San Bernardino : l'Etat islamique revendique le massacre

 |   |  212  mots
Deux partisans de l'Etat islamique ont attaqué il y a plusieurs jours un centre à San Bernardino en Californie, a déclaré l'organisation djihadiste dans son bulletin radiophonique quotidien Al Bayan.
"Deux partisans de l'Etat islamique ont attaqué il y a plusieurs jours un centre à San Bernardino en Californie", a déclaré l'organisation djihadiste dans son bulletin radiophonique quotidien Al Bayan. (Crédits : MARIO ANZUONI)
Le groupe terroriste affirme que la tuerie, qui a fait 14 morts mercredi aux Etats-Unis, est bien l'oeuvre de ses partisans.

Le groupe djihadiste Etat islamique (EI) a attribué samedi à deux de ses "partisans" la responsabilité de la tuerie de San Bernardino, qui a fait 14 morts mercredi en Californie.

Le massacre a été perpétré par un couple marié, Syed Farook et Tashfeen Malik, cette dernière ayant prêté allégeance à l'EI sur une page Facebook ouverte sous un nom d'emprunt, a déclaré le FBI, ce qui a conduit la police fédérale à requalifier la fusillade en "acte de terrorisme". Les deux tireurs ont été tués par la police.

Une revendication tardive

"Deux partisans de l'Etat islamique ont attaqué il y a plusieurs jours un centre à San Bernardino en Californie", a déclaré l'organisation djihadiste dans son bulletin radiophonique quotidien Al Bayan. Une agence de presse liée à l'EI, Aamaq, a affirmé dès vendredi soir que l'attaque de San Bernardino avait été menée par des partisans du groupe djihadiste mais cette revendication est intervenue après que la prestation d'allégeance de Tashfeen Malik a été publiquement évoquée.

De sources gouvernementales américaines, on souligne que rien ne permet de dire que l'attaque a été dirigée par le groupe djihadiste, ni même que l'organisation était au courant des projets du couple meurtrier.

(avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/12/2015 à 10:41 :
Tant que la religion des terroristes n'avait pas été communiqué dans la presse aucun groupe djihadiste n'avait revendiqué l'attentat ! Selon le "Los Angeles Times", l'homme aurait été en contact avec deux organisations terroristes dont le Front al-Nosra (Al Qaida) et la femme aurait prêté allégeance à ISIS (Daesh) pendant la fusillade, démarche conseillée par Daesh pour ne pas être repéré avant les attentats ( nb le couple s’était rencontré en Arabie Saoudite ). Les 2 organisations sont idéologiquement très proches, mais au final il ne restera que DAESH et sa revendication bien tardive. Le danger que représente Al Nosra est volontairement mésestimé, de quoi satisfaire les saoudiens, turques et qataris. Pour mémoire c'est aussi Al Qaida en Péninsule Arabique (AQPA) qui avait commandité l'attentat de Charlie Hebdo. Le Charles de Gaulle en se rendant dans le Golfe Persique n'avait même pas prit le temps de balancer quelques bombes en représailles au massacre de Charlie sur les bases d'Al Qaida au Yémen (AQPA est au coté des saoudiens dans sa lutte contre les Houtis). Ce sont les américains qui s'en s'en chargeront quelque mois plus tard. A cause de ses soutiens Al Qaida et ses multiples filiales présente sur le long terme un immense danger caché par l’omniprésence de DAECH et ses exactions.
a écrit le 05/12/2015 à 16:28 :
selon la nouvelle expression à la mode , Daesh c'est l'ubérisation du terrorisme.
pas besoin d'infrastructure , de logistique ou de financement , chaque citoyen est libre d'adhérer et d'aller faire son petit attentat low-cost dans son coin !! effet garanti
il y a même des applications sur le web pour ça :-)
Réponse de le 05/12/2015 à 16:45 :
Décidément tous les tarés de la terre les paumes vont se retrouver sous la même bannière
Réponse de le 06/12/2015 à 10:04 :
C'est pourquoi taper sur un territoire dénommé Daesh n'a aucun sens. Il n'y a pas de territoire pour un califat qui règne sur les âmes. La coalition franco-européenne est aveuglée par la peur.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :