Brexit : Boris Johnson reconnaît avoir besoin de la "coopération" des Européens

 |   |  553  mots
(Crédits : Reuters)
Boris Johnson, favori pour succéder à la Première ministre britannique Theresa May et fervent défenseur d'un Brexit dur, a reconnu lundi soir avoir besoin de "la coopération" de l'Union européenne pour empêcher une frontière dure en Irlande et pour amortir les chocs (économiques) en cas de sortie sans accord.

En difficulté, Boris Johnson sort de son silence médiatique. Dans une interview à la BBC lundi, celui qui fait figure de favori pour remplacer Theresa May à la tête du Parti conservateur a admis qu'il aurait besoin de la "coopération" des Européens pour éviter une frontière dure en Irlande et amortir les chocs, notamment économiques, en cas de sortie sans accord de l'Union européenne.

S'il devenait Premier ministre d'ici fin juillet, son gouvernement n'imposerait en aucun cas « de contrôles ni de frontières dures en Irlande du Nord » - le risque du retour d'une frontière entre cette province britannique et la République d'Irlande, membre de l'Union européenne, étant l'un des dossiers épineux du Brexit. Et cela même si, le 31 octobre, jour de la date-butoir du Brexit, le Royaume-Uni quittait l'UE sans accord, comme a plusieurs fois mis en garde Boris Johnson.

--

--

« On va avoir besoin d'une sorte d'accord »

« Mais on va avoir besoin d'une sorte d'accord, et c'est bien ce que je vise, pour obtenir une période de transition », a dit l'ancien maire de Londres. Et pour ce faire, il faut « préparer sérieusement et avec détermination » une sortie sans accord ou sur les termes de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) pour prouver "le sérieux" du Royaume-Uni aux Européens. Il faudra surtout convaincre Bruxelles de rouvrir les négociations. S'il échoue, Boris Johnson a promis que le Royaume-Uni quitterait l'UE le 31 octobre, même sans accord.

Il a par ailleurs évité de répondre à la journaliste qui l'interviewait au sujet de la récente scène de ménage avec sa compagne Carrie Symonds. « J'en ai fait une de mes règles (de conduite) depuis beaucoup, beaucoup d'années (...) : je ne parle pas de choses qui impliquent ma famille, les gens que j'aime », a-t-il dit, jugeant "injuste" de "les traîner" dans ses affaires politiques.

Vendredi, la police londonienne s'était rendue au domicile du couple après avoir reçu un appel d'un voisin faisant état d'une bruyante dispute, de hurlements et de claquements de porte.

Boris ne veut pas débattre à la télé avec Jeremy Hunt

Plus tôt dans la journée de lundi, l'actuel ministre britannique des Affaires étrangères Jeremy Hunt avait pressé Boris Johnson de ne pas fuir les questions. Mais cette fois-ci pas celles sur sa vie privée, mais bien sur le Brexit.

Les deux rivaux, engagés dans la course à la succession pour Downing Street, ont été invités par SkyNews à un débat télévisé mardi mais Boris Johnson a décliné. En son absence, l'émission n'aura pas lieu, a indiqué la chaîne. Le « débat auquel Boris a été invité aura lieu (mardi) soir sur SkyNews. J'y serai. Alors ne sois pas un lâche Boris, sois un homme et montre à la nation comment tu es capable de répondre à l'examen minutieux qu'implique la fonction la plus difficile du pays », a déclaré Jeremy Hunt dans le Times.

L'attaque s'inscrit dans le droit fil de la stratégie de campagne de cet ancien entrepreneur de 52 ans, aussi ministre depuis 2010, qui joue la carte du candidat "sérieux", face à un Boris Johnson, 55 ans, traînant derrière lui une longue liste de gaffes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/06/2019 à 15:21 :
Ils ne sortiront jamais .
l UE ne le veut pas et la finance non plus , donc ils font semblants de chercher un accord acceptable , qu ils ne trouveront jamais car ce n est pas leur vrai but .
Gagner du temps voila leur objectif .
ils ne sont pas comme les politiques français sans foi , mais ce n est pas plus respectable non plus .
a écrit le 25/06/2019 à 19:44 :
Espérons qu'ils sortent le 31 octobre Cela fera un désaccord de moins avec Merkel .Il semble croire qu'un pays tiers sera dispensé de droits de douane...Les marchandises chinoises ou américaines seraient ravies de détourner leur trafic .La presse raconte que du vin rouge sur un sofa serait la cause de la dispute avec son épouse.Du vin français ?
a écrit le 25/06/2019 à 19:43 :
Espérons qu'ils sortent le 31 octobre Cela fera un désaccord de moins avec Merkel .Il semble croire qu'un pays tiers sera dispensé de droits de douane...Les marchandises chinoises ou américaines seraient ravis de détourner leur trafic .La presse raconte que du vin rouge sur un sofa serait la cause de la dispute avec son épouse.Du vin français ?
a écrit le 25/06/2019 à 18:47 :
Boris Johnson invente un nouveau concept: la sortie sans accord mais en signant en bas de la dernière page une fois que toutes les parties seront d'accord.
Réponse de le 26/06/2019 à 10:28 :
Si Boris est PM, il sera force de s'aligner sur les traites signes par May.
Ce type est de la meme nature que trump.
a écrit le 25/06/2019 à 17:09 :
La politique n'est plus que la pâle imitation des séries télévisées qui sont là survie de la télé commerciale. La saga du Brexit n'attire plus les foules. Désormais au dernier plan, on se fout des mauvais acteurs que sont May, Johnson, Corbin. Ils essaient de faire livrer le suspense, mais ça ne prend plus.
a écrit le 25/06/2019 à 15:51 :
il ne veut pas le poste de PM, car il sait qu'il n'y a RIEN a renegocier
un accord a ete signe, si le parlement britannique ne veut pas l'enterriner, c'est un probleme qui ne regarde que les britanniques
les europeens n'ont rien a voir avec le merdier que certains ont seme au UK....soit il applique l'accord, soit il sort sans, et y aura pas de cooperation en quoi que ce soit, vu que tout le monde sait ce qu'il prepare
a écrit le 25/06/2019 à 14:33 :
Ok ce sera pour avril donc... ^^
a écrit le 25/06/2019 à 11:20 :
Tout le monde a besoin de la coopération des européens mais on n'a pas besoin de la tutelle de cet administration hors sol, parasite, qu'est l'UE de Bruxelles!
Réponse de le 25/06/2019 à 15:42 :
Comme bon nombre de citoyens vous semblez méconnaitre le fonctionnement de l'UE et plus particulièrement le sujet Brexit. Ce n'est pas l'administration qui gère ce dossier mais le Conseil des chefs d'état qui a mandaté M. Barnier pour parler au nom des européens. Je pense que vous avez noté un certain changement de Bojo qui est bien moins véhément car il devra suivre les exigences du Conseil qui modifiera ou pas l'accord de 2018 et non imposer son choix. Le risque pour l'Union Mme Merkel qui est devenue versatile et n'est plus un maillon sur pour l'Europe au contraire. J'espère que M. Macron maintiendra l'accord de 2018 sans modification.
Réponse de le 25/06/2019 à 17:28 :
Vous semblez ignorer que les engagements signés lors des Traités surpasse toute délibération du conseil des chefs d’États et que l'UE n'est que la représentation administrative ayant pour devoir d'appliquer le cahier des charges de ces Traités.
Sinon il y aurait belle lurette que l'UE de Bruxelles n'existerait plus
Réponse de le 25/06/2019 à 18:32 :
Pour faire partie de l'UE il faut respecter les traités, c'est logique non?
Après le RU veut divorcer avec l'UE mais comme vous allez bientôt le constater, quand on divorce il y a des règles à respecter et pour le RU, ces règles ainsi que le désavantage de s'isoler va être bien plus contraignant que le soi-disant diktat de Bruxelles.
Réponse de le 26/06/2019 à 9:54 :
"administration hors sol, parasite, qu'est l'UE de Bruxelles!"
eh, à l'UPR, changez votre disque, il est rayé.
Réponse de le 26/06/2019 à 12:42 :
votre réponse @contradictoire Votre lecture du système sans grande connaissance. Pour chaque traité le commissaire concerné mène des pourparlers sur LA BASE D’UN MANDAT voté par les 28 qui en général contient les instructions précises des négociations et les LIGNES ROUGES. Lors des négociations les gouvernements sont tenus informés du déroulement des discussions. Le traité est signé en fonction des instructions et des lignes rouges définies par les 28. NON un commissaire surtout au commerce ne peut traiter sans l’accord des 28. Je vous invite à vous pencher sur le fonctionnement de l’UE avant décrire un commentaire erroné.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :