Allemagne : Olaf Scholz plaide pour une réforme du marché de l'électricité « dès cet hiver »

Le chancelier allemand plaide pour que cette réforme du marché de l'électricité soit applicable en Allemagne « dès cet hiver » afin de contribuer à faire baisser les prix et réduire les profits du secteur. Olaf Scholz entend notamment faire payer « ceux qui produisent de l'électricité avec l'énergie éolienne, l'énergie solaire ou le charbon » pour leurs « bénéfices supplémentaires parce que le prix est déterminé en fonction de l'électricité produite avec le gaz ».
Le chancelier allemand, Olaf Scholz, la réforme du marché de l'électricité doit être applicable en Allemagne « dès cet hiver » afin de contribuer à faire baisser les prix et réduire les profits du secteur.
Le chancelier allemand, Olaf Scholz, la réforme du marché de l'électricité doit être applicable en Allemagne « dès cet hiver » afin de contribuer à faire baisser les prix et réduire les profits du secteur. (Crédits : ANDREAS GEBERT)

C'est une demande qui revient sans cesse ces derniers temps au sein de l'Union européenne. Plusieurs Etats membre plaident en faveur d'une réforme du marché de l'électricité face à des prix qui atteignent des sommets. Et pour cause, sur le marché européen, c'est le prix de revient de la dernière source d'électricité mobilisée pour répondre à la demande, souvent les centrales au gaz, qui détermine le prix qui s'impose à tous les opérateurs du continent Or, le prix du gaz s'est envolé, dans le sillage de l'invasion de l'Ukraine par la Russie, entraînant avec lui celui de l'électricité. Le 26 août, le prix du Mégawattheure grimpait à 1.000 euros en France et 850 euros en Allemagne contre 85 euros l'an passé.

Une réforme de ce système, réclamée de longue date par la France mais qui divisait les Vingt-Sept, fait désormais quasiment consensus. Et pour le chancelier Olaf Scholz, elle doit être applicable en Allemagne « dès cet hiver » afin de contribuer à faire baisser les prix et réduire les profits du secteur. La réforme souhaitée par Berlin est proposée « en coordination » avec l'UE et doit « s'appliquer à grande vitesse (...) dès cet hiver », a affirmé le chancelier allemand dans un discours devant des chefs d'entreprise allemands. « Il est inconcevable que (...) ceux qui produisent de l'électricité avec l'énergie éolienne, l'énergie solaire ou le charbon (...) fassent des bénéfices supplémentaires parce que le prix est déterminé en fonction de l'électricité produite avec le gaz », a -t-il ajouté.

Lire aussiEurope : pourquoi découpler les prix du gaz et de l'électricité ne sera pas si simple

Taxer les superprofits

Les Vingt-Sept doivent, en effet, maintenant s'accorder sur les contours de cette réforme. La Commission européenne propose notamment de confisquer les superprofits du nucléaire et du renouvelables, pour les redistribuer aux entreprises les plus vulnérables. Une « contribution de solidarité » pour les entreprises de combustibles fossiles (gaz, charbon, pétrole) est également évoquée.

La proposition allemande est « quasiment la même » que celle de la Commission, a précisé Olaf Scholz. « Nous allons faire passer cela très rapidement pour alléger le fardeau » des ménages allemands, a-t-il ajouté. Selon le comparateur de prix Check24, un « ménage type » en Allemagne avec une consommation de 20.000 kWh payait en août 3.717 euros par an pour son gaz, soit une « hausse de 185% » sur un an.

De son côté, la France milite pour une option déjà retenue par l'Espagne et le Portugal en mai dernier : plafonner les prix du gaz afin de faire baisser les cours de l'électricité, puisque ces derniers s'ajustent mécaniquement au coût de fonctionnement des centrales à gaz, aujourd'hui très élevés.

Lire aussi : Réforme du marché européen de l'électricité : Paris veut aller plus loin que Bruxelles

Lire aussiPour ou contre : la France doit-elle sortir du marché européen de l'électricité (Anne Debregeas face à André Merlin)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.