Présidentielle : retour sur trois mois de sondages

 |   |  792  mots
(Crédits : GONZALO FUENTES)
La Tribune a fait la synthèse des sondages sur les trois derniers mois de la campagne présidentielle. Les sondeurs ont-ils vu juste ?... Réponse ce soir à 20h !

Selon les sondages, deux candidats font la course en tête, Marine Le Pen et Emmanuel Macron, flanqués de deux poursuivants au coude à coude, François Fillon et Jean-Luc Mélenchon. Benoît Hamon (PS) est largement distancé dans toutes les enquêtes.

La fin de campagne a également viré au duel Macron-Fillon. L'ancien ministre de François Hollande a tenté un audacieux pari avec la création d'En Marche! et sa philosophie "et de droite, et de gauche", rallié par certains hiérarques socialistes - à commencer par Manuel Valls et le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian -, par des anciens ministres chiraquiens et le centriste historique François Bayrou.

Vainqueur triomphal de la primaire de droite, François Fillon a été grandement fragilisé par les affaires judiciaires, après la révélation fin janvier par Le Canard enchaîné de l'emploi de son épouse comme collaboratrice parlementaire pour lequel la justice l'a mis en examen.

Un match à quatre

Quatrième homme en 2012, Jean-Luc Mélenchon a vu sa cote nettement progresser, principalement au détriment de Benoît Hamon, frondeur du quinquennat Hollande et désigné lors d'une primaire face à Manuel Valls.

Le PS craint le pire score de son histoire après l'élimination de Lionel Jospin au premier tour en 2002 (16,18%).

Onze candidats sont en lice, avec le souverainiste Nicolas Dupont-Aignan, les trotskistes Philippe Poutou et Nathalie Arthaud, le député béarnais Jean Lassalle, le vétéran Jacques Cheminade et le candidat du "Frexit" François Asselineau.

La loi interdit la publication de résultats, hormis ceux concernant la participation, avant la clôture du vote dimanche à 20h. La fermeture désormais plus tardive des bureaux de vote complique la tâche des instituts de sondage, qui auront une heure de moins pour préparer leurs estimations à partir des dépouillements partiels. Si les scores des candidats en tête sont serrés, l'image très attendue des deux finalistes qualifiés pour le second tour, qui apparaissait traditionnellement sur les écrans de télévision à 20h pile, n'est pas garantie.

-

-

METHODE :

Les sondages courent sur la période du 1er février au 21 avril 2017 inclus. Tous les échantillons représentatifs comprennent au minimum des effectifs de 1.000 individus. Les sondeurs pris en compte sont les suivants :

  • BVA/Orange/La Tribune
  • Elabe/BFMTV/L'Express
  • Harris/France Télévisions/L'emission Politique
  • Ifop-Fiducial
  • Ipsos/CEVIPOF/LeMonde
  • Kantar Sofres - OnePoint
  • OpinionWay/ORPI/Radio Classíque/Les Echos

___

LIRE AUSSI...

Le big data donne Fillon au second tour, pas les sondages. Qui aura raison ?

Filteris, Vigiglobe et Predict My President, trois initiatives différentes dans leur méthodologie de big data électoral, prédisent la qualification de François Fillon au second tour de l'élection présidentielle. Les derniers sondages, eux, continuent d'anticiper un duel Macron-Le Pen. Explications.

Sale temps pour les sondages. Paniqués à l'idée de « rater » le premier tour de l'élection présidentielle, les voici challengés par de nouveaux venus : les spécialistes du big data, qui utilisent l'analyse des données à grande échelle pour établir une autre cartographie de l'opinion... Lire la suite

La grande "trouille" des instituts de sondage

Avec quatre candidats qualifiables, fait inédit, pour le second tour, les instituts de sondage ont des sueurs froides à l'idée de se "planter" sur les noms des deux finalistes.

C'est inédit sous la cinquième République. À moins d'une semaine du premier tour de l'élection présidentielle, ils sont quatre candidats à pouvoir espérer figurer parmi les deux finalistes du second tour... Emmanuel Macron, Marine Le Pen, François Fillon et Jean-Luc Mélenchon ne seraient ainsi séparés que de trois à quatre points selon les instituts de sondage, sachant que la marge d'erreur dépasse les deux points.

Selon un sondage Ifop-Fiducial - réalisé auprès de 1.851 personnes - pour Sud Radio et Paris Match, publié ce mardi 18 avril, Emmanuel Macron resterait stable avec 23% des intentions de vote, devant Marine Le Pen à 22% en baisse de deux points. Jean-Luc Mélenchon prendrait la troisième place avec 19,5%, en progression d'un demi-point et François Fillon serait quatrième avec 19%. Loin derrière, Benoît Hamon serait à 8%. Mais attention, l'Ifop signale que la marge d'erreur peut atteindre 2,2 points... En l'occurrence, c'est considérable. D'où l'importance de cette dernière ligne droite pour chacun des candidats, afin de tenter de se démarquer et de faire le « trou ». Et du côté des instituts de sondage, cette situation inédite ne rassure pas, tant il va être difficile pour eux d'annoncer le résultat du premier tour dès 20 heures dimanche si la situation ne se décante pas... Lire la suite

(Avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/04/2017 à 15:22 :
Le titre aurait du etre " retour sur 3 mois de sondage bidon "
Réponse de le 23/04/2017 à 23:31 :
Ah ben non en faite ils étaient juste
a écrit le 23/04/2017 à 14:23 :
Vive marine

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :