Brexit : une députée britannique pro-UE assassinée, la campagne suspendue

 |  | 669 mots
Lecture 4 min.
Jo Cox, diplômée de l'université de Cambridge, avait travaillé pendant dix ans pour l'ONG de lutte contre la pauvreté Oxfam avant d'être élue députée en 2015.
Jo Cox, diplômée de l'université de Cambridge, avait travaillé pendant dix ans pour l'ONG de lutte contre la pauvreté Oxfam avant d'être élue députée en 2015. (Crédits : REUTERS/Neil Hall)
Jo Cox, élue travailliste de 41 ans favorable au maintien de son pays au sein du bloc communautaire de l'Union européenne, est décédée à la suite d'une agression par arme à feu. Son assassin aurait crié un slogan pro-Brexit avant de tirer.

Assassinée pour ses idées, Jo Cox ne connaîtra pas les résultats du référendum du 23 juin. La députée britannique a été mortellement blessée par balle en pleine rue, jeudi dans le nord de l'Angleterre, provoquant une vague d'émotion dans le pays et la suspension de la campagne électorale en vue du référendum sur l'avenir du Royaume-Uni dans l'Union européenne.

L'élue travailliste de 41 ans, favorable au maintien de son pays au sein du bloc communautaire, a été agressée alors qu'elle se préparait à tenir sa permanence électorale hebdomadaire à Birstall, près de Leeds, une localité de sa circonscription.

Jo Cox, diplômée de l'université de Cambridge, avait travaillé pendant dix ans pour l'ONG de lutte contre la pauvreté Oxfam avant d'être élue députée en 2015 et elle était considérée comme l'une des étoiles montantes dans le camp travailliste. Elle était connue pour son engagement en faveur des femmes et pour sa participation à des oeuvres caritatives. Elle avait contribué en 2008 à la campagne électorale de Barack Obama.

L'agresseur serait un militant d'extrême droite

D'après les médias britanniques, l'agresseur, qui a été arrêté, a ouvert le feu sur la députée et l'a poignardée dans des circonstances encore confuses. Hospitalisée à Leeds dans un état grave, Jo Cox a succombé peu après à ses blessures.

La police du West Yorkshire a annoncé l'arrestation d'un homme de 52 ans. La police, qui s'est dite "ne pas être en mesure d'évoquer un quelconque mobile à ce stade", a expliqué travailler sur un incident isolé. Selon des témoignages recueillis par la presse locale, l'agresseur a crié "Britain First" (La Grande-Bretagne d'abord), nom d'une organisation de droite qui se décrit elle-même comme "un parti politique patriote et une organisation de défense de rue".

Jayda Fransen, numéro 2 de Britain First, a qualifié cette agression d'"absolument abjecte" et a souligné que l'expression "Britain first" était également un slogan employé par les partisans du Brexit dans leur campagne électorale.

Un à deux jours d'arrêt pour la campagne

L'Union Jack flottant au-dessus des chambres du Parlement à Londres a été mis en berne et des centaines d'habitants de Birstall ont assisté à une veillée funèbre. Le Premier ministre David Cameron a annulé un déplacement à Gibraltar et déploré une "tragédie".

"C'était une députée engagée et dévouée. Mes pensées vont à son époux Brendan et à leurs deux jeunes enfants."

Brendan Cox a déclaré que son épouse aurait "souhaité deux choses par-dessus tout: que ses enfants soient entourés d'amour et que tout le monde s'unisse contre la haine qui l'a tuée".

Partisans et adversaires de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne ont suspendu leur campagne pour la journée, voire pour vendredi dans le cas des défenseurs du maintien ("Remain"). Aucun commentateur ne s'est hasardé à prédire l'impact de cet événément sur le résultat du référendum même si certains analystes parient qu'il favorisera le camp du "Remain", qui a cédé du terrain face au camp du "Brexit" dans les sondages de ces derniers jours. En baisse depuis plusieurs jours, la livre sterling a ainsi repris des couleurs face au dollar après le meurtre. Et l'institut d'enquête BMG a repoussé d'une journée, à samedi, le résultat d'un sondage sur les intentions de vote à moins d'une semaine du référendum.

Une première depuis 26 ans

C'est la première fois qu'un parlementaire britannique est tué depuis 1990, année de la mort du député Ian Gow, visé par une bombe placée par l'Armée républicaine irlandaise (IRA) sous son véhicule.

La dernière agression visant un parlementaire britannique remonte à 2010 : l'ancien ministre travailliste Stephen Timms avait été poignardé à l'abdomen à son bureau dans l'est de Londres par un étudiant furieux de son soutien à la guerre en Irak.

(avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/06/2016 à 20:17 :
LA DÉPUTÉE BRITANNIQUE JO COX, L'UNE DES PORTE-PAROLE DU MAINTIEN DANS L'UE, EST ASSASSINÉE DANS DES CONDITIONS QUI RAPPELLENT L'ASSASSINAT D'ANNA LINDH, PORTE-PAROLE DU CAMP PRO-EURO, LORS DU RÉFÉRENDUM SUÉDOIS DU 14 SEPTEMBRE 2003.

https://www.youtube.com/watch?v=x2PwVI843mQ&feature=youtu.be
a écrit le 17/06/2016 à 19:43 :
1848 est la chute de la Monarchie, qui a amené à la IIè République. Cette médaille qui date de 1848 est consubstantielle de la France.
A l’avers on voit une Marianne qui représente la république.
Sur le revers de la médaille on y voit un faisceau de licteur, qui représente la république romaine, c’est à dire la grandeur de Rome avant de basculer dans l’empire. Il y a les épées qui symbolisent la force, le bonnet phrygien qui symbolise la République, et une équerre qui est un symbole maçonnique (la révolution française et celle de 1848 ont été largement inspirés par la franc-maçonnerie (Fr. Asselineau ne se réclame pas de la Franc-Maçonnerie mais commente un symbole historique).
Tout autour du listel : « La France donne l’exemple aux Nations ». Les Nations étant les peuples souverains, les peuples libérés. En 1789 la France a donné l’exemple aux Nations (le réveil des nationalités. En Europe, actuellement, nous allons vers un nouveau réveil des nationalités). La France a servi d’exemples aux Nations en 1848, en 1870 avec la Commune, en 1914, en 1918, en 1940 avec de Gaulle, en 1945 avec le Conseil National de la Résistance, en 2005 lorsque les français ont voté NON à 55 %.
C’est un formidable message d’espoir. L’intérêt de l’Histoire est de prévoir l’avenir, puisque ce qu’il s’est passé va se reproduire. Nous allons de nouveau donner l’exemple aux Nations en sortant de cette construction néo-fasciste qu’est la construction européenne.

http://u-p-r.wikia.com/wiki/Les_10_raisons_qui_nous_imposent_de_sortir_de_l%E2%80%99Europe
Réponse de le 18/06/2016 à 8:29 :
Voilà une belle démonstration parfaitement pédagogique qui détonne dans ce paysage aligné !
a écrit le 17/06/2016 à 16:04 :
les brexiters et autres frexiters sont trompés, dans le meilleur des cas, par des menteurs (et je pèse mes mots). Que l'Europe ne soit pas parfaite c'est un fait, mais quel pays l'est? Que des gens souffrent c'est aussi un fait et qu ils aient des raisons multiples d'insatisfaction aussi. Là où il y a tromperie c'est de dire que ça vient de l'Europe!
Bien au contraire c'est l'Europe qui doit être la solution des principaux problèmes que nous rencontrons et on doit arrêter de prendre les peuples européens pour des jambons et leur proposer des nouveaux choix pour répondre aux nouvelles attentes.
L'Europe c'était d'abord fait pour éviter la guerre entre nous et développer le business. On peut dire que ces objectifs ont été rempli et depuis trop longtemps pour être suffisant désormais dans l'imaginaire du peuple européen. Quelles sont les nouvelles problématiques? Ca me déplait mais il est clair que la crise des réfugiés et donc l'immigration dans l'imaginaire collectif, sont devenus prévalant. On blâme donc l'Europe en semblant découvrir que Lampedusa ou une obscure Ile grecque sont aussi nos frontières. Quelle autres solution peut être plus efficace que de gérer cela à un niveau fédéral et coordonné?
On a "découvert" de la même façon qu'une dette grecque c'était aussi la notre et qu'une crise bancaire pouvait être contagieuse. Quelles autres solutions que d'adopter des politiques solidaires et coordonnées? On se plaint de concurrence déloyale, quelle autre solution que de définir des standards minimums pour tous?
On "découvre Moleenbeck" et que les terroristes, eux, ça fait bien longtemps qu ils ont opté pour la fédéralisation. Quelle autre solution qu un service de sécurité européen puissant pour être plus efficace?
Il y a des guerres à nos frontières et on a été incapable de s'occuper de la Yougoslavie. Qu'attend t on pour avoir une politique étrangère mieux coordonnée et de vrais moyens de défense commune?
L'Europe a été construite pour répondre à quelques objectifs, ce n'est plus suffisant pour enthousiasmer les peuples et répondre à leurs préoccupations légitimes. Notre fierté et ciment civilisationnel c'est la liberté, à l'Europe de l'articuler avec les besoins de sécurité, d'égalité, d'identité ou de démocratie par exemple.
On dit qu'on est 20% de pro EU, 20% d'adversaire résolu et 60% de plus ou moins sceptique. Il est temps de venir vers les peuples et de leur laisser exprimer leurs choix. Oui à un referendum européen géant, pour savoir si on avance ou on arrête et avec qui. Les peuples comprennent quand les enjeux et objectifs sont clairs (pas comme avec un ersatz de Constitution).
Mesdames, Messieurs les politiques un peu de courage (le mot Europe n'est pas tabou) et d'humilité ( quasi plus personne ne croit que vous pouvez régler nos problèmes à votre niveau)
Le referendum en GB n'apportera au fond aucune réponse quelque soit le résultat, c'est un coup politique complètement foireux, une dissolution à la Chirac aux conséquences potentielles bien plus graves et déjà dramatique pour cette députée et sa famille. Cameron sera peut être le PM qui aura faire sortir la GB de l'Europe et l'exploser la GB, tout ça contre sa volonté, chapeau l'artiste, du grand art.
Réponse de le 18/06/2016 à 8:31 :
Moins de bobards, ce serait tellement mieux, non ..?
a écrit le 17/06/2016 à 15:53 :
Il est peu probable que ce crime soit attaché au problème du Brexit. En effet une personne déterminée sur un sujet aussi débattu aurait cherché à se faire connaître en clamant son opinion par d'autres moyens spectaculaires sans avoir à s'en prendre à une personne dont la mort finalement ne changera rien. L'assaillant a certainement profité du sujet du moment pour régler d'autres comptes. Nous en saurons certainement plus dans les jours à venir. Il est cependant triste que des commentaires aillent à la conclusion par pure idéologie sans égard pour la victime.
a écrit le 17/06/2016 à 13:22 :
La campagne pro-Brexit se déroule un peu dans le même climat hystérisé que la campagne noniste pour le TCE en 2005. L'objectif est d'ailleurs le même, rendre inaudibles les arguments rationnels, tous favorables au maintien dans l'union (et au "oui" en 2005). Par exemple il paraît que c'est l'immigration qui booste le vote anti-UE au Royaume-Uni, alors même que n'ayant pas adhéré à Schengen, le Royaume-Uni se tient éloigné des règles de l'UE en la matière (tout comme hier certains osaient affirmer que le oui au TCE aurait ouvert la porte à l'adhésion turque, qui n'avait rien à voir. A la base il y a aussi le choix semblable d'un référendum par des dirigeants espérant en faire un "coup" politique (Chirac et Cameron) pour se relancer. Et quand on crée les conditions de campagnes d'une telle violence, il ne faut guère s'étonner qu'elles portent sur l'esprit de personnes azimutées et que ce genre de drame puisse survenir.
Réponse de le 17/06/2016 à 14:33 :
Ce n'est pas parce que l'UK ne fait pas partie de Schengen qu'il n'y a pas libre circulation pour les membres de L'UE. Le contrôle au frontière ne veux pas dire la fermeture des frontières. La France, l'Allemagne et d'autre pays ont bien rétabli des contrôles récemment sans empêcher les personnes de se déplacer d'un pays à l'autre. Si c'est de cette rationalité dont vous vous réclamez, c'est pas gagné...
Réponse de le 17/06/2016 à 20:09 :
Comprends pas... mais le Brexit éventuel ne changera rien, du moins à court terme, aux questions migratoires. A plus long terme, comme on peut le penser, le Royaume-Uni s'appauvrira significativement, et deviendra une destination d'immigration moins attractive, bien sûr.
a écrit le 17/06/2016 à 12:52 :
une honte que tous ces nationalistes à travers l'Europe nous parlent de manque de démocratie, on voit une nouvelle fois qu'elle en est leur conception. Français on vote l'année prochaine, arrêtez vos idioties.
Réponse de le 17/06/2016 à 14:22 :
Renseignez vous correctement au lieu de croire bêtement ce que les Medias français vous servent. La phrase britain first est inventée de toute pièce .
a écrit le 17/06/2016 à 11:49 :
Ah non le Brexit va raté j'y crois pas la !
a écrit le 17/06/2016 à 9:44 :
Finalement c'est pas si rare qu'une député se fasse tuer en GB, bizarre pour une grande démocratie !
Réponse de le 17/06/2016 à 12:58 :
grande démocratie....une chambre des Lords non élus et toujours propriétaire d'immenses parties du territoire et de l immobilier, pas de Constitution, 2 vrais partis (allez mettons 3), une forme"d occupation" de l Ecosse et une vraie d'une part de l'Irlande, culte de la royauté...on peut imaginer mieux et certes pire...
a écrit le 17/06/2016 à 9:37 :
Dommage mais pourvu que le Brexit se fasse car c'est une chance pour l'Europe !
Réponse de le 17/06/2016 à 13:38 :
Pensez-vous qu'il y ait tant de vrais europhiles favorables au Brexit ? Tout bien réfléchi, pensez-vous qu'il y ait encore des europhiles, des gens qui pensent que l'avenir peut venir des autres, d'un peu de différence et du partage ? N'y aurait-il pas surtout des gens qui repoussent toute forme de projet européenne, sans se soucier du contenu (même s'il était différent) et de l'espoir et de la force qu'il pourrait insuffler. Je le crains, mais j'espère me tromper.
a écrit le 17/06/2016 à 9:31 :
J ai un peu honte à l avouer mais avant la compassion pour sa famille et elle même , j ai
pensé à Bourdin !
Réponse de le 18/06/2016 à 5:51 :
Ce qui prouve probablement que les réactions affectives de ceux qui se sont arrêtés de prendre du recul sont rarement bienveillantes.
a écrit le 17/06/2016 à 8:51 :
La mise en garde de François ASSELINEAU se trouvait terriblement exacte et prémonitoire ..

https://soundcloud.com/sputnik_fr/francois-asselineau-brexit-hysterie-des-medias-tout-est-bon-pour-faire-peur-aux-populations
Réponse de le 17/06/2016 à 13:51 :
Depuis plusieurs dizaines d'années, les politiques nous assurent que ce qui est bon vient d'eux et que les problèmes viennent de décisions européennes; en oubliant de dire qu'il n'y a pas d'exécutif véritablement européen et que aujourd’hui, l'Europe c'est eux. Ne les blâmons pas, nous les avons élu. Ne nous blâmons pas puisqu'ils nous ont convaincus. Dire que tout les politiciens défendent l'Europe est très drôle. J'adore l'humour décalé, le bonheur par l'absurde. Allons rions, la France est assez forte pour faire face seule aux mastodontes de demain ; puisqu'on nous le dit.
a écrit le 17/06/2016 à 8:00 :
Les évènements arrivent toujours au "bon moment", a se poser des questions sur les véritables commanditaires, pour mieux manipuler l'opinion publique a l'aide des médias!
Réponse de le 17/06/2016 à 13:01 :
non content d être pour certains des assassins et des ennemis de la démocratie, les gens d extrème droite sont aussi les rois de la manip, de la propagande et de la théorie du complot. Dommage que ce soit dans ces circonstances, mais c'est bien que les masques tombent: l extreme droite soft ça n'existe pas, 0 dédiabolisation.
Réponse de le 18/06/2016 à 6:19 :
Ils ont raisons. On n'a jamais assez dit que Nelson Mandela a assassiné Martin Luther King pour faire de la pub pour les noirs. Il semble aussi que ce soit Maryline Monroe qui ait commandité l'assassinat de Kennedy, mais on ne sait pas encore pourquoi, le gouvernement nous cache tout.
Réponse de le 18/06/2016 à 12:00 :
Qu'il est doux de ne pas se poser de question et de suivre la"meute" et son "berger"!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :