« Relever le niveau du Ticket Restaurant serait une bonne mesure de soutien du pouvoir d'achat » (Bertrand Dumazy, Edenred)

#REAix2022. Alors que le monde connaît un choc inédit depuis le déclenchement de la guerre en Ukraine, La Tribune a donné la parole aux grands décideurs de l'économie en direct des Rencontres d'Aix-en-Provence du 8 au 10 juillet. Que pensent les patrons des désordres économiques actuels ? Est-ce la fin de la mondialisation ? Comment faire face au retour de l'inflation qui fait remonter les taux d'intérêt et craindre des tensions sociales ? Comment mener dans le même temps les grandes transitions énergétique, écologique et économique ? Revivez ici la vidéo de l'entretien avec Bertrand Dumazy, PDG du groupe Edenred, enregistré depuis notre studio installé au cœur du Davos provençal.
Philippe Mabille
(Crédits : DR)

Bertrand Dumazy, PDG du groupe Edenred

Nous sommes présent sur 46 pays et les études menées au travers du monde démontrent que le premier sujet d'inquiétude, c'est la montée de l'inflation. Les banques centrales vont chercher à la contenir. Si elles parviennent à la maintenir à 3 ou 4%, on pourra leur dire merci.

Relever le niveau du Ticket Restaurant serait une bonne mesure de soutien du pouvoir d'achat. Le Ticket Restaurant, c'est du pouvoir d'achat pour les Français qui les utilisent, de l'argent fléché vers les restaurateurs, mais c'est aussi bon pour l'Etat, car cet argent dépensé rapidement dans l'économie locale crée plus de valeur que le coût de la défiscalisation pour l'Etat.  Sur un an, ce sont 7 milliards d'euros qui sont dépensés en Tickets Restaurant en France. Si passe on passe son montant de 11 euros actuellement à 15 euros/jour, ce seraient 3,5 milliards qui redescendraient dans l'économie locale.

Edenred propose des produits qui permettent de redistribuer 5000 euros par an et par salarié. Le ticket mobilité, par exemple, a été créé par Mme Borne pour compenser les coûts de déplacements et permet de donner jusqu'à 600 euros par an à ses salariés, pour financer leurs coûts de déplacements qui ont augmenté de 20%. Il existe aussi des tickets télétravail. Pour répondre à la problématique de pouvoir d'achat, je dis aux entreprises, augmentez les salaires de 3% et faites la soudure sur le reste avec ces programmes qui ne s'adressent pas qu'aux grandes entreprises.

Parmi les innovations, nous pouvons aussi proposer un CE digital pour les entreprises de moins de 50 salariés. Les entreprises peuvent y mettre une cagnotte que nous distribuons digitalement à l'ensemble des collaborateurs.

Philippe Mabille

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.