Chypre lève entièrement le contrôle des capitaux le 6 avril

 |   |  621  mots
Les capitaux vont pouvoir librement circuler entre Chypre et le reste du monde lundi.
Les capitaux vont pouvoir librement circuler entre Chypre et le reste du monde lundi.
Deux ans après la crise bancaire qui a frappé l'île, Nicosie libère entièrement les mouvements de capitaux lundi. Mais l'économie reste en ruine.

Chypre a annoncé ce vendredi 3 avril que, lundi 6 avril, l'ensemble des restrictions sur le mouvement des capitaux sera levé. Deux ans après la crise bancaire qui a conduit l'île méditerranéenne a instauré un contrôle des capitaux, Nicosie lève donc les dernières restrictions qui concernaient les mouvements vers l'étranger. Le contrôle à l'intérieur des frontières chypriotes avait été levé en mai 2014. Le gouvernement chypriote voit dans cette levée le succès de sa politique, et indirectement, celle de la politique de la troïka. « La levée des restrictions confirme la restauration complète de la confiance dans le système bancaire, l'amélioration significative du climat des affaires et marque le retour de l'économie à des conditions normales », a indiqué le communiqué. C'est en fait beaucoup dire.

Baisse des dépôts

Rappelons qu'une grande partie des dépôts qui étaient dans les banques chypriotes, principalement dans la Laïki Bank, ont été convertis de force en actions de la Banque de Chypre (Bank of Cyprus). Ces actions ne peuvent être vendues librement. Le niveau des dépôts à Chypre est actuellement de 46,5 milliards d'euros contre 67,5 milliards d'euros avant la crise. Le ratio de prêts non performants, ou créances douteuses, est à plus de 53 % de l'ensemble des prêts accordés. Par comparaison, les observateurs s'inquiètent des banques italiennes, qui ont un ratio de créances douteuses à moins de 10 %. La « restauration de la confiance dans le système bancaire » reste donc à prouver et, récemment, l'agence de notation Standard & Poor's s'inquiétait d'une baisse de ces dépôts.

Une économie dévastée

Quant aux « conditions normales » qu'aurait retrouvées l'économie, rien n'est moins évident. Il n'est pas sûr que le pays soit sorti de la récession. Au dernier trimestre 2014, le PIB a reculé de 0,6 %. La richesse du pays est inférieure de 11,5 % au niveau d'il y a deux ans. Le chômage, inexistant auparavant, atteint 17 % de la population active. On a peine à croire que, quand bien même une stabilisation aurait lieu, il y a là des « conditions normales. » D'autant que le modèle économique de l'île - du moins en attendant l'impact des prospections gazières vers 2020 - reste à inventer.

Accord avec Moscou ?

En réalité, a levée du contrôle des capitaux ne peut se comprendre que dans le cadre du voyage récent du président Nikos Anastasiades à Moscou. Les Russes sont les principaux investisseurs à Chypre et, sans leur concours, l'économie chypriote n'a guère de moteur. Le président russe Vladimir Poutine a obtenu de Nicosie l'usage des ports du pays dans certaines conditions pour la flotte de guerre russe. En retour, il s'est engagé à favoriser l'investissement russe à Chypre, mais la levée du contrôle des capitaux était sans doute une condition nécessaire préalable. Du reste, pour les Russes, qui sont souvent installés à Chypre, un départ n'est pas toujours une solution possible, le prix de leurs actifs sur place ayant très fortement chuté. Du coup, la fuite des dépôts pourrait être limitée.

Relations tendues entre le parlement et la troïka

Mais on voit que cette levée des capitaux n'a guère de rapport avec le triomphalisme du gouvernement de Nicosie et il est douteux que de nouveaux investisseurs soient tentés de replacer leur argent à Chypre. D'autant que les relations entre la troïka et le parlement restent tendues, le parlement souhaitant restreindre les expulsions de propriétaires insolvables, la troïka voulant les généraliser. Et elle menace, si la loi ne passe  pas, de geler le versement de l'aide à Chypre...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/04/2015 à 18:54 :
La confiance dans le système bancaire ! Ce sera plus jamais apres le vol des avoirs des dépositaires.
Bientôt la France fera de même. Elle à voté en octobre 2014 dans le plus grand secret la possibilité de voler les épargnants au profit des banques (banque d'investissement) qui sont toutes (pratiquement) en faillite. Fuyez l'argent qui ne vaut plus rien.
a écrit le 04/04/2015 à 11:47 :
Chypre ( cote Grec), c'est comme la Crete et toutes les iles Grecques avec la Grece bien entendu. J'y etais alle il y a plus de 10 ans et je me souviens que sur place, magouilles, racollages, marche noir, argent liquide, etc...etc... Je me demandais deja a l'epoque ou etaient les rentrees fiscales pour le gouvernement. Je n'ai donc pas ete surpris par la crise a Chypre et en Grece. Chypre beaucoup de Russes y habitent ( nouveaux riches..... mafieux) et faisaient et certainement font encore...la pluie et le beau temps sur cette ile '' bizarre'' et '' cosmopolite''.
a écrit le 03/04/2015 à 23:20 :
C est clair, Chypre s attend au Grexit et prend les mesures adequates.
Lagarde retire son personnel du FMI d Athenes, jugé " incompetent" par le gouvernement Grec.
Voyez dans "Spiegel onLine" les montants a rembourser et les écheances pour Avril et vous aurez tout compris.
a écrit le 03/04/2015 à 23:20 :
C est clair, Chypre s attend au Grexit et prend les mesures adequates.
Lagarde retire son personnel du FMI d Athenes, jugé " incompetent" par le gouvernement Grec.
Voyez dans "Spiegel onLine" les montants a rembourser et les écheances pour Avril et vous aurez tout compris.
Réponse de le 05/04/2015 à 19:13 :
C'est clair, le Spiegel est la source la plus fiable et la plus objective pour toutes les informations sur la Grèce. Il nous le prouve tous les jours.
a écrit le 03/04/2015 à 18:06 :
La photo montre l'ancien Président de la République de Chypre, et non l'actuel.
a écrit le 03/04/2015 à 15:52 :
Avec la Grèce ,ils quitteront bientôt la zone euro ,ce sera très bien pour eux et pour nous ,ils n auraient jamais du rentrer ,ils ne sont là que pour servir d exemple ,ils iront vers la Russie et la Turquie comme depuis toujours .
a écrit le 03/04/2015 à 15:43 :
La restauration complète dans le système bancaire (ah ah!) L'amélioration du climat des affaires... On nous prend pour qui ? C vrai, c'est chez les grecs. Et c'est le we de Pâques. Mais quand même ! J'ai autant confiance dans le système bancaire que dans un crocodile du Nil et l'amélioration du climat des affaires.... Parlons en ! Après avoir payé mes charges, mes impôts, mes factures, il ne me reste même pas de quoi me payer un petit extra avec mon chéri ce we. Car j'ai la chance d'avoir un salaire, donc On sait me trouver pour payer tout et n'importe quoi sans rien me demander : résultat : le péquin en bonne santé que j'étais il y a quelques années, à force de perfusions continue et imposées vers les impôts et autres prélèvements à la hausse (TIPP, CSG, CRDS, etc.) est devenu malade et n'a plus de quoi se permettre un extra, telle la cigale de l'histoire. C'est fourmi que je suis devenue, si je veux ne pas être dépourvue quand la fin du mois sera venue. Et vous y croyez, vous, à la restauration complète etc... ? Quelle bêtise !! L'amélioration du climat des affaires... Mais oui, la climat s'améliore, c'est Andreas qui pilote l'affaire .....
a écrit le 03/04/2015 à 14:50 :
"Deux ans après la crise bancaire qui a conduit l'île méditerranéenne a instauré un contrôle des capitaux," : qui a conduit .. à instaurer !!!! Relisez-vous sérieusement :( ....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :