Le patron de la BCE prêt à prendre les "mesures nécessaires" pour stimuler la croissance

 |   |  446  mots
Mario Draghi, le président de la Banque centrale européenne.
Mario Draghi, le président de la Banque centrale européenne. (Crédits : © Yves Herman / Reuters)
Mario Draghi, le patron de la Banque centrale européenne (BCE), a déclaré envisager de prendre de nouvelles mesures de stimulation monétaire afin d'atteindre l'objectif d'inflation à moyen terme.

"Si nous sommes convaincus que notre objectif pour l'inflation à moyen terme risque de ne pas être atteint, nous prendrons les mesures nécessaires", a promis Mario Draghi, le président de la Banque centrale européenne.

Dans une interview parue ce 31 octobre dans le quotidien italien Il Sole 24 Ore, le patron de la BCE a en outre indiqué:

"Nous allons voir si d'autres mesures de stimulation sont nécessaires. La question n'est pas tranchée."

Il n'a pas voulu préciser quels instruments de stimulation monétaire pourraient éventuellement être employés. Il n'a cependant pas écarté l'idée d'agir sur "le taux d'intérêt sur les dépôts".

Retour de l'inflation attendu mi-2016

Les prix à la consommation dans la zone euro ont baissé de 0,1% sur un an en septembre. Un niveau très inférieur à l'objectif affiché de la BCE, qui vise une hausse des prix de 2%. La BCE prévoit une évolution des prix proche de zéro, voire négative, au moins jusqu'au début de l'année prochaine.

"A compter de la mi-2016 et pendant toute l'année 2017, grâce à l'effet à retardement de la baisse des taux de change, nous nous attendons à ce que l'inflation augmente progressivement", a cependant expliqué Mario Draghi.

Parmi les risques dominants pour la croissance dans les pays de l'UE cités par le patron de la BCE figurent la dégradation de la conjoncture dans certaines économies émergentes et de la possibilité d'un ralentissement de la croissance aux Etats-Unis.

Recul des "risques de fragmentation" de L'UE

"Les prévisions de croissance mondiale ont été révisées à la baisse. Ce ralentissement n'est sans doute pas temporaire", a-t-il souligné.

Il s'est toutefois déclaré optimiste sur l'avenir de la zone euro, jugeant que "les risques de fragmentation et de redénomination ont considérablement diminué, sinon disparu". La BCE a d'ailleurs dévoilé ce samedi son chiffrage des besoins de recapitalisation des principales banques grecques.

Depuis mars, afin de stimuler l'économie, la BCE achète déjà pour 60 milliards d'euros d'actifs par mois, essentiellement des obligations souveraines. Ce programme s'applique en principe jusqu'en septembre 2016.

Une décision attendue le 3 décembre

A l'issue de la dernière réunion de politique monétaire, le 22 octobre, Mario Draghi a déjà annoncé que la BCE envisageait de nouvelles mesures de soutien, laissant entendre que des décisions pourraient être annoncées dès la prochaine réunion du Conseil des gouverneurs, le 3 décembre.

Il a précisé que le débat portait entre autres sur la possibilité d'une nouvelle réduction du taux de la facilité de dépôt, actuellement fixé à -0,20%.

(Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/11/2015 à 14:15 :
Allez, après les bulletins économiques officielles de la Chine qui indiquent toujours depuis 2 ans que tout va bien malgré une légère baisse de la croissance, après les rapports de la FED et de la BoE qui nous serine depuis 3 ans que tout va très bien ("madame la Marquise" ?) et qu'on augmentera les taux d'intérêts dans 2 mois c'est promis juré, c'est au tour de Mario Draghi de nous répéter tous les 2 mois qu'il est prêt à prendre toutes les mesures nécessaires pour stimuler la croissance ??
Allo, mais allo quoi, y'a-t-il encore un pilote au commandes de l'économie ?!
a écrit le 01/11/2015 à 16:43 :
Il pourrait demander à normal 1 Er
Car pour l inflation des prélèvements impôts et taxes il est le grand champion
a écrit le 01/11/2015 à 13:58 :
Certain veulent nous persuader qu'ils sont "dieu" sur terre!
a écrit le 01/11/2015 à 13:55 :
La vitesse de circulation de la monnaie crée la confiance de la voir a nouveau dans ses mains! Tout autre "cheminement" de celle-ci n’amène que méfiance!
a écrit le 01/11/2015 à 11:46 :
Avec mon simple certificat d étude des années 50 je me permet d émettre que seule l inflation est productrice de croissance . Avez vous vu un jardinier détester la pluie ? eh bien il y a des économistes pour détester l inflation ! Qu ils sont ils ? ou sont ils ? Ne cherchez pas très loin ils sont là ou leurs maîtres les envois c est à dire la télévision .
Réponse de le 03/11/2015 à 0:23 :
L'inflation est un danger, car les gens qui ont des économies les perdent.
a écrit le 01/11/2015 à 9:38 :
Vu les résultats des différentes politiques économiques avec un refus catégorique d'une baisse des impositions sur le travaille pour en redistribuer au salarier (consommateurs) je pense qu'il ne lui reste plus que la redbull comme mesure concrète 😒😒
a écrit le 01/11/2015 à 9:33 :
Il travaille pour qui ? La zone euro ou Goldman Sachs....
a écrit le 01/11/2015 à 1:27 :
Il va encore injecter du liquide dans les tuyaux des marchés : bonjour les bulles ! C'est la demande qu'il faut doper. C'est elle qui est malade de cette austérité procyclique. L'erreur des Européens est pathétique...
Réponse de le 01/11/2015 à 11:22 :
EXAT???
a écrit le 31/10/2015 à 22:09 :
En tout cas Draghi a fait chuter l'euro ... 1€ valait 1.35$ il y a encore un an, aujourd'hui c'est $1.10.
Daghi joue avec notre argent et ruine plus les épargnants qu'autre chose.
Réponse de le 01/11/2015 à 14:56 :
Les epargants étant les plus de 60 ans, on ne pleurera pas sur leur sort.
Réponse de le 02/11/2015 à 11:45 :
il ruine les épargnants en faisant baisser le change?? Non il ruine ceux qui joue avec la monnaie, sinon 1euros=1euros...
a écrit le 31/10/2015 à 18:29 :
Pauvre Draghi qui nous présente la planche à billets (les QE) comme une nouveauté ! ou le crédit gratuit de même, alors que tout étudiant en économie sait que ce sont des actes de désespoirs qui ont toujours conduit à des catastrophes... A peine 1% des sommes injectées avec les QE vont à l'économie réelle ,les autres 99% vont à la spéculation bancaire, au High frequency tradind qui n'a aucun sens économique, c'est de la combine à cash pur. Draghi nous conduit tout droit au Big One Krach qui ruinera les assurances vie et les petits porteurs .
L'idéologie néolibérale (qui n'a rien à voir avec le libéralisme..) a échoué, aucun marché ne s'autorégule, personne n' a jamais vu la catallaxie, personne.... pour vendre des avions ce sont toujours des accords diplomatiques...
Réponse de le 31/10/2015 à 20:34 :
Pour le moment la masse monétaire ( M3) est en nette hausse du a une fort dynamisme de M1(15%) et une forte chute de M2-M1 .(6%)
Jouer sur les taux d’intérêts des dépôts mes semble une bonne idée.
De plus le EAPP qu'est en train de pratiquer la BCE prépare le terrain pour une monétisation des dettes , qui profiterait directement a la France .
Je pense que la BCE a de la ressource , il faut juste oser .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :