Contrairement à la Fed et à la Banque d'Angleterre, la BCE n'abaisse pas ses taux

 |   |  467  mots
(Crédits : DR)
Alors que de nombreux analystes s'attendaient à une baisse des taux, la Banque centrale européenne a décidé de les laisser inchangés et notamment de maintenir son taux de dépôt à -0,5%. Les mesures prises consistent à renforcer ses rachats de dette et à favoriser les prêts aux PME.

Alors que l'épidémie du coronavirus menace de paralyser l'économie mondiale, la réunion de politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE), qui s'est tenue ce jeudi 12 mars, était particulièrement attendue. La BCE, dernière des grandes banques centrales à agir, a finalement décidé de maintenir ses taux directeurs inchangés.

L'institution européenne, dirigée par Christine Lagarde, a notamment choisi de maintenir son taux de dépôt à -0,5%, alors que de nombreux investisseurs s'attendaient à une baisse, afin d'inciter davantage les banques à prêter aux entreprises et aux ménages. En conséquence, les places boursières européennes s'enfoncent dans le rouge ce jeudi après-midi.

Une marge de manœuvre plus limitée

Cette décision contraste avec celle prise hier par la Banque d'Angleterre (BoE), qui a annoncé une baisse surprise de ses taux à 0,25% afin d'aider l'économie britannique face au "choc" de l'épidémie de coronavirus, emboîtant le pas de la Réserve fédérale américaine (Fed) qui a déjà annoncé la semaine dernière une baisse des taux sans attendre sa réunion régulière.

La BCE dispose toutefois de marges de manœuvre beaucoup plus limitées que la Fed, puisque qu'elle maintient son principal taux à zéro depuis mars 2016. L'institut de Francfort a cependant laissé entendre qu'il pourrait baisser à nouveau son taux de dépôt si la situation l'exige, une formule destinée à montrer qu'il n'est pas à court de cartouches pour soutenir l'économie.

Soutien aux PME et relance du QE

La BCE a, néanmoins, dévoilé un arsenal de mesures visant à endiguer les conséquences économiques de l'épidémie du coronavirus. A commencer par le lancement de nouvelles opérations de refinancement à long terme ciblées, les TLTRO spécifiquement dédiée aux PME.

Elle a aussi décidé d'amplifier son programme d'achats d'actifs. L'institution va acheter 120 milliards d'euros de dette publique et privée supplémentaire d'ici la fin de l'année dans le cadre de son programme anti-crise baptisée "QE" ("Quantitative Easing" ou "Assouplissement quantitatif"), déjà déployée entre mars 2015 et fin 2018 et réactivée en novembre.

Assouplissement réglementaire pour les banques

Au menu également, un allègement des obligations imposées aux banques en matières de fonds propres. La BCE indique aussi étudier une flexibilité accrue dans la mise en oeuvre des mesures de supervision bancaire.

En parallèle, l'Autorité bancaire européenne (ABE), logée au sein de la BCE, a annoncé le report en 2021 des tests de résistance bancaire initialement prévus cette année, ceci afin de permettre aux banques de se concentrer sur les conséquences de l'épidémie mondiale de Covid-19.

(Avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/03/2020 à 9:02 :
La BCE ne peut pas baisser ses taux : ils sont déjà nuls ou négatifs.
La BCE n'est pas là pour sauver les marchés : elle est là pour réguler la création monétaire.
Bref : les déçus n'ont que ce qu'ils méritent.
a écrit le 12/03/2020 à 20:10 :
Baisser les taux n'apporte rien à la résolution du problème car les taux sont déjà très bas sinon négatifs. Ce qu'il faut , c'est fournir la trésorerie aux boites en difficultés, car nos entreprises, surtout les petites et moyennes ont subi depuis 1 an, les gilets jaunes, les grèves des syndicats et maintenant le virus. Si cette épidémie durait , le chômage pour beaucoup est à craindre.
a écrit le 12/03/2020 à 17:45 :
Enfin une mesure de bon sens ,j'espere qu'ils vont aussi arreter les taux negatfis qui sont un non sens c'est comme de mettre le livret A à 0,5 et en meme temps voter la flat taxes pour les riches.
a écrit le 12/03/2020 à 17:06 :
le problème est celui de la liquidité pour soutenir les banques et les entreprises .
la bce a vu ce que devenait la baisse des taux aux us et gb c est a dire rien .
a écrit le 12/03/2020 à 15:51 :
Arretons de toujours vouloir suivre les marchés laissons faire la crise.Nettoyage de mauvaise entreprises et focalisons nous sur un vaccins ou médicaments contre cette chose pas sur la finance.
Les taux sont assez bas
a écrit le 12/03/2020 à 15:05 :
Avec les taux négatifs, cela fait déjà pas mal de temps que nous sommes entrés dans la trappe à liquidité.
Les banques centrales sont désarmées.
Elles attendent la fin du krach boursier, pour refaire tourner la planche à billets et tenter de redresser les cours... en favorisant de nouvelles bulles.
a écrit le 12/03/2020 à 14:59 :
On est déjà en taux négatifs a savoir le truc que personne ne pensait possible même au nom de la servitude envers les megas riches.

Vous connaissez les shadokcs je suppose dont Brigitte Fontaine a remis à jour avec sa citation: "Si vous ne trouvez plus rien cherchez autre chose" et arrêtez de creuser !
a écrit le 12/03/2020 à 14:26 :
enfin une mesure de bon sens, vu que ca n'aurait aucun effet, vu que le pb n'est pas la
pour une fois que lagarde ne dit pas des conneries, on va le souligner!
le seul truc a regarder c'est que les boites passent la crise; et la ca peut passer par des amenagements des credits, etc....
le reste c'est du flan, deconnecte de la realite

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :