Présidentielle 2017 : Manuel Valls va annoncer sa candidature lundi soir

 |   |  851  mots
(Crédits : © Charles Platiau / Reuters)
Dans un communiqué, Matignon a annoncé une prise de parole du Premier ministre ce soir, dans son fief d'Evry. Selon un sondage Ifop, publié dimanche par le JDD, près de la moitié des sympathisants de gauche (45%) interrogés après le renoncement de François Hollande à un second mandat disent souhaiter que Manuel Valls soit le candidat du PS à l'élection présidentielle de 2017.

Article publié le 4 décembre à 11h57, mis à jour le 5 décembre à 9h27

Il aura fallu attendre moins de cinq jours. Manuel Valls annoncera sa candidature à la primaire de la gauche pour la présidentielle dès lundi, dans sa ville d'Evry (Essonne). "Manuel Valls, Premier ministre, s'exprimera ce lundi 5 décembre à 18H30 à l'Hôtel de Ville d'Evry", écrit Matignon dans un courriel aux rédactions. Dans la foulée, il annoncera son départ de Matignon. Manuel Valls ne devrait pas siéger sur le banc des ministres lors de la traditionnelle séance de questions au gouvernement mardi après-midi à l'Assemblée nationale. Selon le JDD daté du 4 décembre, le Premier ministre devrait avoir un entretien avec le président François Hollande dimanche.

Valls marque des points

A en croire un sondage Ifop pour le Journal du dimanche, près de la moitié des sympathisants de gauche (45%) interrogés après le renoncement de François Hollande à un second mandat disent souhaiter que Manuel Valls soit le candidat du PS à l'élection présidentielle de 2017. Ils n'étaient que 38% à le désigner parmi une liste de candidats avant l'annonce du président de la République jeudi.

La progression du Premier ministre se retrouve de la même manière chez les sympathisants du Parti socialiste, qui disent à 61% souhaiter qu'il soit le candidat désigné du PS après l'annonce du président, contre 54% auparavant. La partie du sondage effectuée avant l'annonce de François Hollande l'a été du 28 novembre au 1er décembre, et celle consécutive à son annonce les 2 et 3 décembre.

Le sondage a été réalisé en ligne auprès d'un échantillon de 2.006 personnes dont ont été extraits 678 sympathisants de gauche, et de 1.500 personnes dont ont été extraits 542 sympathisants de gauche.

Macron exclut toujours de ne pas participer à la primaire de la gauche

Pour Emmanuel Macron, la décision de François Hollande de ne pas briguer un second mandat ne rebat pas les cartes de la primaire de la gauche. Candidat à l'élection présidentielle, l'ancien ministre de l'Economie, fondateur du mouvement "En marche", exclut toujours de se participer à la primaire de la gauche, qui va, selon lui, "scénariser un déchirement autour du bilan du quinquennat".

L'appel de Cambadélis

Le Premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, l'a appelé samedi (ainsi que Jean-Luc Mélenchon) à participer à cette primaire de janvier prochain pour que la gauche lance un seul candidat dans la course à l'Elysée.

"Oui, la primaire c'est le moyen d'imposer l'unité, de faire en sorte que les familles séparées se retrouvent", a-t-il déclaré lors d'une convention à Paris de la Belle alliance populaire, organisatrice de la primaire censée désigner le représentant du PS et de petits partis affiliés pour l'élection présidentielle. "C'est le peuple qui doit désigner son candidat et non le candidat qui doit désigner son peuple."

Macron critique à l'égard de la primaire

Un point de vue que ne partage toujours pas Emmanuel Macron, toujours très critique à l'égard de la primaire, qui va selon lui "scénariser un déchirement autour du bilan du quinquennat".

"Le président a pris une décision très digne et courageuse, mais cela ne rebat absolument pas les cartes de la primaire", déclare Emmanuel Macron dans le JDD.

"Vont probablement s'opposer un futur ex-Premier ministre (Manuel Valls-NDLR) et des ministres qu'il a exclus du gouvernement parce qu'ils ne partageaient pas sa vision", ajoute-t-il. "Et on veut nous faire croire que la primaire leur permettrait demain, si l'un d'entre eux devenait président de la République, de gouverner ensemble pendant cinq ans? Soyons sérieux, cette primaire va juste scénariser un déchirement autour du bilan du quinquennat."

La primaire de la droite, un "succès en trompe-l'oeil

L'ancien ministre de François Hollande fustige également la primaire de la droite et du centre, qui vient de sacrer François Fillon.

"C'est un succès en trompe-l'oeil", dit-il.

 "Les progressistes de droite et du centre, tous ceux qui ont voté pour Nathalie Kosciusko-Morizet ou Alain Juppé, ne peuvent pas se retrouver dans le programme de François Fillon", ajoute-t-il. "François Fillon aura une majorité parlementaire hétérogène et aura du mal tout comme François Hollande avec ses frondeurs à mettre en oeuvre son programme."

"La primaire construit des compromis d'appareil mais ne permet pas d'installer une cohérence programmatique", conclut Emmanuel Macron.

L'ex-ministre de François Hollande est par ailleurs très critique du programme de François Fillon, avec lequel la droite est selon lui "en train de proposer un retour en arrière".

La droite "propose de faire les réformes économiques de la Grande-Bretagne des années 1980 et de revenir à la France d'avant Giscard d'un point de vue social", dit-il dans le JDD.

"Je pense ainsi que ce serait une grave erreur de dérembourser les petits soins. C'est injuste, inefficace en termes de santé, et les premières victimes en seront les classes moyennes et populaires."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/12/2016 à 17:16 :
Valls homme de gauche ? A utilisé le chantage (On ne peux l'appeler que comme cela) du vote bloqué pour faire passer la destruction du code du travail. Il voudrait continuer, tout comme Fillon. Mais ce dernier au moins le dit.
Quelle primaire de gauche ? Une primaire interne au PS, tout simplement.
a écrit le 05/12/2016 à 17:13 :
Valls homme de gauche ? A utilisé le chantage (On ne peux l'appeler que comme cela) du vote bloqué pour faire passer la destruction du code du travail. Il voudrait continuer, tout comme Fillon. Mais ce dernier au moins le dit.
a écrit le 05/12/2016 à 14:50 :
Relisez vous ! L'article est bourré de fautes de syntaxe.
a écrit le 05/12/2016 à 14:41 :
M.Valls,viré par les électeurs d'Argenteuil ,du temps de M.Hue;a su rebonbir dans une ville similaire,laquelle,croupie dans la médiocrité,et dans une mixité entretenue digne de Sarcelles en val d'oise!!!
Alors ce 1er ministre doublure,qui a pour actif un nombre croissant de pauvres,ne représentera rien,contre En Marche,le FdG,Lr,FN,sans oublier les casseurs et anars,et ce ne sera pas un rapprochement avec les centristes pret à manger dans n'importe quelle gamelle,qui pourra le faire grandir.
a écrit le 05/12/2016 à 14:11 :
un gouvernement qui a l'approche
de la plus importante election
a comme passif 8.8 millions de pauvre
est une honte dans va vision de la societe
pire encore lorsque l'on se pretend socialiste
bien que la responsabilite doit etre partage avec
le precedent gouvernement fillon
il faut admettre que rien n'a ete mis en œuvre
par la hollandie pour atenue voir reduire et meme aneantir
la pauvrete
preuve est evidente a ce jour ou tout est mis en œuvre
pour favoriser la finance a rejoindre la France
mais rien de realise pour reconstruire des entreprises de production
m valls peut se presente mais avec une etiquette de fabricant de pauvre
dans le pays des droit de l'homme
autrement dit celui qui se moque des Français comme m hollande
est les sans dents
a écrit le 05/12/2016 à 14:01 :
une bonne canditature!les primaires ps serviront a élire les futurs ministres,Vals est au dessus,il ne doit pas participer aux primaires.lui seul peut battre le parti populiste au second tour,les français le savent et sont allergiques a la casse sociale du docteur Fillon.si la cote de Hollande continue a remonter aussi fortement il sera alors susceptible de revenir en 2022.
a écrit le 05/12/2016 à 12:16 :
Fillon de gauche contre Fillon de droite ce n'est pas cela qui va relancer l'intérêt de la présidentielle 2017!
a écrit le 05/12/2016 à 12:10 :
avec ses liens "indefectibles" avec Israel, il a un fond de clientele assuré,
qui plus est influente
a écrit le 05/12/2016 à 11:52 :
Bien tout ou presque à été écrit ci dessous d un point de vue politique . Un économiste proche d un prix Nobel pourrait il expliquer la différence entre une tva à 22 % et une tva sociale à 22% ?Il me semble que M Fillon le propose dans son programme ainsi que M Juppé .
a écrit le 05/12/2016 à 11:45 :
La "synthèse" a gauche étant une impossibilité, quelque soit le gagnant de la primaire, pour la gauche, c'est plié. C'est donc plié aussi pour Valls.
La gauche est atomisée, elle ne pourra se reconstruire que lorsque les extrêmes (des frondeurs au PC) auront été laminé. C'est regrettable, car dans un premier temps, c'est le FN qui va en profiter. Mais après tout, c'est la démocratie. A chaque citoyen de bien se déterminer et... d'en assumer ensuite les éventuelles conséquences.
a écrit le 05/12/2016 à 11:24 :
Citoyens, pour votre bien, vous serez tous fichés (s) car vous êtes tous des suspects potentiels et la police aura tous les droits puisque la justice n'est pas assez réactive (situation entretenue car budget dérisoire). La police sera un instrument politique puisqu'elle est amenée à ne pas interpeller les agitateurs identifiés lors des manifestations, et elle interviendra uniquement lorsque ces groupuscules commenceront leur travail de casse afin de pouvoir discréditer l'objet de la manifestation. Enfin, pour le bien de la Démocratie, toute force de sécurité abusant de son pouvoir ne pourra être mise en cause...

Quelles dérives nous prépare-t-on maintenant ?
a écrit le 05/12/2016 à 11:04 :
la politique spectacle va se faire remettre en place par le F.N
a écrit le 05/12/2016 à 10:29 :
C'est avec la candidature de M.Valls que les Français vont voir en pleine lumière que le sujet n'est pas pour les socialistes la France, mais la place au gouvernement. Comment les Montebourg, Hamon, Filoche, laroutourou, Bennhamias, Lienemann, autres à venir Valls vont pouvoir prétendre rassembler autant de divergences qui ne s'assumeront pas dans l'espoir d'avoir un portefeuille? Vous ajoutez Macron et Mélenchon qui eux ont au moins le mérite d'avancer seul avec leur projet.
Réponse de le 05/12/2016 à 11:14 :
Votre point de vue est bien ajusté,

sauf pour macron, il n'a aucun projet aucun talent et ses ambitions sont celles de ses commanditaires voyous de la finance qui agissent en bandes organisées

Macron n'est qu'un UMP-MEDEF infiltré sournoisement dans le périmètre de Hollande pour le faire chuter et ca a bien marché avec un Hollande naïf ou traitre ou les deux à la fois

Macron n'est qu'un demi-frêre de Valls autre UMPMEDEF infiltré au PS.

Les Français très lucides et éclairés vont nous débarrasser de ce marigot plus nauséabond que le lisier de porcs des partis politiques qui nous plongent dans la pauvreté et la misère depuis plus de 15/20 ans
Réponse de le 05/12/2016 à 12:38 :
Bien d'accord, Macron n'est qu'une créature médiatique, et les perdants du Brexit, Hillary et Juppé ont appris que d'être la coqueluche des sondages ne veux plus rien dire, au contraire !
L'avenir n'est plus aux politiciens en demi-teinte, ceux de gauche qui sont de droite (Hollande, Valls) ou ceux de droite qui se positionne à gauche (Juppé).
Macron ne fera que la moitié de ce que les sondages lui donne, au mieux.
a écrit le 05/12/2016 à 10:26 :
Il faut pas bouder notre plaisir, Valls candidat, c'est Valls démission !

Avec le recul, la final annoncé Juppé-LePen est tordant de rire, car avec le jeu des primaires, les électeurs de Gauche n'ont pas plébiscité un 'semblable' (Juppé) mais le plus dure de tous (Fillion) afin d'avoir un contraste bénéfique avec 'leur' candidat .
Il en sera de même en retour ; Valls n'a aucune chance, ce sera un Montebourg (ou Mélenchon, ou un tandem des deux).
Bref on se dirige vers une finale Vrai Droite contre Vrai Gauche, et dans cette configuration, le FN risque de se trouver à l'étroit, et Bayrou de reprendre un peu de couleur avec le 'centre'.
Juppé était un boulevard pour le FN, une finale Fillion/vrai gauche risque bien siphonner un gros paquet d'électeur au FN !
a écrit le 05/12/2016 à 10:25 :
Ils aiment le pouvoir nos politiciens, pas un jour sans un nouveau candidat. Pourtant, Valls
c'est le bilan de Hollande, son premier ministre. Qu'a t-il à nous proposer? son action est
pour le moins mitigée, 6 millions de personnes en précarité ou au chômage, un état qui s'endette de 100 milliards d'euros par an pour boucler ses fins de mois. Des salaires
plombés, des retraites gelées depuis 3 ans et une fiscalité confiscatoire faisant fuir les capitaux. Bref , Valls n'a probablement pas la même lecture et on connaît la rengaine, il se présente et se sacrifie pour lutter contre la réaction, contre l’extrême droite, pour protéger les travailleurs. Décidément, rien ne change , toujours le même baratin.
a écrit le 05/12/2016 à 10:06 :
M.Valls n'est pas le meilleur candidat pour le parti socialiste. Il sera le plus a droite de tous les candidats qui vont se présenter à la primaire, d'autant que son coté cassant, son coup de menton rageur et la manière dont il a savonné continuellement la planche de F.Hollande ne le rend pas sympathique. Le seul qui puisse gagner la présidentiel est J.Y Le Drian, parce qu'il est reconnu comme socialiste par les militants et qu'il le seul ministre respecté par l'ensemble des français, droite comprise. Il présente l'avantage d'entrainer une grande partie de la Bretagne et le PS ne peut pas gagner sans la Bretagne. Il est catholique et a de quoi prendre des voix à F. Fillion qui a fait ses meilleurs scores dans les régions pratiquantes. Il ne présente aucune casserole, ne fait pas partie de la gauche Paris-Match et pour l'ensemble des français il est un candidat hors système, bien plus que F.Fillion. Donc J.Y le Drian est le seul a pouvoir battre F.Fillion et M.Le Pen, reste a le convaincre.
a écrit le 05/12/2016 à 9:59 :
C'est le PS qui paie les frais du déplacement? Car j'ai du mal à voir l'intérêt général de cette communication. J'y vois un intérêt particulier. A suivre.
a écrit le 05/12/2016 à 9:47 :
tous les mêmes toujours se serre la ceinture
a écrit le 05/12/2016 à 9:21 :
Quelle pagaille quand on regarde la Gauche mais attendons on est curieux de connaître les nouvelles recettesde cuisine qui ont échoué revisité par le nouveau chef .
Un nouveau gouvernement pour 5 mois c'est incongru, passons tout de suite à l'élection présidentielle il est urgent d'agir pour repartir de l'avant
a écrit le 05/12/2016 à 9:21 :
Quelle pagaille quand on regarde la Gauche mais attendons on est curieux de connaître les nouvelles de cuisine qui ont échoué revisité par le nouveau chef .
Un nouveau gouvernement pour 5 mois c'est incongru, passons tout de suite à l'élection présidentielle il est urgent d'agir pour repartir de l'avant
a écrit le 05/12/2016 à 8:17 :
Valls a bien raison de se présenter, il va pouvoir mesurer combien les citoyens de la France profonde sont en cohérence avec les italiens ;

Valls avec macron sont les responsables du désastre du PS,

les italiens ont rejeté Renzi, les électeurs de droite dure ont expulsé Sarkzoy

Valls pantin de la droite extrême maquillé sera répudié par électeurs de la France,
a écrit le 04/12/2016 à 22:50 :
Sans compter les 10 â 15 % de sympathisants de droite qui vont se faire plaisir à aller voter (1euro) en remerciement pour ceux de gauche qui ont rempli les caisses de la droite (2 euros) et qui ne voteront surement pas pour mr Valls
a écrit le 04/12/2016 à 22:38 :
Que Valls imbu de sa miséreuse personne se présente, cela n'étonne pas plus que le fait que Sarkozy de sa miséreuse personne se soit présenté ;

Le destin de Valls sera un destin miroir de celui de Sarkozy.

Il faudra bien une primaire pour se débarrasser de Valls ... il la vaut bien
Réponse de le 05/12/2016 à 10:51 :
se débarrasser de Walls ,? vous avez regardé le profil des autres candidats à la primaire ?Que le ciel protège la France de tous ces gens là.
a écrit le 04/12/2016 à 21:36 :
Yes! Enfin tonton Valls! Avec ça on va sauver le monde! LOL
Pourquoi il fait toujours l'énervé sur les photos? Jamais un sourire bordel. Vive la France
a écrit le 04/12/2016 à 21:33 :
Manuel Valls va démissionner, et va donc être remplacé par un fidèle d'Hollande tel que Michel Sapin. Il serait alors intéressant de remplacer M. Sapin par quelqu'un de jeune à la tête du ministère des finances.

Un peu comme dans un match de foot sans enjeu où on envoit les remplaçants se faire de l'expérience, ce serait intéressant que François Hollande prépare l'avenir du PS en donnant le peu qu'il reste dans ce mandat à un nouveau pour qu'il se fasse les dents.
a écrit le 04/12/2016 à 21:01 :
On s'en fout.
a écrit le 04/12/2016 à 20:40 :
C'est sur qu'il va être de difficile de parler vrai pour des hommes et des femmes habitués à mentir, à adoucir les angles quand il faudrait des mesures radicales (finances par exemple)...
a écrit le 04/12/2016 à 18:01 :
Valls ou pas Valls, c'est le règne des partis, or les partis de droite comme de gauche semblent intrinsèquement plus divisés que jamais. Entres les penchants vers l’extrême droite, le glissement vers la social démocratie, les pour ou contre l'Europe, la paranoïa du tout sécuritaire, le libéralisme effréné, etc… et les candidats se sentent surtout obligés de faire part de leurs divergences, plus que de leurs accords. Il faut stopper cette espèce de conflit de postures, sur amplifié par les médias et tournant parfois à la schizophrénie. Tout cela devient trumpesque et je ne suis pas sur que c’est ce dont on a besoin.

Autre contradiction : théoriquement les partis (adultes) devraient logiquement nommer un seul candidat et pouvoir ainsi se dispenser de primaires. Certes le vote et la démocratie sont indispensables, mais il n’est pas sur qu’il ressorte de ces élections à répétition LE ou LA visionnaire capable d’unir et de reformer le Pays. Sans union, pas de réformes d’envergure, les vraies celles qui permettent d’engager l’avenir et non de revenir plusieurs décennies en arrière.
Qu’il y ait des désaccords, des divergences, des courants de pensées, c’est positif, si dans une deuxième phase il se crêtait des gouvernements de coalition, capables de s’accorder sur des dénominateurs communs. On assiste toujours à cet effet de balancier entre droite et gauche qui conduit à des confrontation perpétuelles et très souvent plus à des postures que de divergences de fond. Tout les démocrates et républicains ont pourtant compris que la situation est grave et que l’extrême droite menace l’équilibre de nos sociétés, or droite et gauche continuent à jouer la confrontation, projetant une image d'égoïsme et de guerre des chefs.

Certes le contexte est difficile, avec la montée du populisme et des corporatismes de tous genres, amis raison de plus pour associer les politiques raisonnables et aller dès à présent vers un programme commun.
a écrit le 04/12/2016 à 17:28 :
Les socialistes candidats à la primaire doivent dire et écrire si le vote des étrangers en France fait toujours parti de leur doctrine.
Réponse de le 04/12/2016 à 21:13 :
Pourquoi est ce si important ? Vous voulez voter ?
Réponse de le 05/12/2016 à 7:34 :
@Titane : Ben alors, on a soudainement peur et on n'assumerait pas ?
a écrit le 04/12/2016 à 17:20 :
On se fiche des primaires de la gauche qui sent le sapin depuis un bon moment déjà.
Aucun candidat de la gauche ne sera plus élu et avant longtemps. Mais l'espoir fait vivre.
a écrit le 04/12/2016 à 17:02 :
Encore un qui a envie de pouvoir un nouveau sauveur qui une fois en place ne sera plus quoi faire à part dire la bonne parole qui n'engage que ceux qui l'écoute . On n'a pas fini d'égrener la liste .
a écrit le 04/12/2016 à 16:37 :
On ne voit pas pourquoi Valls s'encombre du groupuscule en perdition qu'est devenu le PS et de sa primaire alors que son véritable concurrent à gauche est Macron. C'est ces deux-là qu'il faut départager par une primaire. Une candidature unique vraiment sociale-libérale (celle de Macron ou Valls) serait de nature à passer devant Marine Le Pen.
Réponse de le 04/12/2016 à 17:40 :
C'est exactement cela, il devrait y avoir deux primaires à gauche, celle de la gauche moderne avec Valls et Macron et celle des tenants des vieilles lunes du collectivisme qui s'autoproclament "les progressistes" avec Mélenchon, Montebourg, Hamon et Cie. ..
Réponse de le 04/12/2016 à 18:32 :
Valls est tellement peu socialiste qu'il voulait débaptiser leparti et Macron a renié le PS 3 fois avant le chant du coq...
Et les deux ont en commun d'avoir en quelque sorte trahi M Hollande. Saint Pierre et Judas réunis. :-)

Ce serait à Valls de prendre ses responsabilités en refusant de candidater à l'intérieur de la primaire de gauche. Mais ce faisant il perdrait la logistique et les finances qui lui permettraient de faire campagne, et puis il se ferait honnir des militants.
On se rappelle qu'il a fait 5% des voix en 2011... et ce n'est pas ce qu'il a fait ces trois dernière années qui va lui ramener beaucoup de monde dans le PS "traditionnel".
a écrit le 04/12/2016 à 15:21 :
Quel est le point commun entre Sarkozy, Hollande, Valls et Fillon ?
Réponse : se sont tous des Bilderbergs.

Ils appliqueront donc tous le programme du groupe Bilderberg qui consiste à appauvrir les classes moyennes des pays occidentaux pour enrichir les oligarques.
Réponse de le 04/12/2016 à 16:49 :
Analyse bien trop sommaire d'adeptes de la théorie du complot plutôt que d'économistes : les "oligarques" n'ont aucun intérêt à appauvrir les classes moyennes des pays occidentaux, pas par philanthropie mais parce que ce sont leurs principaux clients solvables. Vous raisonnez comme si les richesses étaient un gâteau fini dont il conviendrait de s'arroger définitivement la plus grosse part. Ce n'est pas comme ça que ça fonctionne.
Réponse de le 05/12/2016 à 11:44 :
Et bien parfait Bruno, faites nous part de vos lumières, car l'idéologie dominante est largement mondialiste, or il n'y a pas de mondialisation "heureuse", c'est un mythe.
La mondialisation, c'est la compétition de tous contre tous, sans filtre, au profit unique de cette caste, pas de "la classe moyenne", dont ils se foutent.
Le Brexit, et Trump, on prouvé que les perdants de cette mondialisation sont maintenant majoritaire, les classes moyenne ont donc basculées récemment du mauvais coté de la barrière, du coté des perdants.
D’où le retour "des Nations", rempart réel ou rêvé de ce grand n'importe quoi (en prime, imaginez vous que la mondialisation soit compatible avec la sauvegarde du climat?)
a écrit le 04/12/2016 à 14:37 :
Le prochain Président devra harmoniser la fiscalité des entreprises avec l'Allemagne, protéger le climat et réduire le chomage. Ce qui implique de répartir les charges sociales sur les entreprises et sur la consommation d'énergie des ménages. On réduit le cout du travail en augmentant le prix de l'énergie à niveau constant.
Réponse de le 04/12/2016 à 16:31 :
L' énergie est une assiette bien trop étroite pour le financement de la protection sociale. Et un plus une trop forte taxation de celle-ci serait une incitation à en réduire drastiquement la consommation selon le principe :" le taux mange l'assiette". le principal résultat pour les ménages serait des logements mal ou pas chauffés, peu éclairés,... et pour les entreprises d'aller produire là où elle est le moins taxée. De la TVA sociale aurait sans doute moins d'effets indésirables. En plus elle s'applique indifféremment aux productions locales et importées, et, les exportations se faisant hors-taxes elle ne le pénaliserait pas (contrairement à la taxation de la seule énergie).
Réponse de le 04/12/2016 à 17:45 :
Pourquoi toujours vouloir augmenter un prélèvement obligatoire pour réduire le coup du travail alors qu'il y a un gisement de plusieurs centaines de milliards d'euros d'économie dans la gabegie des dépenses de l'etat et des collectivités locales?
a écrit le 04/12/2016 à 14:15 :
Deux premiers ministres européistes se faisant front va nous permettre d'en savoir plus sur le double jeu que l'UE de Bruxelles leur impose!
Réponse de le 04/12/2016 à 18:23 :
Vous devez aimer les théories du complot.

Pourtant Fillon comme Valls ne sont pas tant pro européens que ça (ils ne sont pas fédéralistes), et Bruxelles ne leur impose rien du tout.
Réponse de le 04/12/2016 à 18:23 :
Vous devez aimer les théories du complot.

Pourtant Fillon comme Valls ne sont pas tant pro européens que ça (ils ne sont pas fédéralistes), et Bruxelles ne leur impose rien du tout.
a écrit le 04/12/2016 à 13:20 :
Un relecture du 2eme paragraphe, consacré à Macron (y compris le titre), ne serait pas inutile...
a écrit le 04/12/2016 à 13:13 :
Valls serait une bonne chose pour la gauche, il offrirait un boulevard à la vrai gauche.
a écrit le 04/12/2016 à 13:12 :
Allez, après le Brexit perdant, Hillary présidente et Juppé favori, allons pour une nouvelle Valls des sondages !
Leurs musiques est si douce "aux tenants".
a écrit le 04/12/2016 à 12:31 :
Si Valls va à la primaire, il grille toutes ses chances de participation à la Présidentielle 2017. Les socialistes apparaissent tellement comme un amas de sympathisants idéologistes aveugles de la situation que ça en devient nauséabond. ça n'a que l'odeur du clan qui s'accroche à ses avantages comme la bernicle sur son rocher. Aucune vision pour la France. La désespérance Française est à la hauteur du mépris de cette classe politique qui n'a pas voulu voir le monde en face et qui a vendu aux Français des promesses qu'elle savait ne jamais tenir.
a écrit le 04/12/2016 à 12:14 :
un peu moins de 50%, ou un peu plus de 40?
Question de vocabulaire et de perspective.
Un mois avant la primaire Juppé devait l'emporter avec plus de 40% au premier tour face à NS et FF.

Voilà qui rend ces chiffres à leur vraie valeur.
a écrit le 04/12/2016 à 12:13 :
Les militants vont mettre valls en tête alors que ceux que je connais m'ont affirmé qu'ils n'iraient jamais voter pour valls. Une bonne grosse abstention pour 2017 donc, tant mieux.

Les parti politiques ne sachant plus comment se donner une légitimité laissent leurs militants à la manœuvre et comme il n'y a rien de pire que les communautaristes c'est un véritable désastre chez les LR et au PS.

Vous ne vouliez plus de hollande et sarkozy ? Ben vous aurez leurs premiers ministres...

Quelle farce.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :