Le sniper Valls tue Hamon, blesse Macron et lance la campagne

 |   |  585  mots
(Crédits : DR)
En ralliant Emmanuel Macron, Manuel Valls rebat les cartes d'une campagne qui s'est refusée à lui. Par Jean Christophe Gallien, Professeur associé à l'Université de Paris 1 la Sorbonne, Président de j c g a, CEO de Zenon7

Et si Manuel Valls avait vraiment lancé la campagne présidentielle ? Cet acte de transgression politique ressemble à un terrible coup de poignard pour Benoît Hamon, un baiser de la mort à Emmanuel Macron, un incroyable booster électoral pour Jean Luc Mélenchon, une affirmation pour Marine Le Pen et enfin une bonne nouvelle pour François Fillon.

Terrible journée pour le vainqueur de la primaire des gauches, un Benoît Hamon à la dérive sur le radeau du PS et qui au surplus prends en pleine face le refus de Jean-Luc Mélenchon de s'associer. Le leader de la France Insoumise jubile. Non seulement il n'acceptera plus aucune proposition mais n'aura même pas à se baisser pour ramasser les restes électoraux de la candidature Hamon et pourrait même voir son rêve de mise à mort du PS se réaliser.

Mauvaise nouvelle pour Macron

C'est aussi une première vraie mauvaise nouvelle pour Emmanuel Macron. Les ex meilleurs ennemis réunis ! Quelle ironie quand on se rappelle le missile Macron envoyé depuis la base Elyséenne pour bloquer les velléités présidentielles de Manuel Valls ! La vengeance est aussi affaire politique. Valls affirme dans un argumentaire du risque national et républicain que Macron demeure le seul candidat de gauche susceptible de gagner. Qu'il est le seul rempart contre une finale entre Fillon et Le Pen. Macron de gauche ! Quelle nouvelle ! Manuel Valls vient tirer vers la gauche un Emmanuel Macron qui se hollandise malgré lui chaque jour davantage. Incapables de le faire seuls, François Fillon et Marine Le Pen devrait en profiter. L'offrande est presque trop belle !

Renaître de ses cendres

Manuel Valls rebat donc les cartes d'une campagne qui s'est refusée à lui. Il tente de renaître des cendres de sa défaite à la Primaire. Mais à quel prix ! Même Alain Juppé n'avait pas osé ! Comment, avant le premier tour, invoquer l'intérêt supérieur de la nation ? Manuel Valls même s'il n'acceptait pas la campagne de Benoit Hamon devait au pire faire silence radio mais pas trahir son engagement même maladroitement habillé de République. Il fallait attendre l'entre deux tours. Au delà de la signature bafouée, il y a là un acte qui trahit une démocratie républicaine en cours d'adaptation aux exigences citoyennes contemporaines. Les primaires furent ainsi célébrées comme de formidables expériences démocratiques par tous les candidats.

Dès le lendemain aucun perdant de gauche ou de droite n'a accepté les résultats. Pas plus autour de Fillon chez les Républicains que chez les Socialistes pour Hamon, les généraux vaincus ont rangé leurs armées derrière le surprenant vainqueur ! Derrière des postures politiques, médiatiques voire judiciaires de circonstances se cachaient d'incroyables dénis démocratiques en cascade avec comme point d'orgue actuel le ralliement de Manuel Valls à Emmanuel Macron. Tout cela donne raison aux candidats qui ont zappé ou trouvé dans leur parti ou leur seul acte de candidature leur légitimité électorale.

Quelle claque pour les électeurs des primaires ! Quel coup d'arrêt pour l'évolution démocratique de notre pays !

Maintenant il n'y a plus qu'à attendre l'intervention de François Hollande qui sera le véritable déterminant d'une campagne qui débute enfin !

Jean Christophe Gallien

Professeur associé à l'Université de Paris 1 la Sorbonne

Président de j c g a, CEO de Zenon7

Membre de la SEAP, Society of European Affairs Professionals

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/03/2017 à 20:25 :
Je pense que Gallien se trompe à nouveau ( il avait donné NS gagnant des primaires de l'UMP). Il ne tue pas Hamon. Tout le monde sait que EV a la même ligne politique que Macron,donc il ne pouvait pas soutenir BH. D'ailleurs,le premier sondage qui vient de sortir,fait gagner 1 point à Hamon. Par contre EM recule (là Gallien avait vu juste).Il est clair que le soutien de EV à Macron ,le plombe ,au lieu de l'aider.
Il est vrai que le principal problème de BH est qu'il est vu comme représentant d'un gouvernement et d'un PS,très impopulaires. EM en quittant le gouvernement assez tôt et en lançant sa candidature rapidement, a évité cet écueil.C'était assez habile comme communication,mais là , avec les hollandiens qui l'ont rejoint plus Valls,cela va le faire perdre des points dans les sondages.
Si Hamon veut remonter, il doit rapidement prendre ses distances avec le gouvernement et l'appareil PS. Pour le moment , il n'en prend pas le chemin, en parlant de politique étrangère on croit écouter Ayrault.
a écrit le 31/03/2017 à 15:52 :
Quel bonheur si Hollande choisit Macron à son tour ! Là on aura une vraie camapgne !
a écrit le 31/03/2017 à 15:51 :
Quel bonheur si Hollande le choisit à son tour ! La on aura une vraie campagne !
a écrit le 31/03/2017 à 10:07 :
Je pense qu'à la Tribune il existe des journalistes capables de comprendre la situation de notre économie. Qu'ils se concertent et qu'ils analysent l'incidence de l'application de la note n°6 du CAE. Merci.
a écrit le 31/03/2017 à 7:49 :
Emmanuel Hollande devrait sombrer dans les intentions de votes rapidement;
Réponse de le 31/03/2017 à 17:34 :
Inch' Allah comme dirait La Jatte.
a écrit le 31/03/2017 à 5:28 :
C'est un non événement car c'est juste une opinion perso et non un ralliement
La seul conséquence de se choix c'est la mort du ps tel que nous le connaissons
Réponse de le 31/03/2017 à 9:18 :
Pas d'accord c'est un tournant de la campagne ! Il modifie largement le paysage électoral.
a écrit le 30/03/2017 à 23:03 :
Valls n'a que blessé Hamon mais il s'est lui même définitivement suicidé pour ce qui est de sa carrière au PS. Plus personne ne lui fera jamais confiance, et je ne suis pas sûr qu'il retrouve un poste d'élu.

Et pour ce qui est de sa carrière à "En Marche" souvenons nous des rapports exécrables qu'il entretenait avec Macron. Valls symbolise le bilan "mirobolant" de Hollande, et Macron n'a aucune envie de la voir s'incruster dans sa campagne.
a écrit le 30/03/2017 à 21:21 :
Valls... Tu parles d'une référence. Il a peur pour sa carrière, rien de plus. Et miser sur macron, c'est ... loupé.
a écrit le 30/03/2017 à 19:55 :
Valls aurait à mon avis mieux fait de restructurer un groupe "gauche réaliste et progressiste" au sein du PS, en défendant ses idées (donc celles de Macron) sans se déclarer avant le 1e tour !
De toutes façons, critiquer le revenu universel et soutenir l'aide aux entreprises, c'est déjà fusiller Hamon ! ... et Hamon est déjà assez grand pour s'auto-fusiller !!!
Il s'abstenait de commentaires de personne et de choix électoral avant le 1e tour, il se contentait d'appeler un chat un chat, un Hamon un frondeur, et un frondeur un traitre qui à poignardé le gouvernement issu de son propre parti depuis 5 ans !!!
Valls serait plus efficace à fédérer un groupe parlementaire autour de lui AU SEIN du PS, pour peser sur la politique future de Macron, et faire un hold-up sur le vieux parti une fois Hamon rétamer par l'étau Mélanchon/Macron !!!
Réponse de le 30/03/2017 à 22:32 :
Très très juste @mouais !
Réponse de le 30/03/2017 à 23:54 :
Vous semblez ignorer qu'un député, constitutionnellement, ne représente pas son parti mais l'intérêt général et a droit à toutes les frondes qu'il souhaite ;) Vous confondez donc avec un ministre qui peut-être démissionné ou démissionner, ce qui fut le cas pour Hamon.
En tant que député, Hamon était totalement libre n'en déplaise ! les godillots LR sont juste une dépravation honteuse du parlementarisme ;)
Dommage que si peu de citoyens aient un peu de culture juridique et constitutionnelle de nos institutions.
Réponse de le 31/03/2017 à 20:40 :
Attention,il ne faut pas parler de traîtres,en ce qui concerne les frondeurs.
Le programme économique d'Hollande était clairement en faveur d'une politique de la demande mais une année après le début du quinquennat ,on est passé à une politique économique de droite,une politique de l'offre, sous l'influence de hauts fonctionnaires (non élus) proches de FH,comme le jeune secrétaire général adjoint de l'Elysée , Macron et JPJouyet (ancien ministre de NS, ancien chef des gracques,les hauts fonctionnaires socialistes qui ont voté pour NS ,dès le premier tour de la présidentielle de 2007 et mentor d'EM ). Donc, la trahison ne vient pas des frondeurs mais au contraire de FH , MV et les députés godillots qui ont suivi le gouvernement, contre la ligne officielle du PS définie par le dernier congrès et contre le programme officiel du candidat Hollande
a écrit le 30/03/2017 à 19:12 :
...Résolvez le dilemme de la Fracturation hydraulique du PS de HamON par Valls et MélenchON : Opération pour IMPOSER le "Roi-du-Pétrole "...MacrON...

>>> C'EST TRÈS SIMPLE : il suffit de VOTER François ASSELIENAU dès le 1er Tour !!!

Puisqu'ils ne veulent PAS s' unir pour nous IMPOSER le Plan HOLLANDE > MacrOn VS Le Pen ...mais ne songent en "arrière-plan" qu'à établir entre-eux un rapport-de-force pour les Législatives (et des Financements qui en découlent pour leurs Coteries respectives...) ...

Laissons-les donc s'empailler comme à la "sortie de la rue Cadet" et VOTONS POUR LA FRANCE !!! >>> François ASSELINEAU - UPR Union Populaire Républicaine !...
Réponse de le 30/03/2017 à 22:30 :
Législatives = fric ! Certes mais que d'abandons ! Honte
Réponse de le 31/03/2017 à 0:00 :
Oui ! seul le fric à rentrer des législatives compte ;)
A titre perso ils se financent par leurs micro partis dont ils font financer les dons par les contribuables du seul fait de déductions fiscales qui ne devraient pas exister.
Bref ! c'est une vraie maffia.
a écrit le 30/03/2017 à 16:51 :
C'est Normal 1er qui doit se mordre les doigts de ne pas s'être représenté. Il a, disent les sondages, 21% d'opinions favorables actuellement, soit le chiffre des électeurs ayant voté pour lui au 1er tour la dernière fois :-)
Réponse de le 30/03/2017 à 19:16 :
Il doit se mordre même les ....
Réponse de le 31/03/2017 à 14:48 :
pas si vite!imaginons que les législatives n'offrent aucune majorité claire,il faudra refaire une élection présidentielle:qui sera alors capable de recoller les morceaux et de recréer une synthèse?son nom commence par un h majuscule et se termine par les lettres "ande"
Réponse de le 31/03/2017 à 15:54 :
Il n'avait pas de courage ! Il lui faudra du vice désormais ! I se murmure qu'il veut un poste européen.
a écrit le 30/03/2017 à 16:32 :
J'adore votre analyse ! Et oui on attends la position de François Hollande !
Réponse de le 31/03/2017 à 10:34 :
Merci Phoque pour ce commentaire ! Et vous avez raison de souligner la suite dramatique si Hollande s'invite à la fête !!!!
Réponse de le 31/03/2017 à 15:55 :
Il veut l'Europe : Président de la Commission ou du Conseil ! Il ne bougera pas. C'est dommage.
a écrit le 30/03/2017 à 16:16 :
"Macron demeure le seul candidat de gauche susceptible de gagner."

Cherchez l'erreur...
Réponse de le 30/03/2017 à 16:55 :
Peut être plutôt un oxymore : "de gauche" et "susceptible de gagner" ?
Réponse de le 30/03/2017 à 19:15 :
comment peut on être le serviteur des banquiers et se dire de gauche ?

Vous cela ne vous choque pas c'est normal vous êtes là pour embrouiller mais quand même cette imposture est gigantesque et tout ceux qui la couvrent sont un minimum compromis au moins.

Déjà que l'on voit bien Hamon mal à l'aise avec un programme de centre gauche...
Réponse de le 30/03/2017 à 19:17 :
Au départ oui ! Maintenant ...
Réponse de le 31/03/2017 à 9:59 :
Phoque: Pouvez vous me dire en quoi Macron est de gauche svp ?

Moi je peux vous dire en quoi il est de droite: travailler plus pour gagner moins, mon ami c'est la finance, la banque c'est la vie, 10 ans comme financier chez Rotschild.

Et encore je ne me suis pas du tout intéressé au cas qui fait tellement bidon, tellement plastique mais comme l'oligarchie nous martèle ses trois poulains que sont macron le pen et fillon à fond, qu'on le veuille ou pas on a forcément des infos sur eux.
Réponse de le 31/03/2017 à 11:56 :
@citoyen : pas 10 ans, 4 ans.
Et oui on peut être ami des banquiers et de gauche, au moins par intérêt commun d'avoir une économie qui fonctionne. Sans une économie fonctionnelle la banque n'optimise pas ses gains et la gauche ne peut rien faire qui soit de gauche.
Réponse de le 31/03/2017 à 15:56 :
Finale Le Pen Mélenchon ????
Réponse de le 02/04/2017 à 19:02 :
"Et oui on peut être ami des banquiers et de gauche, au moins par intérêt commun d'avoir une économie qui fonctionne."

Jaurès n'avait pas d'ami banquier, les socialistes oui, je vous ai répondu mais ma réponse n'est pas passée.

Vous rabaisser la gauche au PS parce que vous êtes de droite, il n'y a pas plus subjectif pour se faire une opinion que d'être dans votre position.

Pourriez vous arrêter de me répondre enfin svp ? Je ne li jamais vos commentaires, je sais que vous apprenez beaucoup en lisant les miens mais lisez en silence svp, merci.
a écrit le 30/03/2017 à 16:15 :
Mouai, perso c'est un peu un non évènement...c'était attendue, même Hamon l'avait annoncé quelques jours avant...
Que dire de Valls..? Il a manqué à sa parole et ce n'est pas glorieux du tout, d'un autre côté il appelle à dépasser le PS depuis longtemps donc il est aussi conforme avec ses convictions, en tout cas celles qu il affiche :-)

Au plus ça finit sans doute d'enterrer Hamon, mais là encore quoi de neuf? Est ce que ça enterre le PS...pas beaucoup plus que le jour précédent...

Quant à Macron ça fait des semaines et des semaines que les gens de droite sont en boucle sur le mode c'est le sous marin de Hollande, donc bon là non plus ça ne change rien...

Non vraiment au delà d'une nouvelle manifestation des coups bas en politiques, y a rien de spectaculaire à mon sens.
Réponse de le 30/03/2017 à 19:19 :
Pas d'accord : là on ouvre la boîte du réel ! Money time !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :