Alexis Tsipras écarte les ministres rebelles de son gouvernement

 |   |  993  mots
Alexis Tsipras a évincé les trois ministres frondeurs qui avaient voté jeudi contre l'adoption de ce train de mesures controversées, tout en confortant à son poste Euclide Tsakalotos, son ministre des Finances, apprécié de ses homologues de la zone euro.
Alexis Tsipras a évincé les trois ministres frondeurs qui avaient voté jeudi contre l'adoption de ce train de mesures controversées, tout en confortant à son poste Euclide Tsakalotos, son ministre des Finances, apprécié de ses homologues de la zone euro. (Crédits : © Christian Hartmann / Reuters)
Le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, a écarté 10 ministres et vice-ministres hostiles à l'accord passé avec les créanciers internationaux d'Athènes, avant les négociations sur le 3è plan d'aide.

Comme prévu, la semaine mouvementée du parti de la gauche radicale Syriza, très divisé suite à l'accord à l'arraché conclu entre la Grèce et ses créanciers internationaux, s'est achevée par un remaniement du gouvernement.

Le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, a écarté vendredi soir les ministres opposés aux réformes exigées par les partenaires de la Grèce, qui ont débloqué des fonds pour couvrir ses besoins financiers les plus pressants, en prélude aux négociations sur une aide massive de plus long terme.

Le nouveau ministre des Finances, Euclide Tsakalotos, maintenu

Alexis Tsipras a évincé les trois ministres frondeurs qui avaient voté jeudi contre l'adoption de ce train de mesures controversées, tout en confortant à son poste Euclide Tsakalotos, son ministre des Finances, apprécié de ses homologues de la zone euro.

Parmi les sortants figurent le ministre de l'Energie et des Infrastructures Panagiotis Lafazanis et la ministre adjointe aux Finances Nadia Valavanis, qui avait présenté sa démission.

Le chef du gouvernement de gauche radicale avait vertement critiqué jeudi soir l'attitude des 32 députés dissidents de Syriza, estimant que le parti était sorti "meurtri" de cette fronde qui le rend désormais otage de l'opposition.

Le cabinet du Premier ministre a toutefois prévenu que la passation de pouvoir serait repoussée en raison des incendies de forêt qui se sont déclarés vendredi près d'Athènes et dans le sud du Péloponnèse.

Un message adressé aux créanciers

Ce remaniement, le premier d'envergure depuis l'arrivée de Syriza au pouvoir il y a six mois, s'apparente à une reprise en main et a valeur de message adressé aux créanciers, qui continuent à douter de la volonté - et de la capacité - de l'exécutif grec de tenir ses engagements.

Il s'agit aussi pour M. Tsipras de présenter un exécutif rassemblé et en ordre de marche avant le vote au plus tard le 22 juillet du deuxième train de mesures demandées par les créanciers, qui concernent cette fois les banques et la justice civile.

Feu vert du Bundestag

Il intervient alors que les députés du Bundestag ont donné leur feu vert au lancement des négociations pour un troisième programme d'aide à la Grèce de plus de 80 milliards d'euros, répondant à la demande de la chancelière Angela Merkel d'éviter "le chaos". Le Parlement autrichien, réuni lui aussi en session extraordinaire, a fait de même.

Ces derniers obstacle levés, le fonds européen MES, qui fournira à terme les nouveaux milliards à Athènes, a formellement approuvé "la décision de principe d'apporter un soutien à la Grèce sous forme d'un programme de crédits". Celle-ci avait été prise lundi à Bruxelles au terme de tractations dramatiques.

Reste maintenant à Athènes et ses partenaires européens à se mettre d'accord dans les semaines qui viennent - idéalement avant le 20 août, prochaine grosse échéance financière pour Athènes - sur les modalités de cette aide, ce qui ne sera pas une mince affaire avec des discussions qui s'annoncent tendues sur la dette.

Alors qu'en début de semaine le soulagement prévalait dans les capitales européennes d'avoir échappé au "Grexit", scénario redouté de sortie de la Grèce de l'euro, le scepticisme prévaut depuis.

Cette "dernière chance" accordée à la Grèce ne marchera que si "les Grecs mobilisent toutes leurs forces", a prévenu devant le Bundestag le ministre des Finances allemand Wolfgang Schäuble.

Athènes et Berlin s'opposent toujours sur la dette

Or en Grèce, Alexis Tsipras, qui n'a plus de majorité parlementaire, a redit qu'il était "en désaccord" avec de nombreux aspects du programme, qui implique de lourds sacrifices sous la forme d'une refonte du système des retraites ou de la hausse de la TVA, déjà mises sur les rails.

Ces réticences d'Athènes nourrissent les doutes sur "la volonté et la capacité" du gouvernement grec à mettre en oeuvre ce qu'il a promis, a relevé jeudi le président de la BCE Mario Draghi.

Un des principaux points d'achoppement des discussions à venir sera l'allègement de la dette grecque, qui atteint plus de 300 milliards d'euros (180% du PIB).

Réclamé par Athènes depuis le début, cet aménagement est aussi exigé par le Fonds monétaire international (FMI), qui y subordonne sa participation à un nouveau plan d'aide. La BCE les a rejoints sur le sujet jeudi.

Prêt immédiat de 7 milliards d'euros

Mais du côté de Berlin, l'opposition est toujours catégorique à une réduction de la valeur nominale de la dette. M. Schäuble a appelé vendredi à trouver une voie "réaliste", sans effacement de la dette, qu'il juge contraire aux traités européens.

Pour parer au plus pressé, notamment un remboursement de 4,2 milliards d'euros à la BCE lundi, Athènes peut en tout cas compter sur un prêt immédiat de 7 milliards d'euros puisés dans un fonds communautaire, officiellement débloqué par les 28 vendredi.

Une commission du Parlement suédois a donné son accord. Les capitales européennes non membres de l'euro, Londres en tête, étaient initialement réticentes à s'impliquer dans le sauvetage du bloc monétaire.

Au Bundestag allemand, où la grogne avait enflé ces dernières semaines, Mme Merkel a pu compter sur une large majorité en faveur d'une nouvelle aide (439 sur 598 votes exprimés).

Mais dans son camp conservateur (CDU/CSU) 65 députés ont fait défection, plus que la cinquantaine prévue et le double des refus enregistrés lors du dernier vote sur la Grèce en février.

Plus de la moitié des Allemands (53%) se disent tout de même favorables à la nouvelle aide à Athènes, selon un sondage publié vendredi. En Finlande, seul un quart des personnes interrogées dans un autre sondage soutiennent ce projet.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/07/2015 à 9:16 :
J’ai lu que certains ne veulent toujours pas que d’autres utilisent le mot « trahison ». Jusqu’où faudra-t-il tomber pour oser utiliser ce mot ?

Quelques détails sur les retournements de vestes depuis mercredi…

COMPOSITION DU NOUVEAU GOUVERNEMENT TSIPRAS : LES SOUVERAINISTES TRAHISSENT LEURS ÉLECTEURS ET CHOISISSENT DE COLLABORER.

1 – Les souverainistes avaient jurés bec et ongles qu’ils ne voteraient pas ce « troisième mémorandum » et qu’ils quitteraient aussitôt le gouvernement. « Plutôt mourir » affirmait, entre autres, Panos Kammenos, dirigeant des Grecs indépendants (ANEL), qui en rajoutait des tonnes et multipliait les grandes phrases dans les médias… avant finalement de voter OUI du bout des lèvres, mercredi soir, et de figurer dans le nouveau gouvernement (toujours ministre de la défense) qui va prêter serment aujourd’hui :
https://www.youtube.com/watch?v=32DNL52DrLA
2 – Tsipras s’était engagé solennellement à de nombreuses reprises à ne pas mettre en place un troisième mémorandum. C’est maintenant chose faite et il a, lui aussi, voté au parlement mercredi soir.
https://www.youtube.com/watch?v=tl0fCmdIGpA
3 – Toutes celles et ceux qui ont osé critiquer le virage libéral de Tsipras sont chassés, sans même que soit recherché désormais le moindre équilibre parmi les tendances de Syriza. TSIPRAS NE TIENT PLUS COMPTE DE L’OPINION DE SYRIZA qui a voté à 109 sur 201 membres du comité central contre ce nouveau mémorandum.
4 – On remarque, évidemment, le renforcement de la présence d’anciens responsables du PASOK et/ou de la commission européenne. Personne ne s’étonnera que Dimitris Mardas, dont je vous avait déjà parlé, reste au poste clé de vice-ministre des finances avec des attributions économiques stratégiques :
https://www.facebook.com/yyoulountas/posts/1471089363201686:14
5 – Voici la liste complète du gouvernement qui va désormais collaborer en permanence les technocrates de la troïka, suivre leurs directives et leur soumettre systématiquement tous les projets de lois... ....
....
....
Réponse de le 20/07/2015 à 9:25 :
Peut etre c'est une trahison, mais quand on ne s'est pas gérée un pays et que l'on ait accros aux aides des contribuables européens.
Qu'ils ne se plaignent pas d'étre mis sous tutelle.
Que ce gouvernement et ce peuple prennent leurs responsabilités.
Ok les gouvernements précédents ont fait enormément de bétises, mais c'est le peuple qui a élus ces gouvernement donc c'est a lui que revient la responsabilité de la correction de ces erreurs.
Réponse de le 20/07/2015 à 15:17 :
Yannis, comment expliquez-vous que Tsipras reste populaire, au moins d'après ce qu'on lit dans la presse ?
a écrit le 18/07/2015 à 23:03 :
"du parti de la gauche radicale" Certes. Temps que les communistes penseront autant à l'argent, ils ressembleront toujours à la Chine...
a écrit le 18/07/2015 à 18:45 :
la principale erreur ou faute de la plupart des observateurs étant de s'imaginer pouvoir être dans le droit et le devoir légitime d'édicter la politique à la place des politologues concernés ‪‎Podemos‬ et ‪‎Syriza‬... quand ça les arrange ils gonflent le truc : démission de ‎Tsipras‬ sur la table et déchirement dans Syriza... Mais ce n'est pas parce qu'on n'est pas d'accord avec un "memorendum" ou qu'un dirigeant du parti signe un texte auquel il "ne croit pas" qu'on quitte ce parti pour autant !... Seul, en réponse à un coup d'État économique institutionnel du type de celui rencontré au cours des négociations de ces accords d'obligations d'alignement sur Bruxelles ; ne peut qu'être la réponse adéquate par un coup d'État organisationnel qui correspondrait en une re-fondation de tout le système bancaire grec qui fusionnerait toutes les banques en une seule par nécessité de répondre le plus rapidement possible à la crise...
a écrit le 18/07/2015 à 18:16 :
Le prét de 7 milliards revient directement aux banques opération nulle.
Quant à Tsipras c'est reculer pour mieux sauter. Ils seront obligés de sortir de l'Euro !!!!
a écrit le 18/07/2015 à 15:39 :
Avec l'Europe on ancourage la médiocrité on n'a qu à regarder hollande et Valls et tous ces bobos de gauche.
a écrit le 18/07/2015 à 14:14 :
Tispras applique la maxime européenne : "la dictature c'est cause toujours, la démocratie, c'est ferme ta gueule". La même donc que celle appliquée en France.
Réponse de le 21/07/2015 à 12:01 :
... euh, en fait c'est l'inverse...
a écrit le 18/07/2015 à 13:46 :
Vous savez, on pourrait peut-être dire que Alex Tsipras est une espèce de "cheval de Troie" pour les intérêts des banquiers, mais peut-être (je réaffirme) qu'il est encore un peu trop tôt pour l'affirmer. Et je ne veux chagriner personne, je vous prie de bien me comprendre.
En tout cas, une chose est certaine (et je ne sais pas si avec ou non la bénédiction de l'Eurogroupe et de notre très chère Mme. Merkel), M. Tsipras fait un peu le ménage dans son gouvernement. Excusez-moi si j'ose avancer quelque théorie que puisse heurter les sensibilités de plus d'un Modérateur, mes plates excuses d'avance. Merci et excusez-moi.
a écrit le 18/07/2015 à 13:00 :
Les 7 Milliards sont une avance pour 3 mois afin de payer l'échéance BCE et celle FMI en retard. Les nouvelles lois devront trouver un début d'application sur ce délai afin que Le remboursement globalisé au fonds communautaire puisse se faire à date. On imagine qu'il pourrait être renouvelé en partiel pour une même période en fonction des capacités contributives d'Athènes et des nouvelles échéances. Il serait souhaitable que deux banques (sur 4) soient fermées avec un reclassement partiel des agences et que le contrôle des retraits soit porté à 15 euros par jour de façon à permettre leur permettre une réouverture rapide. La Grèce devra très sérieusement rembourser les facilités de caisse qui ont été mises à sa disposition en identifiant et en vendant des collatéraux dont on dit qu'ils ne seraient pas supérieurs à 15 milliards. Seule une contrainte forte qui doit être renforcée sera capable de remettre le pays sur une ligne de simple équilibre. Le parlement grec décidera quant à lui du moment et de l'opportunité de faire tomber Tsipras qui devient la marionnette de service, ce qui impliquerait sa dissolution.
a écrit le 18/07/2015 à 11:19 :
Il faudrait cesser de parler d'aide à la Grèce. Sans financement le pays serait obligé de faire défaut et les créanciers encaisseraient leurs pertes.
Exemple d'expressions correctes : aide aux créanciers, plan de soutien aux créanciers...
a écrit le 18/07/2015 à 11:08 :
sais pas si vous etes comme moi mais chaque fopis çà me met en rage: pourquoi ces Grecs ne sortent pas la zone euro ni de l'Europe. Ils seront mieux mais beaucoup mieux en de hors de tout çà. Mais c'est vrai le fromage est trop gras ha ha
a écrit le 18/07/2015 à 10:59 :
Alex Tsipras fait bien son jeu de "cheval de Troie" de l'Eurogroupe, ceux qui veulent encore croire au Père Noël qui continuent à y croire. Si il n'était pas un des nôtres, on l'appellerait un "traître de son peuple", mais bon comme ce n'est pas le cas….
a écrit le 18/07/2015 à 10:57 :
Tout est bien qui finit bien : la dette a encore gagné.
a écrit le 18/07/2015 à 10:07 :
"L’abdication d’une démocratie peut prendre deux formes, soit le recours à une dictature interne par la remise de tous les pouvoirs à un homme providentiel, soit la délégation de ces pouvoirs à une autorité extérieure, laquelle, au nom de la technique, exercera en réalité la puissance politique, car au nom d’une saine économie on en vient aisément à dicter une politique monétaire, budgétaire, sociale, finalement « une politique », au sens le plus large du mot, nationale et internationale."
Pierre Mendès-France.
Réponse de le 21/07/2015 à 15:21 :
Merci pour la citation. Elle me semble très opportune.
a écrit le 18/07/2015 à 10:00 :
La mélodramatique séquence qu'ont affichés dirigeants et politiciens a démontré nettement que la réal politique était "l'efficency"manichéenne du règne du plus fort. La soumission sinon l'asservissement 'impose aux rebelles. Mais, l'état de guerre larvée ou déclarée, économique et sociale montre aussi les vilaines accusations fratricides.
L'implosion ou l'explosion de la Nation comme de la Famille sont abominables, mais implacables. Ne peut-on plus s'ouvrir l'esprit et sa réflexion, pour corriger les erreurs ou fautes ?
a écrit le 18/07/2015 à 10:00 :
La mélodramatique séquence qu'ont affichés dirigeants et politiciens a démontré nettement que la réal politique était "l'efficency"manichéenne du règne du plus fort. La soumission sinon l'asservissement 'impose aux rebelles. Mais, l'état de guerre larvée ou déclarée, économique et sociale montre aussi les vilaines accusations fratricides.
L'implosion ou l'explosion de la Nation comme de la Famille sont abominables, mais implacables. Ne peut-on plus s'ouvrir l'esprit et sa réflexion, pour corriger les erreurs ou fautes ?
a écrit le 18/07/2015 à 9:49 :
il est temps d'écarter ce traître à son pays. Qu'en pense son copain Mélenchon.
Réponse de le 18/07/2015 à 14:43 :
Pouvez-vous développer votre pensée ?
Merci.
Réponse de le 18/07/2015 à 16:53 :
Lionel Gilles, peux tu développer ta question toi aussi ?
Réponse de le 18/07/2015 à 19:58 :
Pourquoi Tsipras est-il un traitre a son pays ?
A-t-il eu un autre choix ? Connaissez-vous tout les faits qui se sont déroulés en coulisses ? Les possibles menaces (personnelles, réseaux Gladio, coup d'Etat, incidents de frontières, coupure du Swift pour les banques, etc... liste non exhaustive).
Stournaras, l'homme de Bruxelles, à la tête de la Banque de Grèce, est-il un traître ?
On ne sait pas non plus si la tactique du bras de fer Varoufakis aurait marché (avec un meilleur accord à la clé) ou si au contraire la Grèce aurait été précipitée dans une sortie de l'Euro, en catastrophe, sans réelle préparation, alors que l'écrasante majorité des Grecs refusent encore cette idée.
Attendez quelques mois pour juger. En fait, vous vous apercevrez que vous ne savez pas grand chose.
Réponse de le 19/07/2015 à 13:30 :
l'incident est clos??^^,,,
Réponse de le 19/07/2015 à 14:35 :
Désolé, nous en Grèce, on ne laissera rien passer.
Réponse de le 19/07/2015 à 19:12 :
@ Lionel. Ok pour la contrainte mais il n'avait pas à jouer les gros bras pour s'affaler ainsi. Ensuite il renie toute sa stratégie pour rester au pouvoir, comme les autres, seuls les bisounours peuvent croire en des types pareils. C'est comme Valls il voyage avec ses gosses aux frais des contribuables, il se délecte quand un espagnol gagne une étape du tour de France et il monte dans les sondages. Les veaux il y en a un paquet dans notre pays.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :