Brexit : la Grande-Bretagne va-t-elle vers des élections législatives anticipées ?

La question d'éventuelles élections législatives anticipées a rejailli ces dernières 48 heures en Grande-Bretagne.
Le problème, c'est qu'il y a une majorité de pro-Brexit dans le pays et une majorité de pro-maintien (dans l'UE) au Parlement, a résumé un membre du gouvernement cité par le Telegraph sous le couvert de l'anonymat.
"Le problème, c'est qu'il y a une majorité de pro-Brexit dans le pays et une majorité de pro-maintien (dans l'UE) au Parlement", a résumé un membre du gouvernement cité par le Telegraph sous le couvert de l'anonymat. (Crédits : © Reuters Photographer / Reuters)

La ministre de la Justice britannique a appelé samedi au respect de l'institution judiciaire après les attaques qui ont visé la Haute Cour de Londres et sa décision d'accorder au Parlement un droit de vote sur le Brexit. Les trois juges de la Cour ont infligé un sérieux revers au gouvernement conservateur de Theresa May en estimant jeudi que les députés devaient se prononcer sur le déclenchement du processus de sortie de l'Union européenne.

Cette décision a suscité la colère de certains "Brexiters" inquiets des complications qu'elle pourrait entraîner dans la mise en oeuvre du divorce avec l'UE, mais aussi d'une partie de la presse eurosceptique, le tabloïd Daily Mail n'hésitant pas à présenter les trois magistrats comme des "ennemis du peuple". Devant la violence des attaques, plusieurs responsables politiques ont réclamé une intervention du gouvernement.

"Il est temps qu'on y mette le holà, il est temps qu'on dise +pas en mon nom+", a estimé l'ancienne secrétaire d'Etat conservatrice Anna Soubry dans le Guardian.

Theresa May, droit dans ses bottes

Le barreau d'Angleterre et du pays de Galles a également "condamné" samedi matin les "attaques graves et injustifiées" contre les juges et regretté l'absence de réaction de la ministre de la Justice, Liz Truss. Ses services ont publié quelques heures plus tard un bref communiqué : sans dénoncer directement les attaques, la ministre défend l'institution judiciaire en soulignant que son "indépendance est la fondation" sur laquelle repose l'Etat de droit.

Cet énième rebondissement depuis le référendum sur l'UE du 23 juin est un nouvel écueil pour Theresa May, qui avait clairement fait savoir qu'elle activerait d'ici à la fin mars l'article 50 du Traité de Lisbonne, qui lance la procédure de divorce avec l'UE, sans passer par la case Parlement. Combatif, l'exécutif a immédiatement annoncé qu'il ferait appel devant la Cour suprême, Theresa May affirmant dans la foulée qu'elle gardait son calendrier "inchangé", au cours de conservations téléphoniques avec la chancelière Angela Merkel et le président François Hollande.

Vers de nouvelles élections?

Pour autant, la décision de la Haute Cour, si elle est confirmée par la Cour suprême, risque de provoquer des débats parlementaires à rallonge susceptibles de ralentir de façon significative la mise en oeuvre du Brexit et de peser sur les négociations entre Londres et Bruxelles. Signe de la tension ambiante, le député conservateur Stephen Phillips, partisan d'un rôle accru du Parlement dans le dossier, a annoncé sa démission en évoquant des "désaccords politiques inconciliables avec le gouvernement".

Ce départ, notait samedi le quotidien conservateur The Telegraph, "met Theresa face à un défi politique qui s'ajoute à la crise constitutionnelle dont elle a hérité" en prenant les commandes du gouvernement après le référendum du 23 juin. Et c'est finalement sans surprise que la question d'éventuelles élections législatives anticipées a rejailli ces dernières 48 heures, une hypothèse désormais "ouvertement discutée" au sein du gouvernement, selon le Telegraph.

"Le problème, c'est qu'il y a une majorité de pro-Brexit dans le pays et une majorité de pro-maintien (dans l'UE) au Parlement", a résumé un membre du gouvernement cité par le journal, sous le couvert de l'anonymat. "Etant donné le jugement de la Cour et la possibilité que nous ne gagnerons pas en appel, a-t-il ajouté, je suis ouvert à l'idée d'élections anticipées", qui pourraient permettre au gouvernement de renforcer son emprise sur le Parlement.

Du côté de l'opposition, le chef du Parti travailliste Jeremy Corbyn a estimé samedi que le jugement de la Haute Cour soulignait "la nécessité pour la Première ministre de présenter sans attendre" devant le Parlement sa stratégie pour la sortie de l'UE.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 16
à écrit le 08/11/2016 à 12:37
Signaler
Pas d'accord : les britanniques et leurs atermoiements nous ont déjà coûté plusieurs dixièmes de points de croissance. Si nous voulons les récupérer il faut qu'ils sortent définitivement de l'UE, que nous leur retirions le passeport Euro qu'ils n'aur...

à écrit le 06/11/2016 à 20:22
Signaler
diversions, diversions, manœuvres dilatoires et chute de la livre, déjà 12% de hausse des prix et tant mieux si John Bull le cockney se serre la ceinture : "l'élite" britannique nous organise tout un cinéma jusqu’à ce que des anglais - repentis - env...

à écrit le 06/11/2016 à 18:07
Signaler
L'oligarchie dirigeante fait tout pour imposer sa politique au peuple, contre la volonté de celui-ci. Ceux d'en-haut contre ceux d'en-bas. L'Ukip va récolter les fruits de cette forfaiture...

le 07/11/2016 à 1:09
Signaler
Dans ce cas, vous ne verrez aucun inconvénient à ce que des élections anticipées aient lieux, puisque c'est l'UKIP qui selon vous va l'emporter et décider de la composition du prochain gouvernement... Bon, désolé pour Farage, il a déserté.

à écrit le 06/11/2016 à 17:53
Signaler
Cameron ignorait il la constitution....avant le lancement du référendum ? Stratégie : pour obtenir plus de Bruxelles... Manipulation de la population Britannique Au final statu quo.....perte de temps pour l' UE Affaiblissement ...

à écrit le 06/11/2016 à 14:14
Signaler
J'ai toujours dit que le brexit ne se ferait pas... et que l'oligarchie au pouvoir s'assoierait sur le résultat de la consultation populaire, comme Ailleurs...

à écrit le 06/11/2016 à 11:23
Signaler
A quand remonte les dernières élections parlementaires? Une élection est surement la meilleure solution. La légitimité de TM n'est pas plus forte que celle du Parlement. Elle a, certes, été désignée par son parti mais est-ce suffisant pour légitimer ...

à écrit le 06/11/2016 à 11:02
Signaler
Hé oui s'attaquer à la finance même quand on est premier ministre anglais c'est pas facile, ces gens là sont puissants et ont des pions un peu partout. On souhaite un bon courage à ce gouvernement qui veut faire respecter la décision de son peuple...

à écrit le 06/11/2016 à 9:47
Signaler
hors gesticulation, ca arrangerait tt le monde.........

à écrit le 06/11/2016 à 3:38
Signaler
Rassurant ... Il n'y a pas que chez nous que c'est le B*****L, meme les rosbifs s'y mettent.

à écrit le 05/11/2016 à 22:43
Signaler
Les Torys par le truchement du tout petit petit Cameron, va ramasser ce qu il mérite. Ca va être le remake de l arroseur arrosé et c'est bien fait pour eux. Il voulait étouffer le UKIP, il va faire un carton. Ils avaient habilement tué les libéraux d...

à écrit le 05/11/2016 à 21:11
Signaler
On peut raisonnablement penser, vu le système électoral britannique, que de nouvelles élections seraient de nature à renforcer la tendance anti-brexit du parlement. Le grand perdant pourrait bien être le parti conservateur, au profit du Labour (même ...

à écrit le 05/11/2016 à 20:41
Signaler
C'est mettre de "l'eau dans son vin" pour équilibrer les choses! En espérant qu'il n'y aura pas d'intervention de l'UE pour fausser le résultat!

le 06/11/2016 à 8:57
Signaler
Oh que si, il doit y avoir une intervention de l'UE : pour demander à TOUS les candidats de dire clairement avant les élections s'ils voteront ou non le Brexit. Comme ça le résultat sera sans ambiguïté : s'il sort des urnes une majorité pro-brexit la...

à écrit le 05/11/2016 à 19:30
Signaler
Les brexiters ont conscience que leur parti n'est plus majoritaire maintenant que le pays commence à subir les premiers effets sociaux et économiques. Il y a eu quelques désillusions aussi avec la fuite la queue entre les jambes de Farage et de Boris...

le 07/11/2016 à 15:20
Signaler
Du coup, il faut revenir sur les résultats de toutes les élections de ces dernières décennies ??! Bref, quand cela ne va pas dans le bons sens de l’oligarchie, ce n’est pas un bon vote et ça ne représente rien. Par contre, quand cela va dans leur se...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.