Retraites, l'autre gros sujet qui fâche les candidats à la présidentielle

 |   |  539  mots
(Crédits : DR)
Marine Le Pen en a assez qu'on demande des sacrifices aux Français en rognant sur les retraites, quand François Fillon compare le programme d'extrême-droite à "la gauche en 1981". Lequel Fillon est accusé par Emmanuel Macron de vouloir "faire des économies sur le dos des Français". Un sujet clivant, un vrai.

A coup sûr, on allait voir les candidats s'échauffer en abordant la question des retraites. Et ça n'a pas loupé. Le sujet des retraites, un des plus clivants dans le débat politique hexagonal (citons les 35 heures...), a particulièrement bien mis en évidence les divergences de programmes entre les cinq candidats lors du débat télévisé d'hier soir lundi 20 mars sur TF1 et LCI.

Parmi les arguments marquants, François Fillon comparait le programme de Marine Le Pen à "la gauche en 1981", quand Jean-Luc Mélenchon, lui, voulait revenir au départ à 60 ans.

Pour Fillon, le FN a copié le "Programme commun de la gauche" de 1981

A la candidate du FN qui venait d'affirmer qu'il fallait recréer du travail "et pas demander en permanence aux Français des sacrifices" via les retraites, le candidat de la droite a jugé que sur ce sujet "le programme de Mme Le Pen, c'est le programme commun de la gauche en 1981". François Fillon se lançait ainsi dans un ardente diatribe:

"La gauche n'a jamais soutenu une seule des réforme des retraites qui permettent aujourd'hui (...) au gouvernement de plastronner en disant que l'équilibre des régimes est atteint", a grincé l'ancien Premier ministre et député LR, plaidant pour un "passage progressif à 65 ans" qui permettrait, selon lui, d'"augmenter les petites retraites et faire à la fin une réforme structurelle".

Macron accuse Fillon de "faire des économies sur le dos des Français"

L'âge légal de départ a été relevé de 60 à 62 ans à partir de la génération née en 1955 par la réforme des retraites de 2010. Pour bénéficier d'une retraite à taux plein, il faut avoir atteint l'âge légal mais aussi avoir cotisé suffisamment (166 trimestres, soit 41,5 ans pour la génération 1955).

Le candidat d'En Marche! Emmanuel Macron a ensuite estimé ce que proposait M. Fillon reviendrait à "faire des économies sur celles et ceux qui vont partir à la retraite", des économies sur "le dos des Français".

"Je ne propose pas de faire la énième réforme qui consiste à repousser l'âge de départ", a affirmé cet ancien ministre de l'Economie, vantant "une réforme en profondeur" en gardant un système par répartition, "où 1 euro cotisé donne droit aux mêmes droits pour tout le monde, quelle que soit votre catégorie".

Hamon défenseur du critère de pénibilité

Le socialiste Benoît Hamon a défendu la possibilité de "partir plus tôt" pour ceux ayant connu un métier pénible mais aussi sa proposition consistant à pouvoir transférer des trimestres à son conjoint pour avoir plus rapidement une retraite à taux plein.

La solution pour Mélenchon : la parité salariale entre hommes et femmes

Quant à Jean-Luc Mélenchon, il a plaidé pour revenir à la retraite à 60 ans et aux 40 annuités, jugeant "incroyable qu'on soit revenu au niveau où on en était quand elles (les retraites) ont été créées en 1910". Pour cela, "il faut et il suffit que les femmes soient payées comme les hommes et, à partir de là, les cotisations sociales auxquelles ça donnerait lieu équilibreraient le régime", selon le candidat de La France insoumise.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/04/2017 à 20:38 :
Lequel des 11 candidats à la présidentielle propose une retraite à 60ans ,pour savoir pour qui voter,car à force d être esclave du travail ,rempli de douleurs ,être obliger de se dopé pour continué à cotiser en crevant petit à petit,pour remplir les paradis fiscaux de nos politiques.
Merci...C un SOS...---...
a écrit le 21/03/2017 à 19:42 :
C'est Mythe et Ran qui a (ont) porté la retraite à 60 ans, avant , c'était 65 ans, et la durée de vie était plus courte que maintenant.
Réponse de le 22/03/2017 à 15:40 :
"et la durée de vie était plus courte que maintenant".

Une hausse générale de la durée de vie qui masque une inégalité sociale entre ouvriers et cadres. D'après les données publiées par l'Insee en début d'année, "les hommes cadres vivent en moyenne six ans de plus que les ouvriers .Dans ce cas ,on pourrait mettre les cadres en retraite à 70 et les ouvriers à 60 ans.
a écrit le 21/03/2017 à 18:17 :
quel que soit l'élu il est à souhaiter que les parlementaires soit concernés par la prochaine réforme des retraites , question d'équité et d'exemplarité
a écrit le 21/03/2017 à 16:03 :
"le FN a copié le "Programme commun de la gauche" de 1981"

Pendant que le FN de 1981 avec le père proposait 65 ans.
a écrit le 21/03/2017 à 16:02 :
L'idée de mélenchon n'est pas bête, elle est à creuser du moins, les 60 milliards ne devraient pas y être mais il est évident que l'on relancerait la consommation et ils feraient mieux tous de penser sérieusement à revaloriser les retraites sinon demain je me demande bien qui achètera des voitures neuves parce que ceux sont pas les gens qui bossent qui ont des véhicules neufs, pas du tout même.
a écrit le 21/03/2017 à 14:33 :
Les 35 retraites spécifiques y compris parlementaire c'est 20 millards d'euros soit 30% de l'impôt sur le revenu qui est injustifié de plus très inégalitaire avec le privé. A réformer d'urgence et sans délais. Au non de quoi cette minorité de monarques et ses vassaux auraient plus que la société civile ?
Réponse de le 21/03/2017 à 15:59 :
"Au non de quoi cette minorité de monarques et ses vassaux auraient plus que la société civile ?"

Et pourquoi la société civile n'aurait elle pas autant que "cette minorité de monarques et ses vassaux" ?

Le problème de la pensée binaire c'est que ça marche dans tous les sens exactement pareil.
Réponse de le 21/03/2017 à 16:00 :
"de plus très inégalitaire avec le privé"

Et qui a amplifié cette inégalité :

La réforme Balladur de 1993 a allongé la durée de cotisation nécessaire pour liquider sa retraite à taux plein de 37,5 ans à 40 ans dans le privé ; elle a également, toujours dans le privé, fait passer de 10 à 25 le nombre d'années de salaire prises en compte pour le calcul de la pension de retraite.
Une troisième mesure a eu un impact très important sur le niveau des pensions de retraite : c'est le passage d'une indexation sur les salaires à une indexation sur les prix pour le calcul des pensions et leur réévaluation annuelle dans le régime général.
Réponse de le 21/03/2017 à 19:46 :
A Citoyen blasé.
Certes , mais cette minorité peut décider pour elle même, c'est là où le bat blesse.
On n' est jamais si bien servi que par soi même, dit le proverbe.
Nos "zélites" politiques en ont fait leur devise, et l'ont appliqué à tour de bras.
a écrit le 21/03/2017 à 14:17 :
Le critère de pénibilité est une ânerie parce que 1) tout le monde trouve son employ difficile pour une raison ou pour une autre et 2) faut vraiment être maso pour rester toute sa vie dans un job que l'on trouve pénible. Et si on se complait à souffrir, c'est alors un choix :-)
Réponse de le 21/03/2017 à 14:41 :
L'argument 2 pourrait se tenir si le taux de chômage n'était pas si élevé: Les gens restent à travailler dans un emploi pénible faute de pouvoir trouver mieux.
Réponse de le 22/03/2017 à 0:27 :
@Inoceram: n'importe quoi ! On ne reste pas toute sa vie dans un enfer, à moins d'être détraqué. On accepte un poste "pénible" tout en continuant ses recherches ou en développant son idée d'entreprise :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :