Danemark : l’inflation en 2015 à son plus bas niveau depuis 62 ans

 |   |  453  mots
La plupart des experts danois tablent sur une remontée du niveau des prix en 2016, écartant l'hypothèse d'une spirale déflationniste.
La plupart des experts danois tablent sur une remontée du niveau des prix en 2016, écartant l'hypothèse d'une spirale déflationniste. (Crédits : Reuters)
La hausse générale des prix a atteint 0,5 % en 2015, son plus bas niveau depuis 1953. Cette faiblesse historique des prix est, selon les experts, imputable à celle que connaissent les cours des énergies, ainsi qu’à des capacités de production excédentaires de l’économie danoise.

La hausse du niveau général des prix dans le royaume scandinave s'est établie à 0,5 % en 2015, le plus faible taux annuel depuis 1953. Selon Statistiques Danemark, l'institut national de statistique qui publie ce chiffre ce matin, ce niveau historiquement bas s'explique notamment par la faiblesse des cours du baril de pétrole et, plus généralement, par « les effets de la pression à la baisse des bas prix des énergies », explique la banque Nordea. Le quotidien économique indien The Economic Times cite aussi la « capacité excédentaire de l'économie » suite à la crise financière, reprenant l'analyse de Las Olsen, économiste en chef de la Danske Bank. Les prix à la consommation étaient pourtant repartis à la hausse en décembre, à 0,5 % sur l'ensemble de l'année, laissant espérer une inflation moins basse que prévu, alors que les experts s'attendaient à une hausse de seulement 0,3 %. Ce léger regain s'expliquait en fait par une augmentation des prix du chauffage et des loyers.

« Le signe d'une crise »

Une heure avant la publication des chiffres, Jan Størup Nielsen, macroéconomiste de chez Nordea, écrivait sur Twitter : « Je m'attends à une inflation inchangée à 0,3 % et j'espère une petite reprise dans les exportations - nous en avons besoin pour générer davantage de croissance au Danemark ». L'inflation devrait toutefois remonter en 2016, en particulier au deuxième semestre, estime Nordea, alors qu'en 2014, le taux annuel n'était pas beaucoup plus élevé, à 0,6 %. La plupart des économistes danois s'attendent à cette remontée en 2016, et peu tablent sur une spirale déflationniste. Pourtant, pour Las Olsen, « le fait que l'inflation continue à être basse est le signe d'une crise ». L'économiste pointe toutefois certains aspects positifs d'une inflation faible : « La très basse inflation des deux dernières années explique largement que nous ayons eu une bonne croissance de la consommation privée et, par voie de conséquence, une reprise de l'économie, même si les exportations ont déçu ».

Balance commerciale en léger excédent, la production industrielle toujours en recul

L'institut de statistiques a également publié ses chiffres annuels sur le commerce extérieur et la production du pays. L'excédent de la balance commerciale a grimpé en novembre d'1,3 milliard à 5,7 milliards de couronnes danoises (plus de 750 millions d'euros). Les exportations ont connu une augmentation « principalement à la suite d'une hausse des ventes des produits pharmaceutiques », tandis que les importations ont diminué. Quant à la production industrielle du royaume, elle a reculé pour le troisième mois de suite en novembre. L'indice de production a baissé pour atteindre 0,9 %, notamment, d'après l'AFP, en raison d'un repli dans l'industrie pharmaceutique, un secteur phare de l'économie danoise comprenant entre autres producteurs Novo Nordisk, le numéro un mondial de l'insuline.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/01/2016 à 19:52 :
D'ici que chez eux, il y ait aussi une crise économique mondiale, y'a pas loin...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :