Italie : le poids de l'économie au noir estimée à 12% du PIB en 2016

 |   |  335  mots
En Italie, le secteur de la restauration est particulièrement touché par le travail non déclaré.
En Italie, le secteur de la restauration est particulièrement touché par le travail non déclaré. (Crédits : Reuters)
L'économie au noire a représenté, en 2016, environ 12,4% du produit intérieur brut (PIB) italien, soit quelque 210 milliards d'euros, a indiqué ce vendredi 12 octobre l'Institut national des statistiques (Istat).

Le chiffre est édifiant. L'économie au noir, c'est-à-dire les activités économiques non déclarées et les activités illégales, ont représenté, en 2016, environ 12,4% du produit intérieur brut (PIB) italien (près de 210 milliards d'euros), a indiqué ce vendredi 12 octobre l'Institut national des statistiques (Istat).

Les activités non déclarées représentent la partie la plus importante de ce chiffre, près de 192 milliards d'euros, tandis que les activités illégales pèsent environ 18 milliards, dont 12,6 milliards pour le trafic de drogue et 3,7 milliards pour la prostitution. Sur le montant total, la majeure partie, 45,5%, est constituée d'activités "sous-déclarées", c'est-à-dire dont le chiffre d'affaires a été minimisé, 37,2% du travail au noir et 8,6% des activités illégales.

Une sur-représentation dans le secteur des services

Environ 3,7 millions personnes travaillaient en 2016 de manière irrégulière, selon l'Istat. Par secteur d'activités, le travail dissimulé est plus présent dans les services, où elle représente environ 33,3% du chiffre d'affaires, dans le commerce, transport, restauration avec 23,7%, dans la construction avec 22,7% et dans l'agriculture avec 16,4%.

"Les estimations pour l'année 2016 confirment la tendance à la baisse de la part de l'économie au noir dans l'ensemble du PIB après le pic enregistré en 2014", se félicite cependant l'institut. En effet, dans ce domaine, l'Italie revient de loin. Selon l'Istat, l'économie au noir a représenté 13,1% du PIB en 2014, 12,6% en 2015 et donc 2,4% en 2016. Le travail au noir dans le pays et la fraude aux cotisations qui en résulte atteint des niveaux "alarmants" avec un manque à gagner de 11 milliards d'euros par an, avait dénoncé l'année derniere Tito Boeri, le président de l'Institut national de la prévoyance sociale (INPS).

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/10/2018 à 18:54 :
Et en France, n'y aurait-il ni trafic de drogue, ni prostitution ? En plus, Bruxelles inclut çà dans le calcul du PIB. Cette Europe est lamentable
a écrit le 12/10/2018 à 17:27 :
A t on fait le meme calcul en France? il suffit de prendre un taxi pour vite se rendre compte de l'activité au noir. La machine pour payer en carte bancaire ne marche jamais et il faut chercher un taxi a Roissy ou Orly pour vous prendre la carte. Les magasins qui déclarent les stocks en invendues périmés alors qu'ils ont ete vendus en liquide... etc... La station de métro de Saint ouen pour la drogue en liquide. Je vis à mi temps en Italie, c'est tres semblable à la France. Je pourrai ajouter les avocats... Alors quoi en conclure? Je precise que des amis allemands font faire leurs travaux d'agrandissement de maison par des polonais rémunérés au black. Alors... un article pour discreter l'italie comme d'hab. C'est plus facile de critiquer le voisin surtout si cela rentre dans les clichés.
Réponse de le 12/10/2018 à 19:51 :
La cour des comptes a estimé à 20 milliards le coût du manque à gagner causé par le travail au noir.
La sécu de son coté a étudié le dossier et arrive à un chiffre nettement moins élevé (7 milliards€) mais sur la base des fraudes constatées.

Le travail au noir n'est qu'une facette de l'économie souterraine et l'ensemble des fraudes pourrait atteindre 50 milliards si l'on inclut la fraude fiscale (revenus légaux non déclarés ou minorés).

On reste assez loin de l'Italie qui a une grande tradition mafieuse.
a écrit le 12/10/2018 à 16:39 :
LE chiffre est "édifiant" ou plus sûrement il est moins précis ailleurs hein, réveillez vous les gars car l'économie souterraine, surtout en ces temps de crises perpétuelles, de dumping fiscal et social est en pleine forme !

"Mafia et finance : la crise favorise les liaisons dangereuses" https://www.courrierinternational.com/revue-de-presse/2012/08/30/mafia-et-finance-la-crise-favorise-les-liaisons-dangereuses

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :