BCE : ce que Mario Draghi a annoncé et pourquoi il a déçu les marchés

 |   |  622  mots
Mario Draghi a déçu après l'annonce de cinq nouvelles mesures.
Mario Draghi a déçu après l'annonce de cinq nouvelles mesures. (Crédits : © Ralph Orlowski / Reuters)
Voici un récapitulatif des annonces du président de la BCE ce jeudi. 5 mesures nouvelles ont été prises.

La BCE a annoncé cinq nouvelles mesures dont voici le détail.

1. La baisse de la taxation de la facilité de paiement

Le taux appliqué à la facilité de dépôt passe de -0,2 % à -0,3 %. C'est un mouvement un peu inférieur à celui qu'attendait une partie du marché. Pour Mario Draghi, cette nouvelle baisse a clairement une valeur de politique monétaire. "Nous avons constaté que la baisse du taux de dépôt facilite largement la transmission de notre politique monétaire", a martelé Mario Draghi. Pour lui, ce taux est le nouveau taux de référence des marchés à court terme.

Une version assez contestée par beaucoup d'économistes qui considèrent que l'effet de politique monétaire pure de cette baisse des taux est très faible. Le seul impact réel serait sur le taux de change, mais comme le marché anticipait mieux, l'euro est remonté ce jeudi de 1,05 dollar à 1,08 dollar.

2. Un QE plus long

Le programme de rachat d'actifs publics, souvent appelé QE, est prolongé de septembre 2016 à mars 2017. Son montant mensuel de 60 milliards d'euros n'est pas modifié. C'est donc 360 milliards d'euros supplémentaires qui sont mis à la disposition du marché. Le QE est donc en théorie de 1.500 milliards d'euros. Les marchés sont ici aussi déçus car beaucoup tablaient sur une augmentation des montants mensuels à 90 milliards d'euros.

En revanche, la BCE a prévenu que, s'il n'y avait pas d'ici mars 2017 "une tendance claire" vers l'amélioration de l'inflation, le QE sera poursuivi. Cette date de mars 2017 n'est donc qu'indicative.

3. Un réinvestissement des sommes investies

La BCE agit comme un investisseur normal : il achète de la dette et est remboursé. Mario Draghi a annoncé que les paiements de remboursement de cette dette seront réinvestis, sans doute au-delà même de mars 2017. Cette annonce est importante, car elle fait du QE un instrument beaucoup plus expansif. Normalement, les achats de titres sont limités à la durée d'existence de ces titres. L'argent créé par la BCE a donc une existence limitée dans le temps. Avec cette annonce, cette limite est levée pour un temps indéterminé. L'usage de la planche à billet est donc renforcé : la contrepartie existe, mais elle est sans cesse renouvelée. Autrement dit, l'argent créé le sera pour une durée indéterminée. C'est un moyen de renforcer la confiance sur le long terme pour le marché. Et c'est un moyen d'entrer dans l'ère d'un QE "illimité" annoncé déjà par la deuxième mesure.

4. Le rachat de titres locaux

La BCE va pouvoir élargir les titres rachetés à ceux émis par les gouvernements régionaux et locaux. Ces titres viendront en réalité se substituer aux titres d'Etat lorsque la BCE n'aura plus de marge d'action pour les racheter. La BCE n'a, en effet, pas modifier les limites techniques du QE : elle ne peut racheter plus d'un tiers d'une ligne de dette d'un pays. Elle doit aussi racheter les titres selon une clé de répartition égale à la clé de répartition de son capital. Tout ceci limite sa marge de manoeuvre lorsqu'il faut racheter 1.500 milliards d'euros. D'où l'inclusion des obligations locales qui donneront plus de fond au QE et lui permettront de se poursuivre. C'est donc une mesure d'adaptation à l'allongement du QE, principalement.

5. Des taux fixes pour les banques

La BCE a décidé de maintenir "autant que nécessaire" des taux fixes pour les opérations de refinancement et les prêts à 3 mois accordés aux banques. Il s'agit de rassurer ces dernières sur le maintien de taux bas pour longtemps. C'est une mesure qui poursuit en réalité l'existant et qui est jugée neutre par les marchés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/12/2015 à 16:55 :
cela me laisse de marbremoi aui gagne péniblement 1124 euros par mois ha ha ha
a écrit le 03/12/2015 à 16:22 :
Les BCE n'a plus de marge de manoeuvres. Les taux d'intérêt sont presque à zéro, les taux d'une partie des obligations d'Etat est négatif, les prix de l'immobilier augmentent dans un certain nombre de pays (Pays-Bas, Allemagne, Irelande...)et le taux d'inflation est nulle voire négative dans certains pays.

Comment peut-on gérer convenablement une telle situation?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :