Barroso en contact étroit avec Goldman Sachs lorsqu'il était président de la Commission européenne ?

 |   |  378  mots
Les dirigeants de Goldman Sachs faisaient parvenir au cabinet de Barroso de manière confidentielle des propositions sur des changements à apporter aux politiques de l'Union européenne, selon Publico.
Les dirigeants de Goldman Sachs "faisaient parvenir au cabinet de Barroso de manière confidentielle des propositions sur des changements à apporter aux politiques de l'Union européenne", selon Publico. (Crédits : © Francois Lenoir / Reuters)
Des révélations du journal portugais Publico relancent la polémique déclenchée par l'embauche de l'ancien président de la Commission européenne par la banque américaine. José Manuel Barroso dément avoir eu une "relation spéciale avec une entité financière" durant l'exercice de ses deux mandats à Bruxelles.

José Manuel Barroso, au centre d'une polémique sur son embauche par Goldman Sachs, a entretenu des contacts étroits pendant son mandat à la tête de la Commission européenne (2004 à 2014) avec la banque américaine, selon des documents révélés samedi par le journal portugais Publico.

Les dirigeants de Goldman Sachs "faisaient parvenir au cabinet de Barroso de manière confidentielle des propositions sur des changements à apporter aux politiques de l'Union européenne", rapporte le journal qui publie des extraits de lettres et mails obtenus auprès de la Commission européenne.

Une missive du 30 septembre 2013 signée par le patron de Goldman Sachs, Lloyd Blankfein, fait ainsi état d'une visite discrète de M. Barroso au siège de la banque à New York qui, selon le journal, ne figurait ni à son agenda officiel, ni dans les archives de la Commission.

Barroso dément catégoriquement

"J'ai beaucoup apprécié notre discussion productive sur les perspectives économiques mondiales", écrit M. Blankfein qui a fini par embaucher M. Barroso comme président non-exécutif de Goldman Sachs International.

Sollicité par le journal, M. Barroso a "démenti catégoriquement" avoir eu une "relation spéciale avec une entité financière" durant l'exercice de ses deux mandats à Bruxelles.

"J'ai naturellement maintenu des contacts institutionnels - transparents et dûment enregistrés dans les archives de la Commission - avec de nombreuses entités politiques, patronales, syndicales et financières", a-t-il fait valoir.

Parmi elles figuraient "les principales banques qui opèrent sur le marché européen", dans un contexte de "crise financière", a-t-il poursuivi.

Le journal cite entre autres une lettre d'une lobbyiste de Goldman Sachs faisant des propositions sur la législation des marchés financiers et une réponse d'un membre du cabinet de M. Barroso qui a promis de les lire "avec grand intérêt".

Lors d'éventuelles visites à Bruxelles, M. Barroso sera désormais reçu lui-même comme un lobbyiste lambda et "non pas comme ancien président", a d'ores et déjà averti son successeur Jean-Claude Juncker.

Le recrutement de M. Barroso par Goldman Sachs a soulevé une vague d'indignation en Europe et notamment en France, où le président François Hollande l'a qualifié de "moralement inacceptable".

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/09/2016 à 14:38 :
Echanges de lettre, réunions: à ce que je lis, il ne s'agit que de relations classiques entre les représentants d'intérêts d'une des plus grosses banques mondiales et le Président d'une institution politique majeure.
Il ne faut pas grossir l'affaire: on peut supputer à juster titre que la Commission Barroso ait été proche des milieux d'affaires, digne représentante de sa ligne politique, déplorer son embauche par GS et constater les défauts de transparence de son administration, mais il est excessif d'y voir une machination.

Barroso, le plus petit dénominateur commun, dirigeant faible et friable, choisi par des Etats Membres friands des négociations à portes fermées et ne voulant prendre le risque de politiques européennes ambitieuses: voilà ce que ça donne. On peut critiquer amplement l'équipe de Juncker, mais au moins de vraies réformes sont menées sur la fraude à la TVA, l'évasion fiscale, la transparence des institutions et des entreprises.
a écrit le 26/09/2016 à 15:59 :
croyez vous que le dirigeant actuel soit mieux?? Lui a spolié tous les pays de l'union européenne via ses taux d'impositions envers les multinationales quand il était premier ministre du Luxembourg, et que pensez vous du patron de la banque européenne???? celui là est responsable de la crise grecque ainsi qu'une bonne partie des subprimes. Pour les encourager, ils ont obtenu de prendre en charge l'union européenne, du moment que nos politiciens et banquiers puissent continuer leurs business.

Je ne crois pas qu'un seul soit clean dans l'organigramme de l'U.E. Mais quelques personnes devraient être depuis longtemps derrières les barreaux, il suffit de voir tous les blocages contre les peuples européens, contre les laxismes des normes, Avec toutes les commissions à la noix, les planqués dont personnes n'en veut ETC;;;;;; IL SUFFIT DE VOIR CEUX DE LA FRANCE;;;;
Réponse de le 26/09/2016 à 21:56 :
+1
a écrit le 26/09/2016 à 10:46 :
Quelle infection purulente cette commission de Bruxelles ;

A Bruxelles, tous les commissaires et tous les chefs et sous chefs des cabinets savaient tout, ils ne disaient rien par cupidité pour préserver leur tranquillité ... et leurs salaires démesurés injustifiables et leurs avantages luxueux opulents.

Il convient d'engager des poursuites judiciaires pénales contre tous les agents et commissaires traitres de la commission pour agissements contre les intérêts des Etats.

Il faut en sortir c'est urgent ; FREXIT inéluctable
a écrit le 26/09/2016 à 9:11 :
Pour ceux qui douter encore de la main mise de la finance et de l'administration US sur l'UE, en voilà encore une confirmation! A part cela, nous sommes souverain!!!
a écrit le 26/09/2016 à 2:03 :
Faut pas voir le mal partout. L'UE et sa commission, c'est justement "étudié pour" : le "business as usual"... Maintenant au moins on est sûr que c'est pas une bande de bolchéviques ! :-((
a écrit le 25/09/2016 à 21:49 :
Allez, on lui met un burkini et on l'emmène à la plage d'où il pourra aller où il veut...
a écrit le 25/09/2016 à 21:46 :
On comprend maintenant pourquoi l'Europe a fait des choix à l'encontre de l'intérêt de ses habitants. Tout s'explique
a écrit le 25/09/2016 à 21:46 :
On comprend maintenant pourquoi l'Europe a fait des choix à l'encontre de l'intérêt de ses habitants. Tout s'explique
a écrit le 25/09/2016 à 21:46 :
C'est "Público" et pas Publico. Au moins le journaliste pourrait faire un effort en recopiant correctement le nom du journal auquel il à pris l'info.
a écrit le 25/09/2016 à 21:46 :
On comprend maintenant pourquoi l'Europe a fait des choix à l'encontre de l'intérêt de ses habitants. Tout s'explique
a écrit le 25/09/2016 à 21:46 :
On comprend maintenant pourquoi l'Europe a fait des choix à l'encontre de l'intérêt de ses habitants. Tout s'explique
a écrit le 25/09/2016 à 19:18 :
Quel mélange des genre. Ne soyons plus étonnés que tant de citoyens européens utilisent ce genre de comportement pour justifier leur vote FN
Cet homme devrait être poursuivi....mais le sera sans doute pas. Quelle honte
a écrit le 25/09/2016 à 18:48 :
L ENGAGEMENT DE LANCIEN PRESIDENT BARROSO DE L U E PROUVE QUE LES BANQUIERS DIRIGENT ET FINANCE L UE ET NOTAMENT L AMERIQUE? DONC CE QUE JE DIT DEPUIS QUELQUE TEMPT ET VRAIS L UE ET UNE INVENTION AMERICAINE ET QUE SEUL LES BANQUES PROFITENT DE L EUROPE IL EST TEMPT DECHANGE LES CHOSSES ET DE QUITER CETTE EUROPE DES BANQUIERS AMERICAINS???
a écrit le 25/09/2016 à 18:44 :
On comprend mieux maintenant qu'on sait qu'il se fait rincer depuis des années
Encore un honnête à l'issu de son plein gré.
a écrit le 25/09/2016 à 17:34 :
Vous avez l'air de commencer a comprendre , l'Europe surtout celle de Bruxelles....Ils sont tous pour...
a écrit le 25/09/2016 à 16:01 :
De grâce , évitons les cris d'orphee , il n'y a aucune surprise dans cela , les dizaines de milliers de lobbyistes à Bruxelles ne sont pas là pour les chocolats !
Réponse de le 25/09/2016 à 17:06 :
@Titicaca: laissons en effet l'or frais dans les voûtes des banques et regardons qui sort de la cuisine à Jupiter pour régler les problèmes :-)
Réponse de le 25/09/2016 à 17:58 :
Ben si car si on faisait un référendum là-dessus, l'écrasant majorité des européens demanderaient de modifier le système et de surveiller la corruption de ses hommes politiques (à tous les niveaux). Mais comme ce sont eux qui proposent les référendums, cela n'aura jamais lieu.
Il faut modifier les constitutions pour permettre plus souvent la possibilité de référendums sur des sujets cruciaux tels que celui-ci et aussi forcer les hommes politiques à signer des documents légaux contraignants par rapport aux conflits d'intérêt et la corruption permettant à la justice d'avoir les moyens légaux de les poursuivre.
Ici, dans le cas Barroso, on a au minimum un conflit d'intérêt très important et plus certainement une corruption caractérisée (mais ce dernier point est plus dur à prouver). Cela devrait suffire pour le poursuivre si le troisième pouvoir (judiciaire) était vraiment indépendant. Or ce n'est pas le cas. Il est muselé par les deux autres pouvoirs. C'est quand même le rôle de la justice de faire la chasse aux corrompus. Tout homme politique lui contestant ce rôle normal a à mon sens certainement quelque chose à se reprocher.
Réponse de le 25/09/2016 à 22:08 :
Cris d orfraie ou cris d enfer?
Réponse de le 25/09/2016 à 22:08 :
Cris d orfraie ou cris d enfer?
Réponse de le 25/09/2016 à 22:08 :
Cris d orfraie ou cris d enfer?
Réponse de le 25/09/2016 à 22:08 :
Cris d orfraie ou cris d enfer?
a écrit le 25/09/2016 à 14:18 :
Ben quoi, il se constituait son réseau ! Non pas que ce soit très moral, mais c'est la façon dont la société fonctionne. Sauf à changer le système, arrêtons donc de jouer les mijaurées :-)
Réponse de le 26/09/2016 à 2:05 :
"Sauf à changer le système" dit-il! Mais justement, c'est ça qu'il faudrait faire, non?
Et en observation générale: Relisez-vous, prenez le temps de rectifier ces horreurs d'orthographe! Quelle image révélatrice vous donnez de vous mêmes!!! OUHHH!
a écrit le 25/09/2016 à 12:44 :
Si cela s'avère vrai, la preuve serait ainsi faite que l'Europe est dirigée par une élite mafieuse qui sert les intérêts des grandes banques et des grosses multinationales. Comment peut-on encore croire que l'Europe est une démocratie?
Réponse de le 25/09/2016 à 17:49 :
Tout à fait d'accord avec vous, sauf que cette élite mafieuse qui a pris le pouvoir en Europe, sert d'abord et avant tout ses propres intérêts.
Réponse de le 26/09/2016 à 8:25 :
Si Barroso a fait une faute, c'est sa faute, et uniquement sa faute. Il devra en répondre. Mais de là à généraliser ce qui est la responsabilité d'un homme, c'est abusif et ,pire, cet amalgame atténue sa responsabilité. L'Union européenne est une remarquable institution qui nous a apporté 70 ans de paix et de prospérité en Europe. Vider le bébé avec l'eau du bain n'a aucun sens !!! Il y a 25000 fonctionnaires et agents à l'UE, (moins qu'à la ville de Paris !!!) : l'immense majorité fait un travail remarquable en toute probité. Alors, arrêtons un peu la démagogie stupide : la faute d'un homme, si c'est bien la cas, est la faute d'un homme : point barre. Cela dit, il ne faut pas en plus soutenir le " tribunal des médias" : c'est trop facile de condamner sans savoir exactement.
a écrit le 25/09/2016 à 11:58 :
C'est mathématique.
Quel risque courait-il après tout? Si les peines prononcées sont rarement à la hauteur du méfait, et la probabilité d'être pris les doigts dans la confiture faible, en termes d'espérance mathématique c'était largement compensé par une certitude de gros gain. On peut avoir plus de respect pour les mafieux, qui même au sommet de leur hiérarchie ne sont jamais à l'abri d'une balle. Face à cette criminalité les "démocraties" ont un pouvoir inexistant faute de rééquilibrer l'espérance de gain par des peines suffisamment lourdes.
Réponse de le 25/09/2016 à 20:00 :
Bien d'accord avec vous, il risque tellement peu qu'il aurait presque tort de s'en priver.
On peut faire le même raisonnement avec les Pv de stationnement interdit à 17€ ou les amendes de la RATP
Réponse de le 25/09/2016 à 20:00 :
Bien d'accord avec vous, il risque tellement peu qu'il aurait presque tort de s'en priver.
On peut faire le même raisonnement avec les Pv de stationnement interdit à 17€ ou les amendes de la RATP
a écrit le 25/09/2016 à 11:25 :
Les interconnections de toutes natures existent dans le monde ténébreux , que veut-on nous faire croire !
a écrit le 25/09/2016 à 11:21 :
L'Union Européenne, cette vaste supercherie corrompue au service de l'oligarchie financière.

Merci pour cette information qui ne peut que renforcer la nécessité de démanteler cette europe du fric et des magouilles afin de reconstruire une Europe autour de ses peuples, de sa culture et de son expérience.

L'Europe était un rêve merveilleux, nos décideurs économiques et politiques en ont fait un véritable cauchemar à leur botte.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :