Le gouvernement favorable à des quotas migratoires au niveau européen

 |   |  286  mots
Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement
Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement (Crédits : POOL)
Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement, s'est dit favorable dimanche à des "objectifs chiffrés européens" pour réguler l'immigration vers l'Union européenne.

Le porte-parole du gouvernement français s'est dit favorable dimanche à des "objectifs chiffrés européens" pour réguler l'immigration vers l'Union européenne, au nom de la "solidarité" entre les Vingt-Sept.

Une mesure qui figurait dans le programme Fillon

Dans sa "Lettre aux Français" diffusée dimanche dernier pour l'ouverture du "grand débat national" consécutif à la crise des "Gilets jaunes", Emmanuel Macron ouvre la porte à des quotas migratoires, une mesure qui ne figurait pas dans son programme mais que François Fillon, candidat des Républicains, défendait pour l'élection présidentielle de 2017.

"La politique du chiffre, c'est une politique qui est à mon sens assez inintelligible pour nos concitoyens. La question c'est de savoir, est-ce-qu'on garantit l'accueil inconditionnel et le droit d'asile? La réponse est oui", a commenté Benjamin Griveaux dans le cadre du "Grand Rendez-Vous" Europe 1-CNEWS-Les Echos.

"La question migratoire, elle est posée au niveau national, mais elle est au niveau européen", a-t-il poursuivi. "La bonne échelle pour répondre à cette question, c'est l'échelle européenne."

"Moi je crois, au fond, à des objectifs chiffrés européens (...) pour des raisons simples : c'est qu'aujourd'hui, vous avez des règles tellement différentes entre les pays de l'Union européenne, parfois même avec nos voisins les plus proches...", a expliqué le porte-parole du gouvernement français.

"L'Europe doit s'emparer de ce débat et parce que la base de l'Europe c'est la solidarité entre pays européens, la solidarité elle doit aussi jouer sur la question migratoire. Nous ne pouvons pas être que quelques pays européens à assumer cette question de l'asile, de l'immigration, ça doit être quelque chose de partagé entre les pays de l'Union."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/01/2019 à 19:29 :
Pas des cotât sur l'immigration pas d immigration de tout stop à l immigration
a écrit le 21/01/2019 à 16:59 :
Pour le moment ,les français ne comprennent pas la politique du chiffre.Quand l'immobilier aura chuté et que le système de retraites aura fait faillite,alors ils applaudiront l'immigration.
a écrit le 21/01/2019 à 13:39 :
L'immigration n'est bonne que pour les entreprises qui ainsi peuvent réduire les salaires des non qualifiés: l'armée de réserve du capital aurait dit Marx. Si la gauche était conséquente elle demanderait une immigration zéro!
Réponse de le 22/01/2019 à 17:46 :
Elle est accessoirement aussi bonne pour les consommateurs (combien faudrait il payer les éboueurs "bien de chez nous" pour nettoyer nos rues ? combien de hausse des travaux de construction ?)
Bonne pour les finances publics (un immigré qui arrive en age de travailler est rentable pour la nation)
Et accessoirement bonne pour les individus concernés, qui peuvent rêver d'un avenir meilleur.
a écrit le 21/01/2019 à 13:28 :
Le mec fait semblant d'y croire ou alors il va devoir nous expliquer comment il va imposer ses quotas à la Hongrie et à la Pologne...Je me régale par avance.
a écrit le 21/01/2019 à 12:41 :
Sur les plus de 260 000 visas d'autorisations d'entrées en 2017 il y avait moins de 20 000 visas de travail ? On rajoute plus de 100 000 demandeurs d'asiles dont les 3/4 resteront en France malgré le rejet de leurs demandes et qui iront grossir le nombre de clandestins.
a écrit le 21/01/2019 à 11:45 :
la France qui ne peut plus financer sa santé et ses retraites devrait donc se soumettre au diktat européen en matière d'immigration ; 40% de chomage pour les populations issues de l'immigration , réglons déjà ce problème avant d'en créer de nouveaux
Réponse de le 21/01/2019 à 13:32 :
@bourdiga, pardon mais vous faites une erreur d'analyse...la France est leader dans le diktat européen. Elle ne se soumet pas, elle voudrait soumettre les autres.
a écrit le 21/01/2019 à 11:35 :
Pour avoir plus d'immigration, il va falloir mettre le chaos dans les pays dont ils sont originaire, pour leur forcer la main... en catimini!
a écrit le 21/01/2019 à 10:35 :
"La politique du chiffre, c'est une politique qui est à mon sens assez inintelligible pour nos concitoyens".

Nous l'avons pourtant depuis 1976 avec le regroupement familial.
a écrit le 21/01/2019 à 9:47 :
Un effet d'annonce probablement, attendons la réalité.
a écrit le 21/01/2019 à 8:49 :
Fastidieux lescommentaires ressemblent de plu en plus à un mur des lamentations.
Attention à ne pas verser dans le pathos cher aux Français
Réponse de le 21/01/2019 à 9:16 :
"Attention à ne pas verser dans le pathos cher aux Français"

Pourquoi vous êtes quoi ? Allemand ?

C'est un commentaire ça !?

Ça pue la défaite à des kilomètres votre truc hein...
a écrit le 20/01/2019 à 20:10 :
Au niveau européen.... ça veut dire jamais vu le temps qu'il nous faut pour nous mettre d'accord!
a écrit le 20/01/2019 à 19:01 :
Griveaux ils m'en comme macron ? Ils a un patrimoine confortable biens Le politique de mâche arrière minable 👎
a écrit le 20/01/2019 à 18:20 :
Super... de reprendre la politique immigrationniste de l'UE de Bruxelles pour faire semblant que c'est une idée française! Il se moque de qui?
Réponse de le 20/01/2019 à 19:57 :
C'est du foutage de gueule...l'avis des français ne compteraient pas !!!!!
Et nos politicards font comme bon leur semble !!!!!
a écrit le 20/01/2019 à 17:47 :
Ce concept est NUL ( quota)
Car la migration ce ne «  sont pas des choses « !!!

Mais des «  humains »
Et c’est du «  cas par cas »
Avec un cadre global ( test psychologique, langue, culture, niveau études ...)

L’immigration est un déracinement et c’est une décision qui doit être réfléchie d’une part et de l’autre part , un contrat d’intégration

Est ce que la France a les moyens financiers d’encadrer ces populations sur tout les niveaux ?
a écrit le 20/01/2019 à 17:40 :
Nous ne voulons plus d'immigration, ni de quotas. Assez de chômage et de dépenses sociales en France ( un pognon de dingue)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :