Gaz : la Grèce s'associe avec la Russie, un camouflet pour les Européens

 |   |  419  mots
Rencontre du 19 juin 2015 entre Alexis Tsipras et Vladimir Poutine au Forum économique international de Saint-Pétersbourg. Washington, qui s'oppose à la Russie dans le cadre de la crise ukrainienne, voit d'un mauvais œil Moscou envisager de renforcer sa capacité de livraison de gaz au marché européen.
Rencontre du 19 juin 2015 entre Alexis Tsipras et Vladimir Poutine au Forum économique international de Saint-Pétersbourg. Washington, qui s'oppose à la Russie dans le cadre de la crise ukrainienne, voit d'un mauvais œil Moscou envisager de renforcer sa capacité de livraison de gaz au marché européen. (Crédits : Reuters)
Un gazoduc russe, cofinancé par Athènes et Moscou, sera construit en Grèce entre 2016 et 2019.

Voilà une nouvelle qui ne va pas apaiser les tensions entre Athènes et ses créanciers. Le ministre grec de l'Energie, Panayiotis Lafazanis, et son homologue russe, Alexandre Novak, ont signé vendredi un accord pour la construction d'un gazoduc russe en Grèce, a indiqué à l'AFP le ministère russe de l'Energie.

Le ministre grec a ajouté que le coût total de la construction du gazoduc s'élève à 2 milliards d'euros. Il aura une capacité de livraison de 47 milliards de mètres cubes de gaz à ses clients européens, a ajouté M. Novak sur son compte Twitter.

La Grèce emprunte à une banque russe pour financer le projet

Le document, encore au stade du protocole d'entente, prévoit la création d'une coentreprise détenue à parts égales grecques et russes et chargée de la construction de ce gazoduc entre 2016 et 2019, selon Alexandre Novak, cité par les agences de presse russes lors de la cérémonie au Forum économique international de Saint-Pétersbourg.

Dans le détail, la coentreprise, baptisée South European Gas Pipeline, sera financée à 50% par la partie russe et à 50% par la partie grecque, qui a contracté à cet effet un prêt auprès de la banque russe Vnesheconombank, a annoncé M. Lafazanis, cité par l'agence Tass.

Alexandre Novak a estimé, quant à lui, qu'il s'agissait d'"un événement très important":

Ce gazoduc "nous permet de continuer nos projets de construction d'infrastructures dans le cadre du gazoduc passant par la mer Noire, la Turquie, et la construction d'un hub en Turquie", s'est félicité le ministre russe.

A l'insu des Etats-Unis et de l'Europe

Ce projet constitue un double camouflet pour les Occidentaux. Bruxelles voit Athènes se rapprocher de Moscou. En réaction à la rencontre entre Alexis Tsipras et Vladimir Poutine, le 8 avril, Martin Schulz, interrogé par le journal allemand Hannoversche Allgemeine Zeitung, avait notamment demandé à Alexis Tsipras de "ne pas mécontenter ses partenaires européens", estimant que "l'Union doit faire preuve de cohérence face à la Russie, en parlant d'une seule voix".

En outre, Washington, qui s'oppose à la Russie dans le cadre de la crise ukrainienne, voit d'un mauvais œil Moscou envisager de renforcer sa capacité de livraison de gaz au marché européen.

Et potentiellement de nouveaux contrats en vue. Le Premier ministre grec Alexis Tsipras doit rencontrer vendredi à 13h30 GMT (15h30 heure française) le président russe Vladimir Poutine à Saint-Pétersbourg (nord-ouest), où se tient jusqu'au 20 juin le Forum économique international de Saint-Pétersbourg.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/04/2016 à 21:27 :
C'est l'effet de la politique étrangère de la France de ces quatre dernières années...
a écrit le 22/06/2015 à 11:35 :
Ah , bravo, les Grecs n'ont plus besoin de l'Euro, de toute façon on aurait jamais été remboursé de ce qu'on leur a prêté ,reste à voir si les Russes feront mieux.
Réponse de le 22/06/2015 à 13:58 :
La flambe est terminée
Le gouvernement russe vient d'ordonner 30 milliards de roubles (490 millions d'euros) d'économies supplémentaires sur le budget de la Coupe du monde de football 2018.
a écrit le 21/06/2015 à 19:13 :
La Russie, que nous cherchons opiniâtrement à humilier, pousse ses pions en Grèce. Mais elle finira par avoir son gazoduc et peut-être une base militaire en Grèce. Qui perd gagne ?
Réponse de le 22/06/2015 à 3:03 :
C'est d'aucun intérêt pour la Russie ni la Grèce. C'est Poutine qui envahi et humilie l'Ukraine, la Géorgie etc, pas l'inverse.
a écrit le 21/06/2015 à 18:29 :
si les russes veulent financer les grecs, ils devraient quand meme se renseigner sur la facon dont les grecs traitent leurs creanciers ...
Réponse de le 27/06/2015 à 11:01 :
Oui c'est vrai : des gens qui n'ont remboursé que 6 fois le montant du capital de leur dette (comme nous pour la nôtre d'ailleurs) et refusent de le rembourser une 7ème fois, c'est scandaleux !! Mieux vaut prêter à ses bons gros moutons de français, qui se laissent tondre sans renâcler. ;)
a écrit le 21/06/2015 à 18:08 :
La Grèce recherche des sous pour respecter les contraintes budgétaires de l'europe, elle n'a donc pas d'autre choix que d'aller vers ceux qui l'aide, ce gazoduc fera entrer des devises.
Vous remarquerez que personne ne se plaint de la position de la Turquie, largement pro-russe.
a écrit le 21/06/2015 à 11:58 :
La Grèce a bien raison. Maintenant, il ne lui reste plus qu'à sortir de l'euro et on l'aura... "dans l'os" car ceux qui vont rester devront payer pour elle !
Réponse de le 27/06/2015 à 11:27 :
On l'a déjà dans l'os, bribri... depuis que la dette grecque, détenue par les banques privées il y a encore 2 ans, a été rachetée par les Etats de l'UE sans bien sûr qu'on nous demande notre avis. ;)
Ce ne sont donc pas les actionnaires qui ont prêté à la Grèce à 18% qui vont payer - eux ça y est, ils ont récupéré leur fric - mais nous.
Alors que la solution aurait été de laisser les banques faire faillite en ne remboursant que les avoirs des ménages, des artisans et des PME et pas le reste, exactement comme ça a été fait en Islande.
a écrit le 21/06/2015 à 7:12 :
Pourquoi un camouflet, c'est plutot une bonne nouvelle pour la Grèce, et c n'est qu'un début...
a écrit le 21/06/2015 à 3:27 :
Poutine est de tous les mauvais coups en Géorgie, Moldavie, Crimée, Ukraine, Arctique, Syrie, Grèce etc
Réponse de le 21/06/2015 à 12:00 :
Je dirai plutôt que M. Poutine voit "plus loin que le bout de son nez" qu'il réfléchit aux tenants et aboutissants avant d'agir !
Réponse de le 21/06/2015 à 22:07 :
On pourrait aussi faire la liste des mauvais coups dans lesquels les Etats Unis sont impliqués et la liste serait longue, très longue. On pourrait par exemple commencer par l'Irak, pays qu'il ont détruit politiquement et offert dans un plateau aux"barbus" de l'état Islamique. Alors un peu de décence. Autre sujet qui fâche: les Etats Unis ont fait le blocus de Cuba pendant 50 Ans à cause des missiles russe doit on aujourd'hui faire le blocus de la Pologne à cause des tetes nucléaires Américaines disposées à la frontière Polonaise et orientées vers la Russie. Tiens c'est marrant personne ne bronche ! 2 poids, 2 mesures ? Dans quel camp est la mauvaise foi ?
Réponse de le 22/06/2015 à 3:00 :
Les Etats-Unis n'ont pas envahi ni n'envahissent pas l'Europe, les soviétiques l'ont fait près de 60 ans de même que Poutine en Géorgie, Moldavie, Crimée etc. Qui a mis son véto face à la majorité de l'ONU en Syrie et a pour résultat plus de 250.000 morts, des millions de déplacés et migrants et Daech etc ? : Poutine. Un peu de réalisme et stop à la propagande du Kremlin.
Réponse de le 22/06/2015 à 6:07 :
Belle politique des E.U de virer tous leurs opposants (Libye, Irak, Syrie... qui étaient ou sont encore laïques) et pour y mettre quoi: des barbus fanatiques! Un peu de sérieux lorsque l'on fait de la politique étrangère. Ce sont toujours les E.U qui déclenchent les conflits et c'est toujours l'Europe qui doit éteindre l'incendie. Et quel pays la Russie a t elle occupé par la guerre ?
Réponse de le 26/06/2015 à 20:52 :
Afghanistan
Réponse de le 27/06/2015 à 11:45 :
@ "Vive l'Union Européenne"
Par rapport aux 250 000 morts en Syrie dont tu parles ci-dessous, t'es-tu visiblement demandé qui forme, arme, transporte et finance les milices en guerre contre Bachar El Assad ?
Non, jamais.
C'est très drôle !^^
Après c'est sûr, sans le véto russo-chinois c'est vachement mieux : au lieu de 250 000 morts, y'en a 1 million. (cf. Irak)
a écrit le 20/06/2015 à 17:47 :
@Vincent 20/6 9:20 et bruno_bd 9:20
Merci beaucoup: je n'étais pas au courant que le projet "North Stream" était aussi avancé (comme quoi, les sanctions, c'est tout à fait théorique....).
Quant à importer du gaz de schiste américain, c'est un fort moyen de négociation pour établir les prix dans les contrats de gaz qui sont plus ou moins long terme.
De source bien informée, il semble qu'il faut faire attention avec l'exploitation du gaz de schiste car ce n'est pas clair du tout au point de vue environnement. A mon humble avis, il est préférable de trouver la technologie adéquate et compétitive permettant de travailler le plus correctement possible. De toute façon, si on en a, on pourra toujours aller le chercher; ce n'est qu'une question de temps.
Cordialement
Réponse de le 27/06/2015 à 12:06 :
Oui Bernardino, mais tu es en-dessous de la réalité : les gaz de schistes c'est très clair au contraire (je suis ingénieur eau et environnement) : c'est une catastrophe assurée sur le plan environnemental, sanitaire, paysager, touristique ET économique. Les Etats-Unis sont en train de le payer très cher...
Donc double effet kiss-cool pour Tsipras : grâce au gaz russe, il pourra s'asseoir sur les contrats d'exploitation des gaz de schistes dans son pays par des multinationales américaines, contrats signés quelques mois avant son arrivée au pouvoir sans aucun débat public ni bien sûr étude d'impact quelconque...
a écrit le 20/06/2015 à 15:24 :
La réaction primaire et typique de l'UE vis à vis de la coopération Gréco-Russe est une nouvelle preuve que que la politique extérieure de l'Union Européenne nuit gravement à la santé géopolitique de la Grèce.
La Grèce, pour survivre, a toujours été dans l'obligation de mener une politique très prudente dans un environnement régionale difficile. C'est un pays qui s'étend dans les Balkans, connue pour être une péninsule instable. Le territoire grec effleure les côtes Egéennes de la Turquie où les litiges sont nombreux, l'horizon maritime grecque l'amène directement en contact avec le monde Arabe ....

Pour la Grèce, ça a toujours été une grande nécessité de mener une diplomatie de l'apaisement et de coopération. Eviter un maximum de conflit afin de ne pas irriter l'environnement qui l'entoure. Elle a toujours été soucieuse de cultiver des relations cordiales avec ses voisins Balkaniques, avec le monde Arabe et particulièrement ses relations historique avec la Serbie et la Russie.
Un principe que tout pays prudent retient volontiers. Les seuls ne l'ayant toujours pas imprimé dans leur esprit sont bien évidement l'Union Européenne qui apparement, se plaît à jouer le jeu des Etats Unis.

Disons le tout de suite, la Grèce ne peut se permettre de suivre une ligne de conduite géopolitique aussi creuse que celle menée par le camp occidental. Cela ne lui correspond pas du tout par sa nature géopolitique. La Grèce doit s'ouvrir au reste au monde au diable l'UE !
Réponse de le 21/06/2015 à 11:44 :
"La Grèce, pour survivre, a toujours été dans l'obligation de mener une politique très prudente dans un environnement régionale difficile"
Avec chars russes, GRU et FSB prochainement à Athènes, pour un pays qui gagne beaucoup grâce au tourisme, choix vraiment débile et surtout pas prudent.
Le reste du monde = Russie? Evolution de l'homme à l'envers "Bienvenue à Novayarussiajurassickparc, bonnes vacances"
Réponse de le 22/06/2015 à 12:53 :
En attendant c'est la NSA qui écoute les communications de l'Europe et non le FSB.
Il est temps d’arrêter cet anticommunisme primaire qui aveugle les naïfs de la politique étrangère. Pas besoin non plus de chars Américains ici ou là, avec l'OTAN les états Unis sont partout et jusqu'aux frontières de la Russie. Provocation !
a écrit le 20/06/2015 à 11:54 :
que de réactions primaires, aucun discernement dans vos propos : la grèce fait ce qu'elle peut pour son approvisionnement en énergie, avec les moyens mis à sa disposition. Si l'UE ne veut pas le faire, la Grèce se tourne naturellement vers qui peut l'aider, et au diable la diplomatie de caniveau. Même si la Grèce doit des sommes importantes aux créanciers, à quoi cela servirait-il d'appauvrir au delà du raisonnable un pays qui n'a plus de ressources et plonger tout un peuple dans la misère ? à rien car tout sera perdu. l'autre risque pour l'UE est géopolitique : sortie de l'UE, la Grèce ne pourra se tourner que vers le moyen orient, la Chine et la Russie.... Bonjour l'avenir de l'Europe : comme les instances européennes semblent sous influences de lobbies, tout explosera... et ce sera encore pire. Donc, les créanciers auraient plutôt intérêt à remettre ce pays sur pied, quitte à lui prêter sur le très long terme pour qu'il puisse rembourser. Un défaut de la Grèce, c'est la montée des populismes à moyen terme car Athènes aura beau jeu de dire au reste de l'Europe : débrouiller vous avec les migrants que je laisserai passer.
a écrit le 20/06/2015 à 10:56 :
Si la Grèce pouvait quitter l'UE pour rejoindre l'orbite Russe, ce serait une excellente nouvelle pour nous. La russophilie de Tsipras n'est plus à démontrer, ce qui en fait un très mauvais allié européen puisque de son côté, l'UE sanctionne la Russie à cause de son expansionnisme militaire. Mais Tsipras joue le double jeu, il est l'allié de Moscou tout en demandant l'aide de l'UE.
Réponse de le 20/06/2015 à 18:57 :
l'expansionnisme militaire russe ? ah oui , c'est vrai , ils ont mis leur pays au beau milieu des bases de l'Otan, vraiment un signe d'agression :-)
Réponse de le 21/06/2015 à 9:46 :
Demandez à l'Ukraine et à la Géorgie s'il n'y a pas d'agression militaire.
Réponse de le 21/06/2015 à 11:07 :
Vous semblez mal connaître les enjeux géopolitiques du monde et croire aveuglément le journal de 20h. L'expansionnisme militaire russe ?? Ça sort d'une école de journalisme cette bêtise ?
Que faites vous de l'ingérence américaine ? De l'annexation de l'Europe par Washington ? Ne comprenez vous rien de la crise que nous traversons ici de l'impossibilité pour la France de retrouver sa croissance ? Musique, Cinéma, théâtre, stand-up, Cuisine, humeur sociétale, et nos actions politiques qui ne vont que ds un sens celui de UE, création américaine. Comment peut on même croire au concept de 28 pays ne parlant que d'une seule voix, pour que cela fonctionne, il faut bien une dictature ! Et c'est cela que vous soutenez ?
La Grèce dehors ? Quel paradox, ce joli sentiment européen qui est le votre ...
Réponse de le 22/06/2015 à 17:25 :
C'est curieux l'absence de référence au fait que plusieurs ministres Ukrainiens se revendiquent ouvertement du néo-nazisme mais le méchant c'est toujours Poutine. Le peuple de l'est Ukrainien de se révolte contre cette montée du fascisme dans leur pays et ils ont raison ! Les russe n'oublient pas qu'ils ont payé le plus lourd tribu de la seconde guerre mondiale (21 millions de morts et 3 fois plus que la Shoah). Chez eux l'anti-fascisme reste la règle au delà des errances. Alors les donneurs de leçons de démocratie et de géopolitique " Maul zu ! "
Réponse de le 22/06/2015 à 19:13 :
Donc il n'y a pas de soldats ni de matériel militaire russes en Ukraine, ce ne sont pas des chars russes qui ont annexé l'Ossétie du sud, province géorgienne, il n'y a pas eu d'invasion militaire russe de l'Abkhasie, autre province géorgienne. Par contre, il y a des négationnistes sur ce blog.
a écrit le 20/06/2015 à 10:35 :
Je doute, après ce dernier "exploit", que les créanciers aient la moindre mansuétude vis-à-vis de la Grèce ce Lundi. Les grecs ont bien raison de vider leur compte, en moins de 6 mois Tsipras et sa bande de malfaisants auront réussi à précipiter le pays dans le mur en ne cessant de klaxonner.
a écrit le 20/06/2015 à 10:31 :
A son tour la Russie alimente le tonneau des Danaïdes grec. L'argent sera dépensé, mais pas sûr que le gazoduc y soit un jour constuit...
a écrit le 20/06/2015 à 9:20 :
Cela fait des années que nous finançons et assumons la stabilité de ce pays de cocagne qui n'a tenu aucun de ses engagements. Ils veulent se tourner vers la Russie ? Qu'ils y aillent ! Dans 10 ans le gaz leur est coupe car ils je paieront pas. C'est un sport chez eux. Alors bon vent !
Réponse de le 20/06/2015 à 10:23 :
Vous avez perdu beaucoup d'argent avec la Grèce n'est pas, papy ? alors dites nous combien, qui sait on pourrait se cotiser pour vous rembourser. :-)
Réponse de le 20/06/2015 à 12:57 :
@Victor Stus: 42 milliards pour la France, selon Bloomberg. Quant au remboursement des Grecs, on peut s'asseoir dessus, raison pour laquelle il faut arrêter la mascarade :-)
Réponse de le 20/06/2015 à 19:00 :
on en serait à 68 milliards
nos chers gouvernements ont "sauvé" les banques en remplaçant faisant racheter les dettes par la BCE et en couvrant le tout avec des mécanismes à la noix .
les banques ont fait des bénefs et les contribuables paieront.
a écrit le 20/06/2015 à 8:53 :
On comprend bien que les usa et l'europe veulent etre le centre du monde mais pendant qu'eux reflechissent au meilleur moyen de dépouiller les pays et les populations des acquis financiers et sociaux et comment avoir la main mise sur le monde, d'autres continuent le business. La grece en se tournant vers la russie à des chances de sortir de la crise. D'ailleur qui pouvait croire qu'il n'y avait pas un plan b derriere les négo grecques. Le monde à la chance d'avoir un deuxieme bloc (asie/russie/bresil) sinon, on etait mort
a écrit le 20/06/2015 à 8:00 :
Tout ce qui peut permettre de diversifier le tracé d'acheminement du gaz vers l'Europe de l'ouest (et surtout éviter l'Ukraine) est très favorable. Ensuite, il faut aller de Grèce vers Italie du sud et peut-être construire en Italie pour remonter vers le nord en fonction de la capacité. Toutefois, il semble que le projet actuel "SouthStream" peut éviter de passer par la Grèce. Le projet le plus sûr semble être le "North Stream" càd passer dans la flotte mais c'est probablement beaucoup plus cher.
Cordialement
Réponse de le 20/06/2015 à 9:20 :
Gazprom russe vient de signer un contrat avec trois sociétés européennes (Allemagne, Hollande et Autriche) pour la construction d'un deuxième "North Stream" par la mer Baltique, en évitant l'Ukraine.
Pour la Grèce il est prévu la construction d'un "hub" de distribution pour une partie de l'Europe, le "Turkish Stream" reliera la Russie à la Turquie.
Nous, en France, on achètera du pétrole et du gaz de schiste américain !!
Réponse de le 20/06/2015 à 10:28 :
"Nous, en France, on achètera du pétrole et du gaz de schiste américain !!"
Ben ou, puisqu'on ne veut pas exploiter le nôtre.
Réponse de le 20/06/2015 à 19:02 :
les américains ne peuvent pas encore exporter leur gaz de schiste à grande échelle , les infrastructures ne seront pas prêtes avant plusieurs années.
a écrit le 20/06/2015 à 7:51 :
Excellent ! Poutine assure carrément, les euro/US qui ont mis le feu partout ne contrôle plus les monstres qu'ils ont créé, ils ne leur restent plus que les accords TAFTA/TTIP pour que tout s'écroule. La Russie n'est clairement pas une démocratie exactement comme chez nous, ils font quoi de différents ? La Grèce vient de dire qu'ils allaient quitter l'Euro, bravo !
a écrit le 19/06/2015 à 23:58 :
Le gazoduc en Grèce, c'est bien, mais Turkish Stream, d'où il sera approvisionné, n'est pas encore signé, même si sa construction a commencé du côté russe. Les Turcs ne sont pas pressés, ils vont tirer une bénéfice maximale de la situation sans oublier que la Russie n'est pas seule à pouvoir fournir du gaz en Turquie. Le ton alarmiste de l'article est inutile: les Russes vont construire l'infrastructure pour fournir du gaz pas cher (il y aura une bonne concurrence) en Europe sans avoir les garanties des volumes, tout cela à condition qu'ils puissent le faire. Une vraie tragédie pour les européens :)
a écrit le 19/06/2015 à 23:58 :
Le gazoduc en Grèce, c'est bien, mais Turkish Stream, d'où il sera approvisionné, n'est pas encore signé, même si sa construction a commencé du côté russe. Les Turcs ne sont pas pressés, ils vont tirer une bénéfice maximale de la situation sans oublier que la Russie n'est pas seule à pouvoir fournir du gaz en Turquie. Le ton alarmiste de l'article est inutile: les Russes vont construire l'infrastructure pour fournir du gaz pas cher (il y aura une bonne concurrence) en Europe sans avoir les garanties des volumes, tout cela à condition qu'ils puissent le faire. Une vraie tragédie pour les européens :)
Réponse de le 20/06/2015 à 9:21 :
Désolé de vous contredire, mais si la construction du "Turkish Stream" a déjà commencé il y a quelques semaines, comment se peut-il que l'accord entre Moscou et Ankara ne soit pas encore signé ?
Réponse de le 20/06/2015 à 14:55 :
@Vincent: Aucune contradiction. J'écris la même chose, la construction a commencé du côté russe, mais il n'y a pas de signature définitive :) En fait, cette situation n'est si rare dans certains cas, mais ce cas est bien particulier, les Turcs vont bien profiter.
a écrit le 19/06/2015 à 23:58 :
Le gazoduc en Grèce, c'est bien, mais Turkish Stream, d'où il sera approvisionné, n'est pas encore signé, même si sa construction a commencé du côté russe. Les Turcs ne sont pas pressés, ils vont tirer une bénéfice maximale de la situation sans oublier que la Russie n'est pas seule à pouvoir fournir du gaz en Turquie. Le ton alarmiste de l'article est inutile: les Russes vont construire l'infrastructure pour fournir du gaz pas cher (il y aura une bonne concurrence) en Europe sans avoir les garanties des volumes, tout cela à condition qu'ils puissent le faire. Une vraie tragédie pour les européens :)
a écrit le 19/06/2015 à 23:24 :
Il ne s'agit pas que d'un simple camouflet diplomatique. Comment devons-nous interpréter cette signature qui n'engage qu'un seul pays ; sans unité Européenne, et dans un même temps nous parler d'un traité transatlantique qui lui obligerait tous les états Européens à s'y soumettre.
quelle confiance accordée aux dirigeants de cette Europe là ? - où sont la cohérence, la cohésion. Quelle est la volonté qui se dessine de cette Europe.
Serons-nous un jour capable d'avoir notre propre politique commune ? - Bien des questions se posent ; pour un flou politique qui ne cesse de serpenter.
Réponse de le 20/06/2015 à 9:25 :
En fait, si nos médias parlent trop de la Grèce ces derniers temps c'est parce que ce pays est plus important pour l'Europe que l'Europe pour lui. La preuve, Tsipras est allé chercher d'autres solutions pour "le problème grec" ailleurs qu'Europe et selon la presse grecque les choses vont bon train dans ce sens. La Grèce va survivre peut-être dans un autre bloc que l'UE, mais l'UE va-t-elle survivre sans la Grèce, voilà la question qui s'impose.
a écrit le 19/06/2015 à 22:19 :
J'espère que la banque russe applique une marge de 20% sur le taux de ce crédit ! Parce que la c'est clairement du Capital Risk ! (et la banque peut dès à présent provisionner 50% de la créance).
Réponse de le 20/06/2015 à 8:48 :
En quoi la marge de 20% diminue le risque? C'est une excuse de financier pour augmenter leur marge. Quand le risque est trop grand, on ne prête pas!!
Réponse de le 20/06/2015 à 9:27 :
C'étaient les banques françaises qui ont appliqué des taux d'emprunt à 50% à la Grèce sous l'alibi de "prêt à risque". Difficile de croire que nos banques ont encore de l'argent grec à recevoir….
Réponse de le 20/06/2015 à 18:06 :
@William : la marge n'est pas là pour diminuer le risque! le taux appliqué au client est composé du coût de la liquidité + coût du risque + marge commerciale. Plus le risque est élevé, plus la probabilité de perte est élevée, plus le taux est élevée. Alors me sortir "c'est une excuse de financier"....soit vous êtes très naïf, soit vous êtes volontairement provocateur. Et oui on peut se permettre d'augmenter la marge commerciale sur un débiteur plus risqué (d'ailleurs si le taux ne lui convient pas rien ne l'empêche d'aller voir ailleurs).
On se retrouve sur un point, même si le risque zéro n'existe pas, quand le risque est trop grand, on ne prête pas (devise de risker : quand il y a un doute, il n'y a pas de doute!).

@Vincent : les banques françaises ont loin d'avoir été les seules à pratiquer des taux élevés.
Réponse de le 27/06/2015 à 11:54 :
@ actionnaire (qui porte bien son nom^^)

C'est le contraire : c'est le taux qui crée le risque, et non par le taux qui dépend du risque. ;)
En effet, quand on prête à plus de 10%, on est sûr A L'AVANCE qu'il y aura défaut à un moment. Mais comme avant qu'il ne survienne on a déjà été remboursé 5 fois, et que pour la 6ème, on se la fait racheter par les Etats - on s'en fout !
a écrit le 19/06/2015 à 22:10 :
L'empire américain d'Occident se veut le maître du monde qui, en Europe, a très bien verrouillé sa colonie d Etats, antagonistes mais qui lui ont vendu leur souveraineté. Ces vassaux paumés entre ceux qui ne voient que l'est du continent et ceux qui sont préoccupés par les rivages méditerranéens, harcèlent une Grèce qui ne peut se faire aider que par la Chine et la Russie, au risque provoqué qu'ils ne se retrouvent Moscouillonnés.
a écrit le 19/06/2015 à 22:04 :
En France, les critères de modération pour les commentaires dans des forums journaux depuis toujours étaient les suivants :
. 1. à rester dans le cadre de l’article qui fait l’objet d’un Commentaire;
. 2. à proscrire les abréviations, les termes grossiers ou vulgaires même suggérés
. 3. à veiller à que les propos n'incitent pas à la haine la plus ordinaire;
. 4. à proscrire et les messages de type SMS
. 5. à vous abstenir de publier tout message à caractère publicitaire;
. 6. à signaler tout abus que vous pourriez constater dans les Commentaires;
. 7. à ne mettre de liens URL dans vos Commentaires que si ceux-ci sont nécessaires au débat;
. 8. à ne pas écrire votre texte tout en majuscules;
.
Dans les forums de LT on voit des propos qui échappent absolument aux critères ci-dessus, de propos qui incitent à la haine envers Poutine (ou à un autre chef d'État), de propos d'un racisme sous-jacent et surtout de l'ironie envers d'autres utilisateurs. Par contre, des propos comme les miens, toujours dans les meilleurs critères sont presque que systématiquement modérés. Quel en sont les causes ? bonne question je n'en aurai jamais la réponse. Dommage que je me vois obligé à ne plus venir ici, c'est assez frustrant quand-même pour un fidèle lecteur mais qui se sent aujourd'hui une victime d'une politique de modération injuste.
Au revoir, les amis.
a écrit le 19/06/2015 à 20:43 :
on va pas chipoter pour un pipeline de plus ou de moins..., en plus le pétrolZ et le gaZ, c'est toujours bon pour faire rouler mémère le dimanche
a écrit le 19/06/2015 à 19:48 :
La Grèce, nation orthodoxe, depuis sa soumission à l'empire ottoman, a recherché le soutient de l'empire russe, puissance orthodoxe. La Russie a joué un rôle important pendant la guerre de libération (Navarin 1827). Puis pendant le reste du XIXe siècle. Une alliance politique entre ces deux Etats est donc naturelle. L'avènement de l'URSS l'a brisé. Quand la Grèce a déposé sa candidature à l'UE, en 1975, l'URSS était toujours puissante et menaçante, idéologiquement hostile. Depuis la chute du mur de Berlin, les choses ont changé. Dans le cadre d'une relation difficile avec l'UE, un rapprochement ne peut donc être une surprise.
Réponse de le 19/06/2015 à 20:14 :
Excellente analyse, un rappel des faits très opportun, bravo !
a écrit le 19/06/2015 à 18:24 :
si LE PEN venait à être élue en 2017 , elle ferait la même chose , elle se tournerait vers Poutine qui l'accueillerait les bras grands ouverts ! tout pour emm... les USA
Réponse de le 19/06/2015 à 19:03 :
elle aurait bien raison on ferait un bloc qui serait respecté car avec hollande et la vaseuse on nous méprise.
Réponse de le 19/06/2015 à 19:54 :
Elle se couchera, comme les autres avant elle.
a écrit le 19/06/2015 à 18:21 :
Tsipras jour sur les 2 tableaux, l'Ouest et l'Est. A til tord ?
La probabilité que la Grèce déclare officiellement faillite est très forte, les créanciers (nos banques) iront s’asseoir sur leurs euros, l'armée russe veillera d'un oeuil si éventuel litige il y a sur son nouvel ami.
Le problème est que toutes les banques européennes sont techniquement en faillite, et toutes liées entre elles, le risque systémique est bien là.
L'euro n'a que bien se tenir.
Réponse de le 19/06/2015 à 19:02 :
Bravo à la Russie et à Poutine, la Grèce à bien compris où était son intérêt.
Réponse de le 19/06/2015 à 19:15 :
@Richard78: il est vrai que le système occidental est à bout de souffle. Le gros problème, c'est qu'au lieu de créer une entité (l'Europe) forte capable de parler d'égal à égal avec les grandes puissances (USA, Chine, Brésil, Inde, etc.), on s'est vassalisé aux US. On va le payer cher. Poutine est un vrai président (pas parfait certes) qui s'occupe des intérêts de son pays en priorité. On en a pas parlé dans la presse occidentale, mais il a aussi signé des contrats avec l'Arabie Saoudite, c'est pour dire si les Américains doivent l'avoir de travers ces temps-ci :-)
Réponse de le 19/06/2015 à 20:17 :
Bravo, Patrickb, une fois n'est pas coutume, je suis tout à fait d'accord avec vos propos, très lucides.
Réponse de le 20/06/2015 à 12:52 :
" il est vrai que le système occidental est à bout de souffle."

Le Socialisme n'est pas "le" système occidental, juste du populisme. Et oui, il est mort -depuis longtemps du reste.
Réponse de le 20/06/2015 à 19:17 :
les banques ne sont plus engagées
les dettes ont été rachetées par les autres états via les dispositifs MES , FESF .... tous des montages à la gomme .. à la fin ce sont les contribuables français et allemands qui paieront la note.
a écrit le 19/06/2015 à 18:02 :
La Russie serait-elle en train de faire à la Grèce le même coup qu'à la Bulgarie avec South Stream (un sketch de 3-4 ans qui a fini par une annulation par Poutine en conférence de presse) juste pour mettre le bordel en Europe ?
Pour info, la Russie et la Turquie n'ont toujours pas signé d'accord sur ce projet.
Réponse de le 19/06/2015 à 18:41 :
Hmmm je pense qu'ici vous mélangez les pinceaux. En fait c'est la Bulgarie qui sous pression de l'UE et de vous savez qui, s'est désisté de South Stream, et alors la Russie a décidé d'abandonner le projet. Ils n'ont pas signé et je pense qu'ils ne le signeront jamais, le Turkish Stream est déjà en construction, ainsi que le gazoduc "Force de Sibérie" vers la Chine.
Réponse de le 20/06/2015 à 1:46 :
je vis en Bulgarie et les contrats pour South Stream étaient signés, même les permis de construire. Après publication de cette information l'été 2014, Bruxelles a engagé une procédure contre l'Etat Bulgare pour non respect du droit européen (garantie d'accès aux infrastructures d'énergie).
La Russie a alors reculé et Poutine a annoncé l'arrêt du projet unilatéralement de Turquie. Mais, en terme de droit, Gazprom pouvait construire. Pas assez de sous sans doute.
Réponse de le 20/06/2015 à 1:55 :
Toujours @ Itzaak
Pour Turkish Stream, russes et turcs discutent toujours du prix :
http://www.lorientlejour.com/article/928943/turkstream-gazprom-devrait-signer-laccord-avec-ankara-fin-juin.html
Réponse de le 20/06/2015 à 9:33 :
Je pense que les journaux bulgares sont toujours en retard. Qui plus est, d'autant plus faire confiance à un journal russe qu'à un journal français, surtout quand il s'agit d'une affaire russo-turque.
//fr.sputniknews.com/economie/20150619/1016616031.html
a écrit le 19/06/2015 à 17:01 :
Encore un petit mot:

Je signale que lors de la visite de Tsipras le 8 avril dernier à Moscou, Schauble ironisait en disant qu'il serait content et d'accord que la Russie fournisse une aide à la Grèce. Et bien, il doit être content maintenant le Schauble, c'est pour lui que la Grèce a signé!!!
Réponse de le 19/06/2015 à 18:01 :
@V_v: souhaitons un agréable voyage à sens unique aux Grecs et qu'on ne les revoie plus jamais (pas plus que les Turcs) dans l'UE :-)
Réponse de le 19/06/2015 à 18:36 :
Ah j'adore Schauble, il a un air de "Deutsche Bürokrat" qui me plaît énormement ! :-)
Réponse de le 20/06/2015 à 10:23 :
V_v ce ne pouvait plus être qu'un petit mot de votre part vu votre logorrhée sur les divers forums traitant de la Grèce.^^,, L'Allemagne a, elle aussi signé un accord via Eon, Shell et OMV. Et quand on voit ce que valent les engagements entre Etats souverains...
a écrit le 19/06/2015 à 16:37 :
V
a écrit le 19/06/2015 à 16:22 :
on prefere que les grecs fassent venir les investisseurs plutot qu'ils tapent dans la caisse!!!!!
et je ne sais pas pourquoi mais qqch me dit que tsipras remboursera tjs vladimir.....( sans hurler que le pret est indigne injuste et horrible, par exemple)
Réponse de le 19/06/2015 à 16:55 :
Je vais ENCIORE UNE FOIS t'expliquer.
Ce prêt de 2 milliards ne peut pas être illégale, illégitime et odieux puisque c'est un INVESTISSEMENT dans la construction d'un projet et donc ne peut que profiter à la population. Voilà toute la différence des prêts de l'intelligent Poutine qui sait comment s'en prendre avec les pays pour en faire des alliés et les prêts des créanciers occidentaux qui ne sont là que dans le but d'exploiter les peuples.
D'ailleurs, à plusieurs reprises des représentants du gouvernement russe ont martelé que la Grèce n'avait pas demander de prêt pour rembourser ses créanciers. Aucun prêt à la Grèce ne figure dans le budget russe.
Les russes prêtes mais pour du concret, des projets et donc qui profite aux peuples.
Réponse de le 19/06/2015 à 17:05 :
@Churchill: le jeu de Poutine est de casser la dynamique des sanctions en trouvant une brebis galeuse dans l'UE. Il n'a, à mon humble avis, pas du tout l'intention de s'appuyer la note de la dette grecque, mais plutôt de mettre un peu de zizanie chez les Occidentaux. On ne peut lui reprocher de jouer sa propre carte. Le tout va être de voir avec quoi les Grecs vont participer à 50 % puisqu'ils n'arrêtent pas de nous dire qu'ils n'ont pas d'argent :-)
Réponse de le 19/06/2015 à 17:22 :
V
Réponse de le 20/06/2015 à 6:38 :
Avec quoi les Grecs vont participer à 50% ? C'est écrit dans l'article, emprunt à une banque russe !
Réponse de le 20/06/2015 à 7:48 :
@Christophe: ce n'est pas une question de sémantique, mais d'argent ! Ils empruntent et remboursent comment, sachant qu'ils ont déjà 320 milliards de dette ?
Réponse de le 20/06/2015 à 17:55 :
Avec l'exploitation du gazoduc!!
Réponse de le 21/06/2015 à 18:22 :
@Simpliste: sauf que les accords actules avec l'Ukraine prévoit que la Russie paie une redevance pour le passage par l'Ukraine et que quand l'Ukraine vole du gaz ou ne paie pas sa facture, les Russes coupent le gazoduc. Avec un pays comme la Grèce, qui de toute évidence ne respecte pas ses engagements, je doute que Poutine soit naïf et se laisse avoir comme un Hollande... oups, je voulais dire un gamin :-)
a écrit le 19/06/2015 à 16:11 :
Encore un mot concernant ce bel accord russo-grec de construction de gazoduc qui sera financé par les ETATS et non pas par une entreprise privée, tel que Gazprom par exemple, et ceci justement pour éviter des problèmes avec la commission européenne de libre concurrence, etc...

Personne par contre ne remet en question et ne critique ce qui est paru pourtant il y a à peine 24 heures:

"Gazprom, E.ON, Shell et OMV construiront au fond de la mer Baltique un gazoduc reliant la Russie à l’Allemagne d’une capacité de 55 milliards de mètres cube par an, a indiqué le groupe gazier russe dans un communiqué."

Ce qui est faisable pour l'Allemagne (qui violerait même les accords de l'UE), ne doit pas l'être pour la Grèce.

Encore une preuve, s'il en fallait encore une, de l'acharnement anti-grec de cette UE et de son allié US, et ce, indépendamment de la couleur politique au pouvoir en Grèce. Le seul hic pour eux maintenant, c'est qu'il sont tombés sur le meilleur gouvernement que la Grèce pouvait avoir. Et là ils sont pris à la gorge.
Réponse de le 19/06/2015 à 17:05 :
Le budget annuel de l'UE en faveur de la Grèce est de 5 milliards d'euros de plus que le montant de sa contribution, et ce depuis des années. Quel "acharnement anti-grec de cette UE" ! Les banques privés ont déjà annulé la moitié de la valeur du nominal de la dette grec. Il n'y a plus d'intérêts élevés sur cette dette depuis 2010 ! Il n'y a plus que des créanciers issus d'institutions publiques, et la majeure partie de la dette grecque appartient d'une manière directe ou indirecte aux Etats de l'Union Européenne, donc à chaque citoyen de l'UE.
Ce discours de victimisation ne rend pas service aux grecs qui du coup sont perçus par une majorité d'autres européens comme des profiteurs ingrats, ni aux membres de l'UE que l'on cherche à faire passer aux yeux des grecs comme des spéculateurs avides et mal intentionnés à leur égard.
A qui profite ceci ? Aux extrémistes de tout bord, et surtout aux pays qui ne veulent pas d'une Europe unie et forte (Russie, USA, Chine...). Vous intervenez sur les forums de la Tribune, chaque jour, plusieurs fois par jour. Pour qui travaillez-vous ?
Réponse de le 19/06/2015 à 18:10 :
Le fonds de la Mer Baltique n'est pas un territoire sur lequel la question du droit d'accès à l'infrastructure pour les tiers se pose. Parce que ça n'a pas beaucoup de sens et parce qu'il ne s'agit pas en totalité d'un territoire européen.
Il n'y aucun problème en droit européen à ce que Gazprom ou qui que ce soit finance ce gazoduc en Grece tant que son accès est garanti à des entreprises concurrentes à des prix suffisamment transparents et concurrentiels.
Réponse de le 19/06/2015 à 18:11 :
Oui, lorsqu'on bénéficie de la charité, on rampe devant son ou ses bienfaiteurs..
Réponse de le 19/06/2015 à 18:12 :
@Pedro, on connait la chanson!!
Je n'ai même plus envie d'intervenir sur ce discourt formaté.
Si vous croyez ce que vous dites, vous devriez rester zen et même pas réagir à mes commentaires. Mais, c'est parce que mes commentaires FONT MOUCHES que vous vous sentez obligé d'apporter une soi-disant contre-vérité.
Dites la vôtre de vérité et laissez la mienne tranquille. D'ailleurs, si je la publie justement ici plusieurs fois par jour c'est pour que chacun sur ce forum fasse son propre jugement, c'est aussi pour ça que je mets des extraits d'articles, non pas de la Tribune qu'on pourrait qualifier de parti pris, mais d'un peu partout. Chacun est libre ensuite de vérifier via ses propres recherches.

C'est comme ça que j'ai cloué le bec à ce KidA qui prétendait que la Grèce importait 3/4 de son électricité. Moi, j'aurais du mal à mentir juste pour appuyer MA théorie. Mentir ici, c'est limité dans le temps, mais comme je dis les choses comme elles sont, je me sens poussé des ailes et je continuerai à dire la vérité ici sur ce forum avec un et unique pseudo. Parce que quand on dit la vérité, on n'a pas besoin de changer de pseudo.
Réponse de le 19/06/2015 à 18:43 :
Vous, en tout cas on voit clairement pour qui vous roulez : vous êtes un néo libéral orthodoxe donc un extrémiste. Vous devriez lire l'encyclique du Pape François pour calmer vos convictions et ardeurs idéologiques
a écrit le 19/06/2015 à 15:54 :
La Grèce est un des plus gros contributeur à l' OTAN. Washinton et Bruxelles voient d'un très mauvais oeil un rapprochement de la Grèce et de la Russsie.
C'est bien joué de la part de Tsipras, l'Europe n'a plus trop le choix.
a écrit le 19/06/2015 à 15:53 :
Et Gazprom qui signe le même jour des accords pour la construction de 2 gazoducs avec Shell (hollandais), E.ON (allemands) ou OMV (autrichiens), c'est normal ?
Pas de réactions ?
D'accord ...
a écrit le 19/06/2015 à 15:47 :
J'espère qu'ils vont aussi signé le contrat sur les Kalachnikov. Que la Russie va être choisi pour la privatisation du port de Thessalonique. Que la compagnie conjointe russo-grec sur les fruits et légumes importés de Grèce pour être transformé en Russie et donc contourner l'embargo russe sur ces produits envers l'UE voit le jour aussi.
Le reste c'est pour plus tard, pas tout dévoiler non-plus!
Réponse de le 19/06/2015 à 18:12 :
Ouais, les russes on vachement besoin de fruits et légumes..
Réponse de le 19/06/2015 à 19:20 :
Et les fruits et les légumes de l'Amérique latine et de l'Asie sont encore plus savoureux et à des prix encore plus avantageux que ceux des européens, Pascal dixit.
Réponse de le 19/06/2015 à 20:22 :
Oui, Nicolas, les Russes, comme nous tous, ils ont vachement besoin de fruits et de légumes mais à un meilleur prix que ceux des exportateurs européens. Alors pour cela Poutine a fermé le robinet des exportations venues d'Europe et a ouvert ce marché aux producteurs de l'Asie, de l'Amérique latine et même de l'Afrique, et ça marche. Vous avez tout à fait raison.
Réponse de le 19/06/2015 à 21:15 :
Mais ils en achètent déjà en venant des pays du BRICS et de l'Asie, ça fait plus d'une année…. actualisez-vous :-)
a écrit le 19/06/2015 à 15:42 :
"Il est temps qu'une Europe européenne se manifeste. Elle pourrait d'abord essayer de convaincre les Etats Unis que leur véritable intérêt n'est pas de bouter la Russie hors de l'Occident, mais de redefinir avec elle des règles du jeu mutuellement acceptables et propres à restaurer une confiance raisonnable."
Source : Le Monde Diplomatique de Juin 2015 - Jean pierre Chevenement - Arrimer la Russie à l'Europe

Pensons-y.
Réponse de le 19/06/2015 à 16:41 :
vous avez raison sur le fond, mais il y a cependant le problème de l'Ukraine et il fait parti intégrante de la démarche qui doit être menée avec les Russes pour définir clairement ce que vous appelez "les règles du jeu". le problème n'est il pas Poutine lui-même qui verrait bien un retour de l'URSS avec ses états satellites? Remplacez Poutine par Gorbatchev et la situation serait toute autre. Les relations est-ouest le seraient également. Quant à l'émergence d'une Europe européenne, indépendante de l'influence américaine, je l'espère vivement mais on en est loin hélas.
Réponse de le 19/06/2015 à 17:26 :
L'Europe des comptables à lâché l'Ukraine, car cette europette là n'a pas d'armée, pas de cohésion économique, pas de vision politique, elle n'a RIEN qui puisse permettre de la sortir du bourbier des banquiers qui la vampirisent ! Merci à Vladimir POUTINE de prouver que la volonté populaire seule est créatrice de VRAIE CROISSANCE. Les peuples aspirent à vivre et élever leurs enfants pas à payer des dettes contractées par des professionnles de la politique qui se sont corrompus et les ont trahis.
Réponse de le 19/06/2015 à 18:45 :
À propos de comme on vit au jour le jour en Ukraine et dont on parle jamais de ce coté du monde, je vous propose un article très révélateur à cette adresse: //lesakerfrancophone.net/chronique-dun-effondrement-annonce/

Bonne lecture, ça vaut la peine le détour.
a écrit le 19/06/2015 à 15:38 :
Bravo la Russie de tenir ses promesse, contrairement aux créanciers qui eux ne cherchent qu'à faire du tort à la Grèce. Quand je pense que tous les projets énergétiques (Southstream, TAP, Bourgas-Alexandropolis, Nabucco) que la Grèce a entrepris ont été abandonné de force soit parce que les américains sont intervenu d'une manière musclé pour forcer la Grèce ou d'autres pays d'abandonner, soit parce que la commission européenne n'a jamais donné suite à des projets. Bref, on reproche d'un coté la Grèce de ne pas se développer économiquement et de l'autre on sabote ses projets. La Grèce doit être fier du gouvernement qu'elle a mis en place.
Réponse de le 19/06/2015 à 16:20 :
Que je sache la Russie n'a pas avancé 330 milliards d'Euros à la Grèce. Si la Russie veut se substituer à l'Europe et au FMI dans ces prêts, bravo a elle. Tout le reste ne sera que da la petite politique....
a écrit le 19/06/2015 à 15:28 :
En résumé, La Grèce, par le biais d'une entreprise, dont elle détiendra 50 % des capitaux, payés à crédit à Poutine...va construire un oléoduc qui passera sur ses terres afin de d'alimenter l'Europe en gaz !!! cette curieuse démarche est un véritable pied de nez conjoint des deux responsables Russe et grec à l'Europe et aux USA. Je ne suis pas sûr que Poutine n'ait pas d'autres ambitions à travers ce contrat, car il peut se douter que cet emprunt grec ne sera pas plus honoré que les autres passés par ce pays avec le FMI et la BCE.
Réponse de le 19/06/2015 à 18:14 :
"afin de d'alimenter l'Europe en gaz !!!"

Bien, en gros, le grec veut nous vendre du gaz. En quoi est-ce un pied de nez ??
Ils dépendront de nous.
Réponse de le 19/06/2015 à 19:22 :
Vos propos sont la joie de ce forum, tellement amusants... merci et encore bravo. :-)
Réponse de le 20/06/2015 à 12:40 :
Au plaisir.
J'attend avec impatience le jour ou le gros titre sera "Cuba Paye une ligne internet à haut débit aux USA".. C'est sur qu'in va pleurer à Wgt
a écrit le 19/06/2015 à 15:28 :
Il est bien que la concurrence existe. On voit ici l'intention autoritaire européïste tenant à exiger des autres qu'ils fassent ce qu'elle veut. Les nations doivent revendiquer leur liberté. L'Europe n'est pas un pays, tout juste une entente à intérêt mutuel. Ne pas l'oublier.
a écrit le 19/06/2015 à 15:15 :
Si longtemps après, émouvante cette réconciliation entre néo-trotskistes et néo-staliniens.
a écrit le 19/06/2015 à 14:50 :
Tsipras fait son malin mais la Grèce veut-elle passer sous la tutelle de Moscou? Je crois que la partie de poker continue. Poutine est un homme intéressant mais l'Europe est tout de même plus sûre même avec un Hollande à Paris.
Réponse de le 19/06/2015 à 15:31 :
@ozarmes et si vous cessiez de tenir des propos ineptes? Choisir quelle Europe? et est ce réellement un choix?
passer un accord économique avec la Russie est ce pire que de signer le traité transatlantique?
Réponse de le 19/06/2015 à 18:15 :
"passer un accord économique avec la Russie est ce pire que de signer le traité transatlantique"

Demandez donc à toutes ses anciennes colonies de l'Europe de l'Est si c'est pire !
Réponse de le 20/06/2015 à 10:44 :
C'est hyper confus votre commentaire, je n'ai rien compris. Quelle co*nerie....
Réponse de le 20/06/2015 à 12:41 :
COMECON ? vous vous renseignerez sur la joie d'avoir des russes dans son pays...
a écrit le 19/06/2015 à 14:48 :
Et le remboursement de l'emprunt que la Grèce contracte auprès des Russes est financé par nos impôts !! Que ces gens quittent l'Europe et l'Euro au plus vite. Et si la Grèce veut devenir un Pays émergent, ce sera son choix. Le choix de l'Europe était définitivement trop exigeant pour ce Pays.
Réponse de le 19/06/2015 à 15:41 :
Pourvu que tes saintes paroles montent tout droit aux oreilles de Dieu.
Réponse de le 19/06/2015 à 15:49 :
Non, l'emprunt est financé par une avance sur les bénéfices à venir.
Dormez tranquilles, l'argent de vos impôts ne sera pas mangé par les méchants bolcheviques, et en plus vous vous chaufferez à pas cher !
a écrit le 19/06/2015 à 14:45 :
Et alors, l'Ukraine achète bien du gaz russe... Le tout est de savoir s'il n'est pas scandaleux que la Russie prête de l'argent à un Etat qui ne peut honorer ses dettes. Les Russes n'auront donc qu'à s'en prendre à eux même si un tribunal international estime que c'était profiter de la faiblesse des pauvres Grecs qui n'ont pu, encore une fois, dire non quand on leur parle de leur avancer des fonds...^^,,,
a écrit le 19/06/2015 à 14:43 :
Est-ce que le gouvernement grec aurait, en réalité, déjà prévu la sortie de l'euro, sans l'avouer car elle ne fait pas partie du programme de Syrisa, et agit et planifie déjà secrètement dans le cadre de cette sortie? Si c'est le cas, il n'y aura pas d'accord lundi.
a écrit le 19/06/2015 à 14:43 :
J'adore, comme si la construction d'un gazoduc allait changer quoi que ce soit au problème Grec ! Faut arrêter de fumer la moquette hein, Poutine est à la tête d'une économie exsangue en pleine récession, que voulez vous qu'il fasse avec la Grèce ? Ce qu'il n'arrive pas à faire chez lui ? Et puis vous le pensez assez idiot pour mettre la moindre pièce dans ce puits sans fond(s) que constitue la Grèce ? Il voit bien où en sont aujourd'hui ceux qui ont eu l'outrecuidance de faire confiance il y a quelques années...chat échaudé craint l'eau froide.
Réponse de le 19/06/2015 à 15:45 :
Tu as raison. Obama a obtenu que ses "idiots utiles" des gouvernements européens se tirent une balle dans le pied. Affaiblir l'Europe est bon pour les américains car cela neutralise un concurrent économique. Il ne reste plus à Obama qu'à provoquer une guerre de l'Europe contre les Russes pour nous achever d'une fois pour toutes. Pendant ce temps les produits américains sont vendus au marché noir en Russie et les grandes sociétés US signent de plus en plus de contrats avec les sociétés russes.
a écrit le 19/06/2015 à 14:22 :
On ne peut que se réjouir de voir qu'il existe des alternatives à la tyrannie morale, économique et politique du monde euro-atlantiste.
a écrit le 19/06/2015 à 14:20 :
En tant que troll pro-OTAN anti-FN et après avoir mené des mois durant toute une campagne contre l'envahisseur (vous savez de qui je parle) je me sens déçu, outré, quelque part affaibli…. à l'époque de Waterloo, nous sommes en train de perdre la guerre, je le sens. Hélas.
a écrit le 19/06/2015 à 13:56 :
Il a choisit de provoquer

Les russes doivent bien rires

Ce n'est qu'un protocole et sans doute il ne construirons rien car la grece va rejoindre le tiers monde et ne fera plus partie de l'Europe
a écrit le 19/06/2015 à 13:52 :
Enfin une grosse entreprise d'import export va se créer en Grèce. De quoi générer enfin un excédent commercial. Les créanciers devraient être satisfaits.
Réponse de le 19/06/2015 à 18:17 :
Sauf que si les grecs sortent de l'Europe, ils n'auront plus beaucoup de clients dans le coin..
Réponse de le 19/06/2015 à 18:50 :
Hé Nico, vous êtes encore à l'époque des diligences, il faut innover, vous actualiser, yahooo ! aujourd'hui on achète des pyjamas fabriqués de l'autre bout du monde meilleur marché que chez nos voisins et les grecs le savent…. il vous faut une mise à jour, mon cher…. ;-)
Réponse de le 20/06/2015 à 12:43 :
Oui, donc : la gréce plus dans l'Europe (droit de douanes), ne produisant rien, et nous qui achetons en Chine : avenir brillant garantie pour ces glandeurs...

Dehors les grecs ! L'Union se renforce en s'épurant !
a écrit le 19/06/2015 à 13:49 :
Aaah il est tout fier de son coup le Tsipras! Je n'ai aucune objection a cet accord avec la Russie si cela permet de renflouer un peu peu les caisses de l'etat grec sur le long-terme. Mais qu'il prenne bien garde: si il croit pouvoir sauter d'une branche a l'autre, et qu'apres les contribuables europeens ce seront les contribuables russes qui financeront le niveau de vie eleve d'un pays qui n'a a l'heure actuelle pas les moyens de ses ambitions (il faut qu'il se reforme d'abord, pour creer un niveau de richesse en adequation), il a tort: Poutine n'est pas un altruiste, et a la place de la Troika ce sont bien des paramilitaires russophones qu'il pourrait voir debarquer a Athenes si il n'honore pas ses engagements aupres de ses nouveaux creanciers... On va bien rigoler!
Réponse de le 19/06/2015 à 15:23 :
C'était prévisible. Mais ce projet ne sera possible que s'il est validé par l'Europe qui vient de reconduire les sanctions contre la Russie jusqu'au 31/01/2016. Poutine acculé joue ses dernières cartes pour faire pression sur l'Europe et semer la discorde. Economie en berne, il doit vendre son gaz et ses armes et est incapable de financer et d'administrer les parties occupées de l'Ukraine. 15% d'inflation, un baril de brent qui redescend depuis fin mars, des pays qui comptent augmenter leur production. Comme le Pérou qui vient d’indiquer avoir découvert un super gisement et annonce passer la production de moins de 5000 baril/j à plus de 10000/j dès 2017. La Russie, les Etats-Unis et le Canada, entre autres vont apprécier.
Une belle réussite qui s’annonce, ce couple Grèce-Russie..............
Jean-Luc M et Marine LP, fans du totalitaire Vlad et de Tsipras vont adorer.
---
17-06 AFP La Russie se pose en partenaire économique des Européens avant de recevoir Tsipras.
La Russie à louer?
---
"La Russie va louer à la Chine 150 000 hectares de terres agricoles en Sibérie orientale."
"Konstantin Ilkovski, gouverneur de la région russe de Transbaïkalie, a confirmé que des négociations sont en cours avec l’entreprise chinoise Zoje Resources Investment sur un projet agro-industriel conjoint dans le cadre duquel la région louera 150 000 hectares de terres à des investisseurs chinois."
"La Chine compte investir deux milliards de yuan (environ 286 millions d’euros) dans ce projet, pour lequel un mémorandum d’entente a déjà été signé."
C'est déjà les soldes
Réponse de le 19/06/2015 à 15:36 :
Vu ce que la Troika a fait comme ravages en Grèce... il n'y aura pas pire (sauf peut-être les nazis)!!!
En tout cas, je t'invite à aller faire un petit tour en Grèce pour bien voir le "niveau de vie élevé" des grecs... avec le taux de chomage à 27%... il est bien élevé leur niveau de vie!!!
Merci à Tsipras... au moins lui il se bat pour son peuple, et il est le seul à le faire !!!
Réponse de le 19/06/2015 à 15:40 :
@ Tyler : vous regardez un peu trop de films de James Bond, des séries du genre l'Homme de la U.N.C.L.E., James Tonto, Derek Flint…. c'est bientôt l'été, de petites sorties de pêche en péniche, ça vous dirait ? :-)
Réponse de le 19/06/2015 à 16:14 :
Non, pas encore, la prolongation des sanctions doit être confirmée lundi par les chefs de gouvernement. il y a juste eu consensus entre les ambassadeur de l'UE.
Juste, c'est juste.
Réponse de le 19/06/2015 à 16:34 :
Décidément je ne comprends pas la ligne de modération de LT : quand je cite des sources ou des extraits d'autres articles mes commentaires sont systématiquement censurés.Mais pas pour d'autres de ce forum. C'est assez fâcheux.
Alain d, vous connaissez quelqu'un à la modération, à la rédaction…. pourriez-vous m'en passer son nom ?
Réponse de le 19/06/2015 à 16:41 :
On dirait un texte issu du comité central de la CIA.
Cela me rappelle le bon temps. :-)
Réponse de le 19/06/2015 à 17:13 :
On croirait lire l'album d'Asterix "la zizanie". Ceux qui veulent nuire à l'Europe doivent se frotter les mains. Nous avons la plus grande économique du monde. Une proximité culturelle qui n'a jamais été aussi proche, comme le démontre les échanges Erasmus, et l'européanisme des jeunes générations. Et pourtant, cela fait des décennies que nous n'avons jamais été aussi proches d'un rupture. Comment en est-on arrivés là ? Croyez-vous réellement que chaque pays seul sera plus fort pour négocier face à de grands états ? La Grèce sera plus indépendante vis-à-vis de la Russie du grand démocrate Poutine qu'elle ne l'est vis-à-vis de l'UE qui lui verse 5 milliards d'Euros chaque année ?
Que d'agressivités, de mensonges... quelle régression démente !
Réponse de le 19/06/2015 à 18:20 :
"Vu ce que la Troika a fait comme ravages en Grèce..."

Il y a plein de pays dans le monde qui aimerait être aussi ravagé et recevoir 250 milliards d'Euros de cadeau... (plus de deux ans d'investissement en chine..)


Une telle mauvaise foi exige une sanction : la porte.
Réponse de le 19/06/2015 à 18:54 :
Et combien la troïka a-t-elle empoché des intérêts de l"overnight" avec l'argent grec toutes ces années, hein?…. hein ?….
Réponse de le 19/06/2015 à 23:14 :
Ces jours vous êtes en forme à 100% hein Nicolas ?! hahahaha
Réponse de le 20/06/2015 à 12:45 :
"Et combien la troïka a-t-elle empoché des intérêts de l"overnight" avec l'argent grec toutes ces années, hein?…. hein ?…."

Zéro puisque les grecs DOIVENT de l'argent (ils n'ont rien remboursé, pas un cent).

C'est tout de même étrange que les grecs insultes les secours, au passage. Ca montre qu'ils sont vraiment déments et ne peuvent rester dans notre club.
Réponse de le 21/06/2015 à 12:05 :
Non, je ne connais personne, ici ou ailleurs et je préfère garder mon indépendance.
Il m'arrive aussi d'être censuré, alors démerdez-vous et arrêtez donc de pleurnicher.
Et mon commentaire n'a cité que des faits.
Si c'est le "totalitaire Vlad " qui vous dérange, je me suis autocensuré sur ce qualificatif.
Hitler avait été a bonne école, celle de Staline qui avait inventé les camps.
Seules les mises à mort étaient différentes.
Gazages, exécutions, malnutritions, hypothermies ou maladies, le résultat est le même.
Staline est idolâtré par Poutine, et l'occupation de l'Ukraine me rappelle un scénario pas si lointain........................
Alain d
a écrit le 19/06/2015 à 13:48 :
Exactement ce que je dis depuis longtemps: Poutine est intéressé par un démantèlement des sanctions en trouvant une brebis galeuse au sein de l'Europe. La Grèce importe déjà du pétrole russe qu'elle raffine et réexporte le surplus vers les pays méditerranéens. Reste à savoir si les Occidentaux, qui produisent maintenant plus qu'ils ne consomment, accepteront d'acheter des produits d'une Grèce qui ne fait plus partie de l'Europe ? Beau coup de la part de Poutine, un peu moins bon de la part de Tsipras qui joue l'avenir de son pays :-)
Réponse de le 19/06/2015 à 15:30 :
Ce gazoduc qui traverse la mer noire, va déjà alimenter une bonne partie de gaz la Turquie et la Grèce, mais il pourrait traverser d'est en ouest toute la Grèce pour arriver en mer ionienne avec au passage des hubs intermédiaires vers les frontière bulgare, slavo-macédonienne, et albanaise qui pourront se connecter et s'alimenter et ensuite continuer vers la Serbie et la Hongrie. Il pourra évidement traverser la mer adriatique pour alimenter l'Italie qui en a bien besoin et qui s'était déjà plein lors de la première prise crise du gaz avec l'Ukraine qui pompait illégalement le gaz lorsque les russes avec cessé d'alimenter l'Ukraine. De l'Italie il peut aussi rejoindre la Croatie, la Slovénie, peut-être même via la mer le Monténégro et de nouveau la Serbie -> Hongrie. Et pourquoi pas la France?

Bref, on voit l'importance que constitue ce gazoduc pour la Russie. Avec toutes les possibilités offertes, ce sera beaucoup plus difficile pour les USA de "convaincre" (menace à l'appui, comme pour la Slavo-macédoine) de ne pas participer à ce projet.
Les pays du sud de l'Europe ont aussi besoin de gaz.
Réponse de le 19/06/2015 à 16:08 :
@V_v: je l'ai dit à maintes reprises: je vois très bien l'intérêt de la Russie. En revanche, comment les Grecs vont-ils financer les 50% ? si ce n'est en se vassalisant. D'autre part, ce serait vendre un peu vite la peau de l'ours que d'imaginer que ce coup est facile, car le prix de l'énergie a beaucoup baissé et certaines entreprises ont coulé, faute de rentabilité :-) Mais bon, personnellement, je serais content qu'on se débarrasse des Grecs une fois pour toute !!!
a écrit le 19/06/2015 à 13:46 :
Enormissime!!!
a écrit le 19/06/2015 à 13:39 :
Financé par les Grecs???? :-)
a écrit le 19/06/2015 à 13:31 :
Bravo
La Grèce rejoindra-t-elle bientôt les pays du BRICS pour échapper au FMI ?
Réponse de le 19/06/2015 à 14:48 :
@Stacy:
Hormis la russie, les autres BRICS sont tous sur une ligne TRES DURE vis a vis de la Grece au FMI. C'est a cause d'eux que le FMI est inflexible.
Réponse de le 19/06/2015 à 15:36 :
N'importe quoi….
Réponse de le 19/06/2015 à 16:45 :
@KidA
Non, c'est la corporation privée "réserve fédérale américaine" créé en 1913 par rockfeller, Rothscield et JP Morgan qui contrôle le FMI qui est sur une ligne très dure pour mettre en place le "Nouvel Ordre Mondial" pour nous contrôler tous. C'est une Mafia.
Ecoutez Karen Hudes, une ancienne avocate du FMI qui dénonce tout (mieux que Edouard Snowden) :
https://www.youtube.com/watch?v=5a3KFVLB8AM
a écrit le 19/06/2015 à 12:54 :
Quelle position grotesque: depuis quand les conséquences de ses propres actes sont un camouflet de la part de ceux qui les ont subits?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :