Vaccin russe Spoutnik V : l'Autriche veut en produire, la Hongrie en commande

 |  | 551 mots
Lecture 3 min.
(Crédits : AGUSTIN MARCARIAN)
Ce dimanche, l'Autriche s'est déclarée prête produire le vaccin russe sur son sol tandis que La Hongrie a levé le dernier obstacle pour l'administrer à sa population. Vienne est même prête à produite le vaccin chinois. Budapest a déjà passé commande de millions de doses à la Chine.

Spoutnik V, le vaccin russe contre le Covid-19, séduit plusieurs pays européens. Alors que la chancelière allemande Angela Merkel s'est dite ouverte à l'utilisation de ce vaccin dans l'Union européenne, l'Autriche s'est déclarée prête ce dimanche à le produire sur son sol tandis que La Hongrie a levé le dernier obstacle pour l'administrer à sa population.

Dans un entretien au journal dominical allemand Welt am Sonntag, le chancelier autrichien, Sebastian Kurz s'est en effet dit ouvert à ce que les vaccins russe Spoutnik V ou chinois contre le Covid-19 soient produits en Autriche, s'ils obtiennent une autorisation de mise sur le marché dans l'Union européenne.

"Si les fabricants de vaccins russe et chinois obtenaient un feu vert en Europe et y étaient produits, l'Autriche essaierait très certainement de mettre à disposition des capacités de production dans les entreprises nationales appropriées" pour ces vaccins, a affirmé le dirigeant conservateur "Exactement comme pour les fabricants d'autres pays", a-t-il insisté. "Il s'agit d'obtenir un vaccin sûr aussi vite que possible, peu importe par qui il est fabriqué", a-t-il poursuivi, en précisant qu'il pourrait se faire injecter le vaccin russe s'il était autorisé en Europe.

"Il n'y va que de leur efficacité, leur sécurité et leur disponibilité rapide, pas de luttes géopolitiques", a-t-il précisé alors que les relations entre l'Union européenne et la Russie se sont récemment détériorées, notamment après l'empoisonnement présumé et l'emprisonnement de l'opposant russe Alexeï Navalny.

La Hongrie a commandé des millions de doses en Russie et en Chine

Un peu plus tard dans la journée, la Hongrie a levé le dernier obstacle à l'administration à sa population du vaccin russe Spoutnik V, avec le feu vert accordé par les autorités sanitaires nationales.

"Le Centre national de la santé publique (NNK) a terminé les tests officiels (...) et le vaccin peut être administré chez l'homme", a annoncé le ministre de la Santé Miklos Kasler sur les réseaux sociaux.

Mardi, Budapest avait annoncé avoir reçu 40.000 doses de ce vaccin, une première au sein de l'Union européenne (UE). Au total, le gouvernement nationaliste de Viktor Orban en a commandé deux millions, qui doivent être livrées sur trois mois. D'abord accueilli avec scepticisme en occident, le vaccin russe a depuis convaincu des experts de son efficacité.

La revue médicale spécialisée The Lancet a publié mardi des résultats selon lesquels Spoutnik V est efficace à 91,6% contre les formes symptomatiques du Covid-19. A plusieurs reprises, la Hongrie, un pays de 9,8 millions d'habitants proche de Moscou, a dénoncé le processus d'acquisition des vaccins occidentaux par les autorités de l'UE, qu'il juge trop lent. Elle a également été le premier membre de l'UE à avoir signé un accord avec le laboratoire chinois Sinopharm, annonçant une commande de cinq millions de doses de son vaccin.

Elle prévoit de commencer à administrer à ses habitants le vaccin chinois dans le courant du mois de février.

La chancelière allemande Angela Merkel a également entrouvert la porte au vaccin chinois, en soulignant qu'un pays comme "la Serbie vaccine plus vite" que le reste de l'Europe "avec le vaccin chinois".

L'UE a jusqu'ici autorisé trois vaccins contre le Covid, ceux de Pfizer/BioNTech, Moderna et AstraZeneca.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/03/2021 à 15:46 :
Qu importe quel pays produit le vaccin. Regardons leur efficacité, leur facilité à être utilise et celui qui apportera le moindre risque ,tout cela pour le bien commun de l humanité, j ai confiance il reste bien des scientifiques honnêtes qui n oublient jamais leur vocation œuvrer pour la santé de l humanité entier
a écrit le 08/02/2021 à 18:13 :
C'est l'arrière petit-fils du laboratoire des poisons de Beria. Comme quoi il ne faut jamais perdre ou brader les savoir-faire ... 😁
a écrit le 08/02/2021 à 14:49 :
Il y a quand même quelque chose d’humiliant dans cette situation. C’est vraiment "Grandeur et décadence" ! Pensez donc : il y a encore peu de temps, les mandarins de la médecine occidentale, imbus de leur personne et de leur prétendu savoir, regardaient les russes et les chinois de haut, à peine au dessus des pays du tiers monde… Dans un monde normal, le temps serait à l’humilité, l’autocritique et la remise en cause. Mais ça, c’est dans le monde normal !
a écrit le 08/02/2021 à 10:43 :
Il y a quand même quelque chose d’humiliant dans cette situation. C’est vraiment "Grandeur et décadence" ! Pensez donc : il y a encore peu de temps, les mandarins de la médecine occidentale, imbus de leur personne et de leur prétendu savoir, regardaient les russes et les chinois de haut, à peine au dessus des pays du tiers monde… Dans un monde normal, le temps serait à l’humilité, l’autocritique et la remise en cause. Mais ça, c’est dans le monde normal !
a écrit le 08/02/2021 à 9:15 :
Ben avec un taux de réusste de 91% contre moins de 70 pour astrenzeca je pense que ça ne se discute même pas. Et puis il doit être beaucoup moins cher mais hélàs on n'en sait pasp lus, Spoutnik c'est un peu comme la Suède, deux phénomènes qui dissonnent au sein de la gestion de la crise sanitaire par nos clones.
a écrit le 08/02/2021 à 7:50 :
Et après, il ne faudra pas dire que la commission européenne est affiliée aux USA! Un vaccin qui a été administré à des millions de personnes en Russie depuis Octobre serait encore à l'étude par l'UE... Ils mettent de la mauvaise volonté. Si le vaccin avait le marteau et la faucille, on pourrait dire c'est normal, mais là! la Russie ne démontre plus des velléités d'envahissement. Alors, on accélère sinon les morts continuerons de s'accumuler en occident (sic).

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :