Brexit : Wolfgang Schäuble contre-attaque pour empêcher plus de solidarité dans la zone euro

 |   |  728  mots
Wolfgang Schäuble veut imposer davantage les règles budgétaires.
Wolfgang Schäuble veut imposer davantage les règles budgétaires. (Crédits : Reuters)
Selon le Handelsblatt, le ministre allemand des Finances préparerait un projet de réforme de la zone euro qui passe par une répression renforcée des pays en déficit. Un moyen de renforcer le statu quo post-Brexit.

C'est donc entendu : pour sauver l'UE après le Brexit, il faut la réformer. Mais comment ? C'est ici le principal problème. Car les visions de l'avenir, notamment de la zone euro, sont très différentes. Ce week-end, les deux ministres des affaires étrangères français et allemand, Frank-Walter Steinmeier et Jean-Marc Ayrault, tous deux sociaux-démocrates, avaient avancé des propositions qui voulaient mettre fin à « l'ajustement unilatéral » des pays en déficits et contenaient le projet d'un budget de la zone euro destiné à l'investissement. Ce mardi, Wolfgang Schäuble, le ministre allemand des Finances, contre-attaque avec un projet de réformes révélé par le Handelsblatt qui renforce les règles budgétaires et les durcit.

Pouvoir rejeter les budgets nationaux

Wolfgang Schäuble qui, lundi 27 juin, a reconnu que l'Europe ne « pouvait continuer comme avant » après le vote sur le Brexit, propose ainsi de renforcer les ajustements unilatéraux. « Les Etats membres ne peuvent pas se dédouaner de leur propres responsabilité pour un budget stable et des réformes structurelles », explique le document. Il s'agira donc d'approfondir encore l'architecture renforcée mise en place en 2011-2013 avec le semestre européen, le pacte budgétaire et les directives « Two-Pack » et « Six-pack ». Désormais, l'UE aura un « droit de rejet » des budgets nationaux lorsqu'ils en remplissent pas les critères du pacte de stabilité. Jusqu'à présent, il s'agit de recommandation et, lorsque les pays ne s'exécutent pas, ils s'exposent à des amendes. Pour imposer les « réformes structurelles », la Wilhelmstrasse, siège du ministère fédéral des Finances, suggère de faire dépendre le versement des fonds structurels aux Etats membres de l'application de ces réformes.

Le bâton plutôt que la carotte

La proposition Schäuble reprend aussi une vieille idée du ministre des Finances : réduire le pouvoir de la Commission. Cette dernière serait réduite et la « protection des traités », donc la surveillance budgétaire serait confiée à une « autorité indépendante » et non politique, c'est-à-dire non élue. Cette dernière ne sera chargé que de constater s'il y a ou non respect des traités. Pour renforcer l'aspect punitif de cette surveillance, Wolfgang Schäuble reprend l'idée de la proposition Ayrault-Steinmeier de transformer le Mécanisme européen de Stabilité (MES) en Fonds monétaire européen (FME), mais avec une fonction plus répressif chargé d'appliquer et de faire appliquer seul, sans la BCE et le FMI, les politiques « d'ajustement ». Le FME serait donc une « troïka permanente ». Pour finir, Wolfgang Schäuble reprend une autre vieille idée allemande : ôter à la BCE la surveillance de l'union bancaire.

Tuer les projets de solidarité

Ces projets signalent donc le refus d'une solidarité renforcée au sein de la zone euro comme le suggérait le papier Ayrault/Steinmeier. Le Handelsblatt, citant des sources ministérielles, précise qu'il s'agit bien d'un « contre-projet » visant à contrer les intentions franco-italiennes sur une éventuelle politique d'investissement européenne. Pour la Wilhelmstrasse, il n'en est pas question, sauf à puiser dans le budget actuel de l'UE, autrement dit dans rien. La balle est désormais dans le camp d'Angela Merkel. Elle doit choisir entre son ministre des Finances à sa droite et la SPD à sa gauche. Mais, six jours après le référendum britannique, le choix est désormais clair. La fonction de ce projet Schäuble pourrait simplement être de « neutraliser » les demandes pour plus de solidarité dans la zone euro, demande profondément rejetée au sein de la CDU et de la CSU.

Défense du statu quo

La chancelière pourra toujours menacer de « sortir » ce projet à ses partenaires sociaux-démocrates pour les inviter à davantage de modération dans leurs demandes. Ceci pourrait conduire à un abandon du caractère redistributif de la réforme de la zone euro, ce qui en ferait perdre l'essentiel de son contenu. Au final, avec ce projet assez extrême, qui, s'il était appliqué, ferait retomber plusieurs pays de la zone euro en récession et aggraverait le chaos politique ainsi que le sentiment de rancœur contre l'UE, Wolfgang Schäuble tente surtout de sauver le statu quo qui, si l'on en croit le même Handelsblatt dans une confidence publiée voici quelques jours, est le vrai objectif d'Angela Merkel.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/07/2016 à 19:55 :
Schaüle exige des réformes qu'il n'a pas fait lui-même, c'est Schroeder qui s'en est chargé.
Schroeder a bénéficié de la bienveillance de l'UE, il a pu laisser filer le déficit le temps de financer ses réformes.
Exactement ce que Schaüle refuse aux autres pays.
Schaüle est une nuisance, il raisonne comme si l'Allemagne ne connaitrait plus jamais de difficultés économiques. Il enfonce les régions faibles, alors que c'est leur développement qui fera demain la force collective de l'Europe et la légitimité de l'UE. A l'exemple de ce qui avait été fait pour l'Espagne et le Portugal.
a écrit le 04/07/2016 à 8:55 :
Ce n'est pas un européen , il a toujours essayé de fracturer l'Europe , il doit être en mission , quand la chancelière se dit pro tafta , c'est la fin de l'Europe et le règne des multinationales américaines , mais no pasaran , on va descendre dans la rue et ça va chauffer!
a écrit le 01/07/2016 à 16:34 :
Le problème est peut-être que toute la solidarité de l'UE consiste ces dernières années à demander aux bons élèves, Allemagne en tête, de donner leur argent aux mauvais... A ce compte là, Est-ce vraiment de la solidarité (qui a priori va dans les deux sens) ou bien de la générosité, qui a forcément ses limites ?
Réponse de le 04/07/2016 à 15:00 :
Vous auriez dû vous apercevoir de cela de 2006 à 2008. Quand il y avait une forte croissance en zone euro (2.5 % en moyenne) et que l'Allemagne en avait profité pour remettre son déficit à zéro, contrairement à la FRANCE, qui en 2006 était obligée de brader les autoroutes afin de respecter les critères de MAASTRICHT.E
En 2008 la FRANCE dérapait déjà, soit avant la crise.
Déficit Allemagne 2008 = 0.1 % du PIB
Déficit FRANCE 2008 = 3.3 % du PIB....
a écrit le 01/07/2016 à 5:51 :
Pour l'instant, la seule initiative politique forte de Mme Merkel et de M.Hollande suite au Brexit est d'ouvrir de nouveaux chapitres pour l'admission de la Turquie.
Fort, très fort, exactement ce que les peuples aiment.
Sur le budget, on retrouve les positions sempiternelles des uns et des autres, ceux qui travaillent et sont à l'équilibre, et les cigales du sud qui dépenses plus que ce qu'elles gagnent. Rien de neuf. Et c'est bien cela qui est grave. Ceux qui paient toujours pour les autres vont finir par se lasser. L'explosion n'est plus très loin.
a écrit le 01/07/2016 à 0:20 :
Au fait qui peut m'expliquer où est la différence entre les sociaux-chrétiens et les néolibéraux?
a écrit le 30/06/2016 à 19:15 :
La solidarité telle quelle existe n'est pas adaptée aux besoins d'une nouvelle Europe. Il s'agirait plus de bâtir une redistribution de l'économie, à partir d'une répartition de la productivité. Permettant ainsi aux pays à la traîne de recoller à une économie Européenne.
Pourquoi ne pas confier la production d'énergie propre au niveau Européen aux pays fortement ensoleillés. Bref ! Une autre vision qui garantisse un marché européen sous la tutelle d'un ministère. Une intégration totale demandera de longues années. Le principal étant d'engager le processus ; même à un niveau restreint. A moins que derrière toutes ces simagrées nous pensions qu'individuellement chacun des pays pourra faire face aux grands blocs qui se préparent.
a écrit le 30/06/2016 à 14:16 :
Normal, l'Europe est basée sur la concurrence interne, pas sur la "solidarité" (sinon ça serait du communisme :-) ). Pour la concurrence externe, sais pas ce que les textes prévoient, on la subit de façon désordonnée (Tafta à venir, et son équivalent, tout près d'application, avec le Canada) ?
a écrit le 30/06/2016 à 13:42 :
" Pour imposer les « réformes structurelles "

Comme la loi travail donc
a écrit le 30/06/2016 à 12:29 :
Wolfgang Schäuble a fait son temps, il est temps qu'il s'en aille.
Il nous faut des jeunes avec des nouvelles idées.
En Allemagne on l'appelle le Grufty (encore plus méchant que croulant)
a écrit le 30/06/2016 à 12:20 :
Ce monsieur n'a rien compris. S'entêter comme il se fait, c'est pousser d'autres pays européens à quitter l'EU.
a écrit le 30/06/2016 à 10:30 :
ce monsieur souhaite-t' il vraiment une arrivée massive de l'extrème droite au pouvoir dans toute l' europe ????
Si oui, sa " proposition "est parfaite , bravo !!
a écrit le 30/06/2016 à 9:11 :
Pas du tout engagé et partial le titre.
a écrit le 30/06/2016 à 8:57 :
Les mois qui viennent nous diront si l'Union Européenne arrive à tenir compte des difficultés exprimées par les citoyens britanniques; si les élus et gouvernants ne saississent pas ce qui est exprimé par les sujets de sa gracieuse majesté, nous citoyens de base sommes sensibles aux ressentis du peuple britannique dont une partie est dû aux décisions de l'Union Européenne une autre partie aux choix de Cameron, des interrogations et réflexions similaires sont forcèment dans les esprits; dans les prochains jours, des évènements vont rappeler les malheurs de la guerre en 1916 et le soutien que nous avons recu sur notre sol; nous allons bien voir combien de temps vont mettre nos élus pour réorienter ou non les actions de cette Union Européenne. Des échéances d'élections sont proches dont nous pouvons espérer qu'elles vont permettre le débat et la communication des orientations des uns et des autres, des primaires sont annoncées mais jusqu'à maintenant le menu proposé par les prochains candidats n'est pas encore trés clair, forcément entre autres sujets de choix internes nationaux, la position vis à vis de la Communauté Européenne sera exprimée allant de ceux qui veulent renverser la table à ceux qui veulent faire avancer le projet communautaire. En dehors de figer le fonctionnement de la zone euro que propose Schauble de positif on aimerait bien savoir
a écrit le 30/06/2016 à 8:35 :
Voila la pire des choses à faire et le comble est qu’il risque d’avoir le soutien de la France, pays qui est incapable de maitriser ses propres déficits (cela obligerait à des reformes drastiques de la fonction publique, ou si on est moins courageux, à d’autres privatisations…) Il faut assurément plus de rigueur dans la gestion des dépenses, mais ce n’est ni le moment ni la méthode. Il suffit de regarder la fragilité des banques italiennes, la montée des populismes, le manque de gouvernance de la CE,… pour se rendre compte qu’à la moindre défaillance d’un pays, la construction européenne s’écroulera. L’Allemagne étant en position de force, avec ou sans Euro ils auraient tort de se priver d’imposer leurs règles. Mais de là à céder à leurs exigences, il faut être aveugle ou inconscient pour espérer en tirer le moindre avantage. Ce n'est pas le Brexit qui risque de provoquer l'explosion de la CE, les Anglais ayant toujours su jouer à la marge, avec l'accord des autres pays.Mais ce sont les politiques des pays membres, on pourrait plutôt parler des NON politiques ! La nature ayant horreur du vide, il ne faut pas s’étonner de la montée de l’extrême droite et des populismes de tous genres.
Non, la solution n'est pas comptable, mais politique et pour cela il faudrait de vrais dirigeants visionnaires.
Réponse de le 30/06/2016 à 9:36 :
supprimer la fonction publique serait LA bonne idée : pour ces gens qui n'apportent rien et qui tuent la société à petit feu, serait la bienvenue !!!
Réponse de le 30/06/2016 à 20:49 :
Bertrand, allez faire un tour dans un pays une administration faiblarde, et vous nous en donnerez des nouvelles. Pas d'administration = beaucoup de corruption, même si l'un n'empêche pas l'autre.
a écrit le 30/06/2016 à 5:51 :
Les budgets francais derapent depuis de nombreuses annees: Jamais dans les clous.
Il serait temps que ce pays envisage que le fait de vivre a credit se paie un jour. Refiler la dette aux generations a venir est illusoire.
Je suis oppose a toute egemonie allemande, mais dans le cas present j'approuve.
La politique d'achat des francais par les gouvernants successifs dans un but de paix sociale et electoraliste n'est plus tenable, francais ouvrez vos mirettes.
Réponse de le 30/06/2016 à 9:38 :
l'hégémonie allemande va disparaitre surtout si elle quitte la zone € !!!!
a écrit le 30/06/2016 à 4:28 :
Schauble a raison. Chaque pays doit être tenu responsable de ses propres dérives laxistes.
Autrement, les hommes politiques nationaux préféreront toujours puiser dans les poches de l'électeur allemand (et autre contributeur net du nord de l'Europe) plutôt que dans celles du contribuable de son propre pays. C'est moins coûteux électoralement. La proposition schauble est la seule façon de construire à petits pas la convergence des politiques fiscales qui est nécessaire au renforcement de l'union européenne.
Réponse de le 30/06/2016 à 12:23 :
Mais pour cela, il faudrait que les règles fiscales et sociales soient les mêmes pour tous les pays de l'EU. Et que chaque pays contribue de la même manière au fonctionnement de l'EU, exemple l'effort de défense principalement assuré par la France
Mais pour cela il faut plus d'intégration ce que ne veut pas l'Allemagne
Réponse de le 30/06/2016 à 12:28 :
@Nawak
il est faux de penser que les produits allemands sont meilleurs et plus fiables que ceux produits par la France. Les exemples sont nombreux. Et l'affaire de VW ne penche pas pour cela. Mais quand on achète allemand en ayant payé plus cher, on hésite à révéler les petits parfois plus grands désagréments liés a son achat allemand.
Réponse de le 30/06/2016 à 13:08 :
@Réponse de gerard71 ;La France n'assure pas la sécurité en Europe .Celle -çi depend de l'Otan et du parapluie nucléaire américain !Mais peut etre pensez vous que les pays européens devraient envoyer des troupes en Afrique de l'Ouest dans des pays francophones au seuls benefices industriels financier et politique de la France !
a écrit le 30/06/2016 à 3:21 :
la regle devrait etre la suivante, le déficit doit etre inférieur à 3% du PIB et l'excédent commercial inférieur à 3% et là tout le monde y trouverait son compte... pas seulement les allemands qui demande aux autres de se réformer mais qui ne se réforment pas eux mêmes...
Réponse de le 30/06/2016 à 4:39 :
Le cancre qui veut faire la leçon au premier de la classe.
3 % de déficit est une limite supérieure. Rien n'empêche un état vertueux de viser 0% de déficit voire un budget excédentaire.
De meme il n'y a que la fainéantise de certains qui permet d'imaginer qu'il faudrait interdire aux entreprises allemandes de si bien exporter. Il me font de bons produits, des produits et services chers... Que le monde entier veut acheter quelque soit la valeur de l'euro. Faisons aussi bien et le déficit commercial se réduira de lui meme avec notre premier partenaire commercial. C'est au cancre que nous sommes d'améliorer ses notes, l'écart se réduirait avec le premier de la classe. L'excédent commercial allemand aussi.
a écrit le 29/06/2016 à 23:17 :
L'intérêt de l'Allemagne c'est que rien ne bouge. Alors, rien ne bougera... tout au moins dans l'immédiat. Les choses ne sont jamais éternellement figées.
a écrit le 29/06/2016 à 23:02 :
Schauble est le meilleur communiquant de l’extrême droite et de l’extrême gauche.
Il n'a pas encore compris que c'est a cause de ses idées que les peuples se révoltent en Europe.
a écrit le 29/06/2016 à 20:16 :
Autant dissoudre l'UE tout de suite alors parce que certains pays et les populations vont très mal le prendre. Le système bénéficie à l'Allemagne et créé de dramatiques déséquilibres, maintenir le statu quo ou aller dans cette direction c'est confirmer la logique qui depuis plus de dix ans, nuit au plein emploi en Europe.
a écrit le 29/06/2016 à 17:43 :
Sans solidarité et intervention de la BCE, la zone Euro n'existerait plus depuis 5 ans, curieux que Mr Schauble ait oublié ce fait.

Ensuite, personne n'a oublié la solidarité sans faille de l'Europe envers ses banques, même les plus pourries, pendant et après la crise de 2008.
Dès septembre 2007, la BCE injectait des centaines de milliards d'Euros dans le système afin que les banques puissent se refinancer, et aujourd'hui encore elles bénéficient de conditions exceptionnelles.

Par comparaison, les citoyens ont pu constater que le peuple grec (mais aussi portuguais et espagnol) paie très cher pour un crime qu'il n'a pas commis et rembourser des dettes abusives contractées, devinez auprès de qui? des banques et institutions financières allemandes, luxembourgeoises et françaises...
Solidarité Schaubleenne bien ordonnée commence avec ses banques, il fallait bien protéger les bénéfices du patronat allemand.

La politique pronée par Mr Schauble est un facteur majeur de la crise de confiance des peuples envers les institutions communautaires et cet individu a donc une co-responsablilité dans la crise du brexit.

La seule explication charitable a son aveuglement c'est qu'il a fait une très longue sieste de 15 ans.
Réponse de le 29/06/2016 à 19:55 :
il encourage vraiment les autres pays à sortir de l'Europe et sans eux l'Allemagne ne sera plus rien
a écrit le 29/06/2016 à 17:33 :
La France exaspère au plus point la Germanie....Ils savent où le FN en est, une petite cure d' austérité façon Grec et imaginez les élection de 2017.....idem Brexit , et là, mainmise sur l'Europe du nord au sud et d'est en ouest. Tout cela pour le bonheur des peuples à la schlague.
a écrit le 29/06/2016 à 17:30 :
A.Merkel va mettre un peu de pommade pour jouer la responsable qui tranche entre son ministre trop rigoureux et le reste de l'Europe immature. Le trio Merkel, Schäuble et la Cour constitutionnelle de Karlsruhe vont continuer de diriger l'Europe et Bruxelles suivra en râlant un peu pour la forme. Avec toujours la même idée, maintenir la tête sous l'eau à tous les concurrents de l'Allemagne et compenser le déficit démographique. Sauf que l'Allemagne a bien plus besoin de l'Europe que la France. La France qui au final n'aura pas gagnée grand chose dans l'aventure européenne, ni en terme économique ni en terme diplomatique ni en terme militaire.
a écrit le 29/06/2016 à 17:25 :
c'est un peu fort de café. Il y aurait eu depuis 2002 une dizaine d'occasions d'engager contre la France la procédure de déficit excessif, se traduisant par une forte amende (0,5% du PIB). D'autant plus que les erreurs de gestion franco-françaises n'ont pas manqué (vaccin grippe A, annulation du contrat Ecomouv, recrutement de 60000 personnes à l'éduc nat...). Je trouve au contraire que l'Allemagne a fait preuve à ce jour d'une infinie patience, y compris face aux insultes quotidiennes venues de Grèce. Viendra un jour où l'Allemagne en aura marre, quittera l'UE telle qu'elle est et refera une autre union économique et monétaire avec les gens sérieux et fiables.
Réponse de le 29/06/2016 à 19:15 :
@ bruno Si cela avait été possible l'Allemagne aurait depuis bien longtemps quitté l'UE pour " une autre union économique et monétaire avec les gens sérieux et fiables. " Sérieux et fiables... tout de même deux guerres mondiales au palmarès de l'Allemagne... Je préfère des gens moins sérieux.
Réponse de le 29/06/2016 à 21:10 :
@Anna : C'est bien parce que l'Allemagne a appris de son histoire qu'elle répugne désormais à toute aventure militaire, et qu'elle est devenue sérieuse et fiable, ayant aussi compris qu'une économie solide est un facteur d'influence bien plus efficace que des Panzers, des Messerschmitt ou la Wehrmacht.
Réponse de le 29/06/2016 à 23:05 :
L'Allemagne fait 70% de son excédent commercial avec l'Europe dont la majeure partie avec la France.
Elle est donc la 1ere perdante si l'UE explose.
Réponse de le 30/06/2016 à 0:42 :
@Patriot9: Ce n'est pas l'excédent, mais le volume du commerce extérieur qui importe. Et depuis des années, le volume du commerce allemand avec les pays hors zone euro ne cesse d'augmenter. Il faudra observer de près comment les entreprises allemandes réagissent au Brexit, car le marché britannique avait pris une grande importance récemment.
a écrit le 29/06/2016 à 17:14 :
W. Schauble est la tête de turc favorite et le bouc émissaire facile de R. Godin. Or ce qu'on oublie de préciser, c'est que les choix faits par l'Allemagne dès 2000 et mis en oeuvre par Schaüble permettent à ce pays, qu'on présentait comme l'homme malade de l'UE, de redevenir maître de son destin. Tant qu'on n'a pas compris ça en France, on continuera à implorer chaque année à l'UE "encore un instant, Monsieur le bourreau".
Réponse de le 29/06/2016 à 18:01 :
@bruno_bd: Godin est dans sa logique. Il ne peut être pro-Grecs et pro-Allemands à la fois, ce serait antinomique :-)
Réponse de le 29/06/2016 à 22:11 :
Le titre de l article façon l empire contre attaque, son subconscient sans doute a me Godin schauble= palpatin
Réponse de le 29/06/2016 à 22:11 :
Le titre de l article façon l empire contre attaque, son subconscient sans doute a me Godin schauble= palpatin
a écrit le 29/06/2016 à 17:04 :
Les politiques français s' excitent sure l' idée d' une autre Europe, comme depuis près de 40 ans .. Quand Frau Merkel déguisée en père fouettard, et toute excitée du récent Brexit fantasme avec Schaüble sur le rêve de la grande Allemagne que deux guerres n' ont pu mener à bien ..

Pendant ce temps la rhétorique de TOUS les partis, sauf l’UPR, est la suivante qui affirment :

– que l’Europe telle qu’elle existe – Communauté Économique Européenne (CEE) de 1957 à 1992, Union européenne (UE) depuis 1992 – fonctionne en effet de plus en plus mal et que ses résultats sont de plus en plus calamiteux ,

– mais que tout cela va se résoudre en « changeant d’Europe », ce qui permettra de déboucher sur le paradis tant attendu : une « Autre Europe ».

Le fonctionnement central de cette manipulation est de faire croire aux Français que l’Europe se résumerait en gros à la France, et que les choix concernant la prétendue « construction européenne » ne dépendraient en définitive que des Français.

https://www.upr.fr/dossiers-de-fond/autre-europe
a écrit le 29/06/2016 à 16:49 :
C'est cette dicature froide et silencieuse qui rend l'Europe odieuse à ses ressortissants. Plus de rente d'un côté et plus de précarité de l'autre.
a écrit le 29/06/2016 à 16:22 :
Prendre en considération les propositions de monsieur Jean-Marc Ayrault !
Nous ne sommes pas capables de régler un affaire simple comme la loi travail (le gouvernement va lâcher), les poubelles, les ports, etc... et on veut donner des leçons.....
Pour 2017, je vote pour madame Angela Merkel comme Président de la République et monsieur Wolfgang Schäuble comme premier ministre.
Cordialement
Réponse de le 29/06/2016 à 17:04 :
Syndrome de Stockholm. Mais il y a malheureusement beaucoup de cas dans le votre, qui confondent la domination de l'oligarchie allemande au sein de l'UE, avec l'Europe.
Réponse de le 29/06/2016 à 17:19 :
Jawohl !
Réponse de le 29/06/2016 à 17:34 :
Avec vous
Réponse de le 29/06/2016 à 19:00 :
Moi aussi je suis pret a collaborer.
Réponse de le 29/06/2016 à 23:01 :
En 1940, celui-là, on voit bien de quel côté il aurait été.
Réponse de le 30/06/2016 à 4:52 :
Moi aussi je vote MERKEL.
a écrit le 29/06/2016 à 16:20 :
présenté comme cela ça pique un peu les yeux. Après faut remettre dans le contexte, c'est un ministre des Finances (au passage de la première économie de la zone), demandez à nos ministres comment ça se passe les discussions au moment du budget...
On ne va non plus refaire 20 fois les mêmes erreurs, si il y a des avancées cela implique nécessairement un contrôle accru. Alors évidemment, nous ça nous fait drôle avec notre cour des comptes qui "épingle".
On verra bien, mais il n'y aura jamais de miracle nos dettes ne vont pas s'effacer comme par magie.
a écrit le 29/06/2016 à 16:12 :
testcontent
a écrit le 29/06/2016 à 15:41 :
Pour sauver l'UE après le Brexit, il faut la réformer. Mais comment ? C'est simple, imposer une dictature!
Réponse de le 29/06/2016 à 18:37 :
Le Frexit ira beaucoup plus vite!
Réponse de le 02/07/2016 à 19:16 :
Mais l'UE agit comme une dictature
a écrit le 29/06/2016 à 15:28 :
Je propose le référendum européen suivant : "Est-vous d'accord pour virer Mr Schauble ?" En cas de réponse positive on reste dans l'UE. En cas de réponse négative on sort de l'UE.
Réponse de le 30/06/2016 à 0:21 :
À ma connaissance, M. Schäuble n'occupe aucune fonction européenne. Depuis quand le peuple européen (si un tel existe) peut intervenir dans les affaires nationales?
a écrit le 29/06/2016 à 15:13 :
Test
a écrit le 29/06/2016 à 15:11 :
Oui, le titre est adéquat: certains ne savant décidément pas lire: "Le Handelsblatt, citant des sources ministérielles, précise qu'il s'agit bien d'un « contre-projet » visant à contrer les intentions franco-italiennes sur une éventuelle politique d'investissement européenne. Pour la Wilhelmstrasse, il n'en est pas question, sauf à puiser dans le budget actuel de l'UE, autrement dit dans rien." C'est clair.
a écrit le 29/06/2016 à 15:09 :
cet homme cherche a s'attaquer a notre protection sociale et a nos collectivités locales.EIN GROSS NEIN!il n'a rien a faire dans nos affaires intérieures!
Réponse de le 29/06/2016 à 15:43 :
Le PS devient souverainiste maintenant ??!
a écrit le 29/06/2016 à 15:01 :
La question n'est pas de savoir s'il a raison ou tort de demander l'équilibre budgétaire. La question (lancinante depuis le discours de Philippe Séguin il y a 24 ans) est de savoir s'il est normal qu'un allemand le décide pour la France...
Réponse de le 29/06/2016 à 16:26 :
Exact, pour la France et les autres pays qui se trouvent sous la coupe, avec l'europe actuelle, de la seule vue allemande.
Pour rappel, Cette Europe devait être une Europe de la Paix suite à deux guerres allemandes. Vu les injures allemandes sur les Peuple Grec et autres ...
Désirons-nous vivre en europe allemande avec ses dogmes ou en Europe de la Paix, telle est la question se pose dorénavant ?
Réponse de le 29/06/2016 à 17:17 :
L'Allemagne ne décide pas pour la France. Par contre, à trop se vautrer dans les déficits, ce sera les marchés puis le FMI.
a écrit le 29/06/2016 à 14:48 :
le projet de Schaube consiste à demander plus de solidarité dans l'effort à faire pour arriver à la stabilité dans la zone euro;
a écrit le 29/06/2016 à 14:41 :
Il a dû mal comprendre l'expression " manque de démocratie " et la confondre avec "plus de dictature "
Il serait temps qu'il comprenne qu'il n'est pas l'expression du peuple européen mais un membre de parti politique temporairement ministre d'un des 27 états de lUE . Même si ce pays est actuellement en position de force économique.
a écrit le 29/06/2016 à 14:40 :
Cet individu travaille à la destruction de l'Europe. Il serait temps d'avoir à la t^te de l'Etat Français quelqu'un qui soit capable de s'opposer à cette Allemagne.
une simple remarque : en cas de conflit ou se trouve l'armée européenne ? Le reste n'est que de la finance de bas étage.
a écrit le 29/06/2016 à 14:33 :
Afin de ré-équilibré la compétitivité européenne la meilleure solution serait que l'Allemagne sorte de l'€uro.... Le DM monterai en flèche face à l'€uro et tout le monde serait content.
Réponse de le 29/06/2016 à 23:44 :
Je suis tout à fait d'accord, c'est la meilleure façon de résoudre les problèmes de compétitivité intra zone Euro. Comment peut on accepter que l'Allemagne qui se permet de donner des leçons, fasse des excédents commerciaux de plus de 6% avec ses pays "vasseaux" de la zone Euro?
Ces déséquilibres auto-alimentent la crise.
L' Allemagne doit sortir de la zone euro en créant pourquoi pas une autre zone Euro avec une monnaie l'Euro-Mark plus fort que l'Euro avec des pays qui sont pour une monnaie forte (Pays-Bas, Autriche).
Les pays "faibles" France y compris garderont l'Euro pour ne pas avoir à rembourser la dette dans une monnaie dont on n'a pas la création monétaire.
a écrit le 29/06/2016 à 14:31 :
J'ai exposé sur ce fil l'arnaque magnifique qu'avait constitué l'adossement des devises à l'or sous l'initiative de la Grande-Bretagne ... qui vendait l'or d'Afrique du Sud à ceux qu'elle avait obligé d'en acheter.Elle a été remplacée par d'autres arnaques de moindre talent mais tout aussi actives. Ainsi les américains avec l'aide desquels nous avons mis fin en 1974 au carcan de l'or anglais qui nous étouffait, ont-ils pris la place de ces derniers avec le dollar, mais seulement cette fois pour le reste du monde à l'exception de l'Europe. Les européïstes n'ont pas été en reste avec l'idée économique d'une Europe unie et solidaire (sous prétexte aussi de la fin de la guerre, qu'ils -les dirigeants et financiers- provoquaient auparavant). Le principe est simple : On achète l'adhésion par de la création monétaire attribuée à chaque pays sous différentes formes, la contrepartie est l'ouverture des frontières qui permet aux multinationales d'écraser l'activité locale. Puis, une génration plus tard, quand le principe est admis et les frontières ouvertes, on stigmatise l'endettement que les états sont bien été obligés de mettre en place pour amortir l'écroulement des pays plongés dans la crise sociale et ainsi progressivement, comme le fait ici Wolfgang Schäuble, on avance l'idée de la fin de la solidarité ... c'est à dire de l'enrichissement des pays tiers qui était à l'origine, la promesse européïste ayant justifié les adhésions. Une arnaque. On sait que les pays ne peuvent plus sortir du joug européîste, seuls deux peuvent encore le faire : Allemagne et France, même UK ne pourra techniquement sortir. C'est donc sans risque que l'on peut menacer après avoir pillé les économies. Notre richesse dont nous sommes si fiers vient en fait des arnaques qu'installent nos dirigeants.
Réponse de le 29/06/2016 à 16:58 :
Rarement lu pareil charabia. Le manque de savoir il faut l'assumer modestement plutôt que de le jeter en pature à nos frèles intestins, déjà que l'envie de vomir n'est jamais loin en ce moment...

Retenez vous, ou gardez ça pour vos amis.
a écrit le 29/06/2016 à 14:16 :
L' Allemagne est mal placée pour donner la leçon. Ne détient-elle pas le record mondial des faillites d'État? Et ne doit-elle pas son existence actuelle à la mansuétude de ces anciens ennemis?
Décidemment nous avons un voisin bien encombrant...
Réponse de le 29/06/2016 à 14:51 :
mansuétude ?
vous auriez préfére partager l'allemagne entre france, belgique , hollande.... ?
a écrit le 29/06/2016 à 14:11 :
Il est grand temps d'organiser un referendum en France, sortir de ce chantage permanent
sur les déficits. Après tout, l'Allemagne ne finance pas la lutte contre Daech ni au Mali
l'Allemagne ne se préoccupe pas de la défense de l'Europe. Par ailleurs, refuser un plan de relance au niveau européen , imposer aux Grecs une austérité qui n'apportera rien.
Les anglais ont de la chance, la livre va baisser, rendant plus compétitif leurs produits.
Les anglais n'auront plus à subir la volonté de cette technostructure bruxelloises qui
empêche le continent européen d'avancer et d'avoir une croissance soutenue.
Réponse de le 29/06/2016 à 14:50 :
Faux, @BA, il y a peu de possibilité que la Livre baisse mais bien qu'elle augmente. L'évolution des monnaies est une facilité qui est donnée par certains pays à d'autres. UK risque bien de la perdre. En ce sens certaines projections du parti de Marine Le Pen correspondent à un mécanisme qui est loin d'être assuré. Je m'évertue à en infléchir l'idée par une meilleure information.
Réponse de le 29/06/2016 à 16:25 :
l'Allemagne dépense plus que nous pour la Défense.
Réponse de le 29/06/2016 à 16:25 :
l'Allemagne dépense plus que nous pour la Défense.
Réponse de le 29/06/2016 à 17:03 :
NON, l'Allemagne en % de son PIB dépense bien moins que nous: France 2,5%, Allemagne 1,4%.
a écrit le 29/06/2016 à 13:49 :
Le gouvernement allemand n'a decidemment pas tire les lecons du brexit...
Réponse de le 29/06/2016 à 14:54 :
Brexit a gagné car les anglais pensent que l'Europe est trop couteuse.
Ils ont voté contre la solidatrité.
a écrit le 29/06/2016 à 13:40 :
Toute solidarité émane d'abord d'un respet des règles du jeu. Insister sur ce qui a été convenu, ce n'est pas tuer la solidarité!
Réponse de le 29/06/2016 à 14:58 :
Bravo.
partager les efforts à faire c'est aussi de la solidarité.
a écrit le 29/06/2016 à 13:33 :
L'Europe est mal partie ...
a écrit le 29/06/2016 à 13:30 :
Quel titre !!!
Il demande qu'on arrête de dépenser plus qu'on n a de recette !!
Ça semble irréel pour un francais mais ca nous évitera la fin du monde à la grec suivi d'une guerre
Réponse de le 30/06/2016 à 8:59 :
"Il demande qu'on arrête de dépenser plus qu'on n a de recette !!"

Sauf, bien sûr, quand, toutes les quelques années, la "finance dérégulée de la droite décomplexée moderne" menace de planter l'Economie mondiale, et à ce moment là il est demandé à chaque état d'ouvrir le robinet d'Argent Public et de cramer d'un coup plusieurs centaines de milliards d'euros pour "sauver l'Economie". Dans ces moments-là, tous les "pourfendeurs de la gabegie" autoproclamés sont curieusement injoignables et inaudibles.
a écrit le 29/06/2016 à 13:24 :
Les anti-UE et les pro-UE sont les deux faces de la même médaille. Nigel Farage et Wolfgang Schaüble ont les mêmes responsabilité dans la dislocation en cours. Le statu quo recherché par Angela Merkel accélère le processus au lieu de le ralentir.
Réponse de le 29/06/2016 à 18:45 :
Ca peut être intéressant, j' ai envie de vous rejoindre mais elle jouerait alors triple jeu, pro américaine et jouant l' indépendance dans leur dos et vraie patriote allemande qui veut disloquer le titanic ue..?

Du billard à trois bandes alors ..
a écrit le 29/06/2016 à 13:21 :
Depuis quand solidarité est-il synonyme de tolérance au déficit ? Pour être durable la solidarité doit être financée autrement que par la fuite en avant de l'endettement.
Réponse de le 29/06/2016 à 14:42 :
Depuis qu'on a une monnaie commune. Sinon, allez demander au Limousin ou à la Corse d'être excédentaire ! Ben voui, puisque l'Ile de France y arrive !! Vous dites tout et son contraire, car s'il y avait de la solidarité (transfert entre région riche et pauvre), il n'y aurait pas de fuite en avant de l'endettement.
Réponse de le 29/06/2016 à 16:58 :
Depuis quand on ne sanctionne que les déficits et pas les excédents ? La France sera bientôt dans les clous vis-à-vis des sacro-saints 3%, par contre l'Allemagne par son sous-investissement et sa modération salariale chroniques ne fait rien pour réduire des excédents dépassant largement la fourchette prévue par Bruxelles !

Seulement l'excédent serait "moral" et signe de bonne santé économique, et pas le déficit...la vérité, c'est que les excédents des uns font les déficits des autres, et que l'Allemagne a tout intérêt à voir ses partenaires endettés: cela garantit ses excédents, et lui permet de se placer en donneur d'ordres.
Réponse de le 29/06/2016 à 17:08 :
@**********************b
Ben non, des pays se débrouillent avec l'€ pour être excédentaires. Et pas forcément les plus riches : l'Estonie par exemple.
Réponse de le 29/06/2016 à 21:17 :
@Clairvoyant : ne confondons pas tout, si les déficits commerciaux sont bien des vases communicants (les déficits des uns font les excédents des autres) il n'en est pas de même des déficits budgétaires, en aucun cas les excédents budgétaires allemands ne sont responsables des déficits publics français. Or ce que l'UE sanctionne (ou du moins le pourrait, car elle ne le fait guère en réalité), ce sont les déficits publics, pas les déficits commerciaux, ça, c'est les marchés qui s'en chargent.
a écrit le 29/06/2016 à 13:18 :
Schauble est incorrigible et ne retient donc aucune leçon. S'il voulait pousser plein d'autres pays à sortir, il ne ferait pas autrement !
a écrit le 29/06/2016 à 13:16 :
A se demander lequel des deux, wolfgang schauble ou nigel farage, veux réellement la fin du projet Européen !
a écrit le 29/06/2016 à 13:13 :
L'Allemagne doit profiter de la faiblesse de l'€uros pour augmenter fortement son smic (8€50 brut/h) de misère et ainsi laisser respirer le reste de l'Europe !
Réponse de le 29/06/2016 à 14:41 :
Il faut que vous admettiez, @dilemblue, qu'il n'y a aucun intérêt à augmenter le smic puisque les prix s'alignent sur lui. Le plus pauvre aura toujours autant de mal à boucler ses fins de mois. D'autant que salaires augmentés, notre pays sera moins compétitif dans une économie mondialisée par les socialistes et libéraux réunis, telle des vases communicants. Il convient surtout de donner plus d'avantages, aux salariés mais non pas plus de salaire.
a écrit le 29/06/2016 à 13:02 :
Pépé Schaüble feint de ne pas comprendre que c' est cette Union dictatoriale qui manque de solidarité qui a créé le Brexit, sacré pépé ..
a écrit le 29/06/2016 à 13:00 :
Cela signifie 1) l'élimination des boulets comme la Grèce dans les 9 mois qui viennent (délai normal de parturition), et 2) affirmation de la dominance allemande en Europe. Ce que les Allemands n'ont pas réussi en trois guerres (1871, 1914 et 1940), ils vont le réussir économiquement, car avec des nuls comme Hollande, Sarko et consorts, le sort parait en être jeté :-)
a écrit le 29/06/2016 à 12:49 :
Cela confirme bien donc votre article concernant la volonté de Merkel de resserrer encore plus la ceinture des peuples européens avec encore plus d'austérité, encore plus de gains pour les milliardaires et encore moins d'argent pour la santé et le social.

Ils ne sont décidément pas près de nous la faire aimer leur europe.
Réponse de le 29/06/2016 à 14:03 :
on peut aussi voir comme moins d argent pour faire des rond points, pour se promener en taxi (comme Agnes Saal), pour creer des postes qui ne servent a rien (mille feuille administratif) ou a entretenir des danseuses (corse, mayotte)

Tant que la france ne sera pas capable de faire le menage, on ne sera pas credible et a la fin, nous aurons un sort a la grec
Réponse de le 29/06/2016 à 17:20 :
Les partis politiques professionnels ont tout intérêt à rester en europe payés à valider les décisions de l'oligarchie. Même le front national qui se dit anti-europe prend les millions que lui donne l'UE sans rechigner, à tel point qu'on sait parfaitement qu'ils ne sortiront jamais de l'UE, ya trop de fric en magouilles à palper. D'un autre côté il vaut mieux parce que c'est certainement le parti le plus incapable de gérer techniquement une sortie de l'union européenne.
Réponse de le 29/06/2016 à 17:54 :
Réponse à cd: les valises pleines de billets que transportait Mr Schauble correspondaient à des montants dont n'a jamais rêvé Agnès Saal.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :