Grèce : s'affirmant "trahi", Juncker jette l'éponge

Alors que la porte des négociations semblait encore entrouverte malgré l'annonce du référendum grec par Alexis Tsipras, Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne, laisse sous entendre ce lundi midi qu'il n'y a plus de dialogue possible avec la Grèce.
Lors d'une conférence de presse ce lundi midi à Bruxelles, Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne, s'est dit profondément affligé par le spectacle donné par l'Europe.
Lors d'une conférence de presse ce lundi midi à Bruxelles, Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne, s'est dit "profondément affligé par le spectacle donné par l'Europe". (Crédits : © Eric Vidal / Reuters)

Cette fois, doit-on craindre que l'Union Européenne tourne définitivement le dos à la Grèce ? Lorsque le président de la Commission Européenne prend la parole ce midi en conférence de presse à Bruxelles, l'expression du visage est grave. "Je me sens un peu trahi"(...) il y a eu beaucoup de bruit et de fureur", lâche-t-il. Les paroles sont fortes, le ton est donné :

"Je suis profondément affligé, attristé par le spectacle qu'a donné l'Europe samedi dernier. En une nuit, en une seule nuit, la conscience européenne en a pris un sacré coup (...) la bonne volonté s'est quelque peu évaporée (...) Des jeux populistes ont pris le dessus".

Mais face à l'offensive européenne, Athènes n'a pas tardé à réagir. En début d'après-midi, le porte-parole du gouvernement Gabriel Sakellaridis, met en cause la sincérité du patron de la Commission européenne  :"la (preuve) nécessaire de bonne foi et de crédibilité dans une négociation est la sincérité".

Pourtant, ce lundi matin, tout semblait encore possible. A l'issue d'un conseil restreint consacré à la crise grecque, François Hollande estimait que "la France est toujours disponible pour que le dialogue puisse reprendre aujourd'hui ou demain". Et le porte-parole de Angela Merkel assurait que la chancelière allemande se disait "évidemment disposée" à une reprise des discussions avec son homologue grec, Alexis Tsipras "s'il le souhaite".

Juncker furieux, fustige l'attitude de Tsipras

Dans la nuit de vendredi à samedi, las des propositions européennes, Alexis Tsipras a créé la surprise en annonçant à la télévision la tenue d'un référendum. Les Grecs devront donc dire dimanche prochain, le 5 juillet, s'ils acceptent oui ou non les propositions des créanciers.

Mais l'initiative n'a pas vraiment été du goût de tous, à commencer par Jean-Claude Juncker qui fustige cette décision ce lundi à Bruxelles, et s'attaque aux autorités hellènes  : "jouer une démocratie contre 18 autres ce n'est pas une attitude qui convient à la Grèce "a fait savoir Jean-Claude Juncker. Et martèle : "En Europe, aucune démocratie ne vaut plus que l'autre et dans la zone euro il y a 19 démocraties, non une contre 18 et non 18 contre une". Il n'a pas hésité à multiplier les allusions, directement adressées au premier Ministre grec Alexis Tsipras : "je ne voudrais pas voir Platon jouer dorénavant en deuxième division ».

Juncker appelle les Grecs à voter oui dimanche

Il a tenu à rappeler que la proposition des créanciers faite à la Grèce "n'est pas un paquet d'austérité stupide", affirmant qu'"il n'y a pas de coupes dans les salaires dans ce paquet, il n'y a pas de coupes dans les retraites", a-t-il affirmé.

Le président de la Commission européenne a aussi fait part de sa lassitude  : "vendredi encore, après des mois et des mois de discussion et de débat, nous étions une fois de plus patients, déterminés", a-t-il souligné. "J'ai tout fait, d'autres ont essayé de tout faire et nous ne méritons pas toutes ces critiques". Il assure que "nous (l'Union Européenne) avons vraiment remué des montagnes jusqu'à la dernière minute, jusqu'à ce que les Grecs ferment la porte".

Cette fois, le Luxembourgeois tourne le dos à Athènes et ne fera "de nouvelles propositions aujourd'hui ». En revanche, il a affirmé que si le non aux propositions des créanciers remporte les suffrages dimanche en Grèce, cette réponse sera perçue comme  "un non à l'Europe", a fait savoir Jean-Claude Juncker, tout en exortant le peuple grec à voter "oui"...car "il ne faut pas se suicider parce qu'on a peur de la mort", a-t-il lancé dans son allocution.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 80
à écrit le 01/07/2015 à 9:49
Signaler
Je n'emploierais pas le mot Europe pour désigner l'entité économique qui a autorisé l'adhésion de la Grèce. Certes il s'agit bien d'une coalition Européenne . Une coalition d'intérêt économique ayant une monnaie commune et favorisant le libre échange...

le 01/07/2015 à 16:37
Signaler
Belle analyse, avec laquelle je suis entièrement d'accord....de nombreuses choses seraient à organiser/réformer dans l'europe, pour qu'elle serve ses citoyens, plutôt que les intérêts privés de quelques dizaines de grosses entreprises, dont la cupidi...

à écrit le 30/06/2015 à 13:10
Signaler
Un conseil amical à M Juncker: surtout ne tourne pas le dos avec les Grecs on ne sait jamais de leur réaction A moins que! Avec eux il faut avoir le dos au mur. C'est la pensée du jour très raisonnable d'un vacancier fidèle des iles grecques ...^_^.....

à écrit le 30/06/2015 à 9:56
Signaler
Tsipras a eu 5 mois pour négocier. Alors pourquoi n'a-t-il pas organisé son référendum avant de mettre son pays en défaut de paiement ? Réponse: parce qu'il improvise, fait des volte-faces et ne sait pas où il va. Surtout, il ne sait plus comment se ...

à écrit le 30/06/2015 à 9:22
Signaler
Junker venant nous donner des leçons de démocratie, on croit rêver. Déjà quand on commence par qualifier l'usage du référendum de "populisme"... On la connaît sa conception de la "démocratie" : des ministres et des "experts" qui décident de tout e...

à écrit le 30/06/2015 à 0:34
Signaler
Quand un politique de ce calibre, si on en juge aux postes occupés, se targue du devoir de mentir quand les choses sont graves, quel crédit lui accorder ensuite? Toutes les constructions et les chimères du monde ne rendront pas la confiance qu'il a d...

à écrit le 29/06/2015 à 23:53
Signaler
Tous les pays de l’UE sont en guerre économique les uns contre les autres... La Grèce a qui on a prêté des sommes folles pendant 20 ans..... doit après le non au référendum demander l’annulation de ses dettes. Motif: on ne sait pas payer (nos prédéc...

à écrit le 29/06/2015 à 23:09
Signaler
Qu'est ce que 120 milliard pour sauver un pays quand on a payé indirectement des milliers de milliards pour que le système bancaire ne s'écroule pas. Et les banques n'ont toujours pas compris, donc, à part la guerre ou une alliance d'un nouveau genre...

à écrit le 29/06/2015 à 23:02
Signaler
L'euro, c'est une religion ! Olivier Delamarche........ Combien il a raison. Mr Attali lui-même, a dit "l'euro n'est pas fait pour durer"...... mais les dieux sont durs à faire tomber, les veaux d'or les soutiennent ! J'ai entendu et écouté le disco...

à écrit le 29/06/2015 à 22:46
Signaler
Peut-être faudrait-il un jour que quelqu'un lui dise que tout le monde se fout de lui mais de façon copieuse...

à écrit le 29/06/2015 à 22:26
Signaler
Quelque chose me hurle dans les oreilles que j'ai déjà entendu ce discours dans mon entourage. C'était le discours d'un pervers narcissique de la pire espèce qui frappait et démolissait psychologiquement sa femme tout en essayant de faire croire à so...

à écrit le 29/06/2015 à 21:58
Signaler
Quand un politique de ce calibre, si on en juge aux postes occupés, se targue du devoir de mentir quand les choses sont graves, quel crédit lui accorder ensuite? Toutes les constructions et les chimères du monde ne rendront pas la confiance qu'il a d...

à écrit le 29/06/2015 à 21:45
Signaler
On dirait des saltimbanques des guignols des pinocchios et dire que cette clique de comédiens est à la tête de l'Europe et de la France et de la Grèce, il y du souci à se faire.

à écrit le 29/06/2015 à 21:42
Signaler
Il y a longtemps qu'il aurait du jeter l'éponge...

à écrit le 29/06/2015 à 21:23
Signaler
Même Adolf Hitler n aurait jamais osé autant de mauvaise foi...

à écrit le 29/06/2015 à 20:48
Signaler
hors de toute considération partisane dans toute communauté il y a des forts et de faibles des riches et des pauvre nous en France on a Paris on a la creuse la corse et les dom certains nous coûtent plus qu'ils ne nous rapportent et pourtant ils font...

le 29/06/2015 à 21:21
Signaler
La Corse s'est déjà sacrifiée Monsieur

le 30/06/2015 à 6:41
Signaler
Vous parlez de la Corse mais connaissez vous son histoire ses hommes qui ont servi la patrie en première ligne en 14 une boucherie à la quelle d'ailleurs était associée!!!les bretons connaissez vous le partage de la terre corse en 62 ....... Je ne su...

le 30/06/2015 à 8:58
Signaler
Vous avez raison, mais cela date de la Révolution et des jacobins qui ont siégé à l'Assemblée. Ils avaient une telle peur bleue des provinces que tout devait être centralisé à Paris. Ça n'a pas beaucoup changé depuis.

à écrit le 29/06/2015 à 20:38
Signaler
Je ne savais pas La Tribune était tant lue par les extrémistes de gauche. Leurs propos rappelle curieusement la position du Front national... Rien de nouveau sous le soleil dirait l'Ecclésiaste...

à écrit le 29/06/2015 à 20:30
Signaler
Aller un petit dernier, pour la route, ça requinque..!

à écrit le 29/06/2015 à 20:01
Signaler
Juncker appelle les Grecs à voter oui dimanche étonnant! Moi je pensais qu'il pousserait au non, non?

à écrit le 29/06/2015 à 19:57
Signaler
"Je me sens un peu trahi" J'éspère que ça te pique "un peu", là ou je pense.

à écrit le 29/06/2015 à 19:48
Signaler
Considérer un referendum populaire comme une trahison est une posture mortifère de la part du président de la Commission Européenne, pour l'avenir de l'Union, car il le fait publiquement et tout le monde comprend alors que l'Union Européenne a pour p...

à écrit le 29/06/2015 à 19:16
Signaler
Le "Junky" qui parle de trahison on aura tout vu dans cette Europe , et Luxleacks il en fait quoi ???

à écrit le 29/06/2015 à 19:07
Signaler
Encore un "hic" de Juncker ? …. hic…. :-))

à écrit le 29/06/2015 à 18:57
Signaler
SI LES GRECS VOTENT, NOUS DEVONS VOTER AUSSI Comment peut on exiger un référendum en France sur ce sujet? Le peuple grec est souverain certes. Et nous alors serions nous un sous peuple qui devrait attendre que le peuple grec s'exprime? Stop. Et à ...

le 29/06/2015 à 21:09
Signaler
Bonsoir. Oui les dettes de la grêce sont des dettes vis à vis des états européens. Pour l'heure nour prétions aux Grecs à des taux très aux dessus de ceux auquels nous empruntions realisant un modeste bénéfice. Grâce à cette brillante négociation...

le 30/06/2015 à 1:21
Signaler
C'est sûr que la négociation qui acte directement 50 % de pertes maintenant via une remise de dette est bien entendu très brillante. De toutes façons ce sont et ce seront vos impôts. Mais mon point n'est pas là. Si référendum en Grèce, référendum ...

le 30/06/2015 à 7:31
Signaler
@Disle: Si référendum en Grèce, référendum en France.... OK Chiche... mais bon historiquement les référendums en France c'est fait pour ne pas être respecté. (on parle de la France ici... pas de la Suisse)

à écrit le 29/06/2015 à 18:39
Signaler
Depuis quand la tribune est majoritairement lue par l'extrême gauche? Je me poste la question en lisant tous ces commentaires dignes d'un mélenchon...Cotisez vous et envoyez vos deniers personnel à votre Tsipras si vous l'aimez tant! Mais laissez l'a...

le 29/06/2015 à 19:09
Signaler
Finalement la droite banquière a fait entendre sa voix. Quelles seront les consignes pour demain ?

le 29/06/2015 à 21:01
Signaler
Regrettee Tribune, Bien d'accord avec vous! Mais il faut dire que Romaric Godin, gauchiste de service e porte parole de Tsipras, ne fait rien pour arranger les choses

à écrit le 29/06/2015 à 18:37
Signaler
les grecs sont morts, ils ont reussi a exasperer jusqu'au SPD, c'est dire! bonne chance a eux pour l'avenir, ca va etre tres dur..........

le 29/06/2015 à 22:23
Signaler
Ça fait à peu près 4000 ans qu'ils sont là les grecs. Alors le SPD et un pseudo- Churchill, pas grand chose à cirer.

à écrit le 29/06/2015 à 18:34
Signaler
Face au déferlement de haines que je peux lire sur ce forum contre l'Europe, Messieurs et mesdames les commentateurs: quittons l'Europe et l'Euro et nous verrons ce qui se passera! Mais je crois qu'au bout de quelques mois, le peuple Français dans s...

le 29/06/2015 à 19:19
Signaler
Chiche, et en plus on va réussir....

le 29/06/2015 à 19:21
Signaler
Oui, nous connaitrons les 7 plaies d'Egypte, ce sera la fin du monde... Blablabla... On connait merci, c'est ce que les européistes disent quand ils n'ont plus d'argument. Et pour votre gouverne, je ne vote ni FN ni FG !!!

le 29/06/2015 à 19:34
Signaler
Qu'est ce qui vous fait dire de telle ineptie ? La peur peut être ?

le 29/06/2015 à 20:06
Signaler
"...je ne vote pas FN et encore moins FG..." On a bien compris le sens de votre hiérarchie des valeurs.

le 29/06/2015 à 23:12
Signaler
On a bien compris qu'on était tous pas d'accord! et c'est pour cela que je lis systématiquement les articles de RG, et surtout les commentaires.... On est tous spectateur d'un drame sur lequel on ne peut pas agir, ces commentaires représentant un ...

à écrit le 29/06/2015 à 18:34
Signaler
entre un Juncker qui a fait du Luxembourg un état prospère et Tzipras qui dirige un pays ruiné et corrompu,les français feront vite le choix.ils n'ont pas envie de payer les 13ème et 14 ème mois des retraités grecs!

le 29/06/2015 à 20:15
Signaler
Tsipras a gagné les élections, lui.

le 29/06/2015 à 21:12
Signaler
Juncker q repris un pays Déjà prospére. Tsipras a repris un pays déjà ruiné. Cela permet-il de comparer leurs performances? Par contre ses créanciers viennent de faire une croix sur 300 milliards de créances. J'avoue qu'entre les deux le grec me...

à écrit le 29/06/2015 à 18:19
Signaler
Juncker est un mauvais président de la commission européenne. Cela sautait aux yeux dès sa nomination. Il n'est que le protecteur des grands états. Il connait mal la démocratie. Et l'europe ne fait aucun progrès vers une réforme de ses instituti...

à écrit le 29/06/2015 à 18:15
Signaler
Ces faux-culs d'européistes feignent de s'apercevoir que l'euro ne marche pas. Quelle rigolade !

à écrit le 29/06/2015 à 17:55
Signaler
ce fiasco financier est aussi un fiasco politique, ce dernier étant même à l'origine du "problème" grec, qui n'aurait jamais dû intégrer la zone Euro, ses comptes étant truqués mais cependant validés par les "Européistes". Ce fut du grand n'importe q...

le 29/06/2015 à 18:24
Signaler
@ celthic: d'accord. En plus, l'Europe est devenue le "joujou" de technocrates non élus et de politiques incompétents et sans vision porteuse, hormis des petits arrangements répétés, des compromissions, et de parole du peuple bafouée.

à écrit le 29/06/2015 à 17:46
Signaler
"Je me sens un peu trahi" Ce propos est à mettre en relation directe avec l'attitude et les paroles particulièrement hypocrites de ce clown vis-à-vis de Tsipras : embrassades, petites tapes sur le dos et la joue, "Je suis ton ami" : exactement ce ...

le 29/06/2015 à 18:22
Signaler
Faisons un référendum en France ( on nous parle de démocratie). Demandons aux Français si ils veulent payer ?. Si la réponse est non René sort son chéquier .

le 29/06/2015 à 18:25
Signaler
Quand la Grèce sera sortie de l'Europe, on verra au bout de quelques mois si le peuple Grec dans son immense majorité sera toujours favorable à Mr Tsipras! Pour ma part, je considère que Mr Juncker est allé jusqu'au bout et son paternalisme ne m'a p...

à écrit le 29/06/2015 à 17:41
Signaler
Juncker, mister Jerkill et dr Hyde : combien d'argent grec planqué au Luxembourg grace à vous ?

à écrit le 29/06/2015 à 17:31
Signaler
Ns sommes affligés par le totalitarisme de l'UE qui voudrait imposer sa loi au peuple grec : celle de la finance ; ns ns félicitons du courage ses dirigeants auxquels ns osons dire « courage et bravo ! » ; Vive la Grèce libre, à bas les technocrates ...

à écrit le 29/06/2015 à 17:21
Signaler
Plutôt que de vouloir taxer les riches, la Grèce aurait du suivre le modèle Luxembourgeois et acceuillir l'évasion fiscale à grande échelle! Ils feraient ainsi figure de bon élève et Tsipras pourrait ainsi -qui sait- postuler un jour pour diriger la ...

à écrit le 29/06/2015 à 17:11
Signaler
Le chef des voleurs trahi car un pays ne veut plus se laisser egorger pour satisfaire des creanciers prives qui exigent de refiler les 30 mds qui reste aux contribuables (270 mds ont deja ete transfere aux contribuables europeens)...et en plus ce pay...

à écrit le 29/06/2015 à 17:07
Signaler
V

à écrit le 29/06/2015 à 17:05
Signaler
Restons pragmatiques. Si le oui l'emporte, la Grèce a une chance de rester dans l'Europe ce qui finalement, ne lui pas si mal réussi depuis qu'elle y est entrée, car sans elle, son niveau de vie serait celui de l'Albanie. Cela coutera cher, mais c'...

le 29/06/2015 à 21:03
Signaler
Avec tout le respect pour l'Albanie et ses habitants; la Grèce n'a jamais été au niveau de l'Albanie. Non pas parce qu'ils sont plus intelligents mais uniquement parce que l'Albanie était u pays fermé pendant longtemps et cela a pesé lourd sur l'éco...

à écrit le 29/06/2015 à 16:55
Signaler
Qu'ils cessent, tous nos eurocrates, de confondre populisme et démocratie à dessein. Tsipras a été élu pour négocier avec les Européens a) un adoucissement de l'austérité et b) une restructuration de la dette. Les Européens lui ont envoyé une fin de ...

le 29/06/2015 à 21:35
Signaler
Voilà qui est bien dit; l'origine étymologique de la démocratie est d'ailleurs bel et bien grecque et beaucoup de chemin reste à faire, à l'évidence, pour que la portée pratique du vocable soit comprise et appliquée dans l'UE, dans chaque pays comme ...

à écrit le 29/06/2015 à 16:49
Signaler
De toutes les façons nous savons tous que l'UE continuera à financer la Grèce .Ils sont même malgrèS tout entrain de CONTINUER à les courtiser .

à écrit le 29/06/2015 à 16:48
Signaler
Grexit Grexit Grexit!!!

à écrit le 29/06/2015 à 16:42
Signaler
C'est un message a tous ceux qui contestent la troïka comme Mr Godin qui fait des articles pro Demago Il y a 18 pays qui ont déjà prête beaucoup et perdu 120 milliards à travers la restructuration de la dette privé Aux grecs de choisir l'extrême g...

le 29/06/2015 à 17:02
Signaler
Vous avez raison, obéissons à nos maîtres de la Troika, eux savent ce qui est bon pour les peuples. Couchons nous, rampons, les oligarques savent ce qu'il font, puisqu'ils ont le pouvoir. Is sont compéttant et les marchés financiers sont notre sal...

le 29/06/2015 à 18:50
Signaler
@ Gedeon Pourquoi autant d'agressivité sur ce forum, à chaque fois que quelqu'un rappelle des faits ? Qui a parlé d'allégeance aux "oligarques" à part vous ? Vous savez très bien que les torts, dans l'origine et le développement de cette crise, son...

à écrit le 29/06/2015 à 16:42
Signaler
"Je suis profondément affligé, attristé par le spectacle qu'a donné l'Europe samedi dernier" Pourtant, Il y a beaucoup contribué. Qu'il nous dissent où est passé le mot "Hôtel" de la liste de TVA de la proposition envoyée samedi? De plus, préte...

à écrit le 29/06/2015 à 16:42
Signaler
Ah le pauvre, bah oui son plan pour renflouer les caisses des créanciers (banques) a échoué. En façade, on pourrait croire à une action de bonne volonté, il oublie juste de dire que c'est le citoyen européen qui "prête", surement pas lui. Et qui dit ...

le 29/06/2015 à 19:19
Signaler
Les créanciers ne sont pas les banques, les Etats de l'Union Européenne, principalement, directement et indirectement, vous, moi, et même les citoyens de pays également en difficultés (chaque portugais a environ 150 Euros de créances grecques !). Vra...

le 01/07/2015 à 11:05
Signaler
Ben oui, les créanciers sont les États depuis que les pays européens (au prorata de leur PIB) se sont empressés de racheter les créances aux banques. Car pour l'europe libérale il vaut mieux des États endettés et qui prennent le risque plutôt que les...

à écrit le 29/06/2015 à 16:38
Signaler
Et Junker va attendre le résultat de dimanche comme nous tous , et comme nous tous il n a aucun pouvoir pour changer l événement . Quand une majorité puni une minorité ce n est pas un déni de démocratie de la part de cette dernière , mais de la malt...

à écrit le 29/06/2015 à 16:33
Signaler
Il ne faut pas se suicider parce qu'on a peur de la mort" !!!! Elle est bien bonne celle là ! il se rend compte de ce qu'il dit le Luxembourgeois ? Ca le défrise tant que ça la démocratie directe ? Demander au peuple de choisir serait une trahison...

le 29/06/2015 à 17:01
Signaler
Quels abîmes? L' U.E a permis le développement de la Grèce pendant pus de 20 ans! Certains grecs ont oublié dans quel état était leur pays , il y a 30 ans !! avant l'U.E; j 'en parle en connaissance de cause !

le 30/06/2015 à 11:32
Signaler
et nous nous rappelons l'état de la France avant l'Europe, ses mines, ses usines, son tissu industriel.... tout ce qui disparait à cause de l'Europe ultra libérale alors nous ne connaissons peut-être pas l'état de la Grèce avant l'Europe, mais nous a...

à écrit le 29/06/2015 à 16:33
Signaler
Godin doit s'étouffer quand il lit ces articles, pudiquement non signés.

à écrit le 29/06/2015 à 16:25
Signaler
De 2 choses l'une : ou Athénes est inconsciente ou Bruxelles est taupe ? ! L'enjeu est de taille. Le risque est considérable non seulement pour l'Europe mais aussi pour la stabilité financière internationale et par conséquent de l'économie mon...

à écrit le 29/06/2015 à 16:21
Signaler
Comment ça se termine, dans le monde réel ? Je dis bien : « dans le monde réel », et non pas dans le monde merveilleux des bisounours européistes. Dans le monde réel, ça se termine comme ça : Sur 67 unions monétaires depuis 1918, il y en a e...

le 29/06/2015 à 17:15
Signaler
Il y a au moins une union monétaire qui a tenu: l'euro.

à écrit le 29/06/2015 à 16:18
Signaler
JUNCKER, le même...ce luxembourgeois qui traîne luxleaks en casserole, il donne des leçons de rectitude morale....décidément...il est trop drôle !

à écrit le 29/06/2015 à 16:16
Signaler
il joue petit bras .ferait mieux de dire que l Allemagne par son ministre des finances lui a dit niet ! au moins là on aurait compris .comme quoi il y a des présidents fantoches!

à écrit le 29/06/2015 à 16:14
Signaler
Est-ce que M JUNKER n'aurai pas lui aussi trahi ses partenaires quand il était à la tête de son état paradis fiscal?! Il ne reste fidèle qu'a son seul maître: la Finance!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.