Cette démission qui devrait inquiéter Angela Merkel

 |   |  1186  mots
Peter Gauweiler, vice-président de la CSU, affiche son désaccord avec Angela Merkel
Peter Gauweiler, vice-président de la CSU, affiche son désaccord avec Angela Merkel (Crédits : Reuters)
Le vice-président de la CSU, sœur bavaroise de la CDU, Peter Gauweiler, a annoncé sa démission. Grand adversaire de la politique européenne de la chancelière, ce départ n'est pourtant pas une bonne nouvelle pour cette dernière.

C'est une démission fracassante qui ne doit pas réellement soulager Angela Merkel. Mardi 31 avril, le « rebelle » Peter Gauweiler a annoncé qu'il renonçait à son mandat au Bundestag et à son poste de vice-président de la CSU, la sœur bavaroise de la CDU d'Angela Merkel. Mais il a aussi accompagné cette double démission d'une lettre accusatrice contre la politique européenne menée par le gouvernement fédéral et contre le soutien de la CSU à ce dernier.

Qui est Peter Gauweiler ?

Peter Gauweiler, 66 ans, est un pilier historique de l'aile conservatrice de la CSU, un ancien proche du ministre-président bavarois (et candidat malheureux à la chancellerie en 1980) Franz-Josef Strauss. Il ne s'est pas réellement constitué une réputation sur les bancs du Bundestag où il allait peu (il avait, du reste, été épinglé par les médias pour sa faible participation aux votes du parlement), mais plutôt, à partir de 2010, sur la critique de la politique européenne menée par le gouvernement. Peter Gauweiler avait ainsi systématiquement fait partie des « frondeurs » conservateurs qui ont voté contre tous les plans d'aide et les nouvelles réformes de la zone euro. Il s'est également fait connaître en portant devant la Cour constitutionnelle de Karlsruhe les différentes plaintes qui, depuis 2009, ont modifié les relations entre l'Allemagne et l'Union européenne.

La stratégie Merkel-Seehofer

L'homme était donc craint, mais Angela Merkel sait comment s'y prendre avec ce type de personnage. Elle sait qu'il vaut mieux utiliser ces critiques que les combattre. Aussi, alors que commençait à monter l'étoile du jeune parti eurosceptique Alternative für Deutschland (AfD) en 2013, le ministre président bavarois, patron de la CSU, Horst Seehofer, avait fait de Peter Gauweiler son vice-président. Histoire de montrer aux militants et aux électeurs conservateurs que l'euroscepticisme avait aussi sa place dans la « grande famille » chrétienne-démocrate. Mais cette stratégie n'a pas réellement réussi. AfD n'a cessé de progresser, notamment en Bavière (http://www.europawahl2014.bayern.de/taba2990.html) où, lors des élections européennes du 25 mai 2014, la CSU a perdu 7,6 points par rapport à 2009 (à 40,5 % des voix), tandis qu'AfD glanait 8,1 % des suffrages.

Surtout, la situation de Peter Gauweiler devenait intenable. Sous l'impulsion de Horst Seehofer, plus « merkélien » qu'il veut bien se l'avouer, la CSU a adopté une stratégie mêlant des rodomontades permanentes sur la question européenne, avec des phrases chocs, à un alignement parfait, lors des votes, sur la position du gouvernement fédéral. De plus en plus donc, Peter Gauweiler n'était qu'une sorte de pantin servant à apaiser le mécontentement de la base, sans réellement pouvoir influencer sur la ligne politique du parti. L'homme n'est cependant pas du genre à jouer ce type de rôle. Il a claqué la porte. Avec fracas.

Les raisons d'une rupture

Car, en démissionnant, Peter Gauweiler a expliqué les raisons détaillées de son départ. Elles sont particulièrement cruelles pour Horst Seehofer - et donc, indirectement, pour Angela Merkel. Le futur ex-député a ainsi repris les grands principes du programme de la CSU, cités dans le texte, et il a montré comment la politique européenne de l'Allemagne soutenue par son parti allait à l'encontre de ces principes. Ainsi juge-t-il que la politique d'assouplissement quantitatif (QE) de la BCE s'oppose à l'engagement de la CSU de refuser la « socialisation des dettes » et de favoriser « la discipline budgétaire dans tous les pays. » Ainsi estime-t-il que les crédits d'accès à la liquidité d'urgence de la BCE à la Grèce (le programme ELA) est-il un recours à la planche à billet que la CSU refuse catégoriquement.

Enfin, sur la Grèce, il juge que la poursuite de l'aide à Athènes, alors que de l'aveu même de ses nouveaux dirigeants le pays est « en faillite », est contraire à l'engagement de la CSU de demander la mise en place d'une « faillite ordonnée » des Etats membres de la zone euro. « Il ne m'apparaît pas clairement en quoi un vote négatif de ma part sur la prolongation de l'actuel programme (apparemment complètement inefficace et sans doute contre-productif) constituerait une entorse à la discipline du parti de la CSU », conclut Peter Gauweiler.

Fébrilité

Cette dernière phrase est importante. Elle montre une certaine fébrilité dans le camp conservateur où, apparemment, on tente de maintenir une unité de plus en plus précaire. Certes, le gouvernement fédéral, compte tenu de l'appui non seulement de la SPD, mais aussi des Verts et de Die Linke, à l'aide à la Grèce, dispose d'une large majorité au Bundestag sur ces sujets. Et finalement, cette démission donne une voix de plus au camp « pro-européen. » Mais la question est ailleurs : c'est celle de l'unité du camp conservateur face à AfD et à un parti libéral FDP qui semble progressivement revenir à la vie (il est entré en février au parlement de Hambourg), non sans ménager ses critiques envers la politique européenne d'Angela Merkel.

Le fossé se creuse avec l'aile droite

La droite de la CDU et de la CSU se sent de plus en plus mal à l'aise face à la politique européenne de Berlin et la démission de Peter Gauweiler traduit en fait ce malaise. Dès mardi soir, les responsables conservateurs de la CSU n'ont pas manqué d'attaquer Horst Seehofer. « Il n'est pas possible qu'un politicien conservateur soit chassé de son poste et qu'on se coupe ainsi d'une partie importante des électeurs », a mis en garde un des représentants de cette aile droite Thomas Jahn au Handelsblatt. Mais avec cette démission, le fossé se creuse de plus en plus entre le camp d'Angela Merkel et les Eurosceptiques de la CDU et de la CSU. Ces derniers n'acceptent plus leur rôle de représentation pure et leur incapacité à peser sur les choix européens. La conséquence finale de ce fossé est évidemment la rupture. La lettre de Peter Gauweiler est pain béni pour AfD qui n'est jamais autant à l'aise que lorsque la question européenne surgit au cœur des débats. C'est une invitation à peine déguisée pour la droite chrétienne-démocrate à rejoindre le nouveau parti.

Echec pour Angela Merkel

Pour Angela Merkel, cette démission est donc un échec de sa politique qui consiste à bâtir un large compromis allant de la gauche de la SPD à la droite de la CSU. Or, cet échec est inquiétant : si la critique se cristallise hors du cadre des partis, si elle profite à AfD, l'arithmétique électorale pourrait devenir difficile pour la CDU et la CSU qui se verraient sans alliés possibles sur leur droite. Il faudrait alors s'allier en permanence avec le centre-gauche, Verts ou SPD, pour gouverner. Or, c'est un cercle vicieux, car c'est aussi cette stratégie de « grande coalition » et les concessions faites à la SPD (salaire minimum unique, retraite à 63 ans) qui irritent les Conservateurs. Et qui, donc, risque d'affaiblir le parti. Pour le moment, tout ceci est caché par la figure tutélaire et ultra-populaire d'Angela Merkel. Mais jusqu'à quand ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/04/2015 à 21:04 :
Il y a certainement une pathologie à la source de ces contributions inflationnaires qui est également décrite par de nombreux commentaires en réactions à ces articles de RG. Le problème, ce n'est pas le côté maladif de ses récits, mais qu'il n'y a aucune analyse du journaliste qui récite et sélectionne arbitrairement (mots clés: échec + Merkel) les commentaires de la presse allemande (ce commentaire a été sourcé dans la FAZ). Aucun journal allemand ne s'inquiéterait du sort d'un vieux nationaliste de rang tertiaire comme par exemple Chevènement! Il est vrai que pour faire bénéficier les lecteurs de LT ce que RG appelle un énième "échec" d'Angela, il lui faut un article sur le pauvre vieux Gauweiler! LT devrait nous délivrer de RG! Par pitié!
Réponse de le 02/04/2015 à 13:35 :
Oui mais d'ou peu venir cet acharnement. Peut-étre que cela remonte au temps ou il etait banquier spéculatif a Genève. Les allemands ont du lui faire foirer un coup sur la dette Grecque...
a écrit le 01/04/2015 à 20:33 :
Non non! Merkel est bien contente qu il demissione soit disant a cause de la grece. Il est jusqu au cou dans une histoire de truanderies de laboratoire et de mise sous pression de la justice en baviere. Il n est plus tenable pour Merkel. Ne croyez pas toujours ce que vous croyez voir ou bien ce qu on vous dit. Le bonhomme va y laisser sa peau dans une enquete locale.. voir la traduction de http://www.welt.de/politik/deutschland/article138698883/Kommissar-erhebt-schwere-Vorwuerfe-gegen-Justiz.html
a écrit le 01/04/2015 à 16:38 :
En tout cas c'est plus crédible que nos socialistes "frondeurs" qui critiquent le gouvernement mais s'abstiennent plutôt que de voter contre ses projets de loi. Au moins ce députés allemand a du courage et de la cohérence.
a écrit le 01/04/2015 à 14:39 :
Comme bien le souligne le grand Jacques Sapir, dès que l'euro aura disparu, l'Union Européenne emboîtera le pas. Vivement. Ce sera alors que les finances de chaque État seront remises à flot, et les économies en Europe pourront enfin rédemarrer. Tant qu'on restera dans l'esclavage de Bruxelles et de la monnaie unique (ou cynique selon quelques-uns), les choses ne vont pas s'améliorer.
Réponse de le 01/04/2015 à 19:08 :
Sapir est un militant anti-euro aveuglé par ses convictions.
il est dommage qu'il ne se rende même pas compte que l'économie réelle est europeisee et mondialisee à un point tel que même des annees de politiques économiques dictatoriales ne pourraient changer cette situation
Réponse de le 01/04/2015 à 22:33 :
D'un point de vue analytique, je me contenterait de voir se qui on dit ou prédit et voir les effets aujourd'hui.
Ma conclusion, les mêmes qui nous on prédit le plein emploi, la force d'une monnaie surévalué, le mot délocalisation mot inconnu sous Mitterrand et aujourd'hui légalisé par l'article 63 sur les traité, vivement l'article 50 et qu'on s'occupe du destin de nos enfants en communs selon l'esprit de st Louis et qu'a arrêt cette aberration économique asymétrique (ce qui nous acceptons les autres ne l'accepterons pas "protectionnisme")...
a écrit le 01/04/2015 à 14:12 :
On se demande vraiment comme Angela Merkel peut en être à son 3ème mandat électif en tant que chancelière de la RFA et comment elle arrive à gouverner, puisque chaque article de Monsieur Godin nous expose que, quoi qu'il se passe, c'est toujours et éternellement un échec pour Mme Merkel. Chapeau monsieur Godin, quelle leçon de journalisme.
Réponse de le 01/04/2015 à 19:13 :
Effectivement Mr Godin pour des raisons idéologiques fait plus de militantisme que de journalisme comme son ami Mr Santi
Réponse de le 01/04/2015 à 22:55 :
La fameuse pensée unique ou anti voltairienne, you love your country in wrong or right ? ...
Quand sa rentre pas dans la bulle pro Europe, c'est forcément du complotisme c'est déplorable ... sur lorsqu'on sait que 55% des français on dit NON.
Plus de 10 ans d'économie en berne et vous en redemandez... Qu'est que vous voulez il faut chercher l'info, la ou elle se trouve et pas vous contentez de répéter les arguments en boucle qu'on vous ponds à la TV, l'utilité publique n'est plus un contre pouvoir, mais un pouvoir au pouvoir.
a écrit le 01/04/2015 à 14:03 :
En Allemagne, quand un député n'est pas d'accord, il démissionne. En France, quand un frondeur n'est pas d'accord, il s'abstient. Au delà de cette comparaison, c'est un vrai malaise qui apparaît, un sursaut de bon sens face à une situation que personne ne veut affronter en face. En mars le gouvernement grec a été obligé de siphonner les caisses de la sécurité sociale pour payer ses fonctionnaires. Ce pays en situation de faillite est victime d'un véritable acharnement thérapeutique au mépris de toute légitimité démocratique européenne.
a écrit le 01/04/2015 à 13:27 :
La suite de Merkel ne va pas du tout être évidente. L'Allemagne est à la croisée des chemins. Pour moi l'UE devrait se faire sans la GB ni la Pologne. Pour la zone euro, doit-on la conserver ? le départ de la Grèce et de Chypre, voire de l'Italie bientôt, serait le signal d'une rupture, pour aller vers des monnaies nationales portant plus de souplesse pour chaque pays, et une monnaie commune d'exportation. Mais je souhaiterai au-delà de cela, que la démocratie se réveille via le parlement Européen et pousse ces vieux appareils de partis à suivre ce que veulent les citoyens.
Réponse de le 01/04/2015 à 16:11 :
Sans la GB je veux bien...mais la Pologne est actuellement le pays qui a la vision de l'Europe la plus proche de celle de la France...
a écrit le 01/04/2015 à 12:57 :
veritable requisitoire! j'avais pas vu votre nom tt de suite... tt s'explique des lors ! ca soulage, hein, pour une fois, de ne pas devoir accuser merkel ou schäuble! ;-)
conernant la position / aides... de plus en plus d'allemands ( hors qques linke, grünen et autres qui ne payent pas d'impots) y sont opposes, vu la lourdeur des impots en allemagne et la pauvrete y regnant...
( sachant que les grecs disposent d'un patrimoine / capita plus important que les allemands)
a écrit le 01/04/2015 à 12:15 :
je vois tres bien un Gauweiler passer dans le camp de l AfD jusqu a en prendre la tête.
l AfD souffre de querelles internes et a besoin d urgence de nouvelles figures de proue !
Attention , si Merkel essaie de baratiner son peuple pour un 3 eme plan d aide a la Grece elle risque de devoir afronter de gros problèmes. La grande majorité de allemands en ont mare de certains pays de la zone, a commencer par la Grèce .....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :