Les Grecs votent dans un climat lourd d'incertitudes

 |   |  821  mots
Près de 10 millions d'électeurs grecs doivent voter jusqu'à 18H00 (heure française). Les premiers résultats sont attendus en début de soirée.
Près de 10 millions d'électeurs grecs doivent voter jusqu'à 18H00 (heure française). Les premiers résultats sont attendus en début de soirée. (Crédits : Reuters)
Les Grecs se rendent aux urnes ce dimanche pour un référendum aux implications multiples et risquées. Le résultat pourrait s'avérer serré. Plusieurs sondages donnent un léger avantage au "oui", alors que le gouvernement appelle à voter "non" pour refuser les propositions des créanciers (Commission européenne, BCE, FMI). Surtout, la population s'inquiète d'un avenir de plus en plus incertain entre "grexit" et renforcement de l'austérité.

Les Grecs votaient depuis dimanche matin pour un référendum indécis dont le résultat sera crucial pour l'avenir du premier gouvernement de gauche radicale de l'UE, mais aussi pour la place de la Grèce dans l'Europe.

"Personne ne peut ignorer le message de détermination d'un peuple à prendre son destin entre ses mains", a lancé après avoir voté le Premier ministre, Alexis Tsipras, qui appelle à voter non à cette consultation qui porte officiellement sur les dernières propositions faites à Athènes par les créanciers du pays (BCE, UE, FMI). Près de 10 millions d'électeurs grecs doivent voter, jusqu'à 18H00 (heure française) et les premiers résultats sont attendus en début de soirée. Devant le bureau de la rue Skoufa, à Athènes, ils étaient douze avant l'ouverture, constate l'AFP.

"Ils nous prendront plus au sérieux"

Michelis, 80 ans, chemise bleue et pantalon beige, allait voter non, "pour mes petits-enfants parce que c'est mieux pour le pays". Ainsi, "ils nous prendront plus au sérieux", expliquait-il, parlant des créanciers du pays. Près de lui, Theodora, 61 ans, cheveux blonds courts, en tee-shirt et jeans, une ancienne journaliste, "priait à genoux pour le oui", et était "plus qu'en colère contre le gouvernement". Les quatre derniers sondages publiés ne promettent un triomphe à personne: trois donnent l'avantage au oui, un au non, mais avec des avances respectives de 1,4 point au plus.

Le référendum arrive après cinq mois de discussions finalement infructueuses, entre le gouvernement grec, formé fin janvier par la gauche radicale Syriza d'Alexis Tsipras et le parti de droite souverainiste Anel, et les créanciers du pays. Ceux-ci ont accordé à la Grèce 240 milliards d'euros d'aide ou promesses de prêts depuis 2010, mais n'ont rien versé depuis près d'un an. Car le gouvernement refuse en échange de consentir à certaines réformes qu'il estime socialement trop difficiles.

Questions alambiquée

 Prenant acte de l'impasse, M. Tsipras a annoncé le 27 juin ce référendum qui pose une question d'autant plus alambiquée que la Grèce n'est plus sous aucun programme d'aide depuis le 30 au soir. "Faut-il accepter le plan d'accord soumis par la Commission européenne, la Banque centrale européenne (BCE) et le Fonds monétaire international (FMI) lors de l'Eurogroupe du 25 juin?". Alexis Tsipras misait simplement sur un renforcement de sa position à la table des négociations, si plus de la moitié des Grecs disaient non avec lui.

Mais les créanciers ont préféré dramatiser le débat, poussant au "oui" en présentant le "non" comme équivalant à une sortie de la Grèce de l'euro, auquel 74% des Grecs sont attachés, selon un sondage paru vendredi, contre 15% seulement qui reviendraient bien à la drachme. Sensible à leurs arguments, dans le quartier populaire de Pangrati, à Athènes, Katerina, 56 ans, les traits tirés, hésitait encore, à quelques mètres de l'isoloir. Cette électrice de Syriza est paralysée. "D'habitude je sais très bien quoi voter, mais là nous sommes anxieux, je ne sais pas quoi choisir".

Drôle d'atmosphère

Toute la campagne éclair s'est déroulée dans une drôle d'atmosphère: les Grecs apeurés ont retiré autant d'argent que possible le week-end dernier, au point que les banques ont été fermées toute la semaine, et que les retraits d'argent aux distributeurs sont limités à 60 euros par personne et par jour. Ils le thésaurisent soigneusement, réduisant visiblement l'activité économique, sauf pour les dépenses alimentaires, pour lesquelles ils ont dévalisé certains rayons: féculents, pâtes ou lait.

Alexis Tsipras a visiblement cherché à encourager les indécis - plus de 10% - à se lancer vers le "non", en se présentant tout sourire au bureau de vote de son quartier populaire de Kipseli, au nord d'Athènes, vers 09h30.

"Aujourd'hui est un jour de fête et de joie car la démocratie c'est la joie et quand elle vainc la peur c'est une délivrance (....) Le peuple grec va exprimer non seulement le message qu'il reste dans l'Europe mais qu'il veut y vivre avec dignité", a-t-il assuré, promettant "demain un nouveau chapitre pour l'Europe" et se disant "optimiste".

Une influence sur la future trajectoire européenne?

Pour les Européens, et particulièrement pour la chancelière allemande Angela Merkel, prise entre son souci de cohésion de l'euro et une opinion publique de plus en plus hostile à la Grèce, la partie n'est pas simple non plus. Pawel Tokarski, analyste de la Fondation Sciences et Politique (SWP) à Berlin, juge que le scrutin "va déterminer la future trajectoire de l'intégration européenne".

Tout cela a fait espérer samedi au ministre grec des Finances, Yanis Varoufakis - seul dans le gouvernement à avoir promis de démissionner en cas de victoire du "oui" - que dès lundi, "on aurait un accord", indépendamment du résultat.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/07/2015 à 23:15 :
Répondons à Tspiras en faisant un référendum en Europe pour savoir si on accepte
de payer pour les grecs ou pas (puisque finalement la dette est sur leurs partenaires) ...
a écrit le 05/07/2015 à 16:41 :
en même temps, lorsque l'on a accepté la Grèce dans l'Euro, cela a été une idée des philosophes de Bruxelles, et non des économistes rationnels. Nous regardons passivement les conséquences à présent. Le train est en marche
a écrit le 05/07/2015 à 16:17 :
Pour y avoir été en vacances , impossible de payer par carte bleue et on voit leur vrai visage lorsqu'on insiste .
Donc on devrait laisser ce peuple de margoulins gérer leur économie comme bon leur semble MAIS pas des euros dont la valeur faciale correspond grosso modo aux économies des pays riches ... (je ne parle des dettes publiques mais bien de l'épargne des français et des allemands).
a écrit le 05/07/2015 à 16:14 :
D'après des sondages "sortie des urnes" (sont-ils valables ?) il semblerait que le "non" l'emporte. On va bien se marrer.
De toute façon, que cela soit "oui" ou "non", et malgré tous les commentaires, c'est du pareil au même puisque sans gouvernance, la Grèce ne peut pas s'en sortir.
Cordialement
PS: ce message passera t-il ?
Réponse de le 05/07/2015 à 16:35 :
@Bernardino: tout à fait. C'est ce que je dis depuis le début. La Grèce est un pays bordélique et quel que soit le prochain gouvernement, s'il ne s'attache pas à de profondes réformes, ce sera le chaos complet !!!
a écrit le 05/07/2015 à 13:24 :
On a mis la Nation aux poubelles, le Franc, notre histoire, nos intérêts stratégiques, notre industrie Nationale... Mince alors, si l'euro est une erreur complète, quel sera notre avenir ! On n'auras plus qu'à demander à être un protectorat US, ça sera moins hypocrite que l'euro et l'UE
Réponse de le 05/07/2015 à 14:38 :
Je pense que la plupart des pays de la zone € devraient commencer à songer sérieusement à introduire leur deuxième monnaie pour leur besoin interne en parallèle de l'€. Mieux vaut déjà se préparer.
Réponse de le 05/07/2015 à 16:56 :
@V_v: si ce n'était que le nom de la monnaie le problème, on aurait déjà changé de nom :-) On ne transforme pas un âne en cheval de course, même en le déguisant en curé. Il va donc falloir que les Grecs fassent plus que de changer le nom de leur monnaie, n'est-ce pas :-)
a écrit le 05/07/2015 à 13:24 :
Au moins en France en 2005, le climat du referendum était moins rempli d'incertitudes, vu que de toute façon, on ne prendrait pas en compte les resultats ;)
a écrit le 05/07/2015 à 12:46 :
Nous avons des idées (à la noix) Les grecs ont du pétrole et du gaz à gogo en mer faut le savouère. Nonobstant : "Donnez moi le contrôle sur la monnaie d'une nation, et je n'aurai pas à me soucier de ceux qui font ses lois, Rothschild". Ben on est en plein dedans hein les copains !
a écrit le 05/07/2015 à 11:43 :
Hmmm…. Tout ça sent quand même sacrément l'entourloupe.
Réponse de le 05/07/2015 à 12:19 :
Oui, et on apprend à l'instant que l'ambassade française a été vandalisée à Athènes. L'histoire c'est que le citoyen lambda français ne sait pas des vraies tractations qui se sont passées entre la France et la Grèce. On l'apprendra peut-être dans 20 ans…. comme d'hab.
Réponse de le 05/07/2015 à 13:09 :
La Grèce doit être sommée de fournir des explications sur cette agression contre l'ambassade de France. Les nervis de Syriza semblent à l'oeuvre.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :