Coronavirus : pourquoi la BCE n’a pas baissé ses taux

 |   |  733  mots
(Crédits : KAI PFAFFENBACH)
ENTRETIENS. Fermant la marche des grandes banques centrales, la BCE a dévoilé à son tour une batterie de mesures face à l'épidémie du coronavirus. Absence de baisse des taux, dégringolade des marchés, bras de fer avec les Etats et possibles nouvelles mesures... Voici les principaux points forts de cette intervention, décryptés par l'économiste indépendante Véronique Riches-Flores et Alexandre Baradez, analyste chez IG France.

LA TRIBUNE — Alors que les marchés avaient les yeux rivés sur les annonces de la Banque centrale européenne, le CAC 40 a clôturé sa séance à -12,3%, une chute historique. Comment expliquer cet effondrement  ?

D'abord, les annonces faites par Donald Trump mercredi 11 mars, interdisant les vols européens vers les Etats-Unis, ont créé un environnement de stress particulièrement élevé sur les marchés. Ensuite, après que la Fed, puis la Banque d'Angleterre (BoE) aient respectivement abaissé leur principal taux directeur, certains investisseurs s'attendaient à ce que la Banque centrale européenne (BCE) fasse de même en agissant notamment sur son taux de dépôt actuellement à -0,5%. De quoi inciter les banques à prêter davantage aux entreprises et aux ménages pour soutenir l'économie. Or, l'institution de Francfort a décidé de maintenir ses taux inchangés. "Le fait que la BCE n'abaisse pas son taux de dépôt est une énorme mauvaise nouvelle. C'est ne pas avoir conscience de la réalité du marché et ceci est extrêmement inquiétant", commente l'économiste indépendante Véronique Riches-Flores."Le Cac40 n'a jamais perdu autant sur une séance. C'est une chute historique", rappelle-t-elle.

Une absence de baisse de taux était-elle envisageable ?

Le risque pour les grandes banques centrales, dont la marge de manœuvre demeure limitée dans un environnement de taux durablement bas, est d'écouler leurs munitions trop rapidement et se retrouver à court de mesures dans le cas où la crise sanitaire s'installe dans le temps. De nombreux analystes anticipaient donc que la BCE ne cherche pas à "choquer" le marché tout de suite, mais qu'elle privilégie une approche par phases pour garder des mesures en réserve en fonction de la réaction des marchés. "Nous pouvions imaginer une absence de la baisse des taux, à condition que cela soit compensé par des mesures exceptionnelles", souligne Véronique Riches Flores. "Or, l'enveloppe de 120 milliards d'euros supplémentaires dans le cadre du programme de rachats d'actifs reste négligeable", poursuit l'économiste. "120 milliards d'euros ce n'est pas énorme", abonde Alexandre Baradez, analyste chez IG France. A titre d'exemple, lorsque cette puissante arme anti-crise avait été déployée entre mars 2015 et fin 2018, 2.600 milliards d'euros avaient été déversés sur les marchés. "On aurait aussi pu imaginer que ces rachats d'actifs soient ciblés vers des secteurs particulièrement exposés, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui", ajoute Alexandre Baradez.

Christine Lagarde a largement insisté sur l'importance d'une réponse budgétaire coordonnée et ambitieuse. Pourquoi renvoyer la balle aux Etats ?

"Christine Lagarde a clairement indiqué qu'il ne fallait pas s'attendre à ce que les banques centrales répondent en premier à cette crise" , souligne Alexandre Baradez. "Son message consiste à dire : la BCE vous donne un contexte financier favorable, mais désormais c'est à vous de jouer", laissant comprendre que les mesures fiscales et de soutien au chômage seront beaucoup plus efficaces dans l'immédiat. "Christine Lagarde est d'abord une cheffe d'entreprise et une politique. Elle s'est mise volontairement en retrait pour obliger les Etats à agir", poursuit-il. Cette mise en retrait s'est également illustrée sur la forme, la conférence de presse n'ayant pas été marquée par un point d'orgue, comme avait pu le faire son prédécesseur Mario Draghi et son devenu célèbre "whatever it takes" (tout ce qui sera nécessaire). "Le risque c'est que les Etats prennent plusieurs mois à se mettre d'accord pour une réponse coordonnée", redoute toutefois Véronique Riches-Flores.

Peut-on s'attendre à de nouvelles mesures ?

"Vraisemblablement la BCE va attendre que les Etats prennent des mesures. Si cela ne suffit pas à rassurer les marchés, elle risque d'intervenir de nouveau", anticipe Alexandre Baradez. "Contrairement à la Fed, qui a eu une réponse épidermique en baissant son taux par surprise, la BCE va sans doute procéder par étapes", poursuit-il. L'institution européenne pourrait ainsi prendre de véritables mesures de relance lorsque le pic de l'épidémie se profilera. Un programme de rachats d'actifs plus conséquent serait alors envisageable. "Cela aura un effet, à la fois, psychologique et mécanique sur les marchés", assure l'analyste. "Manifestement, la BCE va revenir à la charge", anticipe également Véronique Riches-Flores. D'ici là, la Fed pourrait également annoncer de nouvelles mesures, sans attendre la réunion du 18 mars prévue au calendrier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/03/2020 à 12:29 :
leur seul fonction protéger la finance il y a trois que la deutsche Bank aurais du être
en faillite et avec le recul combien d'autre serons emporte et en plus il faudra soutenir
ceux qui ont couvert les turpitudes .
a écrit le 14/03/2020 à 11:07 :
Lagarde n'est que l'agent d'ambiance de l'Allemagne monétairement orthodoxe et impériale.
a écrit le 13/03/2020 à 18:43 :
Ca ne sert à rien de préter de l'argent à taux nul à des banquiers. Tout cet argent n'a servi qu'à alimenter la bulle boursière, qui a finalement cramé des centaines de milliards € en quelques jours.

La BCE aurait distribué directement des billets à tous les particuliers qui sont dans le besoin, ça aurait été autrement plus utile.
a écrit le 13/03/2020 à 12:32 :
Tout le monde ne peut pas s'appeler " Super Mario"
a écrit le 13/03/2020 à 10:37 :
Baisser quoi ? Les taux sont déjà à -0.5 %. Lisez l'article. On était déjà dans un monde à taux 0 ! ça ne peut pas fonctionner, mais la fête boursière s'éternisait !
a écrit le 13/03/2020 à 10:14 :
Comment une mémé peut-elle toujours être compétente à ce niveau de poste ? C'est quand même rare ....
Réponse de le 13/03/2020 à 11:06 :
Qui est vous pour juger ainsi cette personne ?
Si vous pensez valoir mieux, faites le savoir ouvertement.
Réponse de le 13/03/2020 à 23:49 :
Voilà une remarque d'une grande profondeur !
a écrit le 13/03/2020 à 8:47 :
Lagarde n'est que l'agent d'ambiance de l'Allemagne. Baisser à 0,25 % aurait été la moindre des choses pour rassurer mais "l'orthodoxie" l'interdisait. L'Allemagne est la plaie de l'Europe
Réponse de le 13/03/2020 à 10:29 :
on est deja en taux negatif !!!
baisser les taux ca ne fait que faire gonfler les bulles. Ici immobilières et actions. Tout ou tard les bulles vont exploser (en cours pour les actions, a quand pour l immobilier ?)
Réponse de le 13/03/2020 à 11:04 :
C'est pas l'Allemagne qui a fermé les frontières des USA, ce qui a fait fléchir le marché financier mondial. C'est pas l'Allemagne qui a créé la crise des subprimes de 2008, dont on subit encore les effets. C'est pas l'Allemagne qui a créé la crise de 1929 à l'origine de la seconde guerre mondiale. C'est l'Europe tout entière qui est victime des manipulation financières des USA qui s'enrichissent à chaque fois sur notre dos depuis une centaine d'années. La souffrance du monde est une opportunité de plus pour prendre de plus en plus de pouvoir avec la complicité de nos élites inféodés à ce système mondialiste, qui n'est en fait qu'un jeu de domino dans des mains malveillantes.
a écrit le 13/03/2020 à 8:41 :
Les liquidités et la finance, pire que l’héroïne et le toxicomane. Un peu déprimant quand même le discours de tout ces camés qui n'ont plus leur dose toujours plus grosse...
a écrit le 12/03/2020 à 23:03 :
Ce que peuvent faire les banques centrales dans une telle situation ne sert qu'à soutenir les marchés et pas l'économie réelle : baisser les taux ne fera pas que les entreprises vont se mettre à emprunter s'il n'y a plus de demande. Elles peuvent se refinancer moins chers mais si la demande baisse, ça ne les empêchera pas de couler. Quant à racheter des "actifs" sur les marchés financiers, cela n'aide ne rien les entreprises. ça ne les aiderai que si les entreprises émettaient de nouvelles actions (seules la vente de nouvelles actions donnent du capital aux entreprises). L'achat sur les marchés c'est acheter des actions déjà émises aux actionnaires actuel : l'argent récoltés va aux actionnaires et c'est tout.( quand je vends une action, tout me reviens moins les frais de transaction de la banque. Quand j'achète, j'achète à un autre actionnaire au prix du marché + les frais de transactions de la banque. l'entreprise est hors jeu sur les actions déjà émises : je préfère le préciser vu que de soit disant boursiers sur les forums spécialisés ne comprennent même pas comment cela fonctionnent...) L'achat d'actifs de la part de la BC, c'est donc soutenir les cours et les décorréler encore plus de la réalité économique. Certains confondent le thermomètre (la bourse) avec la santé prévisionnelle des entreprises. Soutenir le thermomètre fait plaisir aux spéculateurs mais ne soutient pas les entreprises.
Réponse de le 13/03/2020 à 10:40 :
Vous avez raison, et on va voir si notre président soutient la bourse ou l'économie réelle, il a le choix mais je crains de repartir dans une nouvelle bulle boursière. Dans ce cas, j'attends que la bourse retombe à 2500 pour acheter plein d'actions.
a écrit le 12/03/2020 à 21:33 :
on est en pandémie certain membre scientifique invité sur BFM vous dise que nous ne sommes pas au stade épidémique. Nous sommes entourés d'un nombre incalculable de personnes au sommet de l'Etat qui ne réalise pas la véritable gravité. Il parle de gravité mais ils ne présentent pas les réponses. On ferme les écoles, mais il ne suffit pas que de se laver les mains, il y a d'autres actions aussi que l'on devrait connaître et l'Italie que l'on critique nous montre le chemin, distance à respecter, masque ou foulard et tant d'autres choses, hier mercredi je me suis trouvé dans une grande surface c'était la foire les enfants courrez dans tous les sens et criez , les gens, dont beaucoup de vieillards déambulez, vous frôlez, vous foncez dessus j'ai eu peur car je sais que beaucoup de ces badauds n'écoutent pas les médias, l'atmosphère était irréaliste et dangereuse..... Alors la BCE me semble irrationnelle
a écrit le 12/03/2020 à 20:58 :
on est deja dans une trappe a liquidite, alors ca sert a rien
faut relire ses cours macroeconomie premiere annee sur is/lm
il aurait fallu remonter les taux avant pour pouvoir les baisser en cas de pbs
de meme qu'il aurait fallu faire des reformes et economiser pour avoir de l'argent ( un peu) en cas de souci! avec des pays comme la france qui ont tout bloque, c'est bien parti
grace a votre pays, avec hollande qui se felicitait d'avoir fait ramasser la savonette en ne respectant pas les regles, et en ne faisant aucune reforme, tout a ete bloque, et maintenant l'europe n'a plus de marge de manoeuvre
a écrit le 12/03/2020 à 19:53 :
Bref : Trump a allumé le feu, l'Union Européenne est aux abonnés absents "comme d'habitude", et la BCE n'a pas le niveau de ses responsabilités...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :