Le Brexit, "un risque important" pour l'économie mondiale s'alarme Lagarde

 |   |  317  mots
Réfutant toute accusation de s'immiscer dans les affaires intérieures britanniques, elle a souligné que les experts du FMI avaient fait leur travail en décortiquant les conséquences attendues d'un Brexit.
Réfutant toute accusation de s'immiscer dans les affaires intérieures britanniques, elle a souligné que les experts du FMI avaient "fait leur travail" en décortiquant les conséquences attendues d'un Brexit. (Crédits : © STRINGER Peru / Reuters)
Le PIB britannique pourrait subir un manque à gagner compris entre 1,5% et 9,5% en cas de Brexit, selon le FMI. La dirigeante de l'institution souligne le risque d'"une réaction adverse du marché à court terme".

Une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne représenterait "un risque important" pour l'économie mondiale, a prévenu vendredi 13 mai la directrice générale du FMI, Christine Lagarde, lors d'une conférence de presse à Londres.

Évoquant un possible Brexit, soumis à référendum le 23 juin, la patronne du FMI a jugé qu'il s'agissait "d'un risque important". "Ce n'est pas une question intérieure, c'est une question internationale", a-t-elle ajouté à propos des conséquences d'un éventuel Brexit.

"Une réaction adverse du marché à court terme"

Dans un rapport publié à l'occasion de sa venue, le FMI a estimé que le PIB britannique pourrait subir un manque à gagner compris entre 1,5% et 9,5% en cas de Brexit. "Une récession technique (du Royaume-Uni) est l'une des hypothèses de notre scénario dans le cas d'un vote pour partir" de l'UE, a prévenu Christine Lagarde.

Si les Britanniques décident de rester dans l'UE, la croissance britannique pourrait en revanche rebondir, et passer d'un peu moins de 2% cette année à 2,2% ou 2,3% à moyen terme, a expliqué le FMI.

Christine Lagarde a souligné en outre qu'un vote en faveur d'une sortie risquerait d'entraîner "une réaction adverse du marché à court terme", et qu'un tel résultat engendrerait de surcroît "des coûts à long terme".

"Nous n'y avons rien vu de positif"

Réfutant toute accusation de s'immiscer dans les affaires intérieures britanniques, elle a souligné que les experts du FMI avaient "fait leur travail" en décortiquant les conséquences attendues d'un Brexit. "Nous n'y avons rien vu de positif", a-t-elle conclu.

La venue de Mme Lagarde à Londres pour présenter ces conclusions représente un soutien de poids aux partisans du maintien dans l'UE, notamment au Premier ministre conservateur David Cameron et à son ministre des Finances, George Osborne, au moment où les sondages continuent d'indiquer un résultat serré lors du référendum.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/05/2016 à 11:19 :
MADAME LAGARDE , MALGRE TOUT LE RESPECT QUE JE PORTE A VOTRE PERSONNE , IL ARRIVE UN MOMENT, C'EST MAINTENANT , OU L'ON NE CROIT PLUS AUX ELITES DONT VOUS FAITES PARTIE : L'EURO DEVAIT ETRE LA PANACEE, LE Q.E DE LA BCE N'APPORTE RIEN A L'ECONOMIE REELLE , ...ET SI LE VRAI PROBLEME C'ETAIT LE DOLLAR ( DEFICIT PERMANENT AVEC SOUSCRIPTION DES AUTRES ETATS EN BON DU TRESOR US !!) MAIS LA AUCUNE REFLEXION , AUCUNE PROPOSITION SAUF LA GEURRE DES MONNAIES .
IL SUFFIT DE LIRE "LE BAL DES AVEUGLES " DE MICHEL TURIN POUR VOIR QUE LES ALAIN MINC , LES SAPIN , LES MOSCOVICI , LES ATTALI , LES OLIVIER BLANCHARD NE SONT QUE DES PRECHEURS DU DESERT .....
LE TERRAIN , RIEN QUE LE TERRAIN ...MAIS VOUS ETES A UN TEL NIVEAU STRATOSPHERIQUE...LA MACRO ECONOMIE , NE SERAIT ELLE PAS L'ADDITION DES COMPORTEMENTS INDIVIDUELS !!!
a écrit le 15/05/2016 à 9:55 :

Ce référendum anglais a été initié par Cameron pour être réélu , c'était une promesse. Il a donc été réélu par ceux qui souhaitaient pouvoir voter sur ce sujet.
Et donc malgré le sondages, et les prévisions, ceux qui voulaient voter vont enfin pouvoir dire qu'il sont pour le Brexit.
a écrit le 14/05/2016 à 23:34 :
Je vois que bien des internautes sentent que nos dirigeants financiers sont la cause de la débandade économique.
J'ai travaillé dur et j'ai trouvé le point clé utilisé par les banquier internationaux pour écraser les nations et leurs peuples. J'ai pu retrouver une des analyses faites par d'autres qui avaient compris le piège.
Je vous le présente à ma manière. La société actuelle ayant été rendue très complexe, il faut passer par un exemple simple avec les paramètres fondamentaux.
« Pierre et Paul vivent seuls sur une île. Il y a une banque et la monnaie est le X.
Pierre produit du lait et Paul pèche des poissons. Chacun vend à l’autre son produit pour une valeur égale de 30X par mois. Chacun a 10X de bas de laine. Pierre fait office de banquier au besoin.
Ils recueillent Claude, un naufragé. Claude veut rester et participer à la communauté : il est très bon fleuriste, et comme Pierre et Paul aiment bien les fleurs, ils sont d’accord que Claude fournissent des fleurs.
Gros souci : Claude n’a pas un X
Pierre lui propose que la banque lui prête 60X (30X pour acheter du lait et 30X pour le poisson), sans intérêt ; seul le capital est remboursable en 30 mois.
C’est parti !
Début janvier la banque ouvre et crédite le compte de Claude de 60X
Fin janvier Claude a acheté pour 60X en tout aux deux autres, Pierre a acheté pour 60Xde poisson et de fleurs, Paul pour 60X de lait et de fleurs, et tout va bien !
Mais début février Claude rembourse ses 2 premiers X à la banque ! Durant février Claude ne peut plus acheter que pour 58 X aux deux autres, (pour faire simple on répartit les achats de manière égale) soit 29 X à Pierre et 29 X à Paul !
Ces deux derniers, commerçant toujours entre eux pour 30X ne peuvent acheter que pour 29X chacun de fleurs à Claude, ou prendre dans leur bas de laine ! Mais ce qui nous intéresse c’est un système financier optimal.
Aussi Pierre et Paul refusent de prendre dans leur bas de laine et n’achètent que pour 29 X chacun à Claude en Février.
Début Mars Claude rembourse encore 2X. Il ne lui reste plus que 56X pour s’acheter de la nourriture !
... Pas besoin d’aller plus avant dans notre exemple : Claude va manquer d’X pour se nourrir, même s’il travaille beaucoup !
Mais chacun est travailleur et désire que la société continue à fonctionner !
(la possibilité de troc a été éliminée car on recherche un système financier optimal)
Que faire ?
Il faut mettre en circulation davantage de X !
Dans le cas de notre île, la banque ne fait donc pas de prêt à Claude début Janvier. Une des solutions possible serait la suivante : fin janvier Claude peut amener à la banque les factures de la vente de ses fleurs, signées par Pierre et par Paul, et alors la banque crédite le compte de Claude d’autant : 60X. Alors Claude paie Pierre et Paul à hauteur de 30X chacun.
(il est primordial, indispensable, vital que la personne qui a travaillé soit payée, et que la personne qui reçoit de l’argent ait travaillé )
Et les autres mois se passeront sans problème majeur ».
C’est l’exemple clef qui montre comment quelqu’un peut entrer dans un système économique et financier sain sans échouer, ni appauvrir les autres déjà installés et utilisant le système. Voici la planche à billets indispensable.
(On verra qu’il faut aussi fixer les prix, et faire d’autres actions pour garantir la stabilité du système économique et donc de la société).
a écrit le 14/05/2016 à 22:04 :
Tant mieux, souhaitons ce brexit pour briser cette mafia financière internationale qui s'intéresse davantage à ses intérêts qu'au peuple, et préparons sans état d'âme l’échafaud à Trafalgar Square au cas où, pour notre cher Cameron !
a écrit le 14/05/2016 à 17:22 :
A quoi sert l'Union Européenne si les emplois qu'elle crée sont surtout situés à l'étranger mais pas en Europe et ne profitent pas aux européens ? C'est plutôt ça la question à laquelle l'oligarchie dirigeante devrait s'attacher à répondre...
Réponse de le 14/05/2016 à 18:33 :
L'oligarchie dirigeant nos pays en a rien à faire. Elle consolide actuellement son pouvoir en appauvrissant massivement les classes moyennes grâce aux fameuses "réformes" qui incluent à terme la privatisation de la sécurité sociale, des universités j'en passe et des meilleurs et en s'enrichissant et prépare un coup d'état rampant à coup d'accord commerciaux multilatéraux permettant l'établissement de tribunaux privés qu'elle contrôlera totalement et qui casseront les lois qu'elles n'osent pas attaquer directement.
a écrit le 14/05/2016 à 14:17 :
La présidente du FMI dit cela ? Alors c’est le contraire qu’il faut faire.
Savez-vous qui a créé le FMI ? Lord Keynes et le célèbre communiste Harry Dexter White. Des personnages peu recommandables.
L’astuce de Keynes a été d’enlever de la masse monétaire qui représentait exactement le travail des gens et de mettre à sa place de l’argent emprunté… aux banques internationales, et donc à rembourser.
Bien sûr lorsque vous remboursez cette argent, il manque sans arrêt de l’argent en circulation !
L’économie était florissante pendant les Trente glorieuses (1945-1974) en France, car l’état français empruntait à taux presque zéro à la banque de France : la banque nationale « était au service du pays » , et tout allait bien avec le système de la planche à billets qui permettait de mettre en circulation de l‘argent libre !
Le plan de fragilisation des esprits et visant à démolir l’économie du pays a vraiment débuté avec le président de la république avant 1974. Ce président venait d’une banque internationale bien connue, et mourut en 1974. Il a préparé le terrain à son successeur (toujours vivant et fanfaron), qui a fait emprunter l’état français pour la première fois sur les marchés financiers en 1974 : le pays ne s’en ai jamais remis, et ne s’en remettra jamais s’il ne revient pas au système monétaire et financier en cours avant 1970.
Réponse de le 24/05/2016 à 11:25 :
TOUT A FAIT EXACT ..IL SUFFIT DE LIRE " LA MONNAIE, HISTOIRE D'UNE IMPOSTURE " DE PHILIPPE SIMONNOT POUR COMPRENDRE QUE LE 15 AOUT 1971 MR NIXON A UTILISE L'ARME NUCLEAIRE MONETAIRE !!! DEPUIS , VIVE LA GUERRE DES MONNAIES
a écrit le 14/05/2016 à 14:14 :
Tous ces pseudo décideurs payés par Goldman et Sachs ne peuvent-ils pas ficher la paix aux Britanniques qui sont assez grands pour savoir ce qui est bon ou pas pour eux
a écrit le 14/05/2016 à 13:53 :
Voici une description « philosophique » du fautif : le système financier actuel, maintenu en place par les banques internationales et leurs hommes de mains, et par l’ignorance de bien des élu(e)s et de citoyen(ne)s, du moins celles et ceux parmi eux qui n’ont jamais été banquier(e)s à la base.
Quelle est la « philosophie » des banques (et des dirigeants politiques qui soutiennent ces banques) ?
Il y a une doctrine économique du début du 20ème siècle qui a été choisie par les grands banquiers internationaux, c’est celle de Lord Keynes : « Créez des besoins !  »
Autrement dit, mettez les citoyens en situation de grande nécessité (contrainte qui pousse à agir ou à subir), et laissez les croire ou espérer qu’ils peuvent accéder à la prospérité, ou même simplement s‘en sortir, en travaillant. Cela consistait aussi (et consiste toujours) à faire croire que les États doivent investir (dépenser) de grosses sommes pour créer des emplois en période de récession. Ces sommes étant empruntées aux banques internationales, on peut montrer que ce n’est que feu de paille en tant qu’aide et solution ( une fois qu'un emprunt a été remboursé, l’argent correspondant a disparu de la circulation). Ajoutez à cela des taxes et l' impôt sur le revenu pour « égaliser » les citoyens ou les sujets, et on a la situation actuelle. À qui profite-t-elle ? À l’élite. Il y a seulement différents groupes qui se battent entre eux pour faire la même chose une fois qu’ils auront eu le pouvoir. Les banquiers dirigent ces groupes avec des gars à eux dans la politique, et en proposant de fausses solutions aux citoyens, ou des discours politiques trompeurs.
Le résultat final ? Un État qui possède tout et l’individu de base rien. Les dispositions présentées par les partis habituels ne sont que des sujets de division sociale, car ils ne résolvent pas les problèmes de la grande majorité des citoyens, et les banquiers tirant les ficelles récoltent beaucoup d’argent.
a écrit le 14/05/2016 à 13:22 :
Quand on voit l'état économique des nations, il faut se méfier des avis des dirigeants en place !
J'espère que les sujets anglais vont refuser d'entrer dans ce machin actuel qui n'est qu'un échec voulu et réalisé à l'aide de la politique cachée des banquiers. L'Europe des nations, oui ! L'Europe actuelle des banquiers: non !
Un Brexit serait en fait un sursaut d'un peuple, d'une nation qui ne veut pas mourir lamentablement. Ils devraient attendre encore un peu, que 'Europe roule économiquement, comme nous l'ont promis presque tous nos dirigeants.
a écrit le 14/05/2016 à 10:55 :
Le peuple britannique a recours à ses trésors légendaires d'humour pour rester flegmatique devant cette avalanche de propagande apocalyptique. Entendons D. Cameron dire à la chambre des Commune :

« Si la Grande Bretagne quitte l'Union européenne, ce sera le début de la IIIe Guerre mondiale. Un astéroïde frappera alors la Terre et sera à l'origine d'un nouvel âge glaciaire et nous serons ensevelis sous les glaciers si nous quittons l'UE. Puis les dinosaures ressusciteront et dévoreront les survivants qui auront échappé à l'invasion des extra-terrestres que le "Docteur QUI" ("Doctor WHO", célèbre personnage de science fiction britannique) aura échoué à arrêter. "

Toutes ces prophéties apocalyptiques pouvaient encore marcher dans l'esprit du public il y a un quart de siècle, lorsque les électeurs n'avaient pas encore expérimenté concrètement ce que donnerait l'Union européenne, et à une époque où Internet n'existait pas et ne permettait donc pas au grand public d'aller chercher des informations plus sérieuses.

Les Britanniques sont en train de découvrir que le vrai populisme et la vraie propagande totalitaire sont l'apanage des européistes, qui n'ont plus d'autre ressource que de jouer sur les peurs irrationnelles et qui refusent constamment de débattre de façon rationnelle.
Réponse de le 14/05/2016 à 13:31 :
Excellente analyse ! Vous avez bien jugé de l' actuel obscurantisme.
Les oppresseurs sont comme tous les prédateurs, ils ne veulent pas que leurs proies leur échappe : leur futures proies peuvent leur échapper facilement si ces oppresseurs (banquiers internationaux, lobbies, politiciens à la botte de ces banquiers) les laissent réfléchir par eux mêmes.
a écrit le 14/05/2016 à 10:49 :
240 ans plus tard les rôles sont inversé et nos amis anglais se doivent de prendre leur indépendance vis à vis de l'empire européen/américain comme les colonies américaines en son temps ..
a écrit le 14/05/2016 à 10:05 :
la classe moyenne n a rien a y perdre !!! un référendum fraxit est dans les propositions d un député !!
a écrit le 14/05/2016 à 8:27 :
Évidemment que la directrice du FMI est contre ce référendum . Cette femme est la représentante ultime de toute cette classe de dirigeant, qui ont trahi la démocratie en changeant les règles immuables qui fonctionnaient depuis la guerre. Le travail était taxé par l'état qui en échange assurait la protection sociale et les retraites, ainsi que les fonctions régaliennes et cela depuis le moyen âge.
Elle et ses confrères, les élites dirigeantes occidentales ont changé le logiciel , en brisant le fonctionnement régalien des États .

La valeur travail s'est dilué dans la disparition des frontières, la déréglementation bancaire, la monnaie unique , sans politique sociale, sans défense, sans diplomatie surtout .

Cette classe internationale de dirigeant qui a démonté la société occidentale pan par pan, derrière une dialectique redoutable n'a plus qu'un seul obstacle devant elle : la démocratie.

Le bras armée de cette caste , l'Europe de Bruxelles est en Etat de faillite technique, car à la fin, toutes ces escroqueries se révèlent les unes après les autres. Les anglais ont compris bien avant nous, la vacuité du projet européen .

Il ne reste que le référendum pour qu'un peuple puisse encore reprendre un peu de contrôle de sa société . Mais cela cette génération des élites qui a trahi la démocratie , n'en veux pas .

Le socialo-sarkozysme en est la plus belle image. Où est passé le référendum de mai 2005 refusant la constitution européenne? Dans le traité de Lisbonne qui l'a établi.
a écrit le 14/05/2016 à 6:42 :
Le RU ne veut pas ressembler à la France pays de fonctionnaires et de l'échec, du socialisme, de la corruption. La vraie tueuse de l'Europe c'est la France qui fera tout exploser par ses échecs de gôôôche qui intoxiquent le continent. L'histoire parlera.... Même les Allemands ne veulent pas terminer à la française dans le socialisme solidaire de l'argent des autres....et le chômage massif.
Réponse de le 14/05/2016 à 18:37 :
Tu as raison les allemands adorent les emplois sous-payés issus des lois Hartz. J'espère que tu ne gagnes pas si bien ta vie que cela de sorte que tu ressentiras comme il faut le coût de ton assurance privée maladie et retraite lorsque la sécu sera privatisée et que l'intégralités des cotisations patronales ira dans les poches des actionnaires des multinationnales ou des patrons de PME.
a écrit le 13/05/2016 à 19:58 :
Les conclusions alarmistes, sans fondement. Tous le monde a oublié les analyses des "experts" qui nous disaient que la sortie de l'euro coûterais 50 milliards € à la France et que nous n'avions pas l'argent. Le renflouement de l'Irlande, l'Espagne, l'Italie, la Grèce, étc nous a coûté bien plus, et la c'était possible!!!!!
Réponse de le 14/05/2016 à 19:27 :
Regardez l' état des peuples européens qu' on a tondu pour installer l' otan aux portes de la Russie et pour servir les américains !
a écrit le 13/05/2016 à 19:51 :
C'est de l'ingérence pure et simple dans les affaires du Royaume-Uni. Son copain Cameron a lancé un référendum qu'il regrette maintenant et il cherche des appuis partout où il peut, car la victoire du NON signifie aussi sa démission :-)
a écrit le 13/05/2016 à 18:28 :
c'est le feu chez les profiteurs du système si même le FMI s'y colle et pourtant la suisse est loin de la faillite tout en étant pas dans l'europe
a écrit le 13/05/2016 à 17:38 :
entre 1,5 et 9,5 ù !!! la fourchette est un peu large. Je serais curieux de connaître les critères qui permettent de déterminer un tel écart.
a écrit le 13/05/2016 à 16:37 :
Encore et toujours que des incantations, pas de faits, de preuves d'études ou même de chiffres. Bref, que du vent pour alimenter le feu du spectre d'un "hivers nucléaire" suite à un potentiel Brexit.
Réponse de le 14/05/2016 à 22:51 :
Exact : aucune preuve, rien de factuel. On se croirait au Moyen Âge.
La présidente du FMI dit cela ? Alors c’est le contraire qu’il faut faire et croire.
Savez-vous qui a créé le FMI ? Lord Keynes et le célèbre communiste Harry Dexter White. Des personnages peu recommandables.
L’astuce de Keynes a été d’enlever de la masse monétaire qui représentait exactement le travail des gens et de mettre à sa place de l’argent emprunté… aux banques internationales, et donc à rembourser.
Bien sûr lorsque vous remboursez cet argent, il manque sans arrêt de l’argent en circulation. Et c’est encore pire lorsque la population s’accroit.
L’économie était florissante pendant les Trente glorieuses (1945-1974) en France, car l’état français empruntait à taux presque zéro à la banque de France : la banque nationale « était au service du pays » , et tout allait bien avec le système de la planche à billets qui permettait de mettre en circulation de l‘argent libre !
Le plan de fragilisation des esprits et visant à démolir l’économie du pays a débuté avec le président de la république avant 1974. Ce président venait d’une banque internationale bien connue, et mourut en 1974. Il a préparé le terrain à son successeur (toujours vivant et fanfaron), qui a fait emprunter l’état français pour la première fois sur les marchés financiers en 1974 : le pays ne s’en ai jamais remis, et ne s’en remettra jamais s’il ne revient pas au système monétaire et financier en cours avant 1970.
a écrit le 13/05/2016 à 15:29 :
L'oligarchie mondiale en rang serre contre le brexit !! ce qui serait vraiment grave pour eux, c'est que leurs propheties ne se realisent pas...que la GB vive sa vie serainement. L'enfumage aura disparu..et l'UE explosera
Réponse de le 14/05/2016 à 22:36 :
Exact !
Pour sauver l'Europe des nations il faut que l'Europe actuelle des banquiers « explose », et un Brexit le permettrait probablement .
Nos semblables britanniques ne sont pas stupides au point de s'allier à une Europe en déconfiture économiquement.
J'ai travaillé dur sur le sujet de cette descente inexorable vers la pauvreté économique que nous connaissons, mais la réponse est simple. D'autres avaient déjà compris cela dès la fin de la seconde guerre mondiale, mais leurs écrits ont été discrètement retirés des étagères, et leurs idées officiellement enterrées.
Le seul fait technique qui est à l'origine de notre descente économique est que de l'argent supplémentaire n'a pas été mis en circulation comme il l'était avant, c'est à dire avant 1974 en France. Ceci a été réalisé aussi dans tous les pays par les grands banquiers internationaux. Avant on avait la planche à billets, et tout roulait !
a écrit le 13/05/2016 à 15:23 :
Après le Brexit la fin du monde...
La Troisième guerre mondiale...
L'invasion des sauterelles...
Et on va y croire ??
Tout comme aux sornettes annoncées par notre dernier Grand Timonier.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :