Grèce : ce que l'Eurogroupe et le FMI se sont vraiment dit le 22 mai

 |   |  481  mots
C'est le manque d'investissement qui explique la stagnation de l'économie grecque, et pour changer cela, nous devons envoyer un signal fort aux marchés, a souligné Euclide Tsakalotos, ministre des Finances grec, à ses homologues européens.
"C'est le manque d'investissement qui explique la stagnation de l'économie grecque, et pour changer cela, nous devons envoyer un signal fort aux marchés", a souligné Euclide Tsakalotos, ministre des Finances grec, à ses homologues européens. (Crédits : FRANCOIS LENOIR)
Le désaccord entre les créanciers d'Athènes sur un allègement de sa dette est plus profond qu'ils ne veulent le présenter, selon les révélations du site d'information grec Euro2day qui publie des minutes de la dernière réunion du 22 mai.

"Nous sommes très proches de cet accord", déclarait le président de l'Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem, le 22 mai, après environ dix heures de discussions entre le FMI et les ministres des Finances de la zone euro sur l'avenir de la Grèce. Il semblerait que les choses soient plus complexes que présentées, selon les révélations du site d'information grec Euro2day qui a dévoilé plusieurs minutes de ce long entretien, et que Le Monde a traduit.

La rencontre entre les deux créanciers de la Grèce visait à établir un accord sur les conditions du versement d'un nouveau prêt avant l'été, permettant à Athènes de régler plus de 7 milliards de dollars de créances qui arrivent à terme en juillet. Le FMI a conditionné sa participation à des mesures d'allègement de la dette grecque. Or, lors de la réunion du 22 mai, le ministre des Finances allemand Wolfgang Schauble, reflétant la position de plusieurs pays d'Europe du Nord, a exigé la participation du FMI à la poursuite du plan d'aide de la Grèce mais continue de refuser d'accorder un allégement à sa dette. Le ministre allemand continue d'afficher une image de fermeté à quatre mois des législatives dans son pays. Face à cette attitude, le représentant du FMI, Poul Thomsen, aurait glacé ses interlocuteurs par une réaction singlante :

"Je suis très loin d'être en mesure de dire à mon conseil d'administration que l'on s'approche d'une stratégie que nous pouvons soutenir."

Un compromis fragile

Face à cette intransigeance du Fonds, Jereon Dijsselbloem tente de proposer un compromis :

"Je demande au FMI de proposer un plan d'aide à la Grèce devant son conseil d'administration [...]. Même si les prêts [du FMI] ne peuvent avoir lieu avant que la question de la dette soit réglée."

La proposition ne satisfait personne, mais les protagonistes en sont restés là pour le moment. L'issue de cette réunion n'est pas sans décevoir le ministre des Finances grec, Euclide Tsakalotos. Athènes s'est pliée aux exigences de ses créanciers en appliquant plus de 100 des 140 mesures d'austérité demandées. L'Etat grec joue d'autant plus le jeu qu'il a dégagé 3,9% d'excédent primaire (excédent budgétaire hors charge de la dette) en 2016, mais la croissance n'est toujours pas au rendez-vous.

"C'est le manque d'investissement qui explique la stagnation de l'économie grecque et pour changer cela nous devons envoyer un signal fort aux marchés", a souligné Euclide Tsakalotos à ses homologues européens.

Avec un allègement de sa dette, Athènes espère gagner en crédibilité et retourner se financer sur les marchés. L'objectif est également d'accéder à la politique de quantative easing de la BCE, à savoir le rachat de titres de dette par Francfort. Eurogorupe et FMI ont jusqu'au 15 juin pour se mettre d'accord.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/05/2017 à 13:16 :
Ce qui est dommage c'est que le FMI n'ait pas tenu ce discours dès le début de sa participation dans la crise ce qui aurait évité bien des choses ...

Ce qui est encore plus dommage c'est que la crise grecque est désormais une crise politique et ce depuis 2015 et l'élection de Tsipras et maintenant encore plus maintenant que les élections allemandes approchent ... C'est quand même incroyable que le sort de la Grèce dépende de ces élections et d'un homme (Schaubleu) et d'une femme (Merkel) qui veulent garder la main mise sur l'Allemagne et l'Europe. On se croirait dans House of cards ....
a écrit le 31/05/2017 à 9:20 :
Merci pour cet article, je pense que c'est clair et net.

"Le révélateur grec: « Leur seul objectif était de nous humilier »" https://www.monde-diplomatique.fr/2015/08/VAROUFAKIS/53506 (article gratuit)
a écrit le 30/05/2017 à 19:01 :
"C'est le manque d'investissement qui explique la stagnation". En effet, qui veut investir dans un pays où l'on sait que la fiscalité demeurera élevée pendant longtemps ? Qui veut investir dans un pays où l'argent est bloqué (420 euros maxi) ? Qui veut investir dans un pays où règne une corruption rampante ? Le FMI demande quelque chose qui n'est pas possible et Schauble demande quelque chose d'impossible aussi :-)
a écrit le 30/05/2017 à 18:12 :
Dernière phrase du Paragraphe 9 du document officiel de l'accord avec l'EuroGroup daté du 14 aout 2015 (qui se réfère au MOU du 11 août 2015).
"The Eurogroup reiterates that nominal haircut on official debt cannot be undertaken"
Donc, écrire que la position actuelle de l'Allemagne est liée aux élections de septembre 2017 est un peu fallacieux.
Cordialement

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :