Allemagne  : le taux de chômage a progressé en juin sur fond d'une conjoncture morose

Le taux de chômage en Allemagne a progressé en juin, la faiblesse persistante de l'activité de la première économie européenne freinant le dynamisme de son marché du travail. Le taux de chômage dans la zone euro, lui, est resté stable en mai à 6,5% de la population active, à son plus bas niveau historique comme en avril, selon les données publiées vendredi par Eurostat.
En Allemagne, le taux a de chômage a atteint 5,7% en données corrigées des variations saisonnières (CVS), soit 0,1 point de plus qu'en mai, a annoncé l'Agence pour l'emploi (Photo d'illustration).
En Allemagne, le taux a de chômage a atteint 5,7% en données corrigées des variations saisonnières (CVS), soit 0,1 point de plus qu'en mai, a annoncé l'Agence pour l'emploi (Photo d'illustration). (Crédits : LISI NIESNER)

Une mauvaise nouvelle sur le front de l'emploi en Allemagne. Le taux a de chômage a atteint 5,7% en données corrigées des variations saisonnières (CVS), soit 0,1 point de plus qu'en mai, a annoncé l'Agence pour l'emploi ce vendredi 30 juin.

Lire aussiL'Allemagne tombe en récession

Le nombre de chômeurs a quant à lui augmenté de 28.000 sur un mois, toujours en données CVS, près de trois fois plus que ce qu'attendaient les analystes sondés par Factset. En données brutes, le nombre de chômeurs grimpe à 2,55 millions, en hausse d'environ 11.000 sur un mois, selon l'Agence.

Une conjoncture maussade

« Nous ressentons désormais les effets des conditions économiques plus difficiles sur le marché du travail : le chômage augmente et la croissance de l'emploi perd de son élan », a commenté la présidente de l'Agence pour l'emploi, Andrea Nahles, dans un communiqué.

L'Allemagne, tombée en récession cet hiver, risque bien de finir l'année dans le rouge. Les principaux instituts économiques et le FMI s'attendent à un recul du PIB estimé entre 0,2 et 0,4%. Cette conjoncture maussade, sur fond d'inflation dépassant encore les 6% et de taux d'intérêt pénalisant le crédit, laisse des traces sur le marché du travail.

Le nombre total de personnes employées en Allemagne a reculé en mai pour la première fois depuis 10 mois, à environ 45,7 millions de personnes, indique vendredi l'Office statistique Destatis dans un communiqué séparé.

Un fort manque de main d'œuvre dans tous les secteurs

Le chômage corrigé des variations saisonnières continue, lui, de grimper en Allemagne même sans tenir compte de l'afflux des réfugiés ukrainiens, note l'Agence pour l'emploi. En tout, 1,03 million de personnes supplémentaires en provenance d'Ukraine ont été enregistrées fin mai en Allemagne depuis le début de guerre en février 2022. Leur statut particulier les autorise, contrairement aux réfugiés d'autres pays, à travailler immédiatement en Allemagne.

Au départ, cependant, de nombreux Ukrainiens apparaissent dans les statistiques du chômage en phase de recherche d'un emploi, ce qui était le cas pour un demi-million d'entre eux fin juin. Un potentiel de nature à aider le pays qui connaît un fort manque de main-d'œuvre dans tous les secteurs. L'Agence pour l'emploi comptabilisait en juin près de 770.000 postes à pourvoir, soit 107.500 de moins qu'il y a un an.

Zone euro: le taux de chômage stable

Le taux de chômage dans la zone euro est resté stable en mai à 6,5% de la population active, à son plus bas niveau historique comme en avril, selon les données publiées ce vendredi par Eurostat. L'indicateur se situe à son plus bas niveau depuis que l'office européen des statistiques a commencé à compiler cette série, en avril 1998, pour les pays ayant adopté la monnaie unique. Par rapport à mai 2022, le taux de chômage est en baisse de 0,2 point.

Pour l'ensemble de l'Union européenne, le taux de chômage s'est élevé à 5,9% en mai, après 6% en avril. Le chômage a nettement baissé en Europe depuis mi-2021 grâce à la forte reprise économique post-Covid qui a succédé à une récession historique. Malgré une nouvelle légère récession dans la zone euro fin 2022 et début 2023, alimentée par les conséquences de la guerre en Ukraine et la flambée de l'inflation, le chômage a poursuivi un léger mouvement de recul.

Quelque 12,94 millions d'hommes et de femmes étaient au chômage en mai au sein des vingt-sept Etats membres de l'UE, dont 11,01 millions parmi les vingt pays partageant la monnaie unique. Le taux de chômage a atteint 7% en France, inchangé par rapport à avril. Il s'est élevé à 2,9% en Allemagne.

Les taux les plus faibles de l'UE ont été enregistrés en République tchèque (2,4%) et en Pologne (2,7%). Les plus élevés ont été relevés en Espagne (12,7%) et en Grèce (10,8%). Les données d'Eurostat sont basées sur la définition du chômage du Bureau international du travail (BIT). Sont considérées comme chômeurs les personnes sans emploi qui ont activement cherché du travail au cours des quatre semaines précédentes et sont disponibles pour commencer à travailler dans les deux prochaines semaines.

(Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 20/09/2023 à 18:46
Signaler
J'ai travaillé 37 années en Allemagne , je peu dire que s'est devenu la galère , pour obtenir un CDI , les offres d'emplois , se résume a de l'intérim , beaucoup de frais d'éssence,et d'entretien de son véhicule , et d'impôt prélevé a la source , rem...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.