L'Europe est en retard sur le recyclage du plastique, note la Cour des comptes europénne

 |  | 555 mots
Lecture 3 min.
(Crédits : DR)
L'autorité européenne a appelé les États de l'UE à accélérer le recyclage d'emballages plastiques. Celui-ci est estimé entre 30% et 40% au niveau européen alors que les objectifs fixés par la Commission européenne tablent sur 50% d'ici 2025. Pour l'heure, l'Europe reste « extrêmement dépendants des pays non-européens pour recycler leurs déchets », estime la Cour.

Alors que les emballages plastiques, comme les pots de yaourts ou les bouteilles d'eau, comptent pour plus de 60% des déchets plastiques dans l'UE, « c'est le type d'emballages dont le taux de recyclage est le plus faible, à peine plus de 40% », note la Cour des comptes européenne dans un rapport publié mardi 6 octobre.

Or, la Commission européenne avait relevé en 2018 ses objectifs de recyclage, ambitionnant d'atteindre un taux de 50% d'ici 2025, puis 55% en 2030. « Pour atteindre ces objectifs, l'UE doit absolument inverser la situation actuelle, où nous incinérons davantage que nous recyclons. C'est un défi colossal », observe Samo Jereb, membre de la Cour des comptes. « En ravivant l'usage d'articles à usage unique en raison de préoccupations sanitaires, la pandémie du Covid montre que les plastiques demeurent un pilier économique et une menace environnementale croissante », insiste-t-il.

Lire aussi : Le plastique jetable, grand gagnant du déconfinement?

Selon de nouvelles méthodes de calcul basées sur des critères plus rigoureux, le taux actuel de recyclage européen pourrait être de « 30% à peine », souligne la Cour. Une révision prévue des règles régissant la production d'emballages pourrait améliorer leur recyclabilité, tout comme l'harmonisation de mécanismes incitatifs pour les fabricants.

Lire aussi : Le réemploi du plastique confronté à des défis culturels et logistiques

L'Europe recycle trop en dehors de ses frontières

Les États européens restent « extrêmement dépendants des pays non-européens pour recycler leurs déchets », estime la Cour. L'envoi de cargaisons hors d'Europe, notamment vers l'Asie, représente presque "un tiers" du taux de recyclage d'emballages plastiques dans l'UE.

Le marché mondial du recyclage a été plongé dans le chaos après la décision de la Chine de fermer sa porte à la majorité des types de déchets plastiques en 2018. Un afflux de déchets, souvent illégal, a alors été redirigé vers l'Asie du sud-est, où les capacités de recyclage sont pourtant largement insuffisantes.

Lire aussi : La Chine s'en prend aux plastiques à usage unique

Dans ce contexte, les pays de l'UE se sont entendus pour que, à partir de janvier 2021, les déchets plastiques jugés difficilement recyclables puissent être préalablement refusés par les pays destinataires alors que les capacités de traitement du continent font défaut, et donc encouragent l'exportation "illégale" de déchets, avertit la Cour des comptes.

29% des plastiques recyclés en France

D'après les derniers chiffres publiés en juin 2020 par Citeo, entreprise spécialisée dans le recyclage des emballages ménagers et des papiers graphiques, 1,1 million de tonnes d'emballages en plastique sont mises sur le marché français chaque année. Dont 29% seulement est recyclé. À noter que seulement la moitié est recyclable actuellement. Le reste se partage à parts égales entre des plastiques dont les solutions de recyclage sont en cours de développement et des plastiques non-recyclables.

Dans sa loi anti-gaspillage adoptée en janvier 2020, le gouvernement s'est en tout cas fixé d'atteindre le zéro plastique jetable d'ici 2040. Différentes mesures seront mises en place progressivement au fil des ans, comme l'interdiction des pailles, couverts et autres touillettes dès le 1er janvier prochain. Les gobelets, assiettes et coton-tige sont déjà interdits depuis le 1er janvier dernier.

Lire aussi : Trier, réutiliser, recycler: ce que prévoit la loi antigaspillage

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/10/2020 à 22:12 :
Les Cours des comptes, nationales ou européennes, qui font de la politique au lieu d'examiner les comptes , ça m'épatera toujours ...
a écrit le 06/10/2020 à 19:34 :
C'est dramatique, une grande partie finit, via les fleuves, entre-autres dans la mer.

Une consigne de 1EURO sur chaque bouteille plastique ou de verre de 33cl ou2 Litres sans distinction de contenance,
en Europe,
ne couterait rien au consommateur, et dissuaderait l'irresponsable pollueur à JETER.

ILLUSION
LES 27 SONT DIVERGENTS EN TOUT
Réponse de le 07/10/2020 à 1:58 :
La consigne existait jusqu'aux années 70 inclues, sur les bouteilles de verre.
La logistique était pourtant rudimentaire.

LES LOBBYS EMPECHENT CE TYPE DE MESURE.

Une bouteille de 1eur coutant 2eur si le contenant n'est pas rapporté : dissuasif à l'encontre du client pollueur.
IMPOSSIBLE AVEC CES LOBBYS
a écrit le 06/10/2020 à 19:30 :
C'est dramatique, une grande partie finit, via les fleuves, entre-autres dans la mer.

Une consigne de 1EURO sur chaque bouteille plastique ou de verre en Europe,
ne couterait rien au consommateur, et dissuaderait l'irresponsable pollueur à JETER
a écrit le 06/10/2020 à 16:35 :
"L'Europe recycle trop en dehors de ses frontières"

LOL !

Car oui mesdames et messiers, vous avez bien lu, nous faisons faire des milliers de kilomètres à notre plastique jeté afin de le faire recycler pour qu'ils refassent des milliers de kilomètres afin d'être reconditionné ! Bilan carbone top !

Bienvenu en UERSS, empire prévu pour durer mille ans, ou pas.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :