Mélenchon, ou la relance par l'investissement public

 |   |  1319  mots
Le cadrage budgétaire du programme économique de Mélenchon est hyper détaillé.
Le cadrage budgétaire du programme économique de Mélenchon est hyper détaillé. (Crédits : Reuters/Stephane Mahe)
Désormais troisième dans les sondages, le candidat de la France insoumise souhaite mener un plan de relance par l'investissement public, notamment dans la transition énergétique. Il en attend d'importantes retombées économiques.

« Je ne suis pas candidat pour être ministre des Finances. » Lorsqu'il s'agit de débattre du chiffrage précis de telle ou telle mesure de son programme électoral, Jean-Luc Mélenchon, désormais troisième dans les sondages, aime rappeler qu'il est avant tout habité par une vision politique globale, et refuse souvent de se livrer à des débats d'économies de bouts de chandelle. Lui qui tente de remettre une bonne dose d'humanisme dans la campagne (il évoque souvent dans ses discours la vie, la nature ou même l'amour) s'affiche comme celui qui prend de la hauteur sur les débats de techniciens et s'oppose à « la logique comptable » en politique.

Une logique trop longtemps reprise par des gouvernements qui se sont progressivement éloignés de la réalité de leurs électeurs. Ainsi, Mélenchon tente de convaincre ceux qui souhaitent un changement profond, bien loin des autres candidats qui se battent sur le nombre de milliers de fonctionnaires à supprimer, ou sur le nombre de points de TVA ou de CSG à augmenter. Sa « révolution citoyenne » se caractérise notamment par la création d'une Constituante qui viendrait complètement bouleverser le schéma institutionnel actuel. Une manière de convaincre un électorat, notamment les jeunes, en recherche de radicalité dans un cadre humaniste.

Un cadrage budgétaire précis

Dès lors, le débat sur le cadrage budgétaire de son programme économique en deviendrait presque secondaire. Mais ses équipes s'y sont tout de même attelées avec une certaine précision. C'était nécessaire car si, pour Mélenchon, l'économie n'est pas la matière principale à traiter pour redresser le pays, la maîtriser lui confère des gages de crédibilité dans l'optique de rassembler plus largement. Le candidat a ainsi scrupuleusement détaillé son ambitieux plan de relance afin de faire taire ses détracteurs qui le taxent de « laxiste », en dehors des réalités économiques du pays. Il communique donc sur trois chiffres : 100 milliards d'euros de nouveaux investissements financés par l'emprunt, 173 milliards de dépenses courantes supplémentaires, et une hausse des recettes de 190 milliards d'euros.

Les conséquences sur les différents agrégats économiques sont également détaillées : un déficit budgétaire de 3,5 % du PIB en moyenne sur le quinquennat, qui se creusera en 2018 à 4,8 %, mais finira à 2,5 % du PIB ; des taux de croissance de 1,8 point les deux premières années, pour dépasser ensuite les 2 %;  un taux d'endettement public qui baissera de 98 % à 87 % du PIB grâce aux recettes sociales et fiscales générées par la relance ; environ 3 millions d'emplois créés pour un taux de chômage en 2022 d'environ 6 % ; le retour de l'inflation : 2,6 % en 2018, 3,2 % en 2020, et 4,2 % en 2022 ; une hausse du taux de prélèvements obligatoires qui passerait de 45 % du PIB aujourd'hui à 49,2 % en 2022. En enfin une augmentation des dépenses publiques de 4 points à 59,2 % du PIB à la fin du quinquennat.

Importantes retombées économiques

Tout est donc sur la table. Et ce qui saute aux yeux, c'est que ce programme d'inspiration keynésienne mise sur d'importantes retombées économiques. Mais il n'y a pas le choix. En effet, le postulat de Mélenchon est clair : selon lui, les politiques de l'offre sont un échec cuisant et il est désormais nécessaire de mettre en œuvre un plan de relance. « La seule politique économique qui marche, c'est d'agir directement par la relance budgétaire », estimait l'économiste Jacques Généreux lors de la présentation du cadrage budgétaire du programme économique de la France insoumise. Et d'ajouter :

« Nous avons absolument besoin d'un choc d'investissements en Europe. Même le FMI, l'OCDE et les économistes de la Commission européenne le disent désormais. »

Avec Benoît Hamon, qui cible une hausse de la consommation par le biais notamment de son revenu universel, Mélenchon est ainsi le seul « grand candidat » de cette élection à vouloir un plan de relance par la demande. Mais « un plan de relance ciblé uniquement vers la consommation favorise surtout les importations, et ne crée pas forcément des emplois supplémentaires », note Jacques Généreux.

Ne pas cibler que la consommation

C'est pourquoi Mélenchon se différencie de Hamon en misant sur 100 milliards d'euros d'investissements, financés par la création monétaire de la banque centrale européenne, dont l'Etat se servira pour emprunter par le biais d'une banque publique. Très vite après son arrivée au pouvoir, Mélenchon veut débloquer 45 milliards d'euros pour l'urgence sociale (logement social, places en crèches et en EHPAD, accessibilité aux handicapés) et 50 milliards d'euros pour l'urgence écologique ( dont 25 milliards d'euros pour le Plan 100 % énergies renouvelables et 20 milliards d'euros pour l'isolation thermique de 700.000 logements). Enfin, 7 milliards d'euros seront consacrés à la couverture très haut débit du territoire, à la rénovation des universités, des prisons et des tribunaux, ainsi qu'à la construction de logements étudiants et de lycées professionnels.

Augmenter les salaires

Ce plan de relance de l'investissement s'accompagnera en parallèle d'une hausse de 173 milliards d'euros des dépenses courantes, ciblée sur la consommation. Ce plan englobe notamment le retour de la retraite à 60 ans, la hausse du Smic à 1.326 euros net (plus de 3 millions de salariés seront concernés), la revalorisation des salaires dans la fonction publique, et l'inversion des logiques de la révision générale des politiques publiques (RGPP) et de la modernisation de l'action publique (MAP) avec la création de dizaines de milliers de postes dans l'éducation et la santé. Au total, le leader de la France insoumise compte ainsi créer 3 millions d'emplois pérennes sur le quinquennat, dont 2 millions dans le secteur marchand, 420.000 dans le secteur public, 440.000 emplois aidés pour les jeunes, ainsi que 820.000 contrats coopératifs qui seront proposés par l'Etat aux chômeurs de longue durée.

Un budget de fonctionnement excédentaire

Certes très ambitieux, ce plan ne se ferait pas dans une logique déficitaire : « le budget de fonctionnement de l'Etat sera excédentaire », assure Liêm Hoang Ngoc, également conseiller économique du candidat. Le camp Mélenchon espère ainsi 55 milliards d'euros de recettes supplémentaires liées aux retombées économiques de la relance de l'activité, car « plus d'emplois, c'est plus de cotisations sociales et plus de recettes fiscales ». Les niches fiscales seront également rabotées de moitié pour environ 38 milliards d'euros, alors que la lutte contre l'évasion fiscale (estimée à 80 milliards d'euros par an) rapporterait 30 milliards d'euros. Symbole de la politique de l'offre menée par François Hollande, le crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (21 milliards d'euros) sera par ailleurs supprimé, même si en parallèle, l'impôt sur les sociétés sera abaissé à 25 %. Une hausse de TVA sur les produits de grand luxe, pour financer les baisses de TVA sur les produits de première nécessité, rapportera également 5 milliards d'euros.

Hausse des prélèvements obligatoires

Enfin, les prélèvements obligatoires seront augmentés de 33 milliards d'euros. La moitié de cette hausse étant supportée par les prélèvements sociaux afin de financer le remboursement des soins à 100 % par la sécurité sociale et la retraite à 60 ans. L'autre moitié reposera notamment sur une hausse de la fiscalité sur le revenu : un barème à 14 tranches sera instauré et augmentera la fiscalité des revenus supérieurs à 6.000 euros par mois. En parallèle, la hausse des droits de succession sur les gros patrimoines et le renforcement de l'ISF contribueront à hauteur de 3 milliards d'euros au budget de l'Etat. Enfin par une taxe progressive, les hautes transactions immobilières rapporteront 5 milliards d'euros supplémentaires chaque année. Un programme qui déplaira à certains, assurément, mais qui a le mérite de la clarté. C'est important à quelques semaines d'un premier tour de l'élection présidentielle qui s'annonce indécis comme jamais.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/04/2017 à 11:31 :
Allez, il faut continuer de croire au père noël Mélanchon Hamon etc. La vie va être encore plus belle avec eux, et tout deviendra plus facile...vous verrez, il suffit de changer de lunettes! La retraite à 60 ans ( 14 millions de retraités...), le temps de travail à 32 heures ( ce qui aura un impact sur les cotisations retraites et tout le reste... ) et bien d'autres choses encore! Toujours plus de cadeaux qu'il faudra payer après. Ce n'est pas grave, l'utopie est en marche, continuons de rêver! La mondialisation, elle n'existe pas comme la dette abyssale de la France.
Vous vous rappelez "le changement ,c'est maintenant" de Hollande...pas mal non. Aujourd'hui 6 millions de chômeurs, mais on a oublié qu'il faut créer de nouvelles entreprises ( les PME) ....et qu'il faudra bien baisser les charges sur le travail !
Nos soi disant élites sont sans réalisme et sans bon sens, tout est normal, il faut faire plaisir à tout le monde idéologiquement en ratissant large.
Le déclin est déjà là.
a écrit le 16/04/2017 à 7:04 :
L'"apha et l'omega" de l’idéologie de Melenchon c'est l’égalitarisme et la lutte des classes. L'orgie de dépenses publics et de nouveaux impôts est en fait une politique de redistribution qui ne dit pas son nom.
L'argument selon lequel un accroissement des dépenses public relancerait l’économie est fallacieux, dans la mesure ou l'argent dépensé par l'Etat est pris ailleurs dans l’économie : c'est un jeux a somme nulle. L'Etat est une personne morale qui ne créer pas de richesses c'est simplement un mécanisme (opaque et inefficace) de redistribution à des fins catégorielles..
a écrit le 15/04/2017 à 3:03 :
Le mot entreprise et actionnaire n'est pas cité dans l'article pourtant cela devrait être le sujet : absence de fonds propres français , hypertaxation des entreprises par rapport à leurs concurrents , impossiblité de créer des entreprises du futur (pour taxer les robots , on repassera :)) ...
D'un autre côté , lorsqu'on voit à quoi ressemble la france de maintenant avec cette omnipotence de l'état providence , l'assistanat permanent via le social , la pléthore de fonctionnaires pour des fonctions non régaliennes , cela ne m'étonne plus que Mélenchon trouve une audience toute conquise .
a écrit le 15/04/2017 à 2:45 :
Bravo , la croissance par l'investissement public : le truc qui est fait depuis 40 ans et qui ne marche pas depuis 40 ans , à part pour faire exploser la dette .
Une hausse de l'investissement public à direction des fonctionnaires et des pauvres du secteur privé qui augmentera la consommation des ménages et provoquera de l'inflation tout en engraissant les chinois et les allemands (puisque ce pays a une balance commerciale ultra déficitaire faute d'avoir des entreprises performantes du fait d'un état parasite ) et contribuera un peu plus à détruire nos entreprises en augmentant la dette qui entrainera elle même une augmentation de taxes jusqu'au chaos de l'hyperinflation et du cercle vertueux vénézuélien :)...
Mélenchon président ...
a écrit le 14/04/2017 à 20:05 :
Ces français sont ils devenus fous l'exemple de l'extrême gauche grec ne les a pas refroidi doit ton mettre un dictateur à la tête de notre belle France
a écrit le 14/04/2017 à 12:26 :
"Une hausse de TVA sur les produits de grand luxe, pour financer les baisses de TVA sur les produits de première nécessité, rapportera également 5 milliards d'euros.":
Les Français qui peuvent se permettre d'acheter ces produits de luxe ne seront plus en France et les touristes achèteront dans les pays voisins ! N'oublions pas que les marchés sont ouverts...

"L'autre moitié reposera notamment sur une hausse de la fiscalité sur le revenu : un barème à 14 tranches sera instauré et augmentera la fiscalité des revenus supérieurs à 6.000 euros par mois":
Ce n'est pas clair. Si prelevement à la source sur le salaire mensuel, quid du revenu annuel en fonction du quotient familial. Un des conjoint gagne plus de 6000 € alors que l'autre est au Smic ou sans emploi, avec un enfant...
a écrit le 14/04/2017 à 12:02 :
Du demain on rase gratis à le sauce Lepenenchon.
a écrit le 14/04/2017 à 2:14 :
C'est le premier article honnête que je trouve sur le programme de la FI. Bravo au journaliste qui redonne espoir dans la profession. Par les temps qui cours, on en a bien besoin !
a écrit le 13/04/2017 à 21:08 :
Le problème, c'est que les plans Marshall et le Keynésianisme, ça marche quand on a des ratios de dépenses budgétaires basses ou moyennes et dans un circuit fermé. On ne peut plus transposer ces modèles-là dans un monde ouvert où nous sommes déjà à des niveaux de prélèvements obligatoires champions du monde (ou vice champions). On ne peut plus se le permettre. C'est comme soigner une crise de foie par une orgie...
a écrit le 13/04/2017 à 21:03 :
La fuite en avant dans ce qui n'a jamais marché : précipiter la dépense réelle, anticiper des recettes virtuelles.
a écrit le 13/04/2017 à 20:16 :
@ Troyens : Je persiste et signe : l’économie est bien repartie. Il suffit de lire les communiqués des entreprises dans les journaux, ce qui est sûrement en dessous de votre condition.
Et quand je sors le matin dans la rue, et je prends les transports en commun pour aller bosser, je vois un peuple français qui n’a pas l’air malheureux du tout. Plutôt joyeux et en bonne santé, même.
Sans parler de tous ces gens qui changent de voiture en ce moment : on ne voit que des nouveaux modèles dans ces fameuses rues où il est de bon ton de se consterner.
Ma réalité, c’est ça. Profitez-en avant que toute cette bande d’idéologues aigris ne la fiche en l’air.
Et, surtout, arrêtez de lire Le Monde et toute cette presse larmoyante, et de regarder le JT tous les jours : ça ne peut que vous gâter encore plus le caractère. Pour rien.
Réponse de le 14/04/2017 à 10:28 :
"Sans parler de tous ces gens qui changent de voiture en ce moment : on ne voit que des nouveaux modèles dans ces fameuses rues "

Ce que tu vois c'est juste une histoire de classe sociale ,il y a 4 millions de cadres actifs et 3 millions de retraités cadres dans ce pays avec leur famille sans parler d'autres professions ou l'on gagne très bien sa vie.Tous ceux la généralement n'ont pas trop de soucis et ne se plaignent pas de leur sort ,sauf de payer trop d'impôts dans les commentaires comme ici.
a écrit le 13/04/2017 à 14:23 :
De mon point de vue le programme économique de Mélenchon est exactement entre celui de Fillon et celui de Hamon. Il est bien plus carré que Hamon, et je suis moins surpris que je ne l'étais qu'on parle autant de Mélenchon ces derniers temps.

Le choc d'investissement, que Fillon mettra en place mais pas Macron, est je pense le point le plus important de tout programme économique digne de ce nom. La baisse graduée du déficit public ressemble aussi au programme de Fillon (alors que Macron cherche juste à coller au 3% imposés par Bruxelles). Les niches fiscales rabotées (quoique Fillon supprime toute les niches fiscales, pas juste 30 milliards) et la hausse de TVA (bien que ici ce ne soit que sur un type de produit parmi d'autres), c'est aussi du Fillon, bien que dans une moindre mesure. C'est à prendre comme un hommage, je suppose, bien que Mélenchon se fasse sûrement écarteler plutôt que d'admettre la moindre ressemblance avec le candidat de la droite, et encore moins qu'il l'a plagié vu que c'est le seul à être sérieux sur la question.

Après, passer à 100% d'énergies renouvelables, les hausses d'impôts, la création d'emplois publics et la relance par les hausse de revenus, c'est du Hamon tout craché, autrement dit du Tsipras, et on sait comment ça a fini. Mais globalement Mélenchon remonte dans mon estime, ce serait presque un deuxième choix crédible, s'il n'y avait pas la partie léniniste de son programme économique, et bien sûr tout ce qui n'est pas lié à l'économie. Il se montre en tout cas plus sensé que Macron et Hamon, ce qui pour un semi-communiste est un excellent résultat.
a écrit le 13/04/2017 à 11:34 :
Méluche,le candidat des bobos du canal saint -martin!
Réponse de le 16/04/2017 à 7:10 :
Excellent "bobos du canal saint-martin"!
a écrit le 13/04/2017 à 9:30 :
Il n'y a pas besoin de relance en France : la "crise" est terminée depuis 2009, et après avoir stagné depuis tout ce temps, l'économie repart sur les chapeaux de roues depuis 3 trimestres. Grâce à des trucs comme le CICE.
Mr Mélenchon est bien comme les autres politicards : il vit dans sa tour d'ivoire, et ne voit pas ce qui se passe dans le monde réel, et surtout pas les bonnes nouvelles de l'économie, et se gargarise avec des drames planétaires qui n'existent que dans la tête des intellos et des oisifs.
On peut presque en dire autant de Mme Le Pen, qui, finalement, lui ressemble beaucoup.
Réponse de le 13/04/2017 à 14:49 :
"l'économie repart sur les chapeaux de roues depuis 3 trimestres."

Vous devriez appuyer votre blague avec le millions d'emplois créés par Gattaz non ? Cela ferait plus crédible...

Parlez de l'hypothétique tour d'ivoire de Mélenchon concernant les bonnes nouvelles de l'économie dans le monde réel, alors que vous ne voyez pas ce même monde si réel au bas de votre immeuble est simplement risible.

Votre seule analyse finalement, et vous terminer avec d'ailleurs, est celle des pseudos analystes que sont les éditorialistes pour faire peur à la basse populace, Mélenchon = Le Pen...
Réponse de le 14/04/2017 à 21:31 :
'des drames planétaires qui n'existent que dans la tête des intellos et des oisifs'!!!

Désolée mais il y en a bien des drames planétaires, regardez autour de vous et documentez-vous au lieu de dire n'importe quoi... Et je ne me considère ni oisive, ni intello, je suis juste une enseignante, maman de 5 enfants...
a écrit le 13/04/2017 à 9:05 :
La relance par l'investissement public ne pourra se faire qu'en quittant l'euro! Tant que l'on appartiendra a cette zone administrative qu'est l'UE de Bruxelles, rien ne pourra être possible en dehors du G.O.P.E. !
a écrit le 13/04/2017 à 2:33 :
Clair qu'il n'a peut-être pas tort sur ce point. Car l'histoire montre que la dette des pays peut aller largement plus loin, MAIS cela fait prendre un paquet de risques. Pardon pour ceux qui sont NULS en Histoire, il suffit de vous documenter. Sur Marx et les Bolcheviques aussi, cela vous permettra de comprendre Roosevelt, en passant. Ils ont vécu la crise économique que NOUS vivons actuellement. Sinon, ce gars veut faire voter les NON-Français, et LA, MOI, je DIS : pour dézinguer un reste d'unité national, oublies. fais autre chose. Cuisine une choucroute. Fais-toi un plaisir personnel. Compte les mouettes dans le ciel. Tonds ta pelouse qui n'a pas poussé. Ouvre une bouteille d'eau vide et tu la rebouches. Autre...
a écrit le 12/04/2017 à 22:47 :
Quarante économistes ont signé mercredi une tribune dans Le Monde pour soutenir le candidat à la présidentielle Emmanuel Macron, estimant qu'il était "le seul à porter un projet permettant de retrouver une croissance équitable". On les croit aisément lorsque l'on analyse le programme de Mélenchon inspiré du Vénézuela et de Cuba dont on connait la situation et qui va nous faire exploser la dette. Mélenchon est quasiment pire que le Pen, c'est peu dire !
Réponse de le 13/04/2017 à 9:21 :
Je sais pas si tu as lu le programme de Macron, mais oui effectivement son programme va rapporter de l'argent, mais ça ne sera ni à toi, ni à moi, ni à l'état. Ce sera pour les actionnaires, les riches investisseurs et les multinationales. Ces mêmes personnes et multinationales qui cachent leur argent dans les paradis fiscaux.
Enfin le gas est pour l'application du CETA, si t'as 2 neurones qui se touchent, tu comprends vite qu'il est la pour engraisser les banques et les multinationales. Je te rapelle qu'il était aussi à l'initiative du CICE qui fut pompé à 90% par les grands groupes (soit 5% des emplois en Francais), et bizarrement les investissements n'ont pas augmentés, mais les montants des dividendes, Si !
Donc les signatures de 40 économistes qui ne prennent pas en compte le bien du peuple, c'est un plutôt un signe d'alarme qu'un encouragement.
A bon entendeur.
Réponse de le 13/04/2017 à 14:52 :
Juger un programme économique sans chiffre, y'a pas un truc qui vous dérange vous...? "Ha non, des économistes le disent" !

Nicolas Doze et Emmanuel Lechypre disent des choses aussi sur une chaîne infos...ils ne sont pas des plus intelligents pour autant.
a écrit le 12/04/2017 à 21:18 :
Désolante et lamentable chasse aux sorcières, dénigrement de bas étage et exploitation sordide de l’affaire Fillon par une majorité de médias (Presse écrite et Télévisons diverses…notamment BFMTV et d’autres instances) et la calomnie qui en découle. L’unique objectif des thuriféraires de cet étalage de haine n’est certes pas le fait d’une « moralisation et d’un assainissement » de la vie politique (sur ce plan là tous, sans conteste, sont dans le même sac) mais plutôt un acte d’assassinat politique pur et simple de celui qui menaçait le pouvoir socialiste. Je n’ai jamais été un filloniste invétéré mais un gaulliste pur et dur qui, en dehors du général de Gaulle, je n’ai jamais voté pour quelqu’un mais toujours contre l’autre car ma ligne de conduite et mes principes m’ont toujours dicté de voter contre l’idéologie (socialo-communisme, extrémisme de gauche comme de droite, manque de charisme et manque de hauteur de vue). Au train où vont les choses à près de dix jours du premier tour les pronostics des instituts de sondage et des officines journalistiques risquent d’être totalement démentis et déjugés (retournement du bâton ?!). Pourvu que cette campagne ignominieuse ne nous mène pas à un duel des extrémismes !? Si cela arrive je suis prêt à mener un combat farouche et m’allier à tous ceux qui voudront faire tomber la ou le prochain président indésiré et indésirable car il aura bénéficié d’un vote dénaturé, corrompu et manipulé par la vindicte mediatesque.
a écrit le 12/04/2017 à 18:53 :
Contrairement à ce que certains médias aux ordres tentent de nous faire avaler, le programme de Jean-Luc Mélenchon ne contient aucune allusion à une quelconque sortie de l'Union européenne. Franc-maçon, soumis à Goldman Sachs, est un Tsipras-bis qui se plierait, si il était élu, à toutes les mesures d'austérité imposées par l'UE. Comme Marine Le Pen, il fait croire aux plus naïfs qu'il est possible de renégocier les traités européens. Mais comme le démontre très bien François Asselineau, le seul candidat qui propose le Frexit, c'est une chose impossible à réaliser pour la simple et bonne raison qu'il faudrait l'unanimité des 28 pays membres. On a donc plus de chance de gagner au loto que de modifier les traités de l'Union européenne. (détails sur le site de l'Union Populaire Républicaine https://www.upr.fr )
a écrit le 12/04/2017 à 18:51 :
L'état n'arrive pas à faire les fins de mois il emprunte à tout va, et on voudrait augmenter la dépense publique, le FMI arrive à grand pas pour nous remettre sur de bons rails
Réponse de le 13/04/2017 à 14:54 :
Concernant le FMI, vous faites bien d'en parler, car à l'heure ou vous avez mis votre commentaire, ce dernier avait déjà publié sans le dire que finalement, la relance ne peut se faire que comme le conçoit la France Insoumise !
a écrit le 12/04/2017 à 18:44 :
François Hollande a amené la France au bord du gouffre. Mon petit doigt me dit que Macron ou Mélanchon , s'ils sont élus, vont lui faire faire un grand bon en avant.
a écrit le 12/04/2017 à 18:33 :
Quel horreur le communisme et ses dirigeants. Ils mettront à nouveau les "" goulags " en fonctionnement en France.
Réponse de le 12/04/2017 à 19:54 :
Pathétique et ridicule, vous n'avez pas honte ?!
a écrit le 12/04/2017 à 17:42 :
C'est surtout le financement de cet investissement plus que son montant qui est critiquable. Je pense pour ma part qu'en vendant les 90 milliards de participations dans les entreprises ainsi que tous les immeubles administratifs bêtement occupés par l'administration dans des endroits où il y aurait de riches acheteurs (Paris intra muros par exemple), cela permettrait de financer cet effort qui serait certainement bénéfique...Et ce serait beaucoup moins idiot que ces 500 milliards d'euros dépensés en pure perte pendant la crise financière. Donc il faut en effet savoir lever un peu le nez du guidon (et du tableur excel) : même si je ne voterai pas Mélenchon, il faut critiquer à bon escient.
a écrit le 12/04/2017 à 17:20 :
Comme tous ses copains il n'a jamais crée la moindre entreprise, le moindre commerce, le moindre artisanat et cela se croit capable de gérer la FRANCE. il prend ses désirs pour des réalités. Son modèle économique c'est Cuba et l'Argentine, je sens qu'on va être sauvé.
Réponse de le 13/04/2017 à 14:56 :
On ne gère pas un pays comme une entreprise, tout comme on ne gère pas un budget familiale comme une entreprise etc !
Cessez donc de tenter cette contorsion impossible et surtout de la partager !
a écrit le 12/04/2017 à 16:46 :
Vous souvenez-vous de 1983 avec le "tournant de la rigueur" ? Aujourd'hui, les économies sont encore plus imbriquées... Comment Mélenchon et Mr Généreux (le bien nommé) comptent faire face à la grave crise de confiance des créanciers vis-à-vis de l'état français avec un déficit de balance commerciale abyssal que plus personne ne voudra financer aux taux usuels ? L'argent va devenir très cher (et donc rare) pour l'état, les ménages et les entreprises n'investiront plus (elles ne le font déjà pas assez) ce qui va gripper l'économie. Après quelques mois seulement, le multiplicateur de Mélenchon va tourner à l'envers !...
Même les investisseurs étrangers en France (qui ont apporté 40 Mds € à la machine économique en 2016...) préfèreront aller dans d'autres contrées européennes pour créer leurs emplois locaux.
Les nations prospères et indépendantes sont fortement exportatrices : le fruit de leur travail leur permet de ne pas dépendre de l'argent des autres (Japon, Allemagne, Corée du sud, Chine, USA avec le $ en plus,...).
Par quel tour de passe passe Mélenchon peut-il faire croire "au peuple" qu'il va générer une croissance de plus de 2% et désendetter le pays sans jouer la carte des entreprises et de l'offre ?
Dans ce domaine, les faits sont têtus, les prophéties auto-réalisatrices n'existent pas, quand bien même elles sont administrées par un orateur talentueux.
Référez-vous au cas du Vénézuela de Chavez, le modèle de Mélenchon, dont la population vit aujourd'hui très douloureusement.
Réponse de le 12/04/2017 à 17:41 :
Réflechissez : non l’augmentation des dépenses publiques n’entraîne pas nécessairement une hausse des taux d’intérêts des emprunts d’Etat. La meilleure preuve en est que, entre 2008 et 2017, l’endettement global des pays européens, et notamment de la France, s’est accru de 30 points de PIB, mais que l’on emprunte à des taux plus bas qu’avant la crise, taux allant même jusqu’en territoire négatif alors que notre endettement a explosé et que le besoin d’emprunter est toujours plus fort…

Pourquoi ?
- Parce que les taux d’intérêts dépendent avant tout du taux directeur de la banque centrale et de la politique monétaire ;
- Parce qu’ils dépendent de l’inflation anticipée et qu’il n’y a pas d’inflation (sauf des prix de l’immobilier et des actifs financiers) en raison de la politique économique absurde menée actuellement ;
- Parce que banques commerciales comme compagnie d’assurances doivent toujours détenir des emprunts d’Etat pour respecter leurs ratios prudentiels ;
- Et parce que les emprunts d’Etat sont le meilleur moyen de se refinancer en liquidités auprès de la BCE.

Alors pourquoi ces faits, connus de tous les économistes sérieux, ne sont jamais opposés à M. Gattaz ou aux ignorants du type de Dominique Seux lorsqu’ils disent des âneries plus grosses qu’eux pour discréditer Mélenchon ou d’autres ?

Pourquoi continue-t-on d’affirmer que la dette publique exploserait en cas de disparition de l’euro alors qu’elle a été émise à 97% sous contrat de droit français et qu’elle serait donc convertible au taux de 1 pour 1 dans la nouvelle monnaie le cas échéant ?

Pourquoi s’accumulent toujours contre-vérités et mensonges sans que personne ou presque ne les relèvent dans ce qu’il faut bien appeler les médias officiels ?

Cette stratégie de la peur doit cesser : on ne peut pas discuter de fond sur des arguments mensongers.
Réponse de le 12/04/2017 à 18:51 :
@Nicolas
Vous avez très bien résumé ce programme économique en droite ligne l’équipe Jacques généreux.
Je pense que ce programme est cohérent, mais comme il est d’inspiration keynésienne, il dénote a tous ceux qui naviguent, depuis 35 ans, dans la pensée dominante néo libérale. Ces gens-là, qui ne veulent pas comprendre ou admettre que la politique de financiarisation de l’économie en vigueur depuis le milieu des années 80, ne sert qu’une strate infime de la société. On pourrait citer pour exemple les sociétés sous statut LBO, qui foisonnent depuis cette époque, dont, les techniques de management sont catastrophiques pour le salarié. Ces gens-là bien formatés, pour ne pas dire lobotomisés, n’imaginent mémé pas que l’on puisse penser autrement.
Faire évoluer la société ne pourra se réaliser que lorsque dans les grandes écoles de commerce et les universités on acceptera de penser autrement et d’ouvrir les esprits à d’autres paradigmes économiques beaucoup plus centrés sur l’humain. Certains y travaillent ; voir http://www.chairebernardmaris.alliss.org
Quant à JLM, contrairement aux sondages je doute qu’il puisse franchir le 1 tour. Il n’a pas derrière lui la finance, les rentiers, les bobos. Cette population verrouille l’accès aux postes décisionnels et ne sait que trop « affoler » le citoyen pour protéger ses intérêts.
Réponse de le 15/04/2017 à 2:53 :
@ Nicolas
Si les taux d'intérêts sont restés bas, vous pourriez avoir l'honnêteté de rappeler que c'est parce que nos dirigeants ont engagé des politiques économiques négociées au niveau européen pour réduire les déficits et se désendetter, en échange d'un soutien de la Banque Centrale Européenne et de l'UE (principalement l'Allemagne). Leur écarts ont été effectué dans ce cadre. Cela n'a rien à voir avec ce que propose de faire Mr Mélenchon. Le taux de nos emprunts à long terme suivent en ce moment même l'évolution des courbes de Le Pen et de Mélenchon, on voit bien qu'il n'y aura pas de répit au lendemain de l'élection. Tout est en place pour une crise européenne majeure, car Mélenchon a fait de l'annulation de nos traités européens sa priorité. La stratégie de la peur, c'est Mr Mélenchon lui-même qui la pratique en permanence en étant défaitiste, en faisant croire que tout va mal, avec d'autres arguments que Marine Le Pen, mais dans le même but. Le mensonge, c'est de faire croire que l'on peut revenir à la retraite à 60 ans, donner une 6ème semaine de congés payés, donner des dizaines de milliards pour du social, en s'appuyant sur des recettes virtuelles, car cela ne créera pas un effet d'aubaine de type keynésien car ce ne sont pas des secteurs qui le permettent, contrairement à la construction publique et à l'industrie. Le mensonge, c'est aussi de faire croire que l'on peut renier les traités européens tout en obtenant un prêt de 100 milliards à taux réduit de la BCE, ou alourdir les charge pour les entreprises tout en augmentant le smic sans créer des faillites en séries. Avec quel argent paierez vous la PAC et à qui vendrez-vous nos excédents une fois que vous aurez cassé le marché européen ? Avec quoi paierez-vous vos importations lorsque votre monnaie ne vaudra plus rien ? Vous aurez une dette dans votre monnaie de singe, mais vous en aurez une très vite dans la monnaie forte que l'on vous imposera pour les prêts à taux élevés finançant ces investissements massifs à court terme. Vous n'aurez pas le choix d'accepter car la France aura achevé la solidarité européenne par ses prises de position qui ne plairont pas à l'Allemagne et aux économies du nord. Comment combattrez-vous l'inflation sans remonter les taux directeurs français et casser encore plus la politique d'investissement dans notre économie ?
Enfin, le plus gros mensonge, c'est de faire croire que le vote en faveur de Mr Mélenchon vient des couches populaires basses, car c'est le candidat le plus faibles du top 4 à ce niveau. Et oui, n'en déplaise à @charly10, Mélenchon est surreprésentés dans les milieux bobos et moins populaire chez ceux qu'il prétend défendre, les pauvres gens comme il les appelle, sans s'apercevoir de sa condescendance.
Un plan de relance massif n'est réaliste qu'à l'échelle européenne, en ciblant uniquement les secteurs productifs qui peuvent réellement créer un cercle vertueux, en négociant au préalable avec nos partenaires, en rassurant les investisseurs au lieu de les faire fuir par des prélèvements supplémentaires et une incertitude totale, en évitant d'accroitre le poids du secteur publique dans un pays qui en souffre depuis déjà tant d'année, en rassemblant les français autour d'une vision commune au lieu de les diviser d'une manière sectaire en pointant du doigts les "élites", un soit-disant "système", les "profiteurs", le discours violent de tous ceux qui souhaitent piétiner la démocratie une fois arrivés au pouvoir.
a écrit le 12/04/2017 à 14:59 :
Quelle naïveté de croire qu'en augmentant les tranches de l'IR, on récolte plus ! Les cadres dirigeants seront payés à Amsterdam (cf. Alcatel) ou en partie en honoraires de conseil (cf. FF). La tranche marginale sera 33% maxi ou la tranche du pays concerné. Et notre PR se demandera pourquoi les recettes diminuent !
Réponse de le 12/04/2017 à 15:48 :
Bonjour,

Je ne sais pas si ça va vous rassurer mais le programme de la FI propose également de s'inspirer de l'administration fiscale américaine (reconnue comme efficace) pour qu'un citoyen français qui s'expatrie pour échapper à l'impôt paye la différence entre ce qu'il paye dans le pays et ce qu'il aurait dû payer en France. Personnellement, cette mesure me semble raisonnable et je ne soupçonne pas l'administration américaine de bolchévisme.

En espérant avoir pu répondre à vos préoccupations légitimes.
a écrit le 12/04/2017 à 14:09 :
La relance par la consommation, ca a deja ete essayé en 81 (et Melanchon le sait, il etait au PS a l epoque). Resultat : au lieu de consommer francais et relancer l emploi, les gens ont achete japonais (rappelez vous ca a motive les ministres a essayer de bloquer les importtaions de magnetoscope en les faisant dedouaner a poitiers, grand port bien connu ;-)

L industrie francaise etant en plus mauvais etat qu en 81, il ets evident qu une relance par la consommation va etre un bide. Apres je vois mal comment construire des EPAD ou la transition energetique (la encore techno quasiment tourjours etrangere) va inverser la tendance.

A cela on ajoute une sortie inevitable de la zone euro (vous voyez un dirigeant europeen dire a ses electeurs : "on va augmenter vos impots pour combler les deficits francais" ?)

Resultat, a moins que melanchon se renie (apres tout pas impossible. Mitterrand avait ete elu en 81 sur un programme similaire et il a tout bazarde au bout d un an) c est la ruine assurree.

Cerise sur le gateau, avec Melanchon on risque meme une guerre civile. Car un effondrement economique couplee a une immigration massive (Melanchon est tres pro migrant) risque de transformer la France en camp de grand Scynthe.

Il reste plus qu a esperer qu on ait pas Le Pen/Melanchon au deuxieme tour
Réponse de le 12/04/2017 à 16:31 :
En 81 le gouvernement Mauroy a mal pris en compte les effets de la hausse des prix du pétrole suite à la crise pétrolière. Et donc, faire un plan de relance en période de forte inflation (y'avait quand même une inflation à deux chiffres), ce n'est effectivement pas une très bonne idée. La situation aujourd'hui n'a rien à voir : nous sommes au bord de la déflation, nous avons BESOIN d'un peu d'inflation. Donc un plan de relance est non seulement une idée qui tient la route, mais cela semble également bienvenu.

Si vous regardez la période des 30 glorieuses (Jean FOURASTIE a écrit un livre là dessus), on voit que les politiques économiques mises en place à l'époque étaient... Des politiques contracycliques, comme celle que veut mener Mélenchon. Donc la relance ça a marché, ça marche, tout dépend de la conjoncture économique et actuellement celle-ci se prête à la relance. De plus, si elle est ciblée sur des investissements durables le temps de remettre l'économie sur pieds et de pouvoir laisser la main au privé par la suite, on créé un patrimoine durable pour les générations futures, donc c'est tout bénef.

Revoyez vos cours d'éco !
Réponse de le 12/04/2017 à 16:37 :
C'est cool, vous mettez justement en garde contre quelque chose qu'il ne propose pas. Il ne propose pas la relance par la consommation, mais par la commande publique. En gros la mise en place de chantier de construction qui nécessite le travail de société et de main d'oeuvre française (au sens employée en France par des entreprises Françaises, par la suppression de la directive travailleur détaché). Donc 100 milliards, qui ne vont pas dans les poches des consommateurs, mais des sociétés qui vont ensuite payer des cotisations, et des impôts. Il va donc falloir mobiliser beaucoup de main d'oeuvre, donc plus d'emplois, moins de chômeurs, plus de consommateurs.
Réponse de le 12/04/2017 à 16:39 :
Si les Français étaient raisonnables, ça se saurait !
5 mns à l'écoute ou à la lecture de MLP ou Mélenchon et on sait que ces démagos ne récolteraient pas plus de 10-12 % dans n'importe quel pays du nord.
En France, on envisage un deuxième tour avec ces deux énergumènes dans l'élection majeure du pays.
Il n'y pas que pour le Wall Street journal (qui pourtant sévit dans le pays de Trump) que la France est devenue un pays du sud, c'est une réalité.
Et sa capitale est Marseille qui a ovationné le mage Mélenchon.
Réponse de le 13/04/2017 à 0:15 :
Vous ne voyez pas la situation comme elle est. La balance commerciale est plombée pour moitié par l'importation de matières énergétiques fossiles et d'uranium... Rendu inutile par la transition énergétique. Donc NON on ne va pas plomber la balance commerciale, même si les importations augmentent, car on la soulagera des importations énergétiques qui en font l'essentiel.
L'économie est un terrain complexe, on ne peut pas en écarter la moitié des variables pour faire coller un discours à la réalité...
Ce programme est le meilleur pour la France même en matière économique.
a écrit le 12/04/2017 à 14:01 :
Mélenchon devient la personnalité politique préférée des Français... ou plutôt des fonctionnaires...
a écrit le 12/04/2017 à 13:53 :
Lorsque l'on regarde les programmes, l'on comprends bien que le programme de Mélanchon est un programme in finé plutôt centriste au bon sens du terme,

le programme de Mélanchon va relancer l'économie et reconstruire l'industrie pillée massacrée abandonnée durant ces 15 dernières années par les gouvernements ChiracRaffarin, SarkozyFillon et HollandeVallsMacron ;

Mélanchon a très bien comprit que la valeur ajoutée des productions industrielles française sera la seule solution pour effacer la pauvreté ;

Un pays qui n'a que des pauvres ne peut pas être un pays prospère,

la misère envahissante des 15 dernières années est la honte pour le Français qui voyage

les artisans, les entreprises de service, les commerçants, les garagistes, les restaurateurs, etc ont besoin d'avoir des clients salariés bien payés qui pourront consommer, s'équiper, réparer et renouveler leurs voitures, aller dans les restaurants, s'habiller et renouveler leurs penderies, moderniser leur habitat avec les nouvelles technologies d'économie d'énergie

les salariés bien payés n'auront pas besoin d'aides pour changer leur chaudières, ou pour améliorer les performances énergétiques de leurs habbitation ...

et puis surtout,
le programme de Mélanchon respecte les citoyens, préserve l'unité des Français, rétablit l'indépendance de la Nation Française, met en place les moyens indispensables pour remettre la finance au service des citoyens,
Réponse de le 12/04/2017 à 14:52 :
Ben moi je ne me sent pas être un citoyen respecté par M Mélenchon.
Cette posture guerrière vis-à-vis de l'Allemagne, de Bruxells, qui seraient la source de tous nos maux m'effraient.
Quand à la fiscalité consfisactoire, elle plait peut être à certains citoyens mais pas à tous !
Réponse de le 12/04/2017 à 15:28 :
Vous etes sur que vous etes centriste ? ou simplement raisonnable ?
Comme vous l ecrivez les francais bien payé vont acheter des voitures (dont une grande partie faites a l etranger, meme si vous acheter renault ou PSA), des vetements (a moins d acheter du Dior, c est tout fait ailleurs) .
Si ils achetent de l electronique (TV, hi fi), de la telephonie (smartphone) c est encore pire, c est 100% etranger :-(

De l autre coté, comme les entreprises et leurs proprietaires vont craindre une hausse massive des impots ou la conversions de force de CDD en CDI, elles vont pas embaucher et meme si elles ont un surplus de commandes

Une fois l economie en plein marasme, Melanchon aura plus le choix, il devra en passer par des mesures coercitives : controle des changes, emprunt obligatoire (cf Mitterrand 1981) voire limitation des paiements/retraits en liquide (cf grece). Meme si je vois pas Melanchon creer une police politique comme Lenine, ca va pas etre des lendemain qui chantent. On va se retrouver proche du Venezuela, ce qui va pas dans le sens de l unite des francais.
Si on rajoute a ca l immigration africaine massive, le camp de grande Synthe est un avant gout de ce que va etre une france insoumisse ....
Réponse de le 12/04/2017 à 15:59 :
@brice, regardez attentivement les explications quant à l'Allemagne ou à Bruxelles. Le modèle démographique et la structure économique allemande, favorisent un euro fort et des taux de déficit publics fortement encadrés, ce qui n'est pas avantageux pour la France aujourd'hui, en manque de croissance et d'emploi.
Par ailleurs, il est vrai que la fiscalité confiscatoire ne plait pas à tous. En effet, JLM souhaite imposer à 100% tout revenu supérieur à 400 000€. Ceci concerne 0,9% des français, qui je pense, pourront survivre à cette infamie ;)
a écrit le 12/04/2017 à 13:45 :
Mélanchon le Tsipras français
Les électeurs de syriza (gauche radicale en Grèce) se sentent trahis et il y a de quoi puisqu'Alexis Tsipras une fois élut à accepter pratiquement toutes les exigences de la Troïka. En France JL-Mélenchon l'Insoumis du Front de Gauche appelait alors à voter pour Tsipras idole de la gauche contestataire retour sur cette monumentale imposture électorale. https://www.youtube.com/playlist…

Pourquoi Mélanchon ne parvient-il pas à pousser jusqu' au Frexit comme Assellineau, est-ce par manque de courage ou de capacité d'analyse ou les deux ....?
Réponse de le 12/04/2017 à 16:07 :
@Ed Mont, à vrai dire, aucun des deux. Une sortie pure et dure de l'Europe n'est pas à privilégier dans l'absolu. En effet, nos entreprises déversent leurs marchandises dans tout le continent européen (pour 59,8% des exportations), ce qui est bon pour nos emplois in fine.

Le cas de Tsipras est particulier :
1) La Grèce n'a pas le poids économique de la France qui lui permet de peser davantage dans les négociations européennes
2) Tsipras n'avait pas de plan B (la menace de sortir des traités), là où Mélenchon en a un.

L'Union Européenne est un magnifique projet, qui comporte dans les traités actuels, certaines errances, notamment sur le plan fiscal et social. Une renégociation des traités pour une union fiscale et sociale permettra de limiter les écueils qu'on connait aujourd'hui : l'évasion fiscale et le problème des travailleurs détachés (parmi d'autres...)
a écrit le 12/04/2017 à 12:07 :
le programme de M r melenchon ne renverse pas la table l exenple est le smic a 1326 euros ,sortir de l otant ou sakos nous a remie et legite nous somme un peuple pacifique,et humaniste; renegosie l europe c est necessaire notre reve a gauche c est davoir les meme droits et les memes avantage dans tous les pays européens, notre istoire en France depuis le front populaire c est de sortir de la misere les pauvres et les esclues du systeme; LE CHANGEMENT A PETIT PAS DE M R. MELENCHON PROUVE QUE C EST UN SAGE ///LAISSON DU TEMPT AUX TEMPT///MR ROCARD/// UN AUTRE GRANS HUMANISTE/// ???
a écrit le 12/04/2017 à 11:40 :
décidément dans cette présidentielle on ne parle que de taxes et d'impôts , alors que l'on en a été assommé depuis 2007 jusqu'à ce jour et ils étaient déjà tous en place de Fillon a Macron sauf les improbables non homologués par la dictature des médiats . Il y a pas d'espoir que cela change , on aura tout le temps des mauvais , c'est vraiment une sinécure .
a écrit le 12/04/2017 à 11:07 :
Si il est élu, moi je parts en Grèce. Pour ce qui est de l'économie du pays ce sera à peut près pareil, mais la-bas il y a le soleil au moins.
Réponse de le 12/04/2017 à 11:29 :
C'est tout l'inverse, si nous continuons dans la politique économique actuelle, nous arriverons à l'état de la Grèce d'aujourd'hui. Réveillez-vous ! Relançons notre pays avant qu'il ne soit complètement épuisé et contrit par des décennies d'austérité...
Réponse de le 12/04/2017 à 11:43 :
Vous avez des arguments pour étayer votre propos ? Plus convainquant que le travail de fond de Jacques Genereux et Liêm Hoang Ngoc, disponible sur youtube ou sur le site de l'avenir en commun ?

Ou vous avez démissionné de toute forme de réflexion au profit des lieux communs les plus primaires ?
Réponse de le 12/04/2017 à 12:43 :
L'austérité n'est pas la cause des problèmes Grecs, elle en est la conséquence.
Réponse de le 12/04/2017 à 13:22 :
je vous retourne la question ......pourquoi et sur quelles basses réelles autres que la propagande de ses détracteurs , arrivez vous à ces conclusions ...... Avez vous lu et étudié les propositions dans le détail ou êtes vous simplement un lecteur assidu du Figaro ?
En plus partir en Grèce est une démarche intéressante car je pense que JLM sera surement le seul à vouloir les aider......
Réponse de le 12/04/2017 à 14:10 :
Les programmes on sait ce que ça vaut ,quand ils sont très vite confrontés à la réalité. Pour me faire une opinion, je préfère regarder quel est la carrière politique du candidat (longue, très longue dans le cas présent), qu'a-t-il fait d'utile pour son pays, quels sont ses soutiens, quels sont ses actions ou déclarations marquantes, et pour lui, franchement c'est pas terrible.
a écrit le 12/04/2017 à 10:56 :
oui il faut votez melenchon
et la faute en incombe a m hollande qui a exasperer tous les Français
detruit leur pouvoir d'achat menti chaque jour
allors la morale de ce personnage incapable de faire le job pour lequel il a ete elu
on s'en moque comme il c'est moqué des francaise et des Français
a écrit le 12/04/2017 à 10:53 :
Je serai socialiste quand le reste du monde le sera avant nous. Triste pays avec une culture économique proche de zéro et dont une grande partie de la population s'imagine qu'il suffira de faire payer les riches pour que leur situation s'améliore. La gauche a échoué jusqu'à présent parce qu'elle n'était pas suffisamment de gauche, il fallait y penser. On a presque envie de dire chapeau l'artiste!
Réponse de le 12/04/2017 à 11:36 :
"Je serai socialiste quand le reste du monde le sera avant nous."
Pourquoi s'entêter dans le libéralisme dérégulé et l'austérité puisqu'on voit que ça ne marche pas ? Faisons comme les autres, c'est tout ce que vous avez à proposer ?

"'il suffira de faire payer les riches pour que leur situation s'améliore"
Première étape, ré-équilibrer le partage des richesses oui, deuxième, mieux l'utiliser, en favorisant les investissements plutôt que le gavage des actionnaires par exemple. JLM n'a rien d'un Robin des Bois moderne, renseignez-vous !

"parce qu'elle n'était pas suffisamment de gauche"
Cela fait belle lurette qu'on a pas vu de vraie politique de gauche, en France comme ailleurs malheureusement. Où sont les avancées sociales ? J'aurais aimé connaître la joie d'acquérir la 5ème semaine de congés payés, malheureusement ma génération est empêtrée dans une logique d'austérité qui justifie tous les reculs éco & sociaux. Je refuse cet avenir.

"On a presque envie de dire chapeau l'artiste!"
Encore un effort et le vrai vote utile à la France sera le vôtre. Au plaisir de vous voir rejoindre la France Insoumise ;)
Réponse de le 12/04/2017 à 11:45 :
"socialistes" "gauche" ... au delà des mots derrière lesquels chacun met sa propre définition, que reprochez-vous à ce candidat sur le fond ? Quelles mesures précises, quelles étapes du chiffrage du programme cristallisent vos doutes ?
a écrit le 12/04/2017 à 10:16 :
Je suis étonné de cet article. Aucun parti pris, un vrai travail d'information sans distillation d'une opinion orientée. Tellement rare ! Ouf ça fait du bien car on en peux plus des journalistes qui donnent leur avis. Merci à celui là de nous permettre de nous faire notre propre opinion !
a écrit le 12/04/2017 à 10:15 :
Mélanchon = Chavez

Un peu d'histoire..
.
Chavez a multiplié les propos outranciers contre Israël ou les déclarations belliqueuses contre Washington, tout en continuant de livrer son pétrole aux États-Unis. Il s'était montré en compagnie de hauts responsables des Farc (Forces armées révolutionnaires de Colombie) au balcon de Miraflores.
Hugo Chavez laisse un pays économiquement affaibli pour ne pas dire dans le chaos!La production pétrolière stagne depuis que tous les cadres ont été licenciés, l'exploitation gazière ne décolle pas, les industries de l'aluminium et du ciment, florissantes à la fin des années 1990, sont pratiquement arrêtées depuis leur nationalisation. L'insécurité atteint des niveaux intolérables et l'inflation dépasse allégrement les 20 %.
Voilà ce que nous prépare Mélanchon, avec de surcroit une augementation de plus de 80 milliards d'impôts nouveaux! En sachant que Chavez avait le pétrole et pas nous...
C'est bien la faillite de la France ! Et la liberté, c'est fini !
Réponse de le 12/04/2017 à 11:53 :
"tous les cadres ont été licenciés"
Vous confondez Poutou et Mélenchon.

"depuis leur nationalisation"
Vous confondez Arthaud et Mélenchon.

"l'inflation dépasse allégrement les 20 %"
Aujourd'hui on craint une inflation nulle, voire une déflation dans certains pays ~voisins. L'Europe demande à ce que les pays relancent leurs économies pour éviter ce scénario. Quelques points d'inflation supplémentaires serait un signe de reprise économique pour la France.

"augementation de plus de 80 milliards d'impôts nouveaux"
* 14 tranches d'imposition pour mieux répartir la fameuse "pression fiscale"
* réduction de la CSG à 25%
* hausse de l'ISF et la TVA pour les produits de luxe, baisse pour ceux des premiers besoins
* et j'en passe

"En sachant que Chavez avait le pétrole et pas nous"
On base toute notre énergie sur l'uranium et le gaz qu'on importe, et qui représente la majorité de notre balance commerciale extérieure (sans parler de nos intérêts à l'étranger, de fait, qui influent sur nos décisions géopolitiques...). Passer aux énergies renouvelables nous permettra de rééquilibrer cette dernière, en plus de nous rendre autonome et indépendant, sans compter d'éviter un Fukushima sur notre territoire...

"Et la liberté, c'est fini !"
JLM souhaite la fin de l'état d'urgence, dernière mesure notoirement liberticide. Au niveau international, la sortie de l'OTAN nous rendra notre indépendance militaire.

A bon entendeur.
Réponse de le 12/04/2017 à 13:27 :
@ nico
je ne partage pas vos arguments ou arguties. L'histoire a montré que le marxisme n'a jamais fonctionné et qu'il a engendré d'autres classes sociales.. !
Et je crois pas à son système économique naïf et manquant de réalisme.
Mélanchon oublie que nous sommes dans la mondialisation et en plus,il y a la dette abyssale de la France. Ce sont des réalités !
a écrit le 12/04/2017 à 9:55 :
@samueloo, Cécile Coti, jerome, Jaccas, Missteeck, Manu, Morgane, Frederic
C’est vrai que cet article a le mérite d’être clair et sans parti pris.
Mais vos commentaires me font penser à ceux des critiques de cinéma (bien payés, vraisemblablement) : du genre super ! fantastique ! génial ! etc… sur les navets qui sortent à cadence rapide ces derniers temps.
Bref : de l’enthousiasme de circonstance, voire de commande, pour ne pas se démarquer du troupeau, ou de la naïveté absolue.
Ceci étant : si le programme de Mélenchon est un navet dans son genre, ceux des autres aussi.
Et nous, petits français accablés d’impôts, nous sommes dans la m…
Réponse de le 12/04/2017 à 11:49 :
@Asimon Quels aspects du programme en particulier qualifiez-vous de "navet" ? Je crois en ce programme, plutôt globalement, mais à deux semaines des élection, suis tout-à-fait ouvert au débat et à la critique, mon avis dans l'isoloir n'en sera que plus avisé.

Bien à vous
Réponse de le 12/04/2017 à 11:54 :
"sur les navets qui sortent à cadence rapide ces derniers temps"


Le programme L'Avenir en Commun a été finalisé il y a plus d'un an maintenant.
Réponse de le 12/04/2017 à 12:37 :
Les navets sortent en grande cadence parce qu'ils sont subventionnés et les "artistes" sont devenus de quasi fonctionnaires appointés par l'état quand ils travaillent et lorsqu'ils sont au repos en bénéficiant d'un régime d'assurance chômage particulièrement avantageux.
a écrit le 12/04/2017 à 9:44 :
Le programme de Mélenchon est ambitieux, réaliste, humaniste, et il pérennise l'avenir des plus jeunes, mais il se heurtera de front au côté obscur de la force, cupide et corrompu, qui diligente le monde depuis trop d'années.
Réponse de le 12/04/2017 à 15:21 :
"mais il se heurtera de front au côté obscur de la force, cupide et corrompu"

C'est le cas:

Sur une initiative de DroiteLib – mouvement libéral fondé par Virginie Calmels, proche d'Alain Juppé –, plus de 200 jeunes engagés dans la primaire de la droite et du centre, juppéistes, sarkozystes et lemairistes, s'associent à des soutiens d'Emmanuel Macron pour signer une tribune et dénoncer le projet de Jean-Luc Mélenchon. Un programme qu'ils jugent rétrograde et dirigiste.
a écrit le 12/04/2017 à 9:42 :
Le candidat Mélanchon est un tribun très avisé et j'oserais presque dire retors, car il arrive à camoufler très discrètement ce qui pourrait rester accroché aux mailles de son tamis.
Jusqu'à présent, il a réussi à glisser sous le tapis certains sujets propres à faire fuir une bonne part des indécis qui lorgnent avec bienveillance de son côté.

Sa sixième république et sa constituante qu'il pare de toutes les vertus ressemblent étrangement à la quatrième qui a vu valser gouvernements sur gouvernements sans arriver à tracer un chemin pertinent, cohérent et fiable. Ce serait le retour à un régime atteint d'incapacité congénitale à gouverner le pays et qui trébucherait sur tous les grands problèmes qu'un pouvoir fort surmonterait. Nous en reviendrions aux valses des déchirements, incapacités, indécisions et immobilismes qui nous ont mené aux grandes catastrophes du siècle dernier.

A contrario la cinquième aurait besoin de si peu d'aménagements pour coller et répondre à la situation d'aujourd'hui, comme par exemple d'étendre et de rendre obligatoire le référendum. Rien, absolument rien ne serait plus démocratique que cela. Pas besoin de constituante.
C'est le propre des choses bien faites de ne pas se démoder. Notre Charles national, grand penseur, grand visionnaire et grand manœuvrier a conçu un outil qui peut franchir les siècles sans vieillir et devenir sénile ou obsolète.

Mais c'est le trait de caractère des petits, qui pour se hisser plus haut que les grands, ressentent le besoin de détruire ce que les seconds ont construit avant eux et qui les dépasse.

En regardant sous le tapis, je ne serais pas autrement étonné qu'il soit altermondialiste d'une mouvance partisane de l'instauration d'un parlement mondial dont l'organe suprême serait élu au suffrage universel. A terme, cela sonnerait le glas de la souveraineté nationale, voire de l'Etat français. C'est le vieux rêve des gauches de chercher à nous inventer une citoyenneté androgyne du monde.
Ses prises de position à l'égard de la planète et de ses composants m'en font me poser la question.
C'est aussi l'ancien rêve bolchevique du bloc de l'Est. Tout son programme est un chant nostalgique de cette dictature prolétarienne idéalisée. Mais pas si fou que celà, il utilise le terme "pourra", autrement dit peut être.
Nous savons tous ce qu'a donné le gouvernement des petits père du peuple sous Lénine, Staline et leurs successeurs et tout résistant qui n'adhérerait pas à cette pensée serait immédiatement catalogué comme fascistes. Ben voyons, rien de ce qui est issu du peuple ne peut être totalitaire.

Il est tout aussi étrangement silencieux sur les questions d'immigration de certaines populations et élude tout ce qui touche à la marque de fabrique du terrorisme qu'est le radicalisme de l'Islam. Un sujet qu'il rend tabou en enjoignant aux autres d'arrêter de parler de religion. C'est bien connu, l'homme parfait sorti du moule bolchevique est athée et n'a aucun besoin de religion.

Je ne serais pas non plus étonné qu'il soit partisan du volet « visa humanitaire » accolé à celui du « revenu universel » cher à Hamon. Cette alchimie mortifère représenterait la fin certaine par noyade complète de toute entreprise productrice de richesse sous l'explosion des flux migratoires en quête de bien être matériel et de sécurité économique. J'entends déjà le slogan : Sidi Mélanchon donne nous notre pain quotidien...

Je crois que son programme avoué et brandi au regard de tous reste à mi-chemin de celui qu'il finirait par mettre en oeuvre et qui lui vaudrait un désaveux quasi unanime s'il était connu d'avance.

Non merci Mr Mélanchon, si je peux remplir mon assiette autrement, je ne raffole pas de la soupe populaire.
a écrit le 12/04/2017 à 9:12 :
Étonnant qu'on ne retrouve personne pour faire l'analogie entre Mélenchon vis à vis des Français et la métaphore de Grand Coquin avec Pinocchio.
Pourtant elle saute aux yeux : des sucreries (pour les jeunes : hologrammes, passionné de jeunes vidéo), des messages d'amour et de paix, du rasage gratis à tous les étages...
et dire que ce type pourrait figurer sérieusement au deuxième tour de la Présidentielle.
MLP versus Mélenchon au deuxième tour, la France aurait perdu la raison, donc la France ne serait plus la France.
Et la Tribune qui soutient ce charlatan...
Réponse de le 12/04/2017 à 11:58 :
Continuer dans la voie de l'austérité avec Fillon, du libéralisme avec Macron, ou pire encore de la haine et du rejet avec Le Pen... Je choisis l'humanisme avec Mélenchon. Vous parlez de la France qui perd la raison en critiquant tout d'un candidat, sans parler une seule fois du fond, c'est à dire de son programme. Où est la logique ?
Réponse de le 12/04/2017 à 12:12 :
Un admirateur, sincère apparemment, de Chavez et de Castro, parce qu'ils ont eux aussi été "insoumis", (ce qui est une posture, pas le reflet d'un programme) ne peut pas être audible une seule minute en France. Leurs politiques ont été des échecs absolus puisque fondées sur l'utopie. Nous ne sommes ni dans le Nouveau monde, ni en 1789, ni dans aucun endroit de la Terre à une époque quelconque ou le populisme aurait pu remplacer la raison. Mélenchon a sa place sur une tribune de révoltés, dans une assemblée représentative, mais en aucun cas et à aucun moment à la tête d'un pays, quelconque.
a écrit le 12/04/2017 à 8:57 :
Avec mélenchon c'est même plus la peine de jouer au loto: si on gagne il pique tout.
a écrit le 12/04/2017 à 8:53 :
Les relances keynésiennes par la dépense publique, ça ne marche que si le budget de l'Etat est au préalable à l'équilibre.
Les politiciens français ont mis 30 ans à comprendre cela, et ont créé avant l'énorme dette publique que l'on connaît à cause de cela.
Mr Mélenchon, qui fait partie de cette caste, y croit toujours : indécrottable, comme 95% des autres.
Mais avec lui, ce sera pire encore : regardez ce qui s'est passé au Vénézuela depuis 15 ans. Ce dont les journaux français ne parlent jamais, d'ailleurs.
Réponse de le 12/04/2017 à 12:01 :
Qu'on puisse critiquer la relance keynésienne sur la propension à consommer à l'intérieur du territoire, pourquoi pas. Mais que vient faire l'équilibre du budget là-dedans ? L'austérité ou le libéralisme ne nous permettra pas mieux de régler la dette. Tuer le pays à petit feu via des coupes budgétaires et l'appauvrissement du service public non plus. Autant souffler sur la braise de la reprise économique à laquelle on assiste !
a écrit le 12/04/2017 à 8:28 :
L'article ne fait que reprendre les thèses du candidat sans aucune vision critique.
Le programme de Mélenchon c'est la faillite pour la France car les capitaux et les entreprises fuiraient la France et donc l'équilibre supposé du programme ne serait pas tenu.
Mélenchon c'est le Venezuela ou Cuba sans le soleil.
Réponse de le 12/04/2017 à 12:03 :
Pour une critique du programme (majoritairement économique), je vous conseille la dernière heure de la vidéo du chiffrage sur sa chaîne Youtube. Concernant les capitaux, je vous rassure ils ont déjà fui il y a bien longtemps :) Nous avons au contraire l'occasion de les faire revenir (oui, de force).
a écrit le 12/04/2017 à 8:03 :
"Un programme qui a le mérite de la clarté", qu'avez vous vraiment compris? Moi, rien. Il ne précise pas la nature des prélèvements, sur la production, donc à la charge des entreprises, ou sur la consommation, donc à la charge des ménages. C'est un point essentiel. Il faut détaxer la production pour reporter ces taxes sur la consommation, et taxer l'énergie pour détaxer le travail. Une taxe sur l'énergie pour financer le chomage et les retraites, ce qui revient à appliquer la note n°6 du conseil d'analyse économique.
Réponse de le 12/04/2017 à 12:06 :
"Il faut détaxer la production pour reporter ces taxes sur la consommation " --> Si je comprends bien vous prônez une reprise par l'offre, ce qu'on tente depuis 2 quinquennats sans succès, plutôt que par la demande, ce que propose Mélenchon propose (et le FMI d'ailleurs) ?
Réponse de le 12/04/2017 à 12:16 :
Le chiffrage est en ligne, 5 heures de vidéo, vous aurez tous les détails que vous souhaitez.
Réponse de le 13/04/2017 à 10:43 :
Attention, il faut raisonner "à niveau constant". Ce n'est pas en plus, mais à la place ( la consommation à la place de la production, à niveau constant). Merci.
a écrit le 12/04/2017 à 7:43 :
Ahahah !!

Si le bonhomme n'avait pas de réelles chances d'être élu, je pourrais trouver cela rigolo : un journaliste d'un journal "économique" qui se fait empapaouter par le programmer d'un communiste chaviste éhonté.

C'est bien de présenter le programme sous la forme théorique : on fait ça donc on va récolter ça.
Il faut juste pas oublier de mentionner que son élection va déclencher des réactions importantes : le départ de nombreux français, notamment tous ceux qui créent de la valeur, les entrepreneurs, les chefs d'entreprises, mais aussi tous les salariés qui craindront (à juste titre) qu'on leur prenne le fruit de leur travail.

Donc, pour obtenir les résultats escomptés, il faudra que Melenchon coupe les libertés individuelles (youpi), contraigne les gens à rester (ça va super bien marcher c'est sur). Vous avez dit totalitaire? Non, mais non voyons. Melenchon est un HU-MA-NISTE on vous dit ! Il aime pas la guerre et trouve que la pollution c'est sale. Vous voyez c'est un chic type !!

Une fois que Melenchon aura empêché tout départ, il n'aura plus qu'à forcer les français à créer de la richesse ! Mais attention, pas pour eux. Pour le peuple ! Pour les autres. C'est quand même beau le communisme non?!

Le français, trop content de se lever tôt le matin pour financer les fainéants vont forcément se ruer à la tâche et créer de la valeur à ne plus savoir qu'en faire ! MAGIIIE !


Non, un vrai bon article aurait été de dire : voila ce que propose Melenchon. C'est super beau sur le papier, mais c'est totalement farfelu, irréalisable. La méthode n'a jamais fonctionné ailleurs et il n'y a aucune chance pour que ça marche en France.

Mélenchon admire le Venezuela de Chavez et Maduro. Je vous invite donc à contempler le succès de ses idées au Venezuela ou hyperinflation et pénuries sont le lot quotidien de la population aujourd'hui.

Ouvrez les yeux, arrêtez de croire aux bisounours et si c'est vrai que la solution passe pas le peuple, elle passe par la liberté des citoyens et non par la contrainte permanente et le respect de la ligne idéologique définie comme juste par le PARTI...

Responsabilité, liberté, voila les seules valeurs auxquelles il faut se raccrocher si on veut redresser ce pays !
Réponse de le 12/04/2017 à 12:16 :
Avec un peu d'honnêteté intellectuelle vous ne vous permettriez pas de comparer le Venezuela avec ce que propose la France Insoumise. Ni de parler de communisme ici d'ailleurs. M'enfin, passons :

"le départ de nombreux français"
Aujourd'hui les français fortunés restent en France pour ses services publics, mais cachent leurs richesses à l'étranger. Qu'ils partent complètement, ça en fera + pour nous autres. Ou bien qu'ils cotisent, comme le reste, en fonction de leurs moyens.

"les entrepreneurs, les chefs d'entreprises"
La baisse de la CSG à 25% redonnera de l'air aux PME. La fin du RSI mettra un terme à un régime injuste pour les entrepreneurs dont je fais parti.

"salariés qui craindront (à juste titre) qu'on leur prenne le fruit de leur travail."
Les 14 tranches d'impositions seront bénéfiques pour 90% de la population active.

"il n'aura plus qu'à forcer les français à créer de la richesse"
C'est le libéralisme actuel qui pousse à une exploitation toujours plus violente des travailleurs, notamment en défiscalisant les heures supplémentaires (sans compter l'effet mathématique sur le taux de chômage).

"La méthode n'a jamais fonctionné ailleurs et il n'y a aucune chance pour que ça marche en France."
Cela justifie donc de continuer ce que l'on fait depuis plusieurs décennies ? Se laisser grignoter par toujours plus d'austérité, de libéralisme ? Allons, ça ne peut plus durer.
Réponse de le 12/04/2017 à 12:22 :
Il ne manque plus que les chars russes !

Les salariés touchant jusqu'à 8000€ par mois seront moins imposés. Vous savez, tous ces gens qui ne créent aucune valeur (c'est bien connu). Ceux qui "créent de la valeur" comme l'héritière Béthencourt (des milliards chaque année en restant alitée !), ces milliardaires qui ne reconnaissent que pour seule patrie celle de leur coffre-fort partiront, et on ne les pleurera pas.
Réponse de le 14/04/2017 à 22:06 :
' il n'aura plus qu'à forcer les français à créer de la richesse! Mais attention pas pour eux.. Pour le peuple'

Pour vous il y a donc les ' Français' d'un côté et 'le peuple' de l'autre...drôle de façon de voir les choses. Pour moi il y a 'le peuple français', point...un peu d'humanité tout de même, c'est ce qui moi me parle en tout cas dans le discours de JL Mélenchon, et c'est ce qui fait cruellement défaut dans notre société, qu'on arrête de nous parler d'économie, nous sommes avant tout des êtres humains!:!!
a écrit le 12/04/2017 à 7:36 :
Merci pour cet article juste et qui décrit bien le côté économique du programme !!
a écrit le 12/04/2017 à 6:51 :
Grand délire, généralement les programmes de la gauche mettent deux ans pour se retourner, ( Mitterrand trois dévaluations avant la" rigueur")avec Melanchon se serait six mois avant le blocage de l'economie.
Réponse de le 12/04/2017 à 12:17 :
Bien entendu, le blocage d'une économie qui n'a jamais si bien tourné qu'aujourd'hui. Un peu de sérieux ! Nous assistons à un semblant de reprise éco, dépéchons-nous d'insuffler à la France une vraie relance, soufflons sur les braises !
a écrit le 12/04/2017 à 5:39 :
Je suis partisan de la FI, donc pas objectif. Mais quand même, quel bon article. Vous comprenez que c'est tellement fatiguant de lire et d'entendre des propos de mauvaise foi de la part des chiens de garde que quand on tombe sur un article posé comme çà, on a plaisir à lire
a écrit le 12/04/2017 à 4:53 :
Super article ! Et dire que c'est la tribune qui hausse le niveau d'objectivité ...
Belle honnête intellectuel qui parle de fond et s’éloigne de tous ces bon vieux clichés sur le programme économique de la France Insoumise qu'on entend ailleurs !
Bon boulot
a écrit le 12/04/2017 à 1:43 :
Merci et bravo pour cet article!!!
Enfin un bon travail de journaliste économique renseigné, efficace, impartial et objectif.
Une Insoumise qui remercie " La Tribune", Pas banal....
Mais qd c bien 😊Il faut le dire.
a écrit le 12/04/2017 à 1:24 :
merci pour l objectivité et le professionnalisme 😉
jlm2017!
a écrit le 12/04/2017 à 1:22 :
De toute façon il faudra choisir entre LRPS ou macron et fillon vont gouverner a coups d'ordonnance pour court cercuiter le debat et le vote au parlement c' est une sorte de mini 49.3 pour detruire le code du travail et la securité social pour fillon ou bien choisir melenchon et le programme de relance il y a pas photo ,il faut pas se tromper macron et hamon deux produit hollande des anciens ministres lancé au meme temps malgre les oppositions apparentes pour jouer sur deux tableaus au font ils sont les memes et fillon l'ancien ministre sarkozy qui n'a rien fait en tant que chef de gouvernement .en plus hamon a mission de mettre des battons dans les roues de melonchon jusqu'au bout de peur qu'il passe le premier tour meme avec 5 pour cent hamon ne se retirera pas c'est le systeme LRPS
a écrit le 12/04/2017 à 0:32 :
Cela fait plaisir de voir un article qui décrit de manière profonde et neutre le programme de Mélenchon. Bravo !
a écrit le 12/04/2017 à 0:25 :
Bravo! Merci pour cet article impartial et juste!
a écrit le 12/04/2017 à 0:08 :
Merci pour cet article juste et impartial, l'impartialité médiatique est tellement rare qu'"il m'est agréable de souligner la votre et au nom de la FI et au mien, je vous remercie infiniment .
a écrit le 12/04/2017 à 0:08 :
Je viens de lire un article complet et sans parti pris.
Je retourne me coucher j'ai du rêver.
Bravo pour votre intégrité journalistique !
a écrit le 12/04/2017 à 0:01 :
Merci pour cet article détaillé et super clair pour une fois! Si tous les médias faisaient de même ça aiderait beaucoup les futurs électeurs...
Qu'on adhere ou pas au moins on comprend!
a écrit le 11/04/2017 à 22:50 :
C'est le seul qui propose un plans de relance par l'investissement pour creee de l'emplo et ça sa marche les carnets de commande seront pleins et les patrons même s'ils ralent ils seront obligé d'embaucher des français dans notre pays vus qu'il interdirait les travailleurs detachés ça c'est du lourds du vrais et non des cadeaux pour la caste de cac 40 qui ont avalé 50 milliards sous hollande pour zero resultat , les politiques du systeme LRPS fillon macron hamon essayerons de l'attaquer par des phrases stereo typées depassé du genre communiste ou utopique, ou sa ne marchera jamais etc etc mais la verité ils savent qu'il a raison et il derange le systeme des patrons du cac 40 dont ils font partie et profitent de leurs largesses une caste qui prend l'argent public pour la destribuer sur les actionnaires sans contrepartie fini la recreation les patrons gagnerons de l'argent et cette fois les ouvriers profiterons aussi,mettons un coups de pied dans la fourmiliere faisons tomber le systeme ils essayerons de vous faires peurs tenez bon du courage et de l'audace peuple de france changeons le vieux systeme
a écrit le 11/04/2017 à 22:23 :
@fausses evidences Un Tsipras bis on vous dit, voyez où en sont les grecs, voulez vous être syrisé et payer les pénalités de l' UE pour désobéissance aux traités ....?


De votre poche alors...

FREXIT avec ASSELINEAU...
a écrit le 11/04/2017 à 21:20 :
Dites La Tribune, vous appelez ça du journalisme ?

Cet article est un copier / coller du programme de JLM, pas un début d'analyse ou de question sur la réalité des chiffres, les impacts économiques de ce programme, la faisabilité des emprunts auxquels personne ne voudra souscrire, etc ..
a écrit le 11/04/2017 à 21:18 :
Non, la "relance" par le vol, d'abord, et la Terreur, ensuite.
Réponse de le 12/04/2017 à 12:20 :
Donc le vol par l'actuel libéralisme dérégulé, et une couche de Terreur (pourquoi cette majuscule d'ailleurs ?) avec le FN pour mieux diviser le peuple ? On est d'accord, votons JLM.
a écrit le 11/04/2017 à 21:07 :
Mélanchon est très crédible,

pour l'Europe, Asselineau est plus pragmatique lorsqu'il explique que changer les traités a toujours été impossible ;

Ca sert à rien de ramer contre la falaise comme le font l'UMP-PS-UDI depuis 30 ans ;

l'UMP-PS-UDI des ChiracRaffarinDeVillepin puis de Sarkozy-Fillon puis de HollandeMacronVallsAyrault ils ont tous laissé le Peuple de la France se faire piétiner par les pays de l'est ... Allemagne Luxembourg compris ...

Il convient de mettre un terme à ces désordres économiques.

Vaut mieux sortir par un frexit accomplit ;

En suite les discussions permettront de refonder une Europe qui respecte La Nation Française.
a écrit le 11/04/2017 à 20:48 :
Contrairement à ce que certains médias aux ordres tentent de nous faire avaler, le programme de Jean-Luc Mélenchon ne contient aucune allusion à une quelconque sortie de l'Union européenne. Franc-maçon, soumis à Goldman Sachs, est un Tsipras-bis qui se plierait, si il était élu, à toutes les mesures d'austérité imposées par l'UE. Comme Marine Le Pen, il fait croire aux plus naïfs qu'il est possible de renégocier les traités européens. Mais comme le démontre très bien François Asselineau, le seul candidat qui propose le Frexit, c'est une chose impossible à réaliser pour la simple et bonne raison qu'il faudrait l'unanimité des 28 pays membres. On a donc plus de chance de gagner au loto que de modifier les traités de l'Union européenne. (détails sur le site de l'Union Populaire Républicaine https://www.upr.fr )
Réponse de le 11/04/2017 à 21:50 :
Vous n'avez pas saisi la démarche de Mélenchon.En premier lieu,il veut rester dans l'Europe mais en renégociant les traités sous rapport de force.Je vous rappelle d'ailleurs que ces traités en l'état ne sont pas valable puisque rejetés en 2005 par une majorité de Français,ce n'est donc qu'un juste retour des choses.Ensuite, si la renégociation échoue,nous n'avons que faire de l'unanimité des 28 pays membres,nous mènerons la politique que nous voulons mener de manière unilatérale mais sans sortir de l'Europe (par l'article 50).Ne confondez pas sortir de l'Europe et sortir de l'Euro.Je vous rappelle que les traites européens ne permettent pas d'exclure un pays membre,cette décision n'appartient qu'à lui.
Réponse de le 11/04/2017 à 23:12 :
Bien essayé mais vous racontez des histoires comme l'angleterre il y a l'article 50 pour sortir de l'europe quand quelque chose ne marche pas il faut changer l'europe ne marche pas il faut sortir et ceux qui sortent les premiers laisseront moins de plumes la france a laissé beaucoups des plumes avec le dumping social et les tonnes de subventions qui nous coutent des milliards et qui partes dans les pays de l'est ces pays qui ont des gouvernements corrompus la c'est trops il faut dire stop l'europe il faut la changer ou la quitter nous n'allons pas nous ruiné pour quelque chose qui ne marche pas et ne marchera jamais l'europe creuse les inegalités ruine les petites entreprises et amene l'insecurité en plus il a raison melenchon on la change ou ont la quitte
Réponse de le 12/04/2017 à 12:22 :
Le reste des 27 états ont, malheureusement, plus à perdre de notre départ de l'UE que nous. Le plan B reste une arme de dissuasion, c'est la base d'une négociation. Personne à la France Insoumise ne souhaite une rupture avec le reste de l'Europe.
a écrit le 11/04/2017 à 20:11 :
Merci à ce(tte) journaliste qui explique les faits. Au moins, il annonce dès le début le montant, et c'est un programme chiffré en détail. Il est bon de rappeler que ce n'est pas un économiste, il s'est entouré de personnes bien plus brillantes pour l'aider sur ce sujet là. Il ne spécule pas sur des dépenses dites raisonnables pour arriver à la fin au même résultat voir pire comme M.Sarkozy qui a perdu 400 milliard d'euros pour relancer les "grandes institutions financières" après la crise de 2008.
Et rappelons qu'il n'admire pas Castro en tant que dictateur détestable que l'on connait, mais en tant qu'homme qui, avec un embargo économique contre son pays, a su maintenir l'éducation et la santé de son peuple. Que pour une île à l'instar d'Haiti, les cubains n'ont pas connu de famine depuis 25 ans. C'est un des pays les plus développé en terme de médecine. Contrairement à ce que dit la propagande contre Cuba, qui la représente comme un pays affamé, avec son peuple au bord de la misère, le rapport de l’ONU pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) « L’État de l’insécurité alimentaire dans le monde 2012 » démontre que les seuls pays qui ont éradiqué la faim en Amérique latine sont Cuba, l’Uruguay, le Chili et le Venezuela.

Et, Mélenchon n'est pas pour un parti unique au pouvoir donc pas de dictature mais une démocratie.

Il ne s'agit pas d'être de gauche ou de droite. Ce sera la finance ou l'être humain. Rien ne justifie les horreurs de Castro mais tout n'est pas blanc ou noir dans la VIE. Il faut tirer les leçons du mauvais comme du bon.
Réponse de le 11/04/2017 à 23:16 :
Effectivement tout n'est pas blanc ou noir, ce qui impliquerai plutôt qu' on peut avoir la finance ET l'être humain. Opposer les deux c'est vraiment avoir une vision manichéenne du monde, voire simpliste...
Je propose un slogan pour le programme Mélenchon: la France ruinée.
Il faut vraiment que les français soient déboussolés pour accorder une quelconque foi aux boniments de ce bateleur de fête foraine..
a écrit le 11/04/2017 à 20:07 :
Merci à ce(tte) journaliste qui explique les faits. Au moins, il annonce dès le début le montant, et c'est un programme chiffré en détail. Il est bon de rappeler que ce n'est pas un économiste, il s'est entouré de personnes bien plus brillantes pour l'aider sur ce sujet là. Il ne spécule pas sur des dépenses dites raisonnables pour arriver à la fin au même résultat voir pire comme M.Sarkozy qui a perdu 400 milliard d'euros pour relancer les "grandes institutions financières" après la crise de 2008.
Et rappelons qu'il n'admire pas Castro en tant que dictateur détestable que l'on connait, mais en tant qu'homme qui, avec un embargo économique contre son pays, a su maintenir l'éducation et la santé de son peuple. Que pour une île à l'instar d'Haiti, les cubains n'ont pas connu de famine depuis 25 ans. C'est un des pays les plus développé en terme de médecine. Contrairement à ce que dit la propagande contre Cuba, qui la représente comme un pays affamé, avec son peuple au bord de la misère, le rapport de l’ONU pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) « L’État de l’insécurité alimentaire dans le monde 2012 » démontre que les seuls pays qui ont éradiqué la faim en Amérique latine sont Cuba, l’Uruguay, le Chili et le Venezuela.

Et, Mélenchon n'est pas pour un parti unique au pouvoir donc pas de dictature mais une démocratie.

Il ne s'agit pas d'être de gauche ou de droite. Ce sera la finance ou l'être humain. Rien ne justifie les horreurs de Castro mais tout n'est pas blanc ou noir dans la VIE. Il faut tirer les leçons du mauvais comme du bon.
a écrit le 11/04/2017 à 19:43 :
Ca peut marcher mais il faudra suspendre les libertes individuelles et collectives pendant une periode transitoire et aussi fermer les frontières. Sinon, c'est une chute des recettes fiscales, délocalisations massives et explosion du deficit de la balance commerciale. Bref, l'économie c'est pas du jeu vidéo.
Réponse de le 11/04/2017 à 21:23 :
Etonnement JLM ne parle pas beaucoup de ces petites contrariétés "transitoires". Mais bon, ce n'est visiblement pas la Tribune qui va soulever ces questions. Apparement le beau programme humaniste de JLM n'aura aucune conséquence.
Réponse de le 11/04/2017 à 22:02 :
J'ai fait un peu d'économie mais j'avoue ne pas comprendre la corrélation que vous faites entre le programme économique de Mélenchon et la dégradation des grandeurs économiques que vous évoquez.Pouvez-vous nous expliquez svp.
a écrit le 11/04/2017 à 19:12 :
Je me disais aussi, cela faisait deux jours que nous n'avions pas eu sur La Tribune notre article à la gloire de Mélechon.
Réponse de le 12/04/2017 à 12:24 :
J'y vois un résumé et une vulgarisation du programme, mais neutre. Chacun s'en fera son avis.
a écrit le 11/04/2017 à 19:10 :
Merci pour un article clair et enfin neutre, à l'opposé des incantations financières d'autres journaux cherchant à créer la terreur et à éteindre le débat.
a écrit le 11/04/2017 à 19:00 :
Je ne savais pas que la Tribune était un journal de gauche ? Que c'est beau cette recette de la relance économique par un adepte et un admirateur de Castro et de Chavez qui ont tout les 2 ruinés leurs pays.
Réponse de le 11/04/2017 à 20:13 :
En dehors de Valeurs Actuelles, l'intégralité de la presse est dominée par la pensée gauchiste. Il n'y a qu'en France qu'un admirateur de Castro et Chavez peut jouer les premiers rôles dans une élection.
Réponse de le 11/04/2017 à 21:30 :
90% des médias en France appartiennent à 9 milliardaires qui ne doivent sûrement pas être de gauche!.Déduisez .Quant au reste,lisez lilou33 qui est bien informé!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :