Allemagne : Gabriel et Merkel s'écharpent sur le traité de libre-échange avec les Etats-Unis

Nouvelle illustration de la division du gouvernement allemand sur le partenariat transatlantique de commerce et d'investissements, plus connu sous l'acronyme TTIP, ou Tafta en français.

2 mn

En Allemagne, la méfiance est grande à l'encontre du traité de libre-échange transatlantique (TTIP ou Tafta), qui inquiète une large majorité de l'opinion. Et provoque des dissensions au sein du gouvernement. Le numéro 2, Sigmar Gabriel (photo) dénonce l'empressement d'Angela Merkel dans ce dossier.
En Allemagne, la méfiance est grande à l'encontre du traité de libre-échange transatlantique (TTIP ou Tafta), qui inquiète une large majorité de l'opinion. Et provoque des dissensions au sein du gouvernement. Le numéro 2, Sigmar Gabriel (photo) dénonce l'empressement d'Angela Merkel dans ce dossier. (Crédits : Reuters)

Décidément, le partenariat transatlantique de commerce et d'investissement (TTIP ou Tafta en français) divise bien plus qu'il ne rassemble. Et si la chancelière allemande Angela Merkel s'est toujours montrée désireuse d'avancer au plus vite sur le sujet afin de conclure un tel contrat entre l'Union européenne et les Etats-Unis - surtout avant la fin du mandat américain de Barack Obama - son enthousiasme est loin d'être partagé par l'ensemble de son gouvernement. Preuve en est la nouvelle sortie du ministre de l'Economie, Sigmar Gabriel, qui a fustigé la position de la chancelière dans une interview à paraître lundi:


Angela Merkel (CDU) "a eu tort de dire, dans l'euphorie de la visite d'Obama en Allemagne, que nous pourrions dans tous les cas clore les négociations cette année, et de le répéter maintenant", a estimé Sigmar Gabriel, également président du parti social-démocrate SPD, dans un entretien au réseau RedaktionsNetzwerk Deutschland (RND), qui regroupe 30 journaux régionaux.

Lire aussi : Merkel pressée de négocier le traité transatlantique avec Obama

La position défendue par la chancelière (CDU) est que Berlin "met tout en oeuvre pour conclure les négociations, de préférence cette année". Mais certains membres de son gouvernement de coalition, dans lequel cohabitent conservateurs du CDU et sociaux-démocrates, se montrent très sceptiques.

Chi va piano va sano

Sigmar Gabriel craint qu'un accord conclu dans l'urgence ne soit un mauvais accord, "et le SPD ne veut pas participer à un mauvais accord", a-t-il expliqué au réseau RND. Il s'oppose notamment au principe "non transparent" des tribunaux d'arbitrage, qui laisserait la possibilité aux multinationales de contester les lois d'un Etat.

Le numéro deux du gouvernement avait déjà récemment estimé que l'accord allait "échouer" sans concessions de la part des Etats-Unis.

Outre-Rhin, la méfiance est grande à l'encontre du traité de libre-échange transatlantique (TTIP ou Tafta), qui inquiète une large majorité de l'opinion. Des manifestations ont rassemblé des dizaines de milliers de personnes, à Berlin fin 2015 et en avril dernier à Hanovre (nord) lors de la venue du président américain, Barack Obama.

Réunis jeudi et vendredi au Japon, les chefs d'Etat du G7, dont l'Allemagne, les Etats-Unis et la France sont membres, ont exprimé leur volonté commune de parvenir "dès cette année" à l'accord sur le TTIP mais "à condition qu'il soit ambitieux, complet, d'un haut niveau de qualité et mutuellement bénéfique".

Un nouveau round de négociations entre l'Union européenne et les Etats-Unis est prévu en juin.

Lire aussi : Pourquoi le libre-échange fait-il si peur ?

(Avec AFP)

2 mn

Paris Air Forum

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 22
à écrit le 30/05/2016 à 15:39
Signaler
Hélas , le malheur c'est que c'est cette europe qui prend les décisions , et pour cette europe seul compte la finance , qu'importe le chômage et les peuples !!! Ce traité est une infamie , et la mort assurée de nos Paysants .

le 31/05/2016 à 8:35
Signaler
On peut en sortir par l' article 50 et avec l' UPR ... http://www.upr.fr/lupr/article-50-du-traite-sur-l-union-europeenne

à écrit le 30/05/2016 à 15:31
Signaler
Le traité transatlantique fait peur oui , et pour cause ! Les USA sont coutumier du faîts de grands procès à coup de milliards . Il est complètement anormal sinon plus qu'incorrect , voir même malhonnête, que les multi nationales puissent contester à...

à écrit le 30/05/2016 à 15:17
Signaler
C'est incroyable que des dirigeants européens acceptent de brader la défense de leurs états à des tribunaux privés .

le 31/05/2016 à 13:17
Signaler
Est-ce vraiment une surprise quand ils sont invités par la French american Fondation, le Siècle, la Trilatérale etc ?

à écrit le 30/05/2016 à 13:15
Signaler
"avancer au plus vite" ne veut pas dire "tout accepter", mais si les USA sont de mauvaise composition, ça n'avance pas. On ne peut brader nos valeurs pour s'aligner sur leurs exigences sans qu'ils ne veuillent évoluer de leur côté. Négocier est fait ...

à écrit le 30/05/2016 à 13:05
Signaler
Il suffit de voir comment le CETA (le TAFTA avec le Canada) va se dérouler. Proche de la validation par les instances européennes (comme d'hab) il sera en application avant le TAFTA. Et comme le Canada est une base arrière des entreprises américaines...

à écrit le 30/05/2016 à 10:55
Signaler
Toute ces négociations sont a l'initiative des USA pour les USA, l'UE ne fait que subir et n'a pas plus d’intérêt qu'avant d'en discuter, seul ces "citoyens du monde" sans Patrie y collaborent!

à écrit le 30/05/2016 à 10:24
Signaler
Angela Merkel, un bilan exceptionnel : - Sortie du nucléaire, - Willkommen Politik, - TAFTA comme on dit chez eux "What else ?"

à écrit le 30/05/2016 à 9:30
Signaler
"TTIP ou (Tafta en français) divise bien plus qu'il ne rassemble ! " J'ESPERE BIEN ! c'est tout simplement gravissime.

à écrit le 30/05/2016 à 8:23
Signaler
On a un moyen très simple de vérifier la vraie nature des américains : s'ils sont aussi volontaires sur ce traité, comme le plus grand des deux marchés concerné est l'Europe, on leur impose que les transactions s'effectuent en euros, et non plus en d...

le 30/05/2016 à 9:52
Signaler
1000 fois d'accord avec vous !

le 30/05/2016 à 15:23
Signaler
Surtout que les Américains font tomber sous leur seule et unique loi, tout contrat exprimé en $ !!! Vraiment on n'a jamais vu dans l'histoire, des dirigeants (ici européens) vendrent à l'encan leurs pays /.

à écrit le 29/05/2016 à 22:00
Signaler
Merkel et ses utopies d' une grande union européenne qui ne sert que ..l' Allemagne finira dépouillée, barbouillée de goudron !

à écrit le 29/05/2016 à 20:13
Signaler
Nous, Européens, savons que cet "accord" sera aussi mauvais que ceux du Mexique et du Canada. Problème, nos dirigeants sont vendus aux us. Comme la presse à gogole, facebouk et autres.

le 30/05/2016 à 16:59
Signaler
Il n' y a pas de débats sur le sujet pour les européïstes pro TFATA, c' est la dictature européenne qui se met en place comme prévu .

à écrit le 29/05/2016 à 19:29
Signaler
[https://www.marxists.org/francais/ ici], pour comprendre la vraie nature du libre-échange.

à écrit le 29/05/2016 à 13:27
Signaler
On va peut être finir par se demander pour qui roule vraiment Frau Merkel ...

à écrit le 29/05/2016 à 13:01
Signaler
Ce traité porte en lui les germes d'un drame économique et social pour la France. Il passera dans le dos des peuples, sans l'aval des parlements nationaux, bref, dans la plus grande tradition démocratique bruxelloise. Les gouvernements n'avaient d'ai...

à écrit le 29/05/2016 à 12:50
Signaler
Surtout qu'ils n'oubient pas de la fermer (la porte) Macron entre un tee shirt a 10 euros et un costard a 70 000 euros cherchez l'erreur (pauvre Françe.....

à écrit le 29/05/2016 à 12:42
Signaler
Nous ne voulons pas d'un accords economique si ils n'y a pas réciprocité de chaque côté de l'Atlantique, ensuites les litiges economique doivent être jugés en Suisse, pays neutre hors de l'union européenne.... Au USA d'accepter cette accord, certe il...

le 29/05/2016 à 19:11
Signaler
vous avez raison, un accord se doit d'être équilibré pour être pérenne. je n'ai pas l'impression qu'il le soit à l'heure actuelle, et l'Europe se doit d'être vigilante pour garantir au mieux ses intérêts.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.