Autriche : l'extrême droite s'installe au pouvoir dans l'indifférence ?

 |   |  851  mots
Le leader du parti populaire autrichien Sebastian Kurz et Heinz-Christian Strache chef du parti de la liberté (FPO ) lors d'une cérémonie de présentation officielle ce lundi 18 décembre.
Le leader du parti populaire autrichien Sebastian Kurz et Heinz-Christian Strache chef du parti de la liberté (FPO ) lors d'une cérémonie de présentation officielle ce lundi 18 décembre. (Crédits : Reuters/Leonhard Foeger)
Le nouveau gouvernement formé par une coalition de droite et d'extrême droite a prêté serment ce lundi devant le chef d'État Alexander Van der Bellen. L'entrée en fonction de ce nouvel exécutif a eu lieu dans une relative indifférence européenne alors que le jeune chancelier Sebastian Kurz doit rencontrer le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker et le président du Conseil européen Donald Tusk ce mardi.

L'Autriche a pris un sérieux virage à droite ce week-end. Le jeune chancelier conservateur Sebastian Kurz a conclu un accord de gouvernement avec l'extrême droite qu'il a présenté samedi dernier à l'ÖVP, son parti (conservateur chrétien), et au président Alexander Van der Bellen avant d'en dévoiler les détails. Le Parti de la liberté (FPÖ), présidé par Heinz-Christian Strache, retrouve les cabinets ministériels de Vienne pour la première fois depuis le gouvernement de Wolfgang Schüssel entre 2000 et 2005, époque où le FPÖ était dirigé par le sulfureux Jörg Haider. Ce lundi, la nouvelle coalition a prêté serment dans une relative indifférence européenne alors que l'Autriche est le seul pays d'Europe occidentale à compter un parti d'extrême droite dans son gouvernement.

Trois ministères régaliens

Le dirigeant conservateur Sebastian Kurz, 31 ans, est devenu le nouveau chancelier, l'ÖVP étant arrivé en tête des élections avec 31,5% des voix, après avoir mené une campagne anti-immigration proche de celle du FPÖ qui s'est classé troisième avec 26% des suffrages, juste derrière les sociaux-démocrates du SPÖ (27%).

>Lire aussi : En Autriche, l'extrême droite aux portes du pouvoir

À la suite des pourparlers, les deux formations politiques ont annoncé les détails de l'accord de gouvernement sur la répartition des ministères. Il apparaît que le président du FPÖ, Herbert Kickl, 49 ans, aura le portefeuille de l'Intérieur, Mario Kunasek (41 ans) celui de la Défense. L'experte en droit international Karin Kneissl, même si cette femme de 52 ans n'a pas la carte du parti, sera ministre des Affaires étrangères sous l'étiquette FPÖ, a indiqué un porte-parole. La droite nationaliste récupère donc trois ministères régaliens stratégiques.

De son côté, le parti conservateur ÖVP va contrôler huit ministères. Sebastian Kurz a dévoilé samedi que son ministre des Finances serait Hartwig Löger (ÖVP). Ce patron de 52 ans dirige la branche autrichienne du groupe d'assurances Uniqa. Outre les Finances, l'ÖVP contrôlera les portefeuilles de la Justice et de l'Agriculture. Quant à Gernot Blümel, cadre de l'ÖVP âgé de 36 ans, il sera ministre de la Chancellerie.

Pas de retrait de l'UE

Lors de la conférence de presse, le nouvel exécutif a tenté de rassurer leurs homologues européens. Leurs deux forces politiques se sont engagées à rester un partenaire européen.  "Nous contribuerons, en partenaire actif et fiable, à la poursuite du développement de l'UE, au sens où le principe de subsidiarité devra être essentiel", lit-on dans leur programme de gouvernement. En parallèle, Heinz-Christian Strache a indiqué qu'il acceptait qu'il n'y ait pas de référendum sur un retrait de l'Autriche de l'UE.

En revanche, Kurz et Strache sont en revanche d'accord pour s'opposer à une plus grande intégration européenne, notamment sur les questions sociales."Il n'y aura pas de vote sur notre appartenance aux organisations internationales, à l'Union européenne notamment", a déclaré Kurz lors d'une conférence de presse organisée avec Strache.

Peu de réactions

La première fois que le Parti de la liberté (FPÖ) est entré au gouvernement il y a près de dix-huit ans en Autriche, des manifestations de masse contre l'extrême droite avaient obligé les nouveaux ministres à emprunter un tunnel entre la chancellerie et la présidence pour la prestation de serment rappelle Reuters. Aujourd'hui, le dirigeant du FPÖ, Heinz-Christian Strache, nouveau vice-chancelier, a promis de gagner la Hofburg, siège de la présidence, "la tête haute et à l'air libre".

À l'issue de l'annonce d'une telle coalition, quelques responsables comme le commissaire européen aux affaires économiques et monétaires, Pierre Moscovici a réagi sur Twitter.

De son côté, le secrétaire d'État italien aux affaires étrangères, Benedetto Della Vedova, s'est inquiété d'une dérive vers "un nationalisme ethnique" avec le retour de l'extrême droite au pouvoir. "Ce n'est jamais une bonne nouvelle quand l'extrême droite rejoint un gouvernement" a ajouté Sandro Gozi, secrétaire d'Italien aux Affaires européennes.

Enfin le parti socialiste a appelé les autres États membres de l'Union européenne à réagir juste après l'officialisation de cette coalition ce week-end dans un communiqué.

"D'évidence, les membres de l'Union européenne ne sauraient aujourd'hui faire l'économie d'une réaction forte, individuelle et collective, tant l'indifférence conduirait à la banalisation et la banalisation à tous les maux que nous n'avons déjà que trop subis sur le vieux continent."

L'Autriche n'a pas suscité de vague d'indignations à l'échelle européenne, hormis quelques réactions isolées, alors que la république alpine doit prendre la présidence du conseil européen à l'été 2018.

(Avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/12/2017 à 16:06 :
En réponse à JCLM je dirais Liberté. Égalité Fraternité car ces principes républicains. ont largement inspiré l'Union européenne. D'autre part les idées racistes ou antisémites sont nauséabondes mais aussi dangereuses car la paix en Europe est appréciable !
a écrit le 19/12/2017 à 17:49 :
Alors qu'il doit y avoir plusieurs millions concernant la finance, l'économie et les équilibres budgétaires des états européens, avec à la clef des sanctions lourdes, il semble qu'il n'y ait rien de prévu en cas de dérive totalitaire et anti-démocratique.

Que la Grèce se retrouve en état de faillite, elle reçoit en prime une volée de coups de gourdins, alors qu'on va laisser un gouvernant neo-nazi prendre la présidence du conseil de l'Europe.

Y a comme un sérieux problème sur la finalité du projet européen et sur qui est légitime à y participer. Si être européen c'est financer les radicaux polonais, hongrois ou autrichiens, c'est pas acceptable.
a écrit le 19/12/2017 à 17:47 :
il semble qu'en europe la démocratie dérange : brexit , élections autrichiennes et souvenons nous du traité de lisbonnes en 2005 refusé par les français et passé en force par Sarkozy ; voyons bientôt le vote test des catalans
a écrit le 19/12/2017 à 12:09 :
Hitler né en Autriche a été élu en1933!Et déjà l'extrême droite autrichienne réclame le Tyrol du sud....Il faut réaffirmer les valeurs de l'Europe !
Réponse de le 20/12/2017 à 8:49 :
Et c'est quoi "les valeurs de l'Europe" ? Le "grand remplacement" des peuples qui très justement veulent qu'on leur foute la paix.
a écrit le 19/12/2017 à 10:50 :
c'est pas faux..........apres j'ai pas souvenir d'avoir eu un titre comme ca pour tsipras ou hollande pour l'installation confortable de l'ultra gauche au pouvoir......
a écrit le 19/12/2017 à 7:16 :
il semblerait qu'un pays qui respecte le vote du peuple déplaise au scribouillard Normand ? il est vrai que la démocratie en France est mieux respectée avec 30% du peuple ayant voté pour un parti légal , mais non représenté !!
a écrit le 19/12/2017 à 5:53 :
On ne change pas un peuple en un peu plus d'un demi siecle!
Ils ont joué les repentis le temps qu'il fallait et maintenant ils recommencent.
a écrit le 18/12/2017 à 19:00 :
Ces marrant comme tous ces partis d'extrême droite qui font leur beurre électoral sur la haine de l'UE, au final dès qu'ils en palpent le blé ne parlent plus d'en dégager.

Quand à l'UE, corps d’athlète au cerveau de bulot ben seul l'argent l’intéresse hein, certainement pas la démocratie et encore moins l'humanisme.

L'Europe est en feu, vite un frexit.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :