Brexit : les Unes de la presse britannique

 |   |  450  mots
Les journaux du Royaume-Uni accordent évidemment une très large place au Brexit.
Les journaux du Royaume-Uni accordent évidemment une très large place au Brexit. (Crédits : Reuters)
Événement politique majeur pour le Royaume-Uni, le Brexit fait évidemment la Une de la presse ce vendredi 24 juin.

Les journaux britanniques, tabloïds ou quotidiens d'analyse, pro-Brexit ou pro-UE, régionaux ou non, accordent évidemment une large place ce vendredi au résultat du référendum qui a vu la victoire du Brexit avec 51,9% des suffrages . La Tribune vous propose quelques Unes marquantes de cette journée historique.

     Brexit : Suivez notre direct sur les événements

The Economist, hebdomadaire de référence, titre « A Tragic Split »  avec le drapeau du Royaume-Uni, l'Union Jack, qui se déchire en deux. Une manière de montrer la division des Britanniques sur le sujet, à la fois entre Anglais et Ecossais par exemple (l'Ecosse a massivement voté en faveur du « Remain » ) mais aussi entre les Anglais eux-mêmes puisque le résultat final est très serré :

Justement, en Ecosse, le Daily Record (basé à Glasgow), ne fait pas dans le détail avec une photo peu avantageuse pour Boris Johnson, l'ancien maire de Londres pro-Brexit et ce titre "Ayez peur, ayez très peur, nous sommes sur le départ" :

La Une du Sun, l'un des principaux tabloïd britanniques, montre les partisans triomphants du Brexit avec un titre en forme de jeu de mot : « See EU later » pour singer l'expression « See you later » (Au revoir) :

The Independent a choisi de faire dans la sobriété avec un portrait de Nigel Farage, le leader du parti eurosceptique et populiste UKIP, avec l'une de ses citations : « Nous avons gagné sans qu'aucun coup de feu ne soit tiré ». Une déclaration qui vise à dédouaner les partisans pro-Brexit de la mort de la député Jo Cox, tuée par un homme proche de l'extrême-droite :

Enfin, The Times choisit de faire dans la sobriété et la transparence en montrant l'évolution de ses "Unes" préparées en function du résultat. On voit d'abord « Closest call for Britain » (« ça n'est pas passé loin ») au moment le camp du « In » semblait devant, puis « Britain's Brexit revolt » (Le Royaume-Uni du Brexit se révolte), et enfin Nigel Farage, triomphant, avec un titre sobre « Brexit for Britain »:

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :