La crise grecque a rapporté plus de 1 milliard d'euros aux finances allemandes

Entre les prêts accordés à Athènes et les programmes de rachat de titres de dette, les organismes allemands ont récolté 1,34 milliard d'euros depuis le début de la crise.
Jean-Christophe Catalon

2 mn

Le ministère des Finances allemand a rendu public les profits engrangés grâce aux intérêts des prêts accordés à la Grèce.
Le ministère des Finances allemand a rendu public les profits engrangés grâce aux intérêts des prêts accordés à la Grèce. (Crédits : Reuters Yannis Behrakis)

Le ministère des Finances allemand a rendu public les profits engrangés grâce aux intérêts des prêts accordés à la Grèce. Résultat, Berlin a encaissé 1,34 milliard d'euros depuis le début de la crise en 2009, révèle le quotidien Süddeutsche Zeitung.

Dans le détail, la banque de développement allemande KfW a encaissé 393 millions d'euros d'intérêts du prêt de 15,2 milliards d'euros qu'elle a accordé à Athènes en 2010. Entre 2010 et 2012, un programme de rachat de titres de dette d'Etat par les banques centrales de la zone euro à permis à la Bundesbank d'enregistrer un profit de 952 millions d'euros.

Les Etats membres s'étaient pourtant accordés pour reverser les profits des banques centrales à la Grèce. Seulement l'opération a été stoppée en 2015 pour des raisons politiques, rappelle Les Echos, en particulier à cause des tensions entre le gouvernement Tsipras, fraîchement élu, et la Troïka. La bonne volonté marquée d'Athènes, en appliquant les mesures d'austérité demandées par ses créanciers, devrait conduire les Européens à lever le blocage.

Berlin refuse toujours des mesures d'allègement de la dette grecque

Malgré les efforts d'Athènes pour satisfaire les demandes de ses créanciers, notamment en dégageant un excédent primaire supérieur aux objectifs et en adoptant de nouvelles mesures d'austérité, Berlin refuse toujours de lâcher du lest. Le gouvernement d'Alexis Tsipras cherche à obtenir un allègement de la dette, de sorte à restaurer la confiance, en vue d'un retour sur les marchés pour financer la dette.

Après huit années d'austérité, la croissance grecque ne décolle pas. Le FMI en a bien conscience et avait conditionné sa participation au versement de la prochaine tranche d'aide à des mesures d'allègement de la dette hellénique. Face au refus catégorique du ministre des Finances allemand, Wolfgang Schäuble, le Fonds a donné son accord de principe sur sa participation car, sans cette nouvelle tranche d'aide, Athènes aurait fait défaut au remboursement d'un prêt qui arrivait à échéance ce mois de juillet. Mais le FMI ne veut pas effectuer de versement tant que des concessions ne seront pas faites de la part des Européens. A cette heure, l'avenir de la Grèce reste flou.

> Lire aussi : Grèce : un prêt de 8,5 milliards d'euros validé, sans accord sur l'allègement de la dette

Jean-Christophe Catalon

2 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 20
à écrit le 16/07/2017 à 10:57
Signaler
Il en a fallu du temps aux éditorialistes pour analyser la position Allemande sur la dette Grecque et se demander pourquoi l'Allemagne et le gouvernement Merkel tenaient à ce que la Grèce reste dans l'UE. Un véritable humanisme de continent !

à écrit le 15/07/2017 à 8:51
Signaler
c'est bien le signe que represente mme Merkel le rejet de toute idee autre et surtout aucune entraide entre pays se faire du fric sur le dos d'un pays allie est un scandale surtout qand on dirige un pays qui lui a vue ses dettes annule par trois...

à écrit le 14/07/2017 à 19:23
Signaler
"...Malgré les efforts d'Athènes pour satisfaire les demandes de ses créanciers, notamment en dégageant un excédent primaire supérieur aux objectifs et en adoptant de nouvelles mesures d'austérité, Berlin refuse toujours de lâcher du lest.." Voila c...

le 14/07/2017 à 21:50
Signaler
@UPR: "Malgré les efforts d'Athènes..." Il ne faudrait tout de même pas oublier que plusieurs plans de sauvetage ont eu lieu, pour lesquels la Grèce avait promis des mesures qui n'ont jamais été mises en place. C'est la raison pour laquelle les créan...

le 17/07/2017 à 17:48
Signaler
@Patrickb: Décolé, mais il y a erreur. Les mesures ont été mises en place, mais leur effet recessif (Donc baisse des recettes) a été sous estimé par les donneurs d'ordres qui ont donc a chaque fois imposé un train de mesures supplémentaires pour c...

à écrit le 14/07/2017 à 14:06
Signaler
Ouh les méchants allemands qui se gavent sur le dos des pauvres grecs... à part que si la Grèce avait dû se refinancer sur les marchés (et non par l'intermédiaire des autres pays de l'eurozone, Allemagne et France en tête, qui ont pris le risque de p...

le 14/07/2017 à 19:26
Signaler
J’espère pour vous que vous êtes anti-europeiste, sinon vous devez mal dormir !!

le 14/07/2017 à 20:23
Signaler
Raté, je suis viscéralement pro-européen. Et particulièrement fier de la façon dont l'UE a sauvé la Grèce.

le 15/07/2017 à 17:39
Signaler
Pro-europeen ou pro-Allemagne ?? l'Europe à l'image de l'Allemagne et la France privée de sa souveraineté...vous allez déchanté, c'est juste une question de temps ! L'UE s'est sauvée (temporairement) elle-même en sacrifiant la Grèce, rien de plus !

le 22/07/2017 à 13:41
Signaler
L'Europe à l'image de l'Allemagne ? Ben oui, pourquoi pas ? Un quasi plein emploi, une économie qui marche très bien, un budget excédentaire;... Les migrants ne s'y trompent pas en s'y rendant en masse;;;

le 24/07/2017 à 18:09
Signaler
Votre utopie ne peut fonctionner !! L' Allemagne se nourrit sur la bête Européenne ! si nous étions tous des allemands, son modèle économique s’effondrerait !

à écrit le 14/07/2017 à 11:12
Signaler
Le néolibéralisme c'est prendre l'argent aux pauvres pour le donner aux riches. Vite un frexit

le 15/07/2017 à 0:35
Signaler
@citoyen blasé: sauf que si tu avais suivi le feuilleton, tu aurais remarqué que ce sont les Grecs qui ont emprunté aux "riches" sans intention de rembourser. Ton dogme est donc à côté de la plaque et ressemble plutôt à une phobie relevant de la psyc...

le 15/07/2017 à 10:58
Signaler
"sauf que si tu avais suivi le feuilleton, tu aurais remarqué que ce sont les Grecs qui ont emprunté aux "riches" sans intention de rembourser" Je l'ai suivie et l'avantage c'est que moi je l'ai pris dès le premier épisode, quand Goldman Sachs a ...

le 15/07/2017 à 13:53
Signaler
@citoyen blasé: il est avéré qu'il a eu collusion entre le gouvernement grec et Goldman. L'accusation vis-à-vis de l'UE est calomnieuse et tu devrais être poursuivi pour cela !!!

le 16/07/2017 à 11:15
Signaler
"L'accusation vis-à-vis de l'UE est calomnieuse et tu devrais être poursuivi pour cela !!! " Tantôt prêcheur néolibéral tantôt inquisiteur vous êtes un personnage désespérément sans intérêt c'est incroyable. L'UE était parfaitement au courant ...

à écrit le 13/07/2017 à 20:22
Signaler
Les vrais voyous, les vrfis parasites, les vrais escrocs sont à)paris et berlin, et certainement pas à Athènes. Et puis tiens>... pas de grand délire abscons de patrickb ???

le 14/07/2017 à 15:54
Signaler
@Profiteurs: ne confondons pas tout ! 1) s'il est prévu que les banques remboursent les intérêts à la Grèce, elles doivent le faire sans délai. 2) l'incurie des Grecs ne se résoudra que par leur changement de mentalité. Ils attendent qu'on leur donne...

le 15/07/2017 à 17:46
Signaler
@Profiteurs - Patrickb a raison. Il faut changer la mentalité de tous les européens, qu'ils deviennent tous de bons petits allemands, travailleurs et disciplinés.

à écrit le 13/07/2017 à 19:05
Signaler
Les aides "données" à la Grèce c'était pour rembourser les créances pour le moins douteuses aux banques européennes (j'admets je suis client), pour le reste basta! La situation de ce pays n'a pas d'importance , c'est ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.