La zone euro va entrer en récession en fin d'année, prévient la Commission européenne

La Commission européenne table sur une récession en fin d'année et prévoit « des mois difficiles » cet hiver. Aussi, Bruxelles a revu en forte hausse sa prévision d'inflation dans la zone euro pour 2023, à 6,1%, contre seulement 4% anticipé jusqu'ici. En conséquence, il existe un risque « de désindustrialisation » sur le Vieux continent.
« Le choc de la guerre est en train de prendre le dessus », a constaté Paolo Gentiloni.
« Le choc de la guerre est en train de prendre le dessus », a constaté Paolo Gentiloni. (Crédits : Reuters)

Le scénario noir se confirme pour le Vieux continent. Sous le coup d'une inflation galopante depuis la sortie de la crise Covid, la zone euro s'apprête à entrer en récession en fin d'année, a prévenu ce vendredi la Commission européenne. De plus, elle anticipe une inflation plus forte que prévu à cause de la flambée des prix de l'énergie liée à la guerre en Ukraine.

« Nous avons des mois difficiles devant nous », a reconnu le commissaire européen à l'Economie, Paolo Gentiloni, lors d'une conférence de presse.

Des signes avant-coureurs ont laissé présager de ce scénario pour l'UE. En Allemagne, première économie de la zone euro, l'inflation a en effet franchi un nouveau record en octobre, à +10,4%, soit le niveau le plus élevé depuis 70 ans.

Mais la contraction est généralisée sur le dernier trimestre de cette année et le premier de 2023, dans « la plupart des Etats membres » a confirmé Paolo Gentiloni.

En conséquence, la progression du PIB l'an prochain a été fortement revue à la baisse, à seulement 0,3% pour les pays partageant la monnaie unique, contre 1,4% attendu jusqu'ici, même si un retour de la croissance est attendu au printemps.

Les conséquences du « choc de la guerre »

L'Europe est particulièrement touchée par les conséquences de l'invasion russe de l'Ukraine. Elle « fait partie des économies avancées les plus touchées, en raison de sa proximité géographique avec la zone de guerre et de sa forte dépendance aux importations de gaz en provenance de Russie », a souligné la Commission dans un communiqué.

La reprise enregistrée depuis l'an passé, après la récession historique de 2020, a résisté jusqu'à cet été même si elle s'est ralentie. La zone euro a encore enregistré 0,2% de croissance au troisième trimestre, surprenant les analystes. De quoi relever de 0,5 point la prévision pour 2022 à 3,2%.

« Mais le choc de la guerre est en train de prendre le dessus », a constaté M. Gentiloni.

« L'inflation continue de dépasser nos prévisions, la forte érosion du pouvoir d'achat a fait chuter la confiance des consommateurs, comme celle des entreprises qui sont confrontées à des coûts de production élevés, des difficultés persistantes d'approvisionnement et un resserrement des conditions de financement ».

Bruxelles a revu en forte hausse sa prévision d'inflation dans la zone euro pour 2023, à 6,1%, contre seulement 4% jusqu'ici. Elle s'attend toutefois à ce que la hausse des prix commence à reculer après un point haut attendu fin 2022.

Sur l'ensemble de l'année 2022, Bruxelles table désormais sur une inflation plus forte que prévu à 8,5%, contre 7,6% précédemment.

Le risque d'une inflation persistante

« L'incertitude reste exceptionnellement élevée » en raison de la guerre et pourrait conduire à des chiffres encore moins bons, a cependant mis en garde Paolo Gentiloni.

Les stocks de gaz apparaissent suffisants pour l'instant, mais l'arrêt quasi total des livraisons russes et la difficulté à compenser ce manque par des importations d'autres pays rendra la reconstitution des stocks plus difficiles pour l'hiver 2023/2024, a-t-il estimé.

Si l'Europe échoue à se préparer correctement, les dégâts économiques pourraient être bien plus importants que prévu, a-t-il admis. Dans un scénario pessimiste, le PIB pourrait ainsi chuter de 0,9% en 2023 et l'inflation s'avérer bien plus persistante.

Enfin, existe selon le commissaire un risque « de désindustrialisation », a reconnu  Paolo Gentiloni. « Mais il ne me conduit pas à des prédictions catastrophiques, car les choix d'implantations industrielles dépendent de nombreux facteurs, pas seulement des prix de l'énergie », a-t-il nuancé.

L'Allemagne, première économie européenne, devrait enregistrer l'an prochain la plus faible performance des pays de l'UE, avec un recul de 0,6% de son PIB, contre une croissance de 0,4% en France, de 1% en Espagne et de 0,3% en Italie.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 28
à écrit le 16/11/2022 à 17:26
Signaler
Quelle crise?? grosse saison estivale avec une arrière saison particulièrement rentable. les résas sont déjà au taquet pour la prochaine saison. je ne parle même pas de la saison de ski est déjà quasi full. Le pognon coule à flot.....

à écrit le 12/11/2022 à 11:38
Signaler
L inflation a bon dos et la guerre en ukraine aussi quand on veut spéculer et se remplir les poches ! Les sou disant pénuries dans les supermarchés chacun doit savoir que les entrepôts ont interdiction de livrer. Les produits sont délivrés un peu plu...

à écrit le 12/11/2022 à 9:27
Signaler
Encore un lamentable échec de l'UERSS, empire prévu pour durer mille ans même si ce serait vraiment étonnant. Elle devait nous protéger des guerres, des crises économiques... LOL !

le 12/11/2022 à 10:08
Signaler
Et en prime ils nous ont même offert une pandémie ! "Non ça c'est cadeau en plus des promesses non tenues qu'on vous a faites !" Ô si cher (non ya pas de faute) UERSS, merci beaucoup de penser autant à nous ! ^^ I

à écrit le 12/11/2022 à 9:12
Signaler
Bonjour, La récession a venir est du avant tous au fait que nous avons depuis trops longtemps refusé la création d'une union fédéral... Donc maintenant que la guerre est proche avec la Russie, les membres de notre union sont incapable d'envisager...

à écrit le 12/11/2022 à 9:10
Signaler
Comment est-ce que cela est possible ?. L'UE n'a pas fait de Euroxit que je saches. Seule la GB avec son Brexit devrait etre en recession normalement. C'est a ne rien comprendre.

à écrit le 12/11/2022 à 9:05
Signaler
Cette récession signera l'échec de cette belle idée européenne et annoncera son démembrement, déjà commencé. Mais comme la construction européenne avance par crise espérons qu'elle ressuscitera sous une forme plus humaine (Les autorités sont parfois ...

à écrit le 12/11/2022 à 8:31
Signaler
Arrêtons de dire que c’est à cause de la guerre, tout ça a été prévu depuis bien longtemps

à écrit le 12/11/2022 à 8:30
Signaler
Ils ont ouvert la boîte de Pandore... Probablement moins avisés,voir intelligents que leurs prédécesseurs,ils semblent complètement dépassés ... Face à notre impuissance, la curiosité s impose que vont ils nous sortir du chapeau? M.Audiart ne dit i...

à écrit le 12/11/2022 à 8:17
Signaler
Donc certains ont vu juste depuis fevrier (mais en fait depuis 2008), et d'autres ont accompagné l'europe vers ce lent déclin. Faites votre choix! L'eurpope veut se reindustrialiser, mais c'est l'USA qui reussira. C'est ça le plan de cette guerre e...

à écrit le 12/11/2022 à 6:39
Signaler
Hier à kherson un drapeau de l union flottait à côté du drapeau ukrainien, j ai trouvé cela beau. La démocratie vaut bien nos efforts. Merci l UE.

le 12/11/2022 à 9:56
Signaler
Merci pour quoi ? Vous rigolez j'espère Kherson n'a de valeurs que pour les Ukrainiens, zéro valeur pour l'UE

à écrit le 12/11/2022 à 1:57
Signaler
ET bien continuez avec van der leyen. Une dirigeante tout a fait exceptionnelle! Capable de...etre incapable!

à écrit le 12/11/2022 à 1:02
Signaler
Elle est ou la lagarde, grande sprecialiste de la finance ?

le 12/11/2022 à 8:40
Signaler
l europe en recession ok mais quelle mesure de corection 1) vous degager votre vision a montrer sa carence 2) evident sans indemnite pour faute grave. 3 ) ineligibilite a vie en europe 4) assumer votre vision

à écrit le 11/11/2022 à 22:13
Signaler
Les prévisions des économistes! Autant faire confiance à madame Irma, surtout en ces temps de tensions tout autour du Monde.

à écrit le 11/11/2022 à 22:12
Signaler
Merci Poutine!

le 12/11/2022 à 1:59
Signaler
En tout cas, nous n'allons pas remercie la van der leyen.

à écrit le 11/11/2022 à 18:52
Signaler
La zone euro a été mise en récession par ses dirigeants qui ont fait de mauvais choix et volontairement brimé leur population en privilégiant l'Ukraine, c'est-à-dire l'étranger...

le 12/11/2022 à 8:19
Signaler
Plutot mis en recession par les peuples des pays du sud de l'UE, jamais contents et eternel jaloux et sans acune volonte de reformer les finances de leur pays parce que ils ne veulent pas abandonner leur mode de vivre quasi gratuite grace l'argent d...

à écrit le 11/11/2022 à 18:41
Signaler
Comme du reste je vous l'avais déjà annoncé il y a quelques semaines. Donc aucune surprise. Et après ce sera un long cycle de stagflation, comme je l'ai aussi assuré. Eh oui, la méthode Coué a des limites les enfants, tout comme les abus de la politi...

le 11/11/2022 à 19:16
Signaler
D'ici 1 an il y aura tellement d'événements qu'il est impossible de connaître ce qui va se passer. Il suffit que la guerre s'arrête pour que toutes les prévisions négatives se transforment en positives.

le 11/11/2022 à 20:38
Signaler
Impossible n'est pas français et vous verrez ce que je vous dis: Après ce sera la stagflation!

à écrit le 11/11/2022 à 18:27
Signaler
A quand le retour aux monnaies locales pour booster les régions ? Au moins, celles-ci ne partent pas dans les paradis ! :-)

le 11/11/2022 à 19:17
Signaler
Monnaies locales de quelles valeurs ? Et si vous voyagez vous faites quoi ?

le 12/11/2022 à 9:05
Signaler
Alors il faut une grande valise pour transporter vos micky mouse billets de 10.000 francs.

le 12/11/2022 à 11:49
Signaler
Bonne question. Parce que qui accepterait, hors de France, votre future argent de micky mouse ?

le 12/11/2022 à 15:04
Signaler
Cette monnaie n'a de valeur que si elle circule comme... toutes les autres, même localement ! Pour voyager prenez de l'or !! ;-) ;-)

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.