Au sein de l'UE, les revenus des retraités font le grand écart

 |   |  723  mots
A Athènes, le 25 décembre 2014, des personnes sans domicile fixe attendent de pouvoir entrer dans un gymnase où leur sera servi un repas de Noël offert par la ville à ses déshérités.
A Athènes, le 25 décembre 2014, des personnes sans domicile fixe attendent de pouvoir entrer dans un gymnase où leur sera servi un repas de Noël offert par la ville à ses déshérités. (Crédits : Reuters)
Une nouvelle étude révèle des différences vertigineuses entre les revenus des retraités en Europe.

C'est en Pologne, en Italie, en Grèce et en République tchèque que la situation est la plus problématique. Dans ces pays, 50% des foyers déclarent avoir du mal à finir le mois, selon une recherche de Share, un organisme qui se penche sur les défis sociétaux posés par une population qui vieillit rapidement, et en particulier de la santé, du vieillissement et de la retraite pour les Européens de plus de 50 ans. Au Danemark, en Suède et aux Pays-Bas, ce chiffre tourne plutôt autour de 20 %.

L'étude explore également d'autres facteurs qui permettent de déterminer le bien-être des générations âgées en Europe.  Dans de nombreux pays, la population prend sa retraite tôt à cause des conditions de travail difficiles engendrées par des tâches répétitives, monotones ou stressantes.

Des salaires bas augmentent les demandes de retraite anticipée

Le déséquilibre entre les efforts déployés et la maigre récompense mène souvent les citoyens à cesser de travailler tôt. C'est le cas en Grèce et en Pologne, par exemple, où les travailleurs expriment beaucoup plus d'intentions de retraite anticipée.

En comparaison, l'équilibre effort-bénéfice est en général bon dans les pays nordiques et aux Pays-Bas, selon l'étude, puisque peu de travailleurs y envisagent de prendre une retraite anticipée.

Un tiers des Européens aura plus de 60 ans d'ici à 2060

Les personnes âgées posent des défis majeurs aux politiques sociales et de santé en Europe et dans de nombreux pays, puisque les citoyens de plus de 60 ans représenteront un tiers de la population totale d'ici à 2060. Cela signifie qu'un nombre réduit de personnes actives devront supporter un nombre accru de personnes âgées économiquement dépendantes.

Ruth Paserman, qui dirige le cabinet de la commissaire à l'emploi, Marianne Thyssen, participait à l'événement organisé pour la publication du rapport Share le 29 octobre. Elle a expliqué que la Commission se servirait de l'étude pour déterminer comment encourager les États à s'assurer que les personnes qui souhaitent toujours travailler ne quittent pas le marché du travail.

"La cohésion intergénérationnelle est toujours importante en Europe."

La Commission veut également lutter contre la discrimination à l'encontre des personnes âgées sur les lieux de travail.

Axel Börsch-Supan est directeur de l'institut Max Planck pour le droit et les politiques sociales et coordinateur de Share. Selon lui, l'idée, souvent relayée, que le vieillissement de la population entraine un conflit générationnel, est fausse.

« La cohésion intergénérationnelle est toujours importante en Europe. Des politiques publiques bien conçues et fondées sur des preuves solides issues d'informations pertinentes devraient donc améliorer davantage la qualité de vie des citoyens malgré le vieillissement de la population », souligne-t-il.

L'étude de Share indique également que les générations âgées ne deviennent pas forcément inactives après leur retraite. Une grande partie des retraités deviennent en effet volontaires, surtout dans le nord de l'Europe.

En Allemagne, en France, en Autriche, au Danemark, aux Pays-Bas et en Suède, les personnes âgées déclarent garder des contacts étroits avec leurs enfants. Même chose dans les pays méditerranéens, où elles vont jusqu'à habiter avec leur famille ou à avoir des contacts quotidiens.

___

CONTEXTE

L'Europe est le continent qui a la plus grande proportion de personnes âgées dans sa population. Certains décideurs politiques estiment que le vieillissement menace le niveau de vie européen, puisqu'il pèse sur les systèmes de santé et de sécurité sociale qui offrent des soins aux familles et particuliers.

Quinze États européens (le Danemark, la Suède, l'Autriche, la France, l'Allemagne, la Belgique, les Pays-Bas, la République tchèque, la Pologne, la Hongrie, Estonie, la Slovénie, l'Espagne, l'Italie et la Grèce) ont participé à l'étude Share en partageant leurs données sur les citoyens âgés.

___

LIENS EXTERNES

SHARE

____

EurActiv.com (traduit par Manon Flausch)

(article publié le 5 novembre 2015 à 08:58)

___

>> Retrouvez toutes les actualités et débats qui animent l'Union Européenne sur Euractiv.fr

Euractiv

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/11/2015 à 20:24 :
La cotisation à un régime de retraite dépend du salaire, or lorsque l'on met les pays en compétition, les salaires sont loin d'être égaux ! Si cela était, la France ne ferait pas appel aux travailleurs détachés !!
Et, après, il y en a qui s'étonne que les retraites fassent le grand écart.......
a écrit le 12/11/2015 à 18:50 :
Pour compléter cette information, il faut parler de l'âge de départ en retraite car les phénomènes sont étroitement liés:
Allemagne: entre 65 et 67 ans
Italie: 66 ans pour les hommes et 64 ans pour les femmes
Espagne: 65 ans
...mais France: entre 60 et 62 ans.
Dans toute l'UE, la France a le record des départs précoces.
Ce qui fait que nous avons beaucoup plus de retraités que les autres pays, et que bien que les retraites soient faibles, nos caisses de retraites sont des gouffres de plus en plus profonds. Mais le report de l'âge de la retraite reste un tabou.
a écrit le 06/11/2015 à 20:18 :
Intéressant, ceci mais ne nous donne pas de solution. Pourquoi 39 régimes spéciaux ultra déficitaires, financé par la solidarité obligatoire. Pourquoi parlons nous toujours des caisses de retraite du privé et pas du publique ou les comptes sont plus catastrophique, mais finances par nos impôts. La seule solution n'étant pas l'âge légal de départ à la retraite, mais 42 années de cotisation, la fin des régimes spéciaux, 1 caisse de retraite unique privé fonction publiques.
Réponse de le 07/11/2015 à 12:39 :
Vous parlez toujours des autres sans savoir comment la retraite et les cotisations
J'ai une retraite inférieure au privé en calculant tout
Privé: cadre: SS plus retraite cadre plus retraite complémentaire
Régimes spéciaux 75 % des derniers 6 mois
Taux cotisations plus élevés, et 1 % de solidarité pour les autres
et ce 1% POUR VOUS , vous n'en parlez jamais
2100h cotisée par ans, depuis 45 ans , Ma retraite, je e l'ai pas volée
et la SS était ravie pour les prélèvement de C S G , CRDS
a écrit le 06/11/2015 à 17:31 :
CES CHIFRES SONT FAUT EN 2050 PEUT ETRE? PREMIEREMENTO BEAUCOUP DE CHOSSE VONT EVOLUEZ .DICI 2050.PREMIEREMENT LES NOUVELLES TECNOLOGIES VONT RECREE DES EMPLOIES? QUI OU SERONS UTILISEZ L EMIGRATION QUI ARRIVE EN EUROPE? CE QUI FAIT PEUR AUX EUROPEENS MAL INFORME SAUVERAS L ECONOMIE ET LES RETAITES PLUS TARD???
a écrit le 06/11/2015 à 15:08 :
les deux tiers de la population auront plus de 60 ans en 2035 !!! wow !
c'est pas plutôt un tiers (c'est pas d'ici 2050, par ailleurs ?) ?
Réponse de le 06/11/2015 à 20:04 :
2/3 ! Ce n'est pas une pyramide mais un champignon des âges ! Un article qui aurait nécessité une petite relecture ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :