Le Grexit "ne peut plus être exclu" (Benoît Coeuré, BCE)

Selon l'économiste français membre du directoire de la Banque centrale européenne, les propositions de la BCE, du FMI et de la Commission européenne sont "allées à la limite de ce qui était acceptable". Mais en cas de oui au référendum de dimanche 5 juillet, "les autorités de la zone euro trouveront les moyens de tenir leurs engagements".
Si la Grèce devait sortir, l'austérité serait bien pire encore. Elle ne bénéficierait plus de la solidarité de la zone euro, qui lui a donné du temps pour faire les ajustements nécessaires, prévient Benoît Coeuré.
"Si la Grèce devait sortir, l'austérité serait bien pire encore. Elle ne bénéficierait plus de la solidarité de la zone euro, qui lui a donné du temps pour faire les ajustements nécessaires", prévient Benoît Coeuré. (Crédits : reuters.com)

Avant, c'était un "objet théorique", mais ce n'est plus le cas. Désormais, une sortie de la Grèce de la zone euro "ne peut malheureusement plus être exclue", admet l'économiste français Benoît Coeuré, membre du directoire de la Banque centrale européenne, dans un entretien aux Échos paru mardi 30 juin.

Une situation qui selon lui est essentiellement de la responsabilité du gouvernement grec:

"C'est le résultat du choix du gouvernement grec de mettre fin à la discussion avec ses créanciers et de recourir à un référendum", explique-t-il.

Le Premier ministre grec Alexis Tsipras a en effet appelé la population à se prononcer dimanche 5 juillet sur le plan d'accord soumis par la Commission européenne, la Banque centrale européenne et le Fonds monétaire international.

Un dialogue politique rompu en cas de 'non' au référendum

"Si la réponse est 'oui', je n'ai pas de doute sur le fait que les autorités de la zone euro trouveront les moyens, sous une forme ou sous une autre, de tenir leurs engagements", assure Benoît Coeuré, confirmant l'approche adoptée par la BCE et la Commission.

En revanche, dans le cas contraire, "il serait alors très difficile de renouer un dialogue politique" car "les propositions des trois institutions (sont) allées à la limite de ce qui était acceptable", prévient-il.

L'économiste de mettre d'ailleurs en garde:

"Si la Grèce devait sortir, l'austérité serait bien pire encore. Elle ne bénéficierait plus de la solidarité de la zone euro, qui lui a donné du temps pour faire les ajustements nécessaires".

La BCE exposée au risque grec à hauteur de 136 milliards d'euros

Quant à l'aide d'urgence (ELA) accordée aux banques grecques, dont la BCE a laissé vendredi le plafond inchangé, Benoît Coeuré affirme que l'institution de Francfort va "maintenir l'aide jusqu'à nouvel ordre" et envisage d'actionner d'autres leviers. "Nous nous tenons prêts à utiliser les instruments dont nous disposons", indique-t-il, citant notamment le rachat de dettes souveraines ("quantitative easing") et d'obligations d'Etats sur le marché secondaire (opérations monétaires sur titres).

Il  estime que la BCE est exposée au risque grec à hauteur de 136 milliards d'euros, dont 116 milliards de "prêts accordés par l'Eurosystème aux banques grecques" et 20 milliards d'"encours du programme de rachat de dettes décidé en 2010".

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 42
à écrit le 03/07/2015 à 20:10
Signaler
Il est surprenant de lire: "Si la Grèce devait sortir, l'austérité serait bien pire encore. Elle ne bénéficierait plus de la solidarité de la zone euro, qui lui a donné du temps pour faire les ajustements nécessaires". L'austérité en Grèce peut donc...

à écrit le 01/07/2015 à 10:19
Signaler
Est-ce la faute des peuples de l'Europe ou de nos experts technocrates financiers donneurs de leçons qui vivent grassement avec notre fric si ils en sont à essayer de réparer un avion avec de la ficelle ?

à écrit le 01/07/2015 à 9:14
Signaler
Et le devoir de réserve des hauts fonctionnaires ?

à écrit le 01/07/2015 à 0:27
Signaler
Ne nous inquiétons pas pour la BCE, elle fera appel à Goldman Sachs, qui n'est jamais bien loin ! Rappel : http://www.latribune.fr/actualites/economie/union-europeenne/20120309trib000687366/quand-goldman-sachs-aidait-la-grece-a-tricher-pour-600-mi...

le 01/07/2015 à 11:40
Signaler
mais oui c'est cela. L'argent de la BCE, c'est l'argent des citoyens de la zone Euro. Ps: pour info, le faeux audit de la dette bidon fait par Syriza affirme que les pratiques faites sur les comptes grec, n'etaient pas illégale et légitime. mouarf...

à écrit le 30/06/2015 à 16:25
Signaler
"Grexit fin juin, Fraxit pour demain" (proverbe normand)

à écrit le 30/06/2015 à 16:18
Signaler
Bonne Nouvelle Il faut mieux se couper la main maintenant On a trop aider les grecs qui crachent dessus 110 milliards de perdu par les banque il y a 3 ans Des dizaines de milliards injecte On passe notre temps avec ces extrémistes qui mettent me...

à écrit le 30/06/2015 à 15:16
Signaler
La quantité de sottises pondues par les plus grands experts en quelques jours pointe bien le niveau pathétique de la formation économique de nos économistes. Habitués à prendre leurs ordres à "ceux" qui décident en réalité pour eux, l'incompréhension...

le 01/07/2015 à 9:27
Signaler
Tsipras et les gauchistes quitteront peut-être le gouvernement mais la Grèce et l'euro n'en seront pas sortis d'affaire pour autant. Mais tout ira bien dans le meilleurs des mondes, de la finance. Alléluia. Cependant il y aura sans doute des nouvelle...

à écrit le 30/06/2015 à 14:47
Signaler
Terrorisme financier, coup d’Etat financier, ce sont les qualificatifs les plus adaptés à ce qui se passe avec la Grèce en ce moment. Le silence de nos “démocrates européistes” est assourdissant. Silence, les Européens, on tue le peuple grec… On tue...

le 30/06/2015 à 15:28
Signaler
La démocratie, ce n'est pas vivre au dessus de ses moyens et sur le dos des autres!

le 03/07/2015 à 20:07
Signaler
Non ça c'est la communauté européenne.

à écrit le 30/06/2015 à 12:39
Signaler
Se retrouver avec des drachmes en poche à la valeur indéfinie donc inutilisable pendant des mois ce ne serait pas la joie. La Grèce devrait être confiée aux soins de la Croix Rouge.... Ce pays risque de basculer dans le tiers-monde car il ne produit ...

à écrit le 30/06/2015 à 12:07
Signaler
Cela fait déjà un moment que les peuples ne font plus confiance dans ces unions, et seul la confiance peut la faire avancer alors qu'elle ne fait que se dégrader. C'est la fin!

à écrit le 30/06/2015 à 11:59
Signaler
Près de 15 ans après le defaut argentin , l'argentine est toujours malade en proie à une hyperinflation galopante Un retraité grec qui touche 600 euros si il y a une devaluation de 50% de la drachme les retraités toucheront l'équivalent de 300 euro...

à écrit le 30/06/2015 à 11:46
Signaler
Juncker aux Grecs : ” Dire NON, c’est dire NON à l’Europe.” Non, monsieur Juncker ! Dire NON c’est dire NON à l’UE(RSS), pas à l’Europe. L’Europe nous la voulons, la Paix nous la voulons, mais dans le respect des souverainetés des peuples. Dans l...

le 30/06/2015 à 13:25
Signaler
Je suis d'accord avec vous sur la Démocratie. Je trouve que ne pas demandé par référendum au 28 états membre, leurs avis sur le sauvetage de la Grèce ressemble à de la dictature!!!!!

le 30/06/2015 à 13:50
Signaler
Et les taxpayers britanniques, francais, allemands, espagnols, italiens... qu'on oblige a payer pour les pensions et les fonctionnaires grecs alors qu'ils ne le souhaitent plus, c'est de la democratie?

le 30/06/2015 à 16:08
Signaler
@ Tyler---------Que d'inexactitudes en 2,5 lignes et demie!!!! Faudrait faire de grands efforts pour y mettre plus... Entre autres: - la Grande Bretagne ne participant pas à la zone euro, cela ne concerne aucunement les contribuables britanniques....

le 01/07/2015 à 11:46
Signaler
@Vassilis prof grec: vous avez raison sur le point n°1. Mais sur le reste vous faites vous aussi erreur. - les prets bilateraux des Etats ne représentent qu'une petite partie du tout. le FESF et le MES pretent a de staux extremement bas et sur des p...

à écrit le 30/06/2015 à 11:08
Signaler
je ne suis pas convaincu que si la Grece sorte l'austérité soit pire. La Grèce degage un (maigre certes) excédent primaire. Si elle arrête de payer les intérêts de la dette elle a un peu plus d'argent à utilise aujourd'hui qu'elle peut remettre dans...

le 30/06/2015 à 12:01
Signaler
la grece est a nouveau en recession, il n'y a plus d'investissements depuis l'arrivee de tsipras et ils sont a nouveau en deficit.... et comme le bankrun a commence et qu'on sait comment ca finit..... pour le reste ils n'ont pas d'industrie donc ne ...

le 30/06/2015 à 14:07
Signaler
La Grece malheureusement ne degae plus d'excendent primlaire. Il y en a eu un maigre en fin d'annee 2014, mais depuis c'est fini on est a environ 1% de deficit primaire. Et encore, cela sans aucune des mesures de dépenses de Syriza quasiment. Pour...

le 30/06/2015 à 15:56
Signaler
@ Kida------- Je vous recommande un article des David Stuckler et Sanjay Basu, paru dans le Monde diplomatique (octobre 2014), qui compare la gestion islandaise et grecque de la crise et qui conclut que -dans le cas de la Grèce- l'austerité tue vrai...

le 30/06/2015 à 17:39
Signaler
Merci Vassili pour ton commentaire. Il faut être grec pour comprendre tout cela. Beaucoup de souffrance pour rien. Peu de gens connaisse l' histoire de notre pays. Zito Ellada.

le 01/07/2015 à 11:48
Signaler
Vassilis prof grec : je vous recommande la lecture du blog de Varoufakis qui explique lui même que la fin de l'austerité est un mensonge. Quelsque soi la solution, l'austerité restera en grece. la seule question c'est un peu , beaucoup ou enormement,...

à écrit le 30/06/2015 à 11:01
Signaler
Il ment comme Juncker pour tromper. Cependant ils parlent tous de la sortie de la Grèce de la zone euro. Or, le gouvernement grec ne veut pas sortir et l'Europe (toutes institutions confondues) ne peut pas sortir la Grèce de l'Euro puisqu’aucun trait...

le 30/06/2015 à 14:12
Signaler
je crains que vous ne compreniez pas bien: en cas de Non, c'est la fin de l'ELA de la BCE (c'est mécanique) et les banques grecques sont alors insolvables et la grece n'aura alors plus d'autre choix que de sortir de la zone Euro. Elle le fera d'elle ...

à écrit le 30/06/2015 à 9:14
Signaler
Après le défaut de la Grèce, des négociations ne peuvent repartir qu'à la case départ, avec accord à demander à des parlements nationaux. Avec un gouvernement Tsipras qui demande un changement fondamental de l'UE que les autres états-membre refusent,...

le 30/06/2015 à 9:50
Signaler
la grece va prendre un nouveau depart, toute seule puis avec l'aide de la russie, qui est aussi orthodoxe par contre le bortsch est bcp plus amer que la soupe europeenne assaisonnee aux milliards d'euros gratuits!

le 30/06/2015 à 12:53
Signaler
et n'oubliez pas nos amis CXhinois sont aux aguet. Hé hé. Les Grecs seront, j"en suis surs plus heureux avec leurs drachme avant l'euro ( 341 drachmes= 1 euro) Regardez leurs voisns du nord, les Bulgares pour ne pas les nommés, ils sont heureux mais ...

le 30/06/2015 à 14:16
Signaler
@Churchill: Avec l'aide de la russie?.. mais bien sur. Vous voulez dire la Russie qui n'avait DEJA pas les moyens d'aider la minuscule Chypre? Avec la Russie qui subit une tres forte recession economique? Avec la Russie dont toutes les reserves...

le 30/06/2015 à 15:41
Signaler
À quoi bon revenir toujours sur le sujet Russie si ce n'est pas le cas ? on parle ici de la Grèce et de la troïka, pas de Poutine ! nom de Dieu, quelle obsession, Kida (ou cdf), give us a time, please!

à écrit le 30/06/2015 à 9:08
Signaler
Pourquoi Benoît Coeuré ment-il ? "Si la Grèce devait sortir, l'austérité serait bien pire encore. Elle ne bénéficierait plus de la solidarité de la zone euro, qui lui a donné du temps pour faire les ajustements nécessaires". Le gouvernement gre...

le 30/06/2015 à 10:13
Signaler
@coyote triste. Je ne savais pas que la Grèce vivait en autarcie et qu'elle ne serait donc pas impactée dans ses importations par une "drachme"?? Et avec une balance commerciale structurellement déficitaire...

le 30/06/2015 à 10:37
Signaler
C'est vous qui ne dites pas la vérité . La grèce est retombé en recession alors qu'elle était prévu à plus de 3% de croissance avant les élections de janvier et cet excedent primaire n'existe plus depuis l'arrivée de Tsipras qui a mis à l'arret l'...

le 30/06/2015 à 11:03
Signaler
Hum, à votre place, avant de corriger votre point de vue ci-dessus, de lire ceci : http://www.alterecoplus.fr/grece/budget-la-grece-est-en-realite-le-pays-le-plus-vertueux-deurope-201506290821-00001655.html

le 30/06/2015 à 13:59
Signaler
@Le goéland, vous avez l'air de penser qu'avant l'euro tout le monde vivait mal et en autarcie. Soit vous êtes très jeune, soit vous n'avez pas très bien étudié. Mais on peut commercer avec le monde entier en ayant sa propre monnaie. Si vos réflexion...

le 30/06/2015 à 14:20
Signaler
@coyote triste: La Grece n'a PLUS d'excedent primaire. Elle en a eu un brievement sur les derniers mois de 2014. Mais depuis c'est fini et elle est retournée en déficit primaire. Coeuré a raison: le grexit est synonime d'austérité plus dure pour ...

le 30/06/2015 à 14:29
Signaler
@ michel chiffres edifiant en effet. la situation de la France n'est guère reluisante sur ces classements

le 30/06/2015 à 18:02
Signaler
Belette: ne venez pas avec des termes impropres à mon commentaire, je n'ai jamais dit que la Grèce ne pouvait commercer avec sa propre monnaie et illustrais mon propos avec le mot autarcie puisque, dans ce cas de figure, l'économie n'est pas influenc...

le 01/07/2015 à 21:27
Signaler
@pierre et @kidA Selon la Commission Européenne au mois de mai dernier : "The country's primary surplus, the budget balance before debt servicing costs, will be only 2.1% this year, rather than the 4.8% projected only three month.s ago." htt...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.