisations caritatives , le denier scandale en date devrait nous inciter à réfléchir à un autre système qui se passe des «  services de distribution  » du Hamas ...

à écrit le 04/02/2024 à 11:07
Signaler
Dans cette histoire les 2 populations sont prises e otages par les politiques : Netanyahou et le Hamas qui d un côté détourné la démocratie a son profit et de l autre détourne l’aide internationale revendue aux commerçants qui la revendent à la popul...

à écrit le 04/02/2024 à 10:54
Signaler
il aurait été indécent de voir Netanyahou rendre hommage aux victimes dont il est en partie responsable Il suffit de regarder le reportage sur les massacres expulsions organisées par les colons

à écrit le 04/02/2024 à 9:34
Signaler
Bonjour, oui bien sur ... 42 victimes du hamas tué par des terroristes palestiniens... Bien regrettable, sûrement des israélien avec la double nationalité... Ha moins que se sois des francais en voyage touristique... Dans tous les cas, la lois ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.