Brexit : quelle ville va profiter de l’aubaine ?

 |   |  948  mots
Francfort paraît être la ville la mieux placée pour profiter du Brexit.
Francfort paraît être la ville la mieux placée pour profiter du Brexit. (Crédits : Reuters)
Paris, et La Défense en particulier, espère toujours se mêler à la lutte pour récupérer les banquiers de la City. Mais avec des villes comme Francfort et Dublin, la concurrence est rude.

[Article initialement publié le 20 octobre 2016 et mis à jour le 23 juin 2017]

Le 23 juin 2016, une courte majorité de Britanniques décidait de voter en faveur du Brexit. Un an après, La Tribune dresse le bilan de douze mois mouvementés, ponctués par le début officiel des négociations entre le Royaume-Uni et l'UE.

_____________________________

Depuis un an et l'annonce des résultats du référendum britannique, nombreuses sont les villes européennes souhaitant tirer partie d'une sortie du Royaume-Uni de l'Union en attirant les banquiers de la City londonienne. L'objectif ultime ? Remplacer Londres et devenir la nouvelle place forte financière d'Europe. Parmi les candidats, trois favoris se détachent : Francfort, Dublin et Paris. Revue de détails des points forts et des points faibles de chaque ville.

Paris (La Défense)

Le département des Hauts-de-Seine, dans lequel se trouve le quartier d'affaires de La Défense, a lancé le 17 octobre 2016 une campagne de promotion afin d'attirer les cadres et entreprises britanniques. Si le choix du nom, "Tired of the Fog ? Try the Frogs" ("Fatigué du brouillard ? Essayez les Français", jeu de mots avec le surnom de "mangeurs de grenouilles" qu'on nous donne outre-Manche) pourra laisser perplexe quelques banquiers de la City dans le contexte actuel, la campagne a le mérite de mettre en avant les atouts de la Défense.

  • Points forts

Et cela passe par une série de chiffres. 500 entreprises dont 40% sont étrangères, 3,5 millions de m2 de bureaux et surtout 275.000 m2 disponibles immédiatement, à une valeur locative trois fois moins élevée que celle de Londres. "Aussi regrettable que puisse être la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, nous devons être pragmatiques et faire valoir les forces de notre territoire" : Patrick Devedjian, président du conseil départemental des Hauts-de-Seine assume pleinement sa volonté de surfer sur le Brexit pour booster son quartier d'affaires. Au delà des infrastructures, l'image de la vie à Paris, sa beauté, son art de vivre, sont forcément susceptible de séduire des éventuels expatriés.

  • Points faibles

Le média économique américain Bloomberg ne va pas avec le dos de la cuillère quand il s'agit de lister les potentiels freins à des investisseurs britanniques en France. Pèle-mêle : les 35 heures qui impactent la productivité, les licenciements trop compliqués à effectuer, les taxes trop élevées... Tout y passe. S'il est difficile de mesurer le réel impact des différentes mesures évoquées, cela traduit en tout cas l'image renvoyée par la France en matière de droit du travail.

Une campagne de communication de grande ampleur ne suffira donc pas à convaincre les banquiers de la City. Peut être que l'élection d'Emmanuel Macron, ancien banquier d'affaires, pourrait être un signe rassurant pour eux, mais la concurrence sera féroce. En effet, les autres villes sur le coup ont de solides arguments à faire valoir. Francfort et Dublin seraient les villes les mieux placées selon le média économique américain Bloomberg.

Francfort

La ville allemande est la quatrième place financière d'Europe de l'Ouest, derrière Londres, Zurich et Luxembourg. Elle fait donc logiquement partie des favoris à la succession. Et ses membres semblent plutôt confiants sur ce point. Hubertus Väth, directeur de Frankfurt Main Finance, a lancé une campagne Twitter et un site destiné à vanter les mérites de la ville seulement deux heures après la proclamation du résultat du référendum. "Nous pensons que nous récupérerons la plus grosse partie des emplois de Londres", confie-t-il à Bloomberg. Il va même jusqu'à avancer une prédiction plutôt ambitieuse : 10.000 emplois pourraient être déplacés de Londres vers Francfort dans les cinq prochaines années.

  • Points forts

La cinquième ville la plus peuplée d'Allemagne pourra compter sur quelques atouts solides dans cette entreprise, outre le fait qu'elle est déjà considérée comme un place financière majeure : elle fait partie de la première puissance européenne au niveau économique, et donc de l'Union européenne. Investir dans un pays de l'UE est une perspective qui séduit de plus en plus les investisseurs américains et asiatiques. Francfort serait donc le choix de la sécurité pour les entreprises et les banquiers de la City.

  • Points faibles

Les seuls points négatifs relevés par Bloomberg sont la taille de la ville, trop petite pour un Londonien, et un côté provincial  "un peu ennuyeux"...

Dublin

  • Points forts

Une ville comme Dublin pourrait donc tirer son épingle du jeu. Classée juste derrière Paris au classement européen, elle a le mérite d'être une capitale, d'avoir l'anglais comme langue officielle et d'être proche de Londres géographiquement parlant. L'agglomération y est plus importante qu'à Francfort, avec 1,8 millions d'habitants, tout en restant plus petite que celle de Londres, pouvant ainsi séduire en se plaçant comme un entre-deux raisonnable. De plus, l'Irlande accueille déjà 500 entreprises financières internationales, employant 35.000 personnes. La fiscalité du pays, qui a séduit des géants de l'internet comme Facebook et Google, est un autre pouvoir d'attraction pour la capitale irlandaise. Enfin, la qualité de vie dublinoise et le montant des loyers pour les logements sont deux autres atouts majeurs.

  • Points faibles

En contrepartie, le centre de Dublin ne propose presque plus de locaux professionnels libres, ce qui fait fatalement monter le niveau des loyers. Autre inconvénient pour une société voulant s'y installer : le manque de main d'œuvre avec les compétences nécessaires pour exercer des postes à haute responsabilité.

| DOSSIER : Brexit, un an après le référendum, où en sommes-nous ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/10/2016 à 10:55 :
Et Luxembourg? Un des principaux centres financiers en Europe tout de même...
a écrit le 23/10/2016 à 22:24 :
Je pense que Londres, place financière, va devenir d'autant plus forte, que le RU sort de l'UE . Inutile de tirer des plans sur la comète !
a écrit le 21/10/2016 à 1:04 :
Mais qui rêve encore de s'installer en France? Ce pays est en pleine décrépitude!
Réponse de le 22/10/2016 à 9:27 :
Alors, que les autres pays ne sont qu'une liste d'Eldorado ?
C'est étonnant parce que mon séjour de 18 mois en UK ne m'a pas donné ce sentiment !
(Malgré que j'ai beaucoup apprécié cette période et mes collègues Anglais).
a écrit le 20/10/2016 à 23:06 :
de nouveau, un article fait sous le prisme bien franchouillard qui évite de citer Luxembourg, ce gros mot....
je peux vous dire que de nombreuses banques américaines et chinoises ont déjà décidé de relocaliser les activités de passeport européen à Luxembourg. Le marché immobilier local est d'ailleurs en demande continue de nouveaux logements.
qui peut penser une minute relocaliser en France des activités de la finance ? la bonne blague.
personne n'a envie de recourir un régime soviétique en quasi faillite.
Réponse de le 21/10/2016 à 13:30 :
@bye bye
Le problème de Luxembourg c'est le fait qu'on peut difficilement y déplacer aussi massivement sans manquer rapidement de place : la capitale est assez surchargée et vingt fois moins peuplée que Paris, qui compte en bonus le plus grand quartier d'affaires d'Europe, avec pas mal de place (cf article). Il est plus facile de passer d'une grande mégalopole à une autre, que d'une grande mégalopole à une ville de 115 000 habitants.

Ce n'est pas pour dire absolument que ce sera Paris, mais que ce sera une grande mégalopole internationale donc de grande taille, avec un quartier d'affaire suffisamment grand ou extensible facilement, des infrastructures, et située dans un des pays les plus riches de l'UE, (en vrac et pas dans l'ordre : Dublin si l'Irlande reste dans l'UE, Amsterdam, Copenhague, Francfort, Bruxelles si la ville s'y prête, Paris, ...).
Réponse de le 23/06/2017 à 13:47 :
@bye bye, que d'affirmations péremptoires...
Un commentaire aussi creux laisse penser que vous ne savez pas sortir de vos préjugés.
Vous êtes le reflet du "french bashing" dénué de sens, développé par des personnes qui font preuve de peu de subtilité et d'absence d'esprit critique.
Heureusement, les acteurs économiques, qui raisonnent sur le prisme de l'analyse avantage/inconvénients et gains/coûts, et qui donc doivent faire preuve de rationalité, n'arrivent pas aux mêmes conclusions que les vôtres.
Je ne prendrai même pas la peine de vous donner des exemples, une petite recherche sur la toile vous permettra de trouver ce que vous souhaitez si vous prenez la peine de raisonner et non de juger.
a écrit le 20/10/2016 à 20:28 :
Surement pas Paris, ça c'est clair...cette ville ne fait meme plus rêver les touristes ou les français. Et les raisons, y en a des milliers : loyers trop chers et rares, trop de pollution, trop d'insécurité, transports en commun insuffisants, trop d'embouteillages, salaires insuffisants, taxes trop importantes, etc etc.
Réponse de le 23/06/2017 à 13:50 :
Et malheureusement pour vous Paris est une ville très attractive. Certes elle a tous les problèmes que vous citez, mais ce sont les mêmes que toutes les grandes villes comparables, par exemple Londres (loyers, pollution, embouteillages, insécurité...).
En conclusion, je vous invite à réfléchir avant d'écrire et de garder cos avis personnels en dehors d'un raisonnement pour éviter de tirer de fausses conclusions.
a écrit le 20/10/2016 à 18:55 :
Il est indispensable que la finance aille dans une zone non TTF.
A Amsterdam, Dublin ou au Luxembourg.
Pour le reste, oubliez, on veut tuer les actionnaires par principe.
Amsterdam est un choix réaliste.

Mais ne venez jamais en France, jamais!
a écrit le 20/10/2016 à 15:19 :
Qu'elle n'aille surtout pas en France s'il vous plait par pitié !

Allez "aider" les autres svp, merci.

Oubliez nous, nous on ne vous aime pas, il n'y a que nos propres financiers et nos politiciens qui vous aiment.
Réponse de le 20/10/2016 à 17:31 :
Vous avez raison. Ca risquerait de creer trop d'emplois induits...
Et oui, les gens qui gagnent de l'argent,....ils le depensent: sorties, voyages, services,...

Il vaut mieux continuer d'elever des chomeurs professionnels...
Réponse de le 21/10/2016 à 9:44 :
"Ca risquerait de creer trop d'emplois induits..."

La finance domine l'europe depuis Maastricht, à l'époque nous avions 1.5 millions de chômeurs, actuellement nous en avons 5 millions de chômeurs, vous me parlez de quoi là ?

D’où les sortez vous vos emplois bien payés des maximum 2000 traders qui vont créer via les spéculations financières 2 millions de chômeurs de plus ?

"Il vaut mieux continuer d'elever des chomeurs professionnels... "

Ah oui c'est bien cela sans rire vous affirmez que la finance va créer 5 millions d'emplois !

Allez un peu de sérieux, pourriez vous je vous prie ne pas utiliser mes commentaires pour faire votre pitoyable propagande néolibérale ?

Merci.
Réponse de le 21/10/2016 à 13:19 :
@Citoyen blasé
Là où votre contradicteur a en partie raison, c'est que leur venue à Paris ne changera que peu de chose : à l'heure actuelle, ils saignent l'Europe entière (France comprise) depuis Londres. Au moins, installés à La Défense, ils saigneront exactement pareil l'Europe entière (France compris) depuis la France, mais avec des entreprises localisées et fiscalisées en France, des emplois localisés et fiscalisés en France, et des salariés domiciliés et fiscalisés (et consommant) en France. C'est peu de chose, mais c'est déjà une amélioration!
Réponse de le 21/10/2016 à 14:51 :
"ils saigneront exactement pareil l'Europe entière (France compris) depuis la France, mais avec des entreprises localisées et fiscalisées en France"

ET sans rire vous trouvez cela mieux ???

Quand j'affirme que l'europe n'a que misère et mort à nous proposer c'est donc vrai ?

Soit c'est le mal que l'on subit soit c'est le pire ? Aucune autre alternative et ça ne vous fait nullement réagir ? Vous êtes humain ?

Donc dans l'absolu c'est moi qui est bel et bien raison, un tel fléau il ne vaut mieux pas l'avoir à la maison, merci.

Vite un frexit.
Réponse de le 21/10/2016 à 16:30 :
@Citoyen blasé
"ET sans rire vous trouvez cela mieux ???"
Oui, parce qu'au moins ça alimentera un peu le Trésor Public et l'Economie de notre pays. Je ne dis pas que c'est l'idéal, mais faute de mieux, c'est déjà une amélioration.

"Soit c'est le mal que l'on subit soit c'est le pire ? Aucune autre alternative et ça ne vous fait nullement réagir ? Vous êtes humain ?"
Il y a des alternatives auxquelles je suis favorable, sans sortir de l'UE. En vrac : séparation des banques de dépôt et des banques de boursicotage (pour que si les banques qui jouent au casino font n'importe quoi, on puisse les laisser crever sans qu'elles puissent prendre en otage l'argent des déposants), plus de peines de prisons fermes et de saisies de biens à l'encontre des responsables des "crises" que ce modèle néolibéral financiarisé semble avoir toutes les quelques années entre deux récessions, bref, des solutions réformistes qui n'exigent pas la mise à mort du projet européen.

Le Brexit semble être la panacée pour vous, ces Britanniques qui votent pour quitter l'UE au nom de "la lutte contre le néolibéralisme" tout en élisant répétitivement des dirigeants de droite et d'extrême-droite. J'ai un scoop : ça ne résoudra rien. Idem en France, où on trouve un nombre hallucinant de personnes qui subissent les conséquences du néolibéralisme et en déduisent qu'il faut sortir de l'UE, tout en votant UMP voire FN à toutes les élections. Autre pays, mêmes "solutions" foireuses.

"Donc dans l'absolu c'est moi qui est bel et bien raison, un tel fléau il ne vaut mieux pas l'avoir à la maison, merci."
Il frappe où qu'il soit, et on en subira les conséquences de la même manière. Sauf que là, il alimentera un peu les Finances Publiques, ce qui permettra d'atténuer les conséquences avec son argent.
Réponse de le 04/11/2016 à 16:37 :
"Le Brexit semble être la panacée pour vous,"

Quand et où ai-je dis que le brexit était la panacée pour moi svp ? Vous allez avoir du mal à trouver hein...

Je dis que c'est la seule alternative que nous permet l'europe et encore comme on le voit actuellement elle n'avait même pas prévu ce cas de figure.

C'est parce qu'ils sont trop bons certainement...

Arrêtez d'écouter vos peur, pensez.
a écrit le 20/10/2016 à 14:48 :
Cet article ne mentionne pas Luxembourg, qui est la première place financière de la zone euro.
Ce n'est pas sérieux....
Réponse de le 20/10/2016 à 16:15 :
vous avez raison, mais je peux comprendre que ça soit dur de vendre à ses équipes Londoniennes, "Bon mesdames messieurs demain on part à Luxembourg. Mais faites pas cette tête! Vous allez voir c'est génial y a 30 restaurants et 2 théâtres et en plus c'est à côté de Metz". (PS ma mère est messine, pardon aux Lorrains!)
Au demeurant on sait tous pourquoi les montants sont aussi énormes au Luxembourg, ça ne signifie pas qu il y ait le personnel en proportion...
Réponse de le 20/10/2016 à 18:36 :
@@emile: si tu parles de "Messins", y en a certainement qui vont comprendre autre chose, vouloir aller plus loin et implanter la nouvelle plateforme près de Montcuq :-)
a écrit le 20/10/2016 à 13:20 :
En attendant une grande banque américaine vient d'annoncer le déplacement de 600 emplois de Londres à ... Luxembourg.

Paris va récupérer les banques françaises (et italiennes), Francfort les banques allemandes et nordiques. Mais Luxembourg va probablement être la grande gagnante du Brexit.
a écrit le 20/10/2016 à 13:20 :
En attendant une grande banque américaine vient d'annoncer le déplacement de 600 emplois de Londres à ... Luxembourg.

Paris va récupérer les banques françaises (et italiennes), Francfort les banques allemandes et nordiques. Mais Luxembourg va probablement être la grande gagnante du Brexit.
a écrit le 20/10/2016 à 13:18 :
les 35 heures touche très peut c'est banquiers dans la mesures ou les cadres ou assimilé cadres ne sont pas payé selon le nombre d'heures mais a la tache.
Réponse de le 20/10/2016 à 16:02 :
1/La City ce n'est pas que des banquiers.
2/Une banque ce n'est pas que des banquiers, mais des secrétaires, des gens qui font le ménage etc etc
a écrit le 20/10/2016 à 12:03 :
On ne délocalise pas la bourse de Londres comme on délocalise les métiers sans qualifications ! Il ne s'agit pas seulement d'une ville, mais d'un savoir faire quasi millénaire. Ok, la France a Sapin et Moscovici, mais compte tenu de leur bilan, les financiers s'en passeront :-)
Réponse de le 20/10/2016 à 13:20 :
il ne s'agit pas de déplacer la bourse de Londres mais surtout de déplacer la compensation en € et le marché de produits dérivé qui lui est également en €.
Réponse de le 20/10/2016 à 15:51 :
@alexander: la sémantique ne change rien au problème. Paris, voire Francfort, sont des places de moindre envergure :-)
a écrit le 20/10/2016 à 11:50 :
L'année prochaine, après l'exclusion définitive de la gauche du pouvoir en France, les 35 heures seront abrogées, les licenciements plus faciles et les taxes amorceront une décrue. La Défense sera alors très bien placée pour aspirer les implantations londoniennes.
Réponse de le 20/10/2016 à 16:17 :
C'est pas Juppé le favori des sondages pourtant?
Réponse de le 20/10/2016 à 18:15 :
Oui, à condition que les hommes politiques de droite se soient fait greffer des c..... depuis 2012.
Et ça c'est pas gagné.
Réponse de le 21/10/2016 à 6:55 :
@ah bon : si Juppé gagne, c'est le seul candidat de droite à ne pas avoir à se soucier de sa réélection. Il fera donc le boulot même si ce n'est pas populaire du tout.
a écrit le 20/10/2016 à 11:02 :
on a pas besoin de trop de finance. c'est un poison qui pousse au laxisme et à la filouterie.
qu'ils aillent à Francfort. ça correspond à leurs valeurs. et ils feront tomber la Germanie avec la DB.
a écrit le 20/10/2016 à 11:00 :
Sans oublier la pagaille autophobe organisée par Hidalgo.
Qualité de vie médiocre.
Réponse de le 20/10/2016 à 12:40 :
Vous savez que Londres a instauré un péage urbain en 2005?
(8 livres le droit de passage). Que diriez vous si Mme Hidalgo faisait la même chose à Paris?
Par ailleurs, la pagaille autophile n'est pas étrangère à la mauvaise qualité de vie (pollution atmosphérique, bruit, agressivité, etc...)
Réponse de le 20/10/2016 à 22:33 :
@yakari,
perso je suis totalement pour une taxe de 10€ aux portes de paris, ça réduirait la pollution et les encombrements sur le perif.
Réponse de le 22/10/2016 à 17:30 :
https://www.cadremploi.fr/editorial/actualites/actu-emploi/detail/article/les-cadres-parisiens-revent-de-bordeaux-nantes-et-lyon.html
Vous serez, sans doute, intéressés par le sondage ci-dessus de "cadremploi": 80% des cadres veulent partir de Paris et sa banlieue, car séparer Paris de l'IdF est complètement artificiel. Et puis, l'Angleterre n'a pas été souvent citée comme pays social (plutôt repoussoir, avec coloc obligatoire à Londres). Et il y a déjà beaucoup de bureaux libres à Paris: pas signe de popularité.
Réponse de le 22/10/2016 à 17:49 :
Yakari, amusant votre jeu de mot autophobe-autophile. Mais, perdre son temps et son argent, respirer les gaz d'échappement ( car ce sont les automobilistes les premiers touchés) dans les embouteillages, ce n'est pas de l'autophilie, mais du masochisme. Ou bien de la contrainte professionnelle; première cause à soigner par psy, deuxième en partant.
a écrit le 20/10/2016 à 10:56 :
Francfort, Paris ou Luxembourg c'est accessoire, ce qui compte c'est de réintégrer dans l'UE tout ce qui es recuperable, et de saigner l'anglois. Après la trahison britannique, l'UE doit hisser le Jolly Roger et ne pas faire de quartier. Car qui abandonne la meute pour chasser seul devient gibier.
Réponse de le 20/10/2016 à 13:17 :
@MontMirail: impossible de hisser le Jolly Roger, car il n'est pas sans dents. Je lui trouve en plus des ressemblances avec "moi président" qui est bel et bien un gibier de potence :-)
a écrit le 20/10/2016 à 10:19 :
Lille et Calais bien plus prêtes de la GB devraient se manifester pour les futures investissements industrielles qui refuseront de s'installer dans un pays qui veut fermer ses frontières !
a écrit le 20/10/2016 à 9:07 :
bloomberg a oublie de lister la mentalite des francais qui sont des neo paleocommunistes, toujours prompt a vouloir partager l'argent des autres tout en expliquant que l'argent c'est sale ( enfin ' sauf l'argent juste')
y a aussi les mesures ' a la dailymotion', ' a la nationationalisation reproductive reenchantee', etc etc
ne soyez pas inquiets, ce que bloomberg oublie, nous on le rappelle a l'etranger...
y a plein d'autres villes autrement mieux placees que paris!
Réponse de le 20/10/2016 à 10:58 :
c'est vrai que le laxisme et la corruption de la finance Anglos collent plus avec l'image de la Banque Deutsche.
Réponse de le 20/10/2016 à 17:40 :
@ gfx

sans oublier...Enron , Lehman Brother, Freddie MAC, RBS, Fannie Mae , Barclays....bon on arrête , churchill va ravaler son cigare .
a écrit le 20/10/2016 à 8:50 :
Je ne pense pas qu il y aura un gagnant exclusif. On peut imaginer que des banques françaises reviennent en France et ça serait déjà bien. Par contre je pense que d'autres villes que celles citées en profiterons aussi comme Amsterdam par exemple. Mais celle qui devrait tirer les marrons du feu c'est New York à mon humble avis. Par contre ne pas oublier que le gros de la City, c'est du Droit, de la compta, du conseil, bref du service financier. Avec la dévaluation ces services sont moins chers et ils ont une expertise unique en Europe qui ne se recrée pas en claquant des doigts. Enfin tout est bon à prendre...
Réponse de le 20/10/2016 à 13:24 :
Pas seulement par example HSBC déjà fortement implanté dans l'hexagone envisage de déplacer son siège a Paris.
Je vois pas New York sauf si on l'inclus dans l'EU, je crois que tu n'a rien compris au plan.
Réponse de le 20/10/2016 à 15:59 :
loin de moi l idée d'avoir tout compris et deviné le futur, mais je maintiens que New York récupèrera aussi des opérations. C'est sans doute la seule ville au monde avec une expertise équivalente à celle de Londres. Londres avait pour elle le passeport financier européen en bonus, ne l'ayant plu...je ne parle pas des opérations de compensation en €. Mon cher Alexander, je vous invite à plus de modération et à être patient comme nous tous, on verra...amicalement

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :