Hamon sermonne Gattaz qui "défend assez mal l'entreprise française"

 |   |  539  mots
M'associer au projet de Marine Le Pen, c'est bien la preuve qu'il y a quelque chose de pourri à la tête du Medef, a fustigé M. Hamon, devant la presse, y voyant une insulte et réclamant des excuses.
"M'associer au projet de Marine Le Pen, c'est bien la preuve qu'il y a quelque chose de pourri à la tête du Medef", a fustigé M. Hamon, devant la presse, y voyant une "insulte" et réclamant des excuses. (Crédits : Reuters)
"Voter Mélenchon, Le Pen, Hamon, c'est ruine, désespoir, pauvreté généralisée", avait cinglé dimanche dernier Pierre Gattaz dans Le Parisien : depuis cette sortie du numéro un du Medef, c'est une lutte à couteaux tirés avec Benoît Hamon, qui n'apprécie pas du tout -mais alors pas du tout- d'être mis dans le même sac que Mélenchon et Le Pen. Récit d'un feuilleton en 5 actes (pour l'instant)

Depuis cinq jours, le candidat PS à la présidentielle et le numéro un du Medef se livrent à une guerre ouverte par médias interposés.

Le duel entre les deux hommes a débuté dimanche, lorsque Pierre Gattaz a estimé dans Le Parisien que Benoît Hamon était "dans un scénario destructeur pour l'économie française".

"Voter Mélenchon, Le Pen, Hamon, c'est ruine, désespoir et désolation, pauvreté généralisée", a-t-il affirmé.

"Quelque chose de pourri à la tête du Medef" (Hamon)

Réponse cinglante du socialiste le lendemain, lundi 10 avril :

"M'associer au projet de Marine Le Pen, c'est bien la preuve qu'il y a quelque chose de pourri à la tête du Medef", a fustigé M. Hamon, devant la presse, y voyant une "insulte" et réclamant des excuses.

Hamon, "apprenti sorcier de l'économie", contre Gattaz, "l'héritier"

Mardi, le numéro un du Medef, lors de sa conférence de presse mensuelle, enfonçait le clou en qualifiant tout à la fois Benoît Hamon (PS), Marine Le Pen (FN) et Jean-Luc Mélenchon (la France Insoumise) d'"apprentis sorciers de l'économie".

Dans une lettre, publiée mardi après-midi dans Les Echos ("La lettre cinglante de Hamon à Gattaz"), le candidat socialiste a alors accusé son interlocuteur de se "ridiculiser". Face aux critiques du président du Medef, fils d'Yvon Gattaz fondateur de l'entreprise Radiall, sur le revenu universel, il lui écrit:

"Tout le monde n'a pas la chance d'hériter d'une entreprise."

Gattaz prône "les bienfaits du capitalisme familial"

Dans un nouveau courrier, Pierre Gattaz rétorquait :

"C'est méconnaître les bienfaits du capitalisme familial qui s'ancre dans les territoires, maintient ses usines en France (pour ma part j'en ai créé une 5e en France), tout en se développant à l'international, continue à embaucher en France et associe ses salariés à la performance de l'entreprise."

Jeudi matin, sur Sud Radio, Benoît Hamon repartait à l'offensive :

"Il est inadmissible que le patronat entre dans le débat de cette manière-là", a déclaré le candidat socialiste, estimant par ailleurs que M. Gattaz défendait "très bien les chefs d'entreprises des grandes entreprises mais assez mal l'entreprise française".

Créer 1 million d'emplois : Gattaz accuserait presque Hamon de plagiat...

Dernière passe d'armes en date, toujours ce jeudi 13 avril, le patron des patrons a envoyé une nouvelle lettre à Benoît Hamon pour l'interpeller sur son plan pour créer 1 million d'emplois en France... un plan qui reprend un des slogans de Pierre Gattaz qui lui a souvent été reproché.

... mais s'oppose sur les moyens d'y arriver

Dans cette missive que l'AFP s'est procurée, le patron des patrons y répète les conditions nécessaires selon lui pour créer des emplois en France: "des mesures de simplification d'un environnement devenu trop compliqué", "une politique résolue de baisse de la pression fiscale pesant sur les entreprises", et "une politique suivie et cohérente de confiance et de coopération avec les chefs d'entreprises".

Il y défend en particulier le Pacte de responsabilité, critiqué par le candidat socialiste, et appelle à la baisse des dépenses publiques, à l'inverse de ce que propose M. Hamon.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/04/2017 à 11:50 :
Quand un petit patron verse un smic à 1200 euros net il paye avec en brut avec les charges plus de 2500 euros !!! Il en faut du boulot pour rentabiliser l'entreprise sans compter les taxes indirectes, après il est facile de claironner que le smic va être augmenté a 1800 euros net !
Réponse de le 14/04/2017 à 16:42 :
Vos calculs sont totalement délirants, il ne subsiste plus beaucoup de cotisations sociales au niveau du smic.

De plus ce que vous appelez charges sont des cotisations qui reviennent intégralement dans la poche des salariés! C'est de la rémunération différée!

Baisser les cotisations, c'est baisser les revenus des ménages, creuser les déficits, ou faire payer plus les autres!

Je suis cependant favorable à ces baisses au niveau du SMIC, mais pour d'autres raisons.

La troisième solution sera appliquée et on fera donc payer les gros revenus et on augmentera la CSG pour compenser le manque à gagner!

Finalement la baisse des cotisations sociales est très socialiste comme mesure!
a écrit le 14/04/2017 à 8:08 :
Comment M Gattaz peut il encore se permettre de l ouvrir ? À chaque fois qu il a reçu des cadeaux du gouvernement, il n a créé aucun emploi. Il est où son badge sur la création de un million d emploi ?
Un journaliste pourrait il faire son travail et lister d un côté le nombre de mesures votées pour l allègement de charges et du code du travail et de l autre côté l évolution de la courbe du chômage?
Oui, M Gattaz ne représente que le patronat des grandes entreprises, celui qui pleure toute temps, qui fait de l optimisation fiscale, qui crée des pose à tours de bras , qui délocalise sa production et dont les dividendes explosent. Arrêtez de parler des patrons de facon globale. Il y a les vrais patrons, ceux qui dans les PME se defoncent pour faire vivre leur boite et les patrons salariés des grosses boites, ceux qui sont la pour 4 ans, ne regardent que le court terme et l évolution de leur bonus.
Réponse de le 14/04/2017 à 9:43 :
Gattaz cultive la mauvaise fois et j'espère que les chefs d'entreprises ne se reconnaissent dans ce personnage qui veut tout et son contraire : des baisses de charges ....et des commandes publiques !!!!
Réponse de le 14/04/2017 à 15:38 :
"../.. à chaque fois qu'il a reçu des cadeaux du gouvernement../..".
Dans quel monde vivez-vous ? De quels cadeaux parlez-vous ? Les entreprises et les entrepreneurs se font massacrés depuis plusieurs décennies... C'est pas un cadeau quand le gouvernement réduit 1 taxe après en avoir augmenter 10 ! Si les entreprises françaises allaient si bien le chômage ne serait pas aussi bas!

Dans mon cas particulier : en 2012 Hollande a fait augmenté de 10% les charges sociales du RSI des commerçants (suppression de l'abattement pour frais) et à rendu impossible le versement des dividendes (soumis en plus de l'IS et l'IRPP aux charges sociales au dessus de 10% du capital). Demain, un gouvernement pourra toujours réduire mes impôts de 10%, cela ne sera pas franchement un cadeau, ni un juste retour des choses, car je ne reviendrais toujours pas à la situation d'avant 2012!
a écrit le 14/04/2017 à 6:38 :
Du moment où monsieur Mélenchon va mettre en œuvre les fermes collectives en France, on se moque des entreprises françaises.
a écrit le 14/04/2017 à 1:49 :
je suis d'accord en grande partie avec louis mais je pense que nos politiques et les entreprises se trompent en grande partie sur la cause de leur manque de compétitivité. MACRON a un temps de retard sur la robotisation en parlant de l'apprentissage. Si nous devons maintenir et développer l'apprentissage sur les métiers de bouches et du btp nous devons développer la formation par alternance pour l'obtention de BTS OU dut avec des stages plus long. Pour autant il faut développer un véritable statut pour ces étudiants et apprentis tout en développant une législation qui lutterait contre l'emploi abusif de stagiaire.
Il faut simplifier la législation sociale et fiscale
Je m'étonne qu'à ce stade personne ne parle de la tva sur la main d'oeuvre (réparation auto et autres...) En effet lorsque l'on paye une facture à son plombier, a son mécano par exemple nous payons de la tva sur la main d’œuvre. De 10 à 20 % rien que sur la main d’œuvre.
Je propose donc de supprimer la tva ou de la ramener à 5.5 % sur les frais de main d’œuvres qui sont détaillés sur les factures.
La robotisation engendre la création d'emploi plus qualifié (technicien, ingénieur etc) mais supprime parallèlement des emplois de manœuvre...Seuls les salaires servent à la bases de calcul des cotisations sociales. Il faut donc revoir cette base. La maintenir pour les salariés et pour les entreprises la déplacer sur la valeur ajoutée. Il faut également élargir l'assiette des cotisations sociales sur les plus values mobilières et immobilières.
supprimer les abattements sur les plus values supérieures à 20 000 €
Moduler l'impot sur les société, en ramenant le taux de l'is à 5 % sur les bénéfices réinvestis, 15 % sur les bénéfices orientés sur le désendettement de la société et à 50 % sur les bénéfices distribués
Rembourser les aides de l'état (cir, cice et autres aides des collectivités locales ou sociales) à hauteur des distributions faites aux associés
Supprimer la déduction de la tva sur les frais de déplacements (essence, repas, hotel...)
Supprimer la taxe sur les salaires pour les entreprises du secteur médical non soumis à la tva (hopitaux, clinique, médecin employeur quelque soit la forme juridique...)
supprimer la multitude petites taxes dont les recettes sont inférieures à 200 millions d'euros
Supprimer plus du tiers des niches fiscales dont celle des dom tom et les 35 milliards d'euros correspondant les affecter à l'investissement des infrastructures de métropole et des dom
Supprimer le millefeuille administratifs par exemple supprimer l'administration départementale.
Le prochain gouvernement a du pain sur la planche, 5 années de socialisme d'HOLLANDE et de VALlS pour un chômage massif et une dette en forte hausse comme le quinquennat de SARKOZY.....
a écrit le 13/04/2017 à 19:53 :
Gattaz devrait se taire!

"Puisque Le Pen est comme le PS représenté Hamon, c'est que Le Pen n'est pas dangereuse voire est bénéfique"voilà le message de Gattaz!
Le peuple connait le PS et sait tout le caractère modéré et raisonnable de sa gestion du pays. Si le FN est comme le PS alors le FN devient un parti de gouvernement!

Voilà le message délivré par Gattaz. Son discours crédibilise Le Pen!

On sait maintenant quel patronat nous avons en France, il a franchit une ligne rouge qui le décrédibilise durablement!
a écrit le 13/04/2017 à 19:53 :
Pas difficile de voir que les programmes le Pen et Mélenchon ne tiennent absolument pas la route. Faire un référendum sur l'euro dans les 6 mois n'est vraiment pas le moment et le Pen souligne qu'elle démissionnerait en cas de "non" donc nouvelles élections ou sinon forte inflation et récession avec hausse du chômage à prévoir. Fillon avec la suppression de 500.000 emplois publics et hausse de la TVA de 2 points entraîne aussi une récession sans parler des grèves. Quant à Mélenchon il propose une alliance bolivariennje avec des pays d'Amérique latine en difficulté et un modèle comme au Vénzuéla et à Cuba, ses modèles sont Fidel Castro et Hugo Chavez et sa fiscalité confiscatoire, bref le délire total. Seul Macron comme l'ont confirmé plus de 40 économistes et bien d'autres a le programme le plus rationnel, honnête et réaliste. Heureusement qu'il est là.
Réponse de le 14/04/2017 à 15:53 :
A mes yeux, Marcon a le second meilleur programme, et de loin. Hamon c'est une catastrophe. Mélanchon et Le pen, comme vous dites, c'est un délire total.
Donc je ne suis pas entièrement d'accord avec vous! Pour moi Fillon a le meilleur programme (comme le MEDEF, le syndicat des TPE-PME, et les agriculteurs).

Réduire de 500.000 les fonctionnaires, c'est à peine revenir une décennie en arrière. Si je me souviens bien, l'état fonctionnait très bien il y a 10 ans. Et pourquoi vouloir être le pays avec le plus grand nombre de fonctionnaires? Pourquoi ne pas en vouloir moins, mais mieux payé et mieux équipé? Quand on voit qu'en Californie un policier débute à plus de 70000 USD par an, et qu'ils patrouillent seuls en voiture (à comparer à 3 flics de la bac dans chaque voiture)...

La hausse de la TVA avec une baisse des charges sociales permet d'augmenter la compétitivité des entreprises françaises face aux importations. C'est un levier super puissant de guerre économique en plus de renflouer les caisses de façon efficace et rapide. Et 2% d'augmentation, cela revient à 2% d'inflation immédiatement, ce que l'on subit de toute façon au bout de plus ou moins 12 mois.
Réponse de le 14/04/2017 à 15:53 :
A mes yeux, Marcon a le second meilleur programme, et de loin. Hamon c'est une catastrophe. Mélanchon et Le pen, comme vous dites, c'est un délire total.
Donc je ne suis pas entièrement d'accord avec vous! Pour moi Fillon a le meilleur programme (comme le MEDEF, le syndicat des TPE-PME, et les agriculteurs).

Réduire de 500.000 les fonctionnaires, c'est à peine revenir une décennie en arrière. Si je me souviens bien, l'état fonctionnait très bien il y a 10 ans. Et pourquoi vouloir être le pays avec le plus grand nombre de fonctionnaires? Pourquoi ne pas en vouloir moins, mais mieux payé et mieux équipé? Quand on voit qu'en Californie un policier débute à plus de 70000 USD par an, et qu'ils patrouillent seuls en voiture (à comparer à 3 flics de la bac dans chaque voiture)...

La hausse de la TVA avec une baisse des charges sociales permet d'augmenter la compétitivité des entreprises françaises face aux importations. C'est un levier super puissant de guerre économique en plus de renflouer les caisses de façon efficace et rapide. Et 2% d'augmentation, cela revient à 2% d'inflation immédiatement, ce que l'on subit de toute façon au bout de plus ou moins 12 mois.
a écrit le 13/04/2017 à 19:39 :
Le Pen, Mélanchon ou Hamon aux manettes = La France dans le tiers-monde.
a écrit le 13/04/2017 à 19:34 :
Ou comment faire voter le pen si jamais il y a une finale le pen fillon ou le pen macron.
a écrit le 13/04/2017 à 19:05 :
Il ose l'ouvrir alors que Macron, Valls et Hollande lui ont déjà servi 40-50 G€ de baisses de charges (CICE + CIR + dispositifs plus spécfifques) et pour quels effets ? Quasiment rien.
Le gars, il demande carrément 100 G€. Comme dans les tontons flingueurs, les .. cela osent tout, c'est même à cela que cela se reconnait.
Il vaut mieux que l'état récupère cet état pour réinvestir entre-autre dans les infrastructures qui deviennent vieillissantes et cela aura un autre effet sur l'industrie.
a écrit le 13/04/2017 à 18:44 :
La classe des privilégiés rentiers ne serait-elle pas en train de trembler devant la rebellion de la classe laborieuse lasse d'être prise pour le dindon de la farce!
a écrit le 13/04/2017 à 18:35 :
techniquement il a raison
et c'est a peu pres l'opinion de tous les economistes non ideologues ( quelques soient les sensibilites, au passage) un peu serieux
a écrit le 13/04/2017 à 18:23 :
M'sieu Gattaz, il préférerait que l'on vote pour son poulain (émanuel macron) sans doute. Il ferait mieux d'ouvrir les yeux afin de voir tous les Français qui quittent leur pays!!! Là est le danger...
Réponse de le 13/04/2017 à 19:56 :
@ Patoche : vérifiez, vous délirez la démographie est en hausse. Beaucoup de français reviennent de plus avec le Brexit. L' économie repart en France lentement mais sûrement.
Réponse de le 13/04/2017 à 20:15 :
Faites au moins l'effort de suivre lactu avant de poster.... Gattaz est pro fillon, normal ils ont le même centre d'intérêt, la soif d'argent...
a écrit le 13/04/2017 à 18:13 :
Son père Yvon en 1981 disait exactement la même chose ,bon, faut dire qu'il avait le même boulot , président de la principale organisation patronale française, le Conseil national du patronat français (CNPF) entre 1981 et 1986.
" Tu veux faire quoi mon fils comme travail plus tard ? "
"Ton travail, papa , embêter les vilains gauchistes surtout au moment des élections".
a écrit le 13/04/2017 à 18:08 :
si GATTAZ et tout les grands patron avaient jouer le jeu du cice et cir en créant le million d'emploi qu'avait évoqué GATTAZ on ne serait pas aujourd'hui en train de se poser la question de LE PEN et MELENCHON. Ces 2 personnes risquent fort bien d'être au second tour. A vouloir le beurre et l'argent du beurre le MEDEF a attisé la foudre des classes modestes. Si jusqu'à présent c'est bien la classe moyenne et modeste qui a payer pour permettre aux entreprises d'augmenter leur marge, avec ces 2 là au pouvoir le retour de baton sera mérité.
Trop de charge se plaignent les entreprises, alors cessez d'utiliser des voitures haut de gamme pour les dirigeants, les avantages en nature divers et variés, les repas d'affaires la société a évolué et vous non. Intégrez dans les bilans des sociétés les biens immobiliers dont elles sont locataires via des sci appartenant à leur dirigeant, supprimer les sociétés écrans qui se servent à chaque niveau d'une marge qui vous permette de vous enrichir personnellement et pour une fois copier les entrepreneurs allemands qui eux n'utilisent pas à de tel niveau les montages juridiques, il faut dire ici que les patrons allemands sont eux "patriotes" avec leur pays.
Réponse de le 13/04/2017 à 20:08 :
Le problème ne vient pas de là. Il y avait une très bonne émission de Lenglet sur A2 concernant les fermetures d'entreprises. C'est un long processus qui ne date pas d'hier (çà démarrait dans les années 80 et après les premières crises pétrolières de 74) et qui n'est pas liée à l'Union européenne mais à la politique des Nations (80% des lois sont faites pas les Nations et 20% seulement par l'Union européenne). L' écart des salaires avec les pays émergents touche tous les pays. Ceux qui ont affronté la concurrence ont pris des mesures beaucoup plus fortes qu'en France et se sont équipés. On peut citer les pays du Nord dont l'Allemagne. Il est nécessaire de rendre les entreprises compétitives par la baisse des charges, la simplification mais qu'elles aussi vendent des produits plus adaptés au commerce mondial car ils ne sont pas concurrentiels ou adaptés pour beaucoup. Certains secteurs investissent et repartent comme la mécanique grâce à la robotisation et la création d'emplois plus formés. Parmi les candidats c'est visiblement Macron qui a le mieux compris les problèmes avec un grand paln sur la formation et l'apprentissage (incontestablement le plus marqué et volontaire) et dont les objectifs sont plus réalistes que ceux de Fillon qui fait croire que l'on peut supprimer 500.000 fonctionnaires alors que l'on en a besoin en santé, éducation, sécurité etc et remonter la TVA de 2 points alors qu'elle toucherait 75% du commerce européen et français donc ce serait récessif. Quant à le Pen et Mélenchon ce sont des catastrophes au plan économique. Macron est le plus équitable entre les intérêts des entreprises et particuliers mais aussi le plus réaliste par rapport à Fillon qui n'a d'ailleurs jamais démontré qu'il était efficace en 5 ans de gouvernement comme 1er ministre.
Réponse de le 14/04/2017 à 7:54 :
@Louis. Bonne analyse de la situation. Je vous suggère de prendre en compte le role de l'énergie pour approfondir votre raisonnement; l'énergie remplace le travail; le travail fournit de l'énergie; travail et énergie sont de même nature; il faut répartir les charges sociales sur le travail ET sur l'énergie. Cela correspond à la note n°6 du conseil d'analyse économique.
a écrit le 13/04/2017 à 18:06 :
Il peut se taire le monsieur "1 million d'emploi créé" ainsi que le Monsieur Président normal.

Ils font l'élection de Monsieur Mélanchon et la faillite du candidat de la finance Monsieur Macron.

Le Monsieur Fillon s'est tué tout seul avec du complot étatique.

Marine est à l'eau depuis toujours.
a écrit le 13/04/2017 à 17:45 :
C'est le mec qui veut aligner les salaires français sur ceux du Bangladesh qui menace les citoyens de ruine...
Il ose vraiment tout!
a écrit le 13/04/2017 à 17:40 :
avis partagé !
Réponse de le 13/04/2017 à 17:57 :
ou pas...on avance bien dite moi on passe arguments ? xD

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :