Grèce : Bruxelles débloque une aide d'urgence de 7 milliards d'euros

 |   |  289  mots
Un montant de 7,16 milliards d'euros parviendra à la Grèce d'ici à lundi, a annoncé le commissaire européen, Valdis Dombrovskis.
"Un montant de 7,16 milliards d'euros parviendra à la Grèce d'ici à lundi", a annoncé le commissaire européen, Valdis Dombrovskis. (Crédits : Reuters Yannis Behrakis)
Ce prêt relais permettra à Athènes de rembourser le FMI et 4,2 milliards d'euros dus à la BCE.

En attendant la mise en place d'un éventuel plan d'aide, les 28 pays de l'Union européenne ont accordé vendredi 17 juillet un financement d'urgence de sept milliards d'euros à la Grèce, sous la forme d'un prêt qui permettra au pays de remplir une partie de ses engagements. L'annonce émane du commissaire européen Valdis Dombrovskis.

Une aide débloquée in extremis pour Athènes

Athènes a notamment besoin de ce prêt relais pour respecter des échéances de dette vis-à-vis de la Banque centrale européenne et rembourser des arriérés dus au Fonds monétaire international.

Ce prêt "d'un montant de 7,16 milliards d'euros parviendra à la Grèce d'ici à lundi", date à laquelle le pays doit rembourser 4,2 milliards d'euros à la Banque centrale européenne, a ajouté Valdis Dombrovskis devant la presse.

La restructuration de la dette sera discutée

Devant la presse, Valdis Dombrovskis a ajouté lors  qu'une restructuration de la dette ferait partie des négociations:

"Sur la dette je m'attendrais à ce que cela fasse partie des négociations parce que c'est également quelque chose sur laquelle le FMI insiste."

En outre, l'organisation dirigée par Christine Lagarde est amenée à jouer un rôle dans les négociations:

"Il y a également une conclusion claire du sommet de la zone euro qui veut que le FMI participe au troisième plan (d'aide). Cela signifie sûrement aussi que la soutenabilité de la dette va faire partie des négociations", a précidé le vice-président de la Commission européenne.

(Avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/07/2015 à 0:00 :
Les institutions de Bruxelles n en ont rien à faire de comment l'argent est géré par les Grecs, et ce depuis 1981. Le but est bien de lier à jamais le pays, comme les autres, dont la France avec sa dette exorbitante, à cette Europe, contrôlée par des banquiers et les lobbies industriels.
Les États-Unis sont à peine mieux gérés que la Grèce et ils ont une dette colossale pour le coup. Mais eux, ils font tellement tourner la planche à billet qu'on ne sait plus combien de dollars circulent dans le monde.
Grecs, petits joueurs.
a écrit le 18/07/2015 à 21:47 :
Il est intéressant d'entendre dans le reportage J-C Juncker expliquer que le plan pour la Grèce réussira s'il est intégralement appliqué. Pourquoi dit-il cela d'un plan dont tout le monde sait qu'il ne réussira pas? Dans quel espoir?
C'est que ce plan a été intégralement concocté par l'Eurogroupe, que l'Eurogroupe s'est donné les moyens de contrôler son application de A à Z . Dans ces circonstances, à qui faudra-t-il attribuer l'échec quand il viendra, très vite? Evidemment, il existe une recette qui a beaucoup servi: ce sera la faute des Grecs. C'est exactement ce sur quoi J-C Juncker s'exerce déjà: si le plan ne marche pas, c'est qu'il n'aura pas été appliqué comme il le fallait, et le défaut relèvera bien entendu de la faute de ceux qui ont pris, avec les habitudes de ne pas payer leur dette, un abonnement à la culpabilité d'office.
Je lis ici et là les avis de certains contributeurs qui se plaignent de devoir payer pour la Grèce. Je voudrais pour ma part poser une question simple. En tant que contribuable européen mis à lourde épreuve par ses impôts et qui paye par conséquent beaucoup, beaucoup plus pour la Grèce qu'une écrasante majorité des Allemands et autres Néerlandais, je voudrais demander des comptes aux gestionnaires qui étaient chargés de remettre la Grèce sur pied et l'ont fait passer d'une dette de 120% de son PIB à ce qui avoisine maintenant avec ce nouveau plan 200% de ce même PIB. Cette question, pas une autre: comment avez-vous géré, Messieurs des institutions européennes, mon argent, qui était censé rétablir la petite Grèce et lui permettre d'affronter les problèmes qu'elle rencontre? Qu'avez-vous fait de mon argent, dont il ne reste plus rien? Mon argent à moi, de contribuable?
Réponse de le 19/07/2015 à 10:37 :
Vous avez parfaitement raison lorsque vous trouvez que l'argent déversé dans les caisses grecques a été très mal géré, voire pas géré du tout. Les premiers responsables sont bien sûr le gouvernement grec. Mais les "institutions" qui n'ont pas été assez attentives à la manière dont les Grecs utilisaient les fonds reçus, et ont fermé les yeux sur les dérives ont aussi une lourde responsabilité. C'est pourquoi elles ne veulent pas se faire piéger une nouvelle fois et qu'elles imposent maintenant un calendrier détaillé pour des mesures précises, avec une surveillance étroite. Si elles ne le faisaient pas, on pourrait à juste titre les accuser de grande légèreté pour ne pas avoir tiré les leçons du passé.
Réponse de le 19/07/2015 à 14:27 :
Comme beaucoup de personnes, je me permets de vous écrire que vous renversez le problème. Je me répète: où sont passés les E 320 Mlds (+ E 100 Mlds de dettes effacées) ? Ils sont bien sortis de la poche des prêteurs (CE/ZE/FMI/Autres) et sont allés en Grèce. On n'en sort pas.
Je crois qu'il est facile d'accuser les Institutions. C'est quand même aux Gouvernement Grec de faire le ménage dans son pays, de s'assurer que l'Administration puisse récupérer les impôts et la TVA. Si la TVA n'est pas déclarée, vous pouvez demander une augmentation de 13 à 23%, cela ne change rien.
Le fait de pouvoir retirer E 60/j, soit E 1800/mois dénote que l'Etat Grec admet que la majorité des paiements se fait en liquide. En France, il est exceptionnel de ne pas payer par carte de crédit ou par chèque, le paiement en liquide étant une exception.
Cordialement
Réponse de le 20/07/2015 à 11:37 :
@Réponse de Onze
l'Eurogroupe et sa bande de séides ne sont en rien responsables c'est clair, seuls les grecs sont responsables!
Si cela ne s'appelle pas du parti pris alors c'est de la mauvaise fois pure et simple, mais c'est sans doute normal le pseudo "onze" comme le bouillon du même nom est en service commandé pour noyauter les commentaires des articles de la tribunes, il n'a qu'a mensurer le nombre de ses interventions ..
on peut prendre parti, et émettre des opinions mais là ça devient malsain ces commentaires à charge sans arrêt contre les grecs...
a écrit le 17/07/2015 à 22:06 :
Et s'il n'y en avait qu'un vous seriez celui là ! Vous devenez désopilant dans votre obstination. ..
quel sens cela a de débloquer des fonds? Simple renouvellement de dette?
a écrit le 17/07/2015 à 19:47 :
Un plafond bancaire relevé, un prêt court de 7 milliards, en attendant un prêt moyen terme de 85 millards, en attendant une très probable restructuration de la dette, sans compter les prêts précédents de 320 milliards ni les abandons de créances passés ("hair cut") d'environ 100 milliards. Toutes les casernes de pompiers européennes sont mobilisées pour arrêter l'incendie grec: BCE, MSE, prêts bilatéraux, plus le FMI, etc... Ce n'est plus de l'aide, ce sont des soins intensifs à grands frais ! Et le pyromane Tsipras trouve encore que c'est un mauvais accord ? Et Romaric Godin plaint la pauvre Grèce ? Mais qu'est-ce qu'il leur faut ? On pourrait espérer un peu de reconnaissance, mais cela n'est pas à l'ordre du jour du gouvernement grec.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :