Covid-19 : l'UE, en passe d'acheter le vaccin russe Spoutnik V ?

 |  | 535 mots
Lecture 3 min.
(Crédits : SHAMIL ZHUMATOV)
« L'AEM a débuté une étude continue du Spoutnik V, un vaccin contre le Covid-19 développé par le centre national russe Gamaleya d'épidémiologie et microbiologie », a annoncé l'agence européenne du médicament.

> Dossier : la course à la vaccination

Le vaccin russe Spoutnik V a franchi une étape clé jeudi pour son déploiement en Europe avec le début de son examen par l'Agence européenne des médicaments (AEM) et les autorités russes se sont dit prêtes à fournir des vaccins à 50 millions d'Européens dès juin.

"L'AEM a débuté une étude continue du Spoutnik V, un vaccin contre le Covid-19 développé par le centre national russe Gamaleya d'épidémiologie et microbiologie", a annoncé jeudi l'agence, basée à Amsterdam, dans un communiqué.

De quoi tenir les récentes prévisions faites par l'Union européenne de vacciner tous les Européens « d'ici la fin de l'été » ? "D'ici la fin de l'année, l'Europe sera en mesure de produire 2-3 milliards de vaccins par an", a aussi assuré le commissaire au Marché intérieur Thierry Breton.

Lire aussi : "Vaccin de singe": l'UE accuse la Russie de calomnier les concurrents de son Spoutnik V pour préserver ses parts de marché

Deux à quatre mois avant la mise sur le marché

"A la suite de l'approbation de l'AEM, nous serions en mesure de fournir des vaccins pour 50 millions d'Européens à partir de juin 2021", a déclaré immédiatement dans le foulée, Kirill Dmitriev, patron du fonds souverain russe, qui a contribué au développement de ce vaccin, dans un communiqué.

"Spoutnik V peut apporter une importante contribution pour sauver des millions de vies en Europe", a-t-il ajouté.

"Les partenariats en matière de vaccins devraient être détachés de la politique et la coopération avec l'AEM est un parfait exemple du fait que rassembler les efforts est la seule manière de mettre fin à la pandémie", a poursuivi M. Dmitriev, soulignant que le médicament a déjà été approuvé par une quarantaine de pays dans le monde.

L'AEM a précisé que le calendrier pour l'approbation devrait "prendre moins de temps que d'habitude" en raisons des travaux préparatoires déjà réalisés.

La première étape consiste en un "examen continu" des données et des essais cliniques.

Une demande officielle d'autorisation de mise sur le marché conditionnelle d'un an doit suivre.

Le temps écoulé entre l'examen continu et l'autorisation a, jusqu'à présent, été compris entre deux et quatre mois.

Ces dernières semaines, un ping-pong public avait eu lieu entre les développeurs du vaccin Spoutnik V, affirmant avoir soumis le dossier pour approbation au régulateur européen, et l'AEM, répondant n'avoir rien reçu.

D'abord accueilli avec scepticisme en Occident, le premier vaccin russe contre le Covid-19 a depuis convaincu des experts, notamment après la publication de résultats dans la revue spécialisée The Lancet, selon lesquels l'efficacité du vaccin russe est de 91,6% contre les formes symptomatiques de la maladie.

Pour le moment, trois vaccins sont autorisés dans l'Union européenne: ceux de Pfizer-BioNTech, Moderna et AstraZeneca.

Un quatrième, celui de Johnson & Johnson, est soumis à une demande d'autorisation.

Deux autres, ceux de Novavax et CureVac, ont entamé leur processus d'examen continu.

Lire aussi : COVID-19 en 24h : télétravail renforcé, Spoutnik V, marché de la beauté...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/03/2021 à 9:54 :
la présidente du conseil d'administration de l'EMA, Christa Wirthumer-Hoche estime que pour l'instant i n'y a pas assez de données sur l'efficacité et la sécurité du vaccin russe et déconseille donc de l'acheter. Elle est suivie par de nombreux autres responsables. Comme chacun sait que ces mêmes arguments n'avaient arrêté ces mêmes responsables lorsqu'il s'agissait de vaccins produits par des laboratoires privés soupçonnés d'avoir exercé un lobbying impressionnant envers les agences de santé et les gouvernements cela ne fait que renforcer les doutes sur l'efficacité et la sécurité de ces vaccins. Il aurait été plus intelligent d'invoquer un argument commercial. Dans le cadre des sanctions contre la Russie et des tensions diplomatiques cela aurait paru moins artificiel comme argument.
a écrit le 05/03/2021 à 11:15 :
Avons-nous une raison de vivre si nous devons être confinés comme des animaux en cages…
Vous nos monarques qui avez ruiné l’économie de notre cher pays avec la fermeture de nos petits commerces, bars, restaurants, stations de sport d’hivers etc…
Êtes- vous capable de vous procurer des vaccins… ! pourquoi pas le vaccin RUSSE SPOUTNIK V… Chinois…etc… ? êtes-vous à la solde de qui… ?
Souvenez-vous :
Vous n’avez même pas été capables de nous fournir en masques au début de cette pandémie et maintenant où sont les vaccins… des vaccin… !
Pathétiques .....
a écrit le 04/03/2021 à 18:44 :
Le vaccin Russe semble le mieux abouti ainsi qu'un des vaccins Chinois si l'on veut bien oublier la politique .
Réponse de le 04/03/2021 à 19:52 :
... semble... jusqu' présent pour les vaccins chinois (et il y a peu pour le russe), il n'y avait aucune publication scientifique chiffrée, et d'ailleurs, aucune demande d'autorisation de mise sur le marché !!!
De quoi penser qu'il SEMBLE qu'ils ne sont pas si aboutis que ça ...??!
a écrit le 04/03/2021 à 17:26 :
Au vue des restrictions globales et mondiales , vu qu’aucun vaccin actuel ne garantit une couverture pour l’automne prochain d’après l’épidémiologiste pro- Macron , qui a annoncé gaiement la sortie au théâtre ,
Je ne vois pas pourquoi les nations piétinent les droits fondamentaux de la liberté humaine ? Et veulent imposer la vaccination ?
a écrit le 04/03/2021 à 14:21 :
Il parait que le vaccin chinois comporte moins de risques pour l'organisme. Toujours pas testé un an après sa sortie ? Le tout premier même.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :