Allemagne : le chômage atteint un nouveau plus bas historique

 |   |  277  mots
Cette nouvelle diminution du taux de chômage dans la première économie européenne constitue une bonne surprise pour les analystes interrogés par le fournisseur de services financiers Factset, qui tablaient sur un maintien à 6,1%, le niveau conservé pendant cinq mois d'affilée.
Cette nouvelle diminution du taux de chômage dans la première économie européenne constitue une bonne surprise pour les analystes interrogés par le fournisseur de services financiers Factset, qui tablaient sur un maintien à 6,1%, le niveau conservé pendant cinq mois d'affilée. (Crédits : Reuters)
L'Allemagne a vu son taux du chômage afficher une nouvelle baisse en octobre, à 6%. Il s'agit du plus bas niveau depuis la réunification. Pour le moment, l'afflux massif de réfugiés n'a pas eu d'incidence.

Le taux de chômage en Allemagne a diminué en octobre à 6%, atteignant un nouveau plus bas historique depuis la réunification du pays, selon les données corrigées publiées mercredi par l'Agence pour l'emploi.

Cette nouvelle diminution du taux de chômage dans la première économie européenne constitue une bonne surprise pour les analystes interrogés par le fournisseur de services financiers Factset, qui tablaient sur un maintien à 6,1%, le niveau conservé pendant cinq mois d'affilée.

"Dans la foulée de la reprise (économique) cet automne, le chômage a nettement baissé, l'emploi a de nouveau augmenté et le demande de nouveaux employés a continué d'accélérer", a commenté Frank Weise, le président de l'Agence pour l'emploi allemande.

Par rapport à septembre, le nombre de demandeurs d'emplois a été réduit de 13.000, toujours en données corrigées des variations saisonnières.

2,54 millions de demandeurs d'emplois

Moins représentatif d'une tendance de fond mais référence dans le débat public en Allemagne, le taux de chômage brut a lui reculé à 5,8% en octobre, contre 5,9% en septembre. Le nombre de demandeurs d'emplois s'est élevé en octobre à 2,54 millions de personnes, un recul de 68.000 par rapport au mois précédent.

L'Allemagne peut compter depuis des mois sur un marché du travail solide, qui, conjugué à des hausses de salaire et à des coûts faibles de l'énergie, stimule la consommation intérieure et la croissance économique de l'ensemble du pays.

L'arrivée dans le pays de centaines de milliers de réfugiés de guerre avait fait craindre un gonflement du chômage en Allemagne, mais pour l'heure rien ne semble l'indiquer.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/05/2017 à 10:49 :
Dans la construction du taux de chômage, plusieurs variables sont à l’œuvre pour permettre un mouvement.
D’une part, l’évolution de la population active, et d’autre part la dynamique entre création d’emplois et nombre de personnes
au chômage.
Ce sont ces trois données prises ensemble qui sont susceptibles de faire varier le taux de chômage.
Il est alors nécessaire d’aller dans le détail pour connaître les causes du mouvement.

La première variable est la population active. Entre 1991 et 2013, selon l’institut officiel de statistiques allemande, Destatis,
la population active allemande est passée de 41.01 millions à 44.496 millions de personnes. Le solde atteint ainsi un total de 3.486
millions de personnes soit une progression de la population active de 8.5% entre 1991 et 2013.

Concernant la France métropolitaine, la population active (données INSEE) est passée de 24.813 millions au 1er trimestre 1991
à 28.701 à ce jour, pour un solde de 3,888 millions de personnes. C’est à dire une progression de 15.67%.

La seconde variable à prendre en compte est la création d’emplois.
Entre les deux périodes, l’Allemagne est passé de 38.851 millions d’emplois en 1991 (salariés et non-salariés) à un total de
42.226 millions en 2013. La création nette est ainsi de 3.375 millions d’emplois soit une hausse de 8.68%.

Du côté français, et toujours selon les données INSEE, le total des emplois salariés et non-salariés était de 23.206 millions
en 1991 et de 26 366 millions en 2013, pour un solde de 3.160 millions d’emplois. Soit une progression de 13.62%, c’est-à-dire
plus de 5 points de plus que le voisin d’outre-Rhin.

Le bilan a de quoi surprendre. Au cours de ces 23 dernières années, la France a créé presque autant d’emplois que l’Allemagne
tout en ayant une population bien moins importante.
En relatif, l’avantage est clairement en faveur de la France. De la même façon, la population active française a progressé bien
plus rapidement que la population active allemande.

Il reste à comparer « effectivement » les chiffres en relatif.

En considérant la capacité de créer des emplois comme étant LA variable « clé » de la baisse du chômage, c’est-à-dire celle dépendant
des capacités économiques du pays,cette comparaison devient possible.

Il suffit d’appliquer la progression de la population active de la France à l’Allemagne tout en lui conservant ses propres chiffres
de création d’emplois. Et inversement.

Le résultat est saisissant. Si la population active allemande avait progressé de 15.67% (comme la France) elle serait aujourd’hui
de 47,436 millions. En prenant une création d’emplois identique le nombre de personnes employées est donc toujours de 42.226 millions.
Le solde représente le nombre de chômeurs, soit 5.210 millions ou 11% de la population active allemande.
C’est-à-dire plus que la France d’aujourd’hui puisque le taux est de 10.2%.
En faisant le raisonnement inverse, c’est-à-dire en appliquant la croissance de la population active allemande à la France
tout en conservant les emplois créés par la France, le taux de chômage français retombe à 2.1%.

Il reste possible d’avancer que ce sont les mini jobs, la flexibilité, l’absence de salaire minimum etc… c’est-à-dire toutes
les « techniques » utilisées par le pays pour faire baisser son chômage qui sont à l’origine du succès du modèle allemand.
Il n’en reste pas moins que la principale cause de la baisse de chômage en Allemagne, relativement à la France, est sa démographie.

Une autre particularité n'a pas été étudiée dans cette analyse : le logement.

Moins la population augmente moins il y a de tension sur l'immobilier existant et construit.
Ce qui explique, du fait de la loi de l'offre et de la demande, qu'il est possible de trouver des loyers à 250 euros par mois à
Berlin pour un studio bien placé.
Ce qui permet à un allemand gagnant 800 euros par mois avec des petits boulots de vivre correctement.
a écrit le 02/11/2016 à 19:46 :
allez monsieur godin
un article pour nous expliquer qu'en fait c'est un mensonge vu que tt le monde sait que l'allemagne va moins bien que la france , qui elle va tres bien

merci d'avance
a écrit le 02/11/2016 à 15:28 :
Une stat qu'on ne trouve jamais quand on compare la France et l'Allemagne.
Taux de pauvreté :
Allemagne et GB = 17% ( en hausse de 20% depuis 2008 )
France = 14 % ( stable )
Avec un revenu équivalent, il y a plus de 2 millions de pauvres en plus en Allemagne.
C'est juste un choix de société.
Réponse de le 02/11/2016 à 19:12 :
On se rassure comme on peut ! Tous les chiffres prouvent que l'Allemagne est un modèle économique qui réussit, et toi tu veux nous faire croire qu'ils sont miséreux...Mais personne ne va te croire . Le jour où les gens comme toi en France comprendront que l'Allemagne est une bonne voie à suivre, on aura avancé. Mais y a du boulot... Regarde juste ce chiffre : l'Allemagne est classée 6 ème en IPH-2 mondial, si au moins tu connais ce terme ?
Réponse de le 02/11/2016 à 19:16 :
Les pauvres français sont largement soutenues par les contribuables.
En Allemagne les pauvres travaillent.
Réponse de le 04/11/2016 à 9:45 :
Il faudrait aussi comparer le niveau de pauvreté de ces " pauvres" allemands. Tout est relatif !
a écrit le 02/11/2016 à 14:47 :
Tous les chiffres vont dans le même sens. On constatait pa plus tard que la semaine dernière le très faible taux de créances douteuses pour les banques allemandes (2% à la louche) contre plus du double en France et 17% pour nos italiens très mal.. gageons qu'avec leurs grandes intelligences, leurs vistas merveilleuses, leurs sens de la chose publique, nos politiques vont enfin accepter de regarder la copie de notre voisin allemand: ce n'est pas comme à l'école dans un DS, ce n'est pas interdit de copier!
a écrit le 02/11/2016 à 14:31 :
Simple question:ne serait -il pas plus simple d'utiliser les chomeurs des pays du club med plutot que d'importer des soit disant réfugiés de l'autre bout du monde?L'europe est -elle une grosse fumisterie?
Réponse de le 04/11/2016 à 9:49 :
Mais rien n empêche n importe quel citoyen de l UE ne venir travailler en Allemangne. qu il soit chômeur ou non. Ce n est qu´une question de volonté, bien bien avant la question de qualification !
a écrit le 02/11/2016 à 13:19 :
En France, l'énergie est bon marché et le chomage élevé. En Allemagne, l'énergie est chère et le chomage faible. Y a t il une relation entre le cout du travail et le prix de l'énergie? Lisez la note n°6 du conseil d'analyse économique et vous aurez la réponse.
Réponse de le 03/11/2016 à 9:13 :
@gépété: conclusion de ton commentaire: on devrait construire des hangars géants dans lesquels on ferait pédaler les chômeurs pour produire de l'énergie. On aurait un chômage faible avec un coût élevé de l'énergie, même si on les paie au smic :-)
a écrit le 02/11/2016 à 11:57 :
Vous nous prenez pour des bénets ???? un peu comme le chomage U.S.
a écrit le 02/11/2016 à 11:51 :
6% avec un déclin démographique qui a commencé il y a au moins 40 ans et l'émigration, avec les faux jobs sous-payés, avec le temps partiel, avec une économie présentée comme particulièrement dynamique, etc... C'est un bon chiffre ?
ils font mieux au Japon ou en Suisse
Réponse de le 02/11/2016 à 13:56 :
c est sur qu en france on a de quoi pavoiser ... pas de job sous paye (cf pecresse qui trouve rien de mieux que d employer des jeunes comme stagiaire pour les payer 3 fois rien) ... c est sur qu on peut pas dire que notre economie soit dynamique. Quant a notre natalite, a quoi ca sert de fabriquer des chomeurs en masse ? on devrait arreter d urgence cette politique lapiniste.
Réponse de le 02/11/2016 à 19:34 :
T'as pas vu le déclin démographique en France ? En France on a le PAPY BOOM, et le nombre des retraités explose, et les caisses de retraite sont en faillite car on a pas assez d'argent ! (Une faillite repoussée temporairement grâce à une fusion de l’AGIRC et de l’ARCCO.)
T'as pas vu le travail au black dans le bâtiment et les restaurants en France ? (7% des entreprises fraudent la Sécurité sociale en ne déclarant pas ou partiellement des salariés. Un manque à gagner d'une dizaine de milliards d'euros. 21,4%des seniors (plus de 60 ans) travaillant au noir, tous secteurs confondus. 16,2% de fraude relevée en Bretagne et en Normandie, deux fois plus que la moyenne nationale. ).
Y a un proverbe biblique qui dit : "Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l'œil de ton frère et n'aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil à toi "
Réponse de le 02/11/2016 à 22:10 :
@gfx
Le nombre d'employés en Allemagne est monté de 2005 à 2015 de 39,3 millions à 43,0 millions (https://statistik.arbeitsagentur.de/Statischer-Content/Arbeitsmarktberichte/Jahresbericht-Arbeitsmarkt-Deutschland/Generische-Publikationen/Rueckblick-2005-2015.pdf). Votre commentaire reflète donc un préjugé plutôt qu'une analyse adéquate.
a écrit le 02/11/2016 à 11:51 :
vu que le systeme doit etre comme en france (les refugies doivent s enregistrer, ils percoivent une allocation mais n on pas le droit de travailler-> pas chomeur) pas etonnant que les refugies (1.1 millins quand meme) n ont pas fait augmenter le chomage pour l instant
a écrit le 02/11/2016 à 11:44 :
L'Allemagne étant un pays de retraités il est logique que le chômage n'y soit pas trop élevé, parce que 6% cela fait beaucoup je trouve quand même par rapport à ce contexte.

En France on se félicite de faire nos 2.3 enfants par femme mais il serait peut-être temps de se poser des questions, faire des enfants pour quoi ? Pour qu'ils deviennent les esclaves de notre système autocratique ?

Moins il y a d'enfants et moins il y a de chômage et moins ils ont de gens à exploiter.
Réponse de le 02/11/2016 à 23:02 :
Le taux de chomage ne se calcule pas par rapport à la population totale (y compris les retraités), mais par rapport à la population active (15 - 65 ans). Les plus de 65 ans en Allemagne (2015: 21,0%) ne dépassent pas le taux pour la France (18,4%) dans la même mesure que le taux de chômage français celui de l'Allemagne.
Réponse de le 03/11/2016 à 9:45 :
Vous me parlez de calculs et donc de statistique toujours en décalage par rapport à la réalité, je parle des chiffres brut.

Plus il y a de retraités dans un pays et plus les jeunes trouveront facilement du travail non ?

Sortez un peu la tête de vos chiffres et pensez vous verrez tout deviendra bien plus clair.
Réponse de le 03/11/2016 à 22:24 :
Les données statistiques émanent de la réalité, alors que des idées déconnectées de la réalité ne servent à rien. Un lien entre l'emploi des jeunes et les départs en retraite n'existe que dans une société statique incapable de créer de nouveaux emplois.
Réponse de le 04/11/2016 à 9:53 :
Croyez vous sérieusement que la structure démographique de l Allemagne soit très differente de celle des autres pays de l UE ?
je propose de regarder les chiffres de plus près !!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :